background preloader

Les classes inversées, vers une approche systémique (2)

Les classes inversées, vers une approche systémique (2)
Ce texte est issu de la journée d’étude, « Apprendre et enseigner à l’ère numérique », qui s’est tenue au Collège des Bernardins le 6 octobre 2016. Dans notre première contribution, nous avons essentiellement présenté et commenté la version originale de la classe inversée. Selon les pratiques observées et nos recherches, nous avons cependant constaté auprès d’enseignants à différents niveaux, de l’école primaire à l’enseignement supérieur, une émergence d’une large variété de classes inversées orientées vers une prise en charge de plus en plus grande de l’apprentissage par l’apprenant lui-même. Pourrait-il en être autrement ? Il y aurait donc différentes façons de mettre en place la classe inversée ? Nous avons ainsi proposé sur notre Blog dès 2014 et dans notre livre consacré aux classes inversées, une extension du concept initial de classe inversée. Mais, en fait, qu’est-ce qui est inversé dans ces classes inversées ? Le Type 1 concerne principalement la mise à distance des contenus.

http://theconversation.com/les-classes-inversees-vers-une-approche-systemique-2-67324

Related:  Ingénierie de formation1- Classe inversée à l'ère du numériqueClasse inversée théorieRéflexion sur l'educationnatpass

Classes inversées, retour sur un phénomène précurseur (1) Ce texte est issu de la journée d’étude, « Apprendre et enseigner à l’ère numérique », qui s’est tenue au Collège des Bernardins le 6 octobre 2016, dans le cadre d’une réflexion partagée de la Chaire du Collège des Bernardins sur « L’humain au défi du numérique », et du séminaire de recherche « École et République ». La journée d’étude aborde les questions de fond des transformations que le numérique engendre dans l’apprentissage et l’enseignement et s’interroge sur les bénéfices apportés à l’humain. Par Marcel Lebrun, Professeur en technologies de l’éducation, Université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve (Belgique), et intervenant au Collège des Bernardins. Le concept de « classes inversées », d’origine anglo-saxonne (flipped classroom) et développé depuis 2012, a connu un engouement incomparable en moins d’un an. Ainsi, les événements CLIC – CLasses Inversées, le Congrès – sont passés d’environ 200 participants en 2015 à plus de 800 participants en 2016.

CLISE2017 : la semaine de la classe inversée Traductrice de formation et de métier, Ange Ansour est devenue Professeure des écoles en 2006. Elle travaille dans une école « ZEP-ECLAIR » de la banlieue parisienne et conduit, en collaboration avec François Taddei, le projet « Une école, un chercheur, une expérience » au Centre de Recherches Interdisciplinaires (CRI) de l’Université Paris Descartes (laboratoire sous la direction de François Taddei). Elle a expérimenté dans sa classe de CM1-CM2, un projet qui invite les jeunes élèves à explorer et pratiquer la recherche scientifique avec rigueur. Ce projet, encadré par des chercheurs qui interviennent directement en classe, permet aux plus jeunes de s’inspirer des méthodes et de l’éthique de la recherche pour construire leurs apprentissages. Les recherches cognitives sur les très jeunes enfants montrent qu’ils explorent le monde en expérimentant et en adaptant leurs hypothèses en fonction des résultats qu’ils obtiennent : une manière étonnamment semblable à la démarche des chercheurs.

Pédagogie différenciée : 10 conseils + 1 ! Voici un petit pense-bête, à la fois théorique et pratique, permettant de favoriser la mise en place de pratiques différenciées dans sa classe. 1/ Dans une classe, l’hétérogénéité est la règle ! L’homogénéité étant l’exception, il faut cesser d’être surpris de ne pas pouvoir faire avancer tout le monde de la même manière même si les programmes en donnent l’illusion.

Pour une gouvernance ouverte des choix technologiques de l’Education nationale Dans l’accord passé entre Microsoft et le ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche en novembre 2015, il était stipulé que Microsoft acceptait de s’engager dans une démarche visant à l’adhésion à une charte de confiance. L’accord précisait qu’il s’agirait d’assurer la protection des données personnelles et de la vie privée des élèves et des enseignants. L’accord mentionnait également le fait que cet accord était en cours de rédaction « sous l’égide des services de l’Etat ». “Méfiez-vous des applications efficaces, simples et gratuites” Le 16 décembre 2016, ce même ministère a invité à l’Elysée “les acteurs du numérique à l’école” et en présence d’Audrey Pulvar en maîtresse d’école , Marc Lavoine, Raymond Domenach, Najat Vallaud Belkacem et François Hollande — eh oui, tout était fait pour rendre l’après-midi agréable “aux acteurs du numérique” .

La Cyberdépendance en image - Psychoweb Une série au ton résolument humoristique pour évoquer cette dépendance récente. L'une des premières parutions officielles date de 1996. La psychologue américaine, Kimberly Young, présentait à un colloque de l'APA (American Psychological Association) un article intitulé: Internet Addiction : The emergence of a New Clinical Disorder. Contrairement aux idées reçues, les Ados ne sont pas les plus touchés, la tranche d'âge la plus "cyberdépendante" se situant entre 20 et 30 ans. Les grandes théories pédagogiques revisitées par les Nouvelles technologies Skinner et le behaviorisme : des souris et des hommes Disciple de Pavlov, Skinner va modifier le conditionnement classique mis en évidence par Pavlov pour définir un conditionnement opérant en expérimentant d’abord ses principes sur des souris. Le réflexe ne tient plus alors à une réaction de l’organisme mais à des facteurs extérieurs au sujet. Les pensées et les motivations internes n’entraînent pas l’apprentissage d’un comportement. Or pour Skinner, enseigner revient à susciter chez l’élève une nouvelle forme de comportement. Seules les causes externes du comportement doivent être prises en compte.

Les principes Classe numérique inversée et classe Freinet au collège 1. Les Principes Le premier principe est de favoriser les apprentissages, savoirs, savoirs être, savoirs faire. Le deuxième principe est de prendre l’enfant dans sa globalité, son universalité et sa singularité afin de le mettre en situation de réussite et de favoriser les compétences qu’il possède en amont.

Pourquoi je ne crois pas à la classe inversée ? - Se hace camino al andar Je préfère préciser tout de suite que ce texte n’a pas pour but de critiquer mes collègues adeptes de la classe inversée, je ne me situe pas du côté de ceux qui critiquent la classe inversée comme ils critiquent « les pédagogistes », je dirais même qu’actuellement les collègues qui pratiquent la classe inversée sont parmi ceux qui font preuve de la plus grande créativité et capacité à évoluer et à se remettre en question sans cesse. Mes réticences portent sur les fondements de ce concept. Je n’ai jamais adhéré à l’idée de classe inversée mais j’ai eu du mal à comprendre clairement pourquoi quelque chose me gênait, ce petit texte est donc simplement un point sur l’état actuel de ma réflexion. 1) Un concept erroné basé sur une vision caricaturale de l’apprentissage et de la transmission : Apprendre, ce serait donc recevoir une connaissance que l’on pourrait ensuite vérifier en l’appliquant.

Quand Facebook manipule les émotions de ses utilisateurs en secret pour une étude - 30 juin 2014 Facebook a manipulé en secret les émotions de 700.000 utilisateurs pour étudier "la contagion émotionnelle" dans le cadre d'une étude qui a provoqué la colère des internautes et soulevé des interrogations d'ordre éthique. Pendant une semaine, du 11 au 18 janvier 2012, Facebook et des scientifiques des universités Cornell et de Californie à San Francisco, ont utilisé le système d'algorithmes du réseau pour modifier le contenu des informations reçues par un groupe d'utilisateurs anglophones afin d'étudier l'impact sur leurs émotions. La recherche a été publiée dans la revue scientifique américaine Comptes rendus de l'Académie nationale des sciences (PNAS), datés du 17 juin.

La cyberaddiction des adolescents: sortons la tête du sable L'ère du numérique s'impose aujourd'hui dans notre vie quotidienne et dans les programmes de l'Education nationale (pour preuve, la circulaire du 12 mars 2014). Le potentiel éducatif de ces nouvelles technologies est indéniable, mais quels sont les risques ? C'est en 1987, année de l'entrée des ordinateurs et consoles de jeux dans les chambres d'enfants, que débute un cycle de baisse constante des résultats scolaires des élèves français : la corrélation entre cyberaddiction et chute des performances scolaires est évidente. Le sujet n'est pourtant jamais véritablement abordé par les responsables politiques et pédagogiques. Les enseignants et les parents ont été les premiers à identifier les symptômes de la cyberaddiction: désintérêt grandissant des élèves pour les activités scolaires, confinement des adolescents à leur chambre, où ils ne sont plus reliés au monde que par l'intermédiaire des écrans. Que faire face aux usages et mésusages du numérique comme lien social ?

En quoi la formation continue des enseignants contribue-t-elle au Les éléments qui contribuent à la formation, qu’elle soit initiale ou continue, restent bien souvent mystérieux, de l’ordre de la “ boîte noire ”. Cet article a le mérite de poser la question de cette élaboration, de cette percolation ou infusion, pour reprendre les deux métaphores les plus utilisées. Parler de “ formation tout au long de la vie ” est de nos jours une banalité. Pourtant, au moment où cette formation n’est pas seulement perçue comme le droit au développement personnel dont dispose tout individu, où elle est également considérée comme un devoir qui s’impose à chacun, tout au moins dans sa dimension de développement professionnel, il n’est pas illégitime de s’interroger sur les bénéfices attendus de cette dynamique largement véhiculée par le discours dominant, et de considérer la place spécifique de la formation continue des enseignants dans le développement des compétences professionnelles. Ce qui revient à : Quelles compétences peut-on construire en formation continue ?

Related:  Classe inversée