background preloader

Ken Robinson : "La révolution éducative viendra par la base" - Actu sur Educpros

Ken Robinson : "La révolution éducative viendra par la base" - Actu sur Educpros
Sir Ken Robinson à Paris : l'innovation en débat à l'occasion du Salon des grandes écoles Sir Ken Robinson compte aujourd’hui parmi les experts de l’éducation les plus influents sur la scène internationale. Spécialiste de la créativité et de l’innovation, cet universitaire anglais aujourd’hui installé aux États-Unis a accompagné les réformes éducatives de plusieurs gouvernements à travers le monde. A l'occasion du Salon des grandes écoles de Paris, il sera l'invité d'EducPros le 12 décembre 2013, deux mois après la parution en France de son livre L'Élément : succès de librairie, traduit en vingt-deux langues et cosigné par Lou Aronica, ce livre est un véritable plaidoyer pour une école qui aiderait chacun à trouver la "clef du bonheur". Entretien. Le secret de la réussite, dites-vous, consiste à faire converger "ce que nous adorons faire" et "ce pour quoi nous sommes doués". L'“Élément” est le point de convergence du talent et de la passion. Selon moi ? Bien sûr que non.

http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/ken-robinson-a-paris-l-innovation-en-debat-a-l-occasion-du-salon-des-grandes-ecoles/ken-robinson-la-revolution-educative-viendra-par-la-base.html

Related:  Innovation dans l'éducation

Apprendre, Pourquoi ? Comment ? • instantané : vous payez en ligne et vous pouvez aussitôt le télécharger. • économique : il est vendu environ 20% moins cher que la version papier. • mobile : il vous accompagne partout où vous vous déplacez avec votre ordinateur portable ou votre terminal mobile (smartphone, tablette, e-reader) • portable : il est lisible sur toutes les applications permettant de lire des documents format PDF ou ePUB, nos fichiers ne comportant aucune spécificité particulière. Nos livres numériques sont vendus aux format PDF ou EPUB. Format PDF L'apparence du livre est fidèle à la version papier. Favoriser l'autonomie Notes prises lors d’un atelier et la lecture de « Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent », d’Adele Faber et Elaine Mazlish. Les citations, sauf mentions contraires, sont extraites de leurs écrits. Cet atelier s’adresse aux parents, mais il me semble adaptable pour des enseignants. Voir la liste des 7 ateliers, dans la rubrique « Pédagogie ». © Photo Mathilde Bernos Un des objectifs principaux de l’éducation est de faire des enfants, des élèves, des adultes indépendants, capables de penser par eux-mêmes et de prendre leurs propres décisions, comme l’évoque Khalil Gibran, dans Le Prophète:

Comment améliorer de 8% la réussite des étudiants sans effort? Réponse : en espaçant les examens. C’est ce qui ressort de cette étude sur données américaines de Ian Fillmore et Devin G. Pope, qui s’intéresse au lien entre fatigue cognitive et performance : les étudiants qui passent deux examens à 10 jours d’intervalle ont 8% de chance en plus de les valider que ceux qui les passent à une journée d’intervalle. Je garde cette idée en tête pour l’organisation des examens de fin d’année. Related posts: Eduquer au XXIe siècle Entre 1900 et 2011, tout a changé pour les écoliers qui vivent à présent dans le virtuel et dans une société multiculturelle, analyse Michel Serres. Il faut aider l'école à prendre la mesure de cette nouvelle ère. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Michel Serres, de l'Académie française Avant d'enseigner quoi que ce soit à qui que ce soit, au moins faut-il le connaître. Qui se présente, aujourd'hui, à l'école, au collège, au lycée, à l'université ?

Autonomie de l'élève C ) L’apprentissage de l’autonomie ou l’élève au centre du dispositif 1 ) L’autonomie des groupes La circulaire du B.O. a largement exprimé le souci de rendre les élèves autonomes. Ainsi ceux-ci sont conduits à travailler en équipe avec des camarades, par groupes de quatre élèves au maximum. Ce fonctionnement en équipe vise à responsabiliser des élèves engagés dans un projet collectif qui, en même temps, doit permettre à chacun de s’investir individuellement. Amenés à courte échéance à entrer dans la vie active, les élèves rencontreront ce type de situation dans leur milieu professionnel.

Le ministère lance le prix "Peps" pour récompenser les enseignants innovants Actu | Innovation Marine Miller | Publié le Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche veut amplifier le mouvement en cours en récompensant les enseignants, les chercheurs et les équipes pédagogiques dans la transformation de leurs pratiques de formation. La révolution cognitive Je vous recommande vivement cette conférence de Michel Serres, intitulée « Les nouvelles technologies, révolution culturelle et cognitive » (je suis tombé dessus grâce à un tweet de Jérôme Colombain). Outre la vigueur et la clarté de Michel Serres (qui sont impressionnantes), le propos est lui-même passionnant. Il y aborde la manière dont les ordinateurs et internet (ce qu’on appelle souvent les nouvelles technologies) sont en train de modifier radicalement, le temps, l’espace et notre cognition. Michel Serres compare la révolution « internet » à d’autres révolutions dans l’histoire de l’humanité - en lien avec l’émission, le traitement, la réception d’informations - : l’apparition du langage, l’apparition de l’écriture et l’apparition de l’imprimerie.

L’éducation à l’autonomie Les trois dispositifs impulsés par l’institution au détour de l’an 2000 (TPE en lycée général, PPCP en lycée professionnel et IDD en collège) font d’une certaine autonomie accordée aux élèves un levier pour (re) donner du sens aux activités scolaires et (re) mobiliser les élèves sur les apprentissages. A la marge du système scolaire, le pouvoir politique impose la généralisation et l’encadrement de pratiques pédagogiques qui ne sont pas nouvelles et qui sont caractérisées par la démarche de projet, une approche inter/pluri/transdisciplinaire et le travail en équipe des enseignants. Notre Groupe de Recherche-Formation a voulu aller voir de plus près ce que ces dispositifs qualifiés de "novateurs" produisent en terme d’éducation à l’autonomie des élèves. De quelle autonomie parlons-nous ?

À l'université Grenoble Alpes, des étudiants affûtent leurs neurones Il y a longtemps que l'université propose aux étudiants des cours de méthodologie. À Grenoble, une enseignante renouvelle le genre, à travers une approche originale, baptisée "Affûter ses neurones". "En tant que neurobiologiste, je travaille sur les mécanismes du cerveau et depuis cinq ou six ans, je m'intéresse plus précisément aux stratégies d'apprentissage", explique Isabelle Le Brun, maître de conférences en neurosciences à l'université Grenoble Alpes.

Petite Poucette, la génération mutante Michel Serres, diplômé de l’Ecole navale et de Normale Sup, a visité le monde avant de l’expliquer à des générations d’étudiants. Historien des sciences et agrégé de philosophie, ancien compagnon de Michel Foucault, avec qui il a créé le Centre universitaire expérimental de Vincennes en 1968, il a suivi René Girard aux Etats-Unis, où il enseigne toujours, à plus de 80 ans. Ce prof baroudeur, académicien pas tout à fait comme les autres, scrute les transformations du monde et des hommes de son œil bleu et bienveillant. Son sujet de prédilection : la jeune génération, qui grandit dans un monde bouleversé, en proie à des changements comparables à ceux de la fin de l’Antiquité.

L'université de Nantes met au programme compétences et pédagogie Que doit être capable de faire un diplômé de licence de génie civil, de master de biologie-santé ou de doctorat d'informatique ? Et comment l'amener à acquérir ces compétences ? Voilà le questionnement auxquels se soumettent les équipes pédagogiques de la faculté des sciences nantaise depuis fin 2014. Ici, le renouvellement de l'accréditation de l'offre de formations est l'occasion de déployer une approche programme au sein de toute l'UFR (unité de formation et de recherche). Concrètement, il s'agit de définir les compétences attendues d'un diplômé de telle ou telle filière, puis de repenser la formation pour permettre aux étudiants d'acquérir ces savoirs, savoir-faire et savoir-être, en intégrant de nouvelles méthodes d'apprentissage.

L’école inversée, est-ce que c’est possible? La « classe inversée », cette philosophie qui implique de voir la portion théorique à l’extérieur de la classe, notamment par des vidéos, est sur toutes les lèvres. Pourrait-on aller jusqu’à imaginer toute une école inversée? C’est le défi qu’a relevé la Clintondale High School, une école américaine située en milieu défavorisé au nord de Détroit. Aujourd’hui, les enseignants produisent de courtes vidéos que les élèves écoutent sur leurs téléphones intelligents, sur l’ordinateur familial ou dans le laboratoire informatique le midi.

Related: