background preloader

Edgar Morin : « Nul ne naît fanatique »

Edgar Morin : « Nul ne naît fanatique »
Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Edgar Morin (Sociologue et philosophe) Par Edgar Morin, sociologue et philosophe La première déclaration de l’Unesco à sa fondation avait indiqué que la guerre se trouve d’abord dans l’esprit, et l’Unesco a voulu promouvoir une éducation pour la paix. Mais en fait, il ne peut être que banal d’enseigner que paix vaut mieux que guerre, ce qui est évident dans les temps paisibles. Le problème se pose quand l’esprit de guerre submerge les mentalités. Eduquer à la paix signifie donc lutter pour résister à l’esprit de guerre. Cela dit, en temps même de paix peut se développer une forme extrême de l’esprit de guerre, qui est le fanatisme. Une structure mentale commune Nous avons pu constater dans l’histoire des sociétés humaines de multiples irruptions et manifestations de fanatisme religieux, nationaliste, idéologique. Réductionnisme, manichéisme, réification Le manichéisme se propage et se développe dans le sillage du réductionnisme.

http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/02/07/peut-on-prevenir-la-formation-du-fanatisme_4860871_3232.html

Related:  Non violence et +Non-violence éducativeL'éducation et la paixPhilotjeri

Et si on apprenait la paix dans le monde à l’école en jouant Au même titre que l’a fait Charlie Chaplin dans sa célèbre scène où il incarne Hitler qui joue avec un globe terrestre, si nous laissions jouer les enfants avec le monde en classe pour apprendre la vie, pour la rendre meilleure et ne pas reproduire les mêmes erreurs que leurs ancêtres. Qu’en serait-il ? Et si nous donnions le champ libre aux enseignants, plutôt que de leur imposer un programme ? Après tout, n’apprenons-nous pas de nos propres expériences et qui de plus expérimenté qu’un enseignant qui est lui-même passé sur les bancs de l’école et qui sait mieux que quiconque, en tant que pédagogue, ce qu’il y a à faire et à ne pas (re)faire ? Les programmes scolaires d’aujourd’hui ne sont-ils pas trop classiques et obsolètes ? Edgar Morin : un engagement pour l'éducation "L'école devrait enseigner à se comprendre" Aujourd’hui diffusion de l’entretien enregistré il y a trois semaines avec Edgar Morin, sociologue, philosophe et doyen de la réserve citoyenne lancée en 2015 par le ministère de l’éducation après les attentats de janvier. À 94 ans, Edgar Morin s’interroge encore et toujours sur le sens du verbe apprendre, à l’heure où l’éducation doit "lutter contre le fanatisme et le manichéisme".

Edgar Morin : "Le temps est venu de changer de civilisation" Acteurs de l'économie - La Tribune. Attentats à Paris, état d'urgence, rayonnement du Front National, vague massive de migration, situation économique et sociale déliquescente symbolisée par un taux de chômage inédit (10,2 % de la population) : la France traverse une époque particulièrement inquiétante. La juxtaposition de ces événements révèle des racines et des manifestations communes. Qu'apprend-elle sur l'état de la société ? Edgar Morin. Cette situation résulte d'une conjonction de facteurs extérieurs et intérieurs, à l'image de ceux, tour à tour favorables et hostiles, qui circonscrivent l'état de la France, bien sûr inséparable de celui de la mondialisation.

Persuadé d'être victime d'un complot, il pensait que son chat était un imposteur Il s’agit d’une forme rare d'une maladie très sérieuse appelée le «syndrome de Capgras». C’est un homme de 73 ans dont on ignore le nom, mais dont on sait qu’il a déjà connu une dépendance à l’alcool, des traumatismes crâniens après des matches de hockey et surtout des troubles bipolaires. Mais si Ryan Darby et David Caplan, deux neurologues d’Harvard, se sont particulièrement intéressés à sa condition, c’est parce qu’il a commencé à développer un trouble très particulier il y a quelques années.

La revue de presse d'Agnès Soubiran du 09 août 2016 - France Inter Ils sont jeunes et hyper diplomés .. Bienveillants, visionnaires, meneurs et courageux .. Ils .. ce sont 30 diplomés de grandes écoles françaises .. Ils ont suivi en juillet la première université d'été de teach for france .. L'empathie de l'enseignant, source de réussite scolaire Pour renforcer la motivation et les compétences des élèves, la clé du succès tient en un mot : empathie ! C’est ce que tend à démontrer une étude de grande ampleur menée par trois universités finlandaises (1). Depuis 2006 et jusqu’en 2016, les chercheurs suivent les parcours de plusieurs milliers d’enfants, en se focalisant sur les interactions avec leurs professeurs, ainsi que les coopérations entre parents et enseignants. Ces relations peuvent-elles expliquer les bons résultats du système scolaire finlandais dans le cadre du programme Pisa de l’OCDE ?

Fessées et gifles : les punitions corporelles entraînent phobies, Toc et... désobéissance 10% des enfants dans les pays développés seraient maltraités ou négligés selon une étude britannique parue en 2009 (SIPA). Avec les punitions corporelles et psychologiques, ce qui est recherché en provoquant une douleur, une peur et un stress, c’est avant tout de sidérer l’enfant pour qu’il obéisse immédiatement, et de créer ensuite une aversion par un conditionnement pour qu’il ne recommence pas à avoir le même comportement. Sidération et conditionnement sont des mécanismes neuro-biologiques traumatiques. Les enfants, du fait de leur immaturité neurologique, ont un cerveau très sensible à la douleur et au stress, bien plus que les adultes, et sont beaucoup plus exposés à des atteintes neurologiques et à des conséquences psychotraumatiques lors de violences même "minimes". Et contrairement à des idées reçues, le fait qu’ils soient trop petits pour s’en souvenir ne signifie pas qu’il n’en seront pas traumatisés, c’est même l’inverse. La sidération bloque l’enfant

Eloge de la métamorphose, par Edgar Morin Quand un système est incapable de traiter ses problèmes vitaux, il se dégrade, se désintègre ou alors il est capable de susciter un meta-système à même de traiter ses problèmes : il se métamorphose. Le système Terre est incapable de s'organiser pour traiter ses problèmes vitaux : périls nucléaires qui s'aggravent avec la dissémination et peut-être la privatisation de l'arme atomique ; dégradation de la biosphère ; économie mondiale sans vraie régulation ; retour des famines ; conflits ethno-politico-religieux tendant à se développer en guerres de civilisation. L'amplification et l'accélération de tous ces processus peuvent être considérées comme le déchaînement d'un formidable feed-back négatif, processus par lequel se désintègre irrémédiablement un système. Le probable est la désintégration. L'improbable mais possible est la métamorphose. Qu'est-ce qu'une métamorphose ?

Apprendre, c’est marcher ! Les futurs éducateurs vont peut-être devoir mieux prendre en compte le rôle du corps et de l’exercice dans la pratique éducative. C’est un point que nous avons déjà abordé dans un précédent article, mais qui tend à se confirmer… L’exercice qui semble avoir le plus d’impact sur nos capacités cognitives est aussi le plus simple, puisqu’il s’agit de la marche. Quand les dirigeants du CAC 40 réinventent l’école Gérard Mulliez, troisième fortune française, tenait à être présent pour la traditionnelle cérémonie de lever des couleurs. Comme tous les matins, les élèves du Cours Alexandre-Dumas à Montfermeil (Seine-Saint-Denis) hissent le drapeau français et entonnent la Marseillaise. C’est le moment fort de la journée dans cette école hors contrat, non confessionnelle, fondée en 2012 pour les enfants des banlieues en échec scolaire.

Related: