background preloader

Eloge de la métamorphose, par Edgar Morin

Eloge de la métamorphose, par Edgar Morin
Quand un système est incapable de traiter ses problèmes vitaux, il se dégrade, se désintègre ou alors il est capable de susciter un meta-système à même de traiter ses problèmes : il se métamorphose. Le système Terre est incapable de s'organiser pour traiter ses problèmes vitaux : périls nucléaires qui s'aggravent avec la dissémination et peut-être la privatisation de l'arme atomique ; dégradation de la biosphère ; économie mondiale sans vraie régulation ; retour des famines ; conflits ethno-politico-religieux tendant à se développer en guerres de civilisation. L'amplification et l'accélération de tous ces processus peuvent être considérées comme le déchaînement d'un formidable feed-back négatif, processus par lequel se désintègre irrémédiablement un système. Le probable est la désintégration. L'improbable mais possible est la métamorphose. Tout en fait a recommencé, mais sans qu'on le sache. Il ne suffit plus de dénoncer. 1. 2. 3. 4. 5. L'espérance était morte. Sociologue et philosophe. Related:  Livres - Edgar MorinPhiloEdgar Morin

Edgar Morin : « La résistance me rend vivant ! « Je crois que, malgré l’adversité, je me sens stimulé de voir que l’on a affaire à deux vieilles barbaries. Celle que l’on connaît, l’ancienne – de la cruauté, de la haine, du mépris –, et la nouvelle – glacée – des calculateurs et des éconocrates. Nous devons résister aux barbaries, qu’elles s’appellent vichysme rampant ou néolibéralisme. Cette résistance me rend vivant. La force qui m’anime vient d’une certitude. Je sens présente en moi l’humanité dont je fais partie. Retrouvez ici l’intégralité de l’entretien

Edgar Morin : «Plus l’homme est puissant par la technique, plus il est fragile devant le malheur» Il revient du Maroc, où il passe quinze jours par mois. Poignée de main chaleureuse, regard pétillant, Edgar Morin nous accueille dans son appartement. On cherche en vain le siège de bureau dérobé en février dans une agence de HSBC à Bayonne par l’association Bizi pour dénoncer l’évasion fiscale massive pratiquée par cette banque. Le sociologue et philosophe a fait du recel de chaise en avril, au nez de la police et avec l’aide de complices (le philosophe Patrick Viveret, l’essayiste Susan George, le sociologue Alain Caillé et l’ex-banquier Claude Alphandéry). Devenu dangereux malfaiteur à 93 ans, Edgar Morin est plus engagé que jamais. Où est passée la chaise de HSBC ? Elle est partie ! C’est-à-dire ? Beaucoup de choses doivent décroître : la surconsommation de produits inutiles, l’agriculture et l’élevage industrialisés. L’argent de l’évasion fiscale pourrait-il financer la transition écologique ? Oui, mais aussi une véritable transition de civilisation. Je crois, oui. Mais bien sûr.

Edgar Morin : « Nul ne naît fanatique » Nul ne naît fanatique, rappelle le sociologue et philosophe. Pour empêcher le basculement dans la radicalité, l’enseignement devrait œuvrer sans relâche à délivrer la connaissance et à repérer les illusions. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Edgar Morin (Sociologue et philosophe) Par Edgar Morin, sociologue et philosophe La première déclaration de l’Unesco à sa fondation avait indiqué que la guerre se trouve d’abord dans l’esprit, et l’Unesco a voulu promouvoir une éducation pour la paix. Cela dit, en temps même de paix peut se développer une forme extrême de l’esprit de guerre, qui est le fanatisme. Une structure mentale commune Nous avons pu constater dans l’histoire des sociétés humaines de multiples irruptions et manifestations de fanatisme religieux, nationaliste, idéologique. Le mot de « terrorisme » est à chaque fois employé pour dénoncer ces agissements tueurs, mais il ne témoigne que de notre terreur et nullement de ce qui meut les auteurs d’attentats.

Edgar Morin : « Nous avançons comme des somnambules vers la catastrophe Pourquoi la vitesse est-elle à ce point ancrée dans le fonctionnement de notre société ? La vitesse fait partie du grand mythe du progrès, qui anime la civilisation occidentale depuis le XVIIIe et le XIXe siècle. L’idée sous-jacente, c’est que nous allons grâce à lui vers un avenir toujours meilleur. Plus vite nous allons vers cet avenir meilleur, et mieux c’est, naturellement. C’est dans cette optique que se sont multipliées les communications, aussi bien économiques que sociales, et toutes sortes de techniques qui ont permis de créer des transports rapides. Je pense notamment à la machine à vapeur, qui n’a pas été inventée pour des motivations de vitesse mais pour servir l’industrie des chemins de fer, lesquels sont eux-mêmes devenus de plus en plus rapides. Cela est-il donc si nouveau ? Dans les temps anciens, vous vous donniez rendez-vous quand le soleil se trouvait au zénith. Cette quête de vitesse n’est-elle pas une illusion ? En quelque sorte si. Prenez l’exemple du déjeuner.

Edgar Morin Une civilisation veut naître, aujourd’hui il s’agit de changer de voie Nous vivons dans une civilisation où la domination de l’intérêt (personnel et/ou matériel), du calcul (dont les chiffres ignorent le bonheur et le malheur), du quantitatif (PIB, croissance, statistiques, sondages) et de l’économique est devenu hégémonique. Certes, il existe de très nombreuses oasis (1) de vie aimante, familiale, fraternelle, amicale, ludique qui témoignent de la résistance du vouloir bien vivre ; la civilisation de l’intérêt et du calcul ne pourra jamais les résorber. Mais ces oasis sont dispersées et s’ignorent les unes les autres. Toutefois, des symptômes d’une civilisation qui voudrait naître, civilisation du bien-vivre, bien qu’encore dispersés, se manifestent de plus en plus. La voie d’un refoulement d’une économie vouée au profit La convivialité et la réforme existentielle Cette nouvelle civilisation stimulerait la convivialité, besoin humain premier qu’inhibe la vie rationalisée, chronométrée, vouée à l’efficacité. Des réformes pour une réhumanisation

Raison - Philosophie / Gilles Guérin Rien de plus utile pour l'Homme qu'un Homme vivant sous la conduite de la Raison (Spinoza)(13) On ne se soucie pas tant d'avoir raison que l'on se soucie de faire croire qu'on a raison: c'est ce qui fait que l'on soutient son opinion avec opiniâtreté, après même qu'on a reconnu qu'elle est fausse. (Pierre d' Ailly ) ( « Pensées diverses » -1678-) (6) Commentaire Vous n'avez pas raison ou tort parce que d'autres sont d'accord avec vous. Vous avez raison parce que vos faits sont exacts et votre raisonnement est juste.(Warren Buffett)(1) Commentaire L'homme est un animal raisonnable. Mieux vaut avoir approximativement raison qu'avoir précisément tort (Warren Buffett)(1) Commentaire L'homme libre est celui qui ne craint pas d'aller jusqu'au bout de sa raison. Le but du monde est que la raison règne. L'existence n'a pas de raison d'être, elle est au-dessus de toutes les raisons. Plus vous trouverez de raison dans un homme plus vous trouverez en lui de probité (Diderot) (4) Commentaire Esprit?

Edgar Morin - Relier les savoirs pour apprendre à vivre L’éducation devrait enseigner la complexité et les contradictions de la connaissance, permettant une meilleure compréhension d’autrui et du monde. Sociologue et philosophe, Edgar Morin (né en 1921), fils d’un commerçant juif de Thessalonique, est devenu citoyen français par la vertu de l’école de la République. Il faut donc avoir à l’esprit ce que furent l’expérience scolaire de l’enfant et les engagements de l’intellectuel dans les enjeux concrets de l’éducation. Dans son œuvre, Morin revient sur sa propre expérience scolaire. C’est le cas par exemple dès Autocritique paru en 1959. Il insiste sur l’importance du roman national et du phénomène d’identification, s’identifiant aux grands héros de l’histoire de France telle qu’elle était contée sous la IIIe République. En 1998, le ministre de l’Éducation nationale Claude Allègre lui demande de contribuer à une rénovation pédagogique pour répondre au défi de l’expansion des connaissances. Complexité et transdisciplinarité Jean-Michel Blanquer

La Non-Philosophie

Related: