background preloader

Distinguer bien commun et bien(s) commun(s)

Bien commun et bien(s) commun(s) C’est à Thomas d’Aquin que l’on doit la notion philosophique de bien commun, bonum communis. L’évolution de cette notion demande un rappel historique, et philosophique, pour mieux comprendre la nécessaire distinction entre « Bien commun » et « biens communs ». Ce court texte, cette fiche même, réunit quelques remarques, écrites trop rapidement, que j’espère utiles s’agissant d’une notion extrêmement ancienne, et même chargée historiquement, mais qui n’est utilisée que depuis peu dans notre secteur [1]. La note tourne autour de la distinction nécessaire entre « Bien commun » et « biens communs ». Un peu d’étymologie Non seulement les notions, mais le vocabulaire lui-même proviennent des romains. Commun vient de communis, adjectif = commun, accessible. Les romains connaissent le(s) bien(s) public(s) : bonum publicum. Le(s) bien(s) commun(s) On utilise ici les notions de base du droit romain, telles qu’elles ont rebondi avec le Code civil (Napoléon).

Licence simplifiée « information publique librement réutilisable » | RIP-MJ L’objectif de cette licence est de certifier la qualification juridique information publique au sens du droit français (loi ° 78-753 du 17 juillet 1978) et de simplifier les conditions de réutilisation Cette information est librement et gratuitement réutilisable, commercialement ou non, à condition de respecter les exigences suivantes (article 12 de la loi du 17 juillet 1978) : Sauf accord de l’administration, la réutilisation des informations publiques est soumise à la condition que ces dernières ne soient pas altérées, que leur sens ne soit pas dénaturé et que leurs sources et la date de leur dernière mise à jour soient mentionnées Voir la licence complète Toute réutilisation d’informations publiques référencées sur le RIP-MJ nécessite de transmettre un courriel à cette adresse Voir la version anglaise/ See the english version Voir la version allemande/ See the german version

Récit d'un rite de passage vers... Creative Commons. - Le Docablock Blog! Récit d'un rite de passage vers... Creative Commons. Voilà plusieurs jours que j'y pensais: mettre le contenu de ce blog sous licence Creative Commons. Non que je pense que les propos du Docablock doivent être diffusés le plus largement pour apaiser les maux de la planète 2.0 souffrante, mais il me semblait que c'était une idée qui pouvait être intéressante que d'expérimenter ce dont même les médias généralistes parlent de plus en plus, et éventuellement d'en faire un récit aux "apprentis-documentalistes 2.0"... Les licences Creative Commons deviennent incontournables sur Internet. ?? Il ne faut pas confondre le phénomène des Creative Commons (CC) et les logiciels libres. Il s'agit d'adapter le droit d'auteur à Internet, gigantesque jungle informationnelle (dans tous les sens du terme) où le droit se perd souvent dans la masse des ressources produites... La grande originalité est de permettre avant d'interdire. 6 contrats en découlent, au niveau du droit français. 1 et 2

Main Page Annuler Modifier Supprimer Prévisualisation rétablir Texte de la note (syntaxe Wiki acceptée) Impossible d'enregistrer la note (conflit d'édition ou autre problème). Veuillez s.v.p. copier le texte entier de la boîte ci-dessous et l'insérer manuellement en éditant cette page. La note sera publiée multi-licenciée sous les termes de la licence CC-BY-SA-3.0 et de la GFDL, versions 1.2, 1.3, ou des versions plus récentes. Voir les conditions d'utilisation pour des informations supplémentaires. Ajouter une note Dessinez un rectangle sur l'image ci-dessus (appuyer le bouton gauche de la souris, tirer, puis relâcher). Enregistrer Vous pouvez modifier des annotations d'images seulement si votre navigateur contient un objet « XMLHttpRequest ». Cancel Edit Delete Preview revert Text of the note (may include Wiki markup) Could not save your note (edit conflict or other problem). Add a note Draw a rectangle onto the image above (press the left mouse button, then drag and release). Save

Related: