background preloader

Ce que le mot « racisé » exprime et ce qu’il masque

Ce que le mot « racisé » exprime et ce qu’il masque
Dans un article paru en octobre 2014 à l’occasion de la sortie en salles aux Etats-Unis de Dear White People (texte traduit et publié sur ce site au moment de la sortie du film en France), Stephen Kearse pose d’emblée que « la plus grande puissance du racisme est sa capacité à simplifier radicalement le monde », à rendre celui-ci « univoque ». La tâche fondamentale de tout travail antiraciste consiste alors selon lui à « contester et [à] saper cette simplicité artificielle, en exposant la complexité implacable du monde ». L’étude du terme « racisé.e » et de ses usages permet justement de mettre à jour à la fois la manière dont les simplifications et réductions du racisme imprègnent l’antiracisme même, mais aussi comment le vocabulaire antiraciste – et plus particulièrement ce terme – peut être porteur de complexifications et de clarifications politiques salutaires. C’est toute l’ambigüité des usages du mot « racisé.e » dont nous aimerions ici discuter. Centralité de la race

http://www.etatdexception.net/ce-que-le-mot-racise-e-exprime-et-ce-quil-masque/

Related:  NeuroatypicitéRacisme institutionnelA LIRE 2Racisme

Top 10 des personnes célèbres qui sont autistes (et qui pour certaines l'ont découvert très tard) L’autisme est un syndrome difficile à appréhender, dont on sait tout au plus qu’il altère le développement cognitif et engendre bien souvent des difficultés sociales pour ceux qui en sont atteints. Parmi les formes d’autisme, cela dit, il en existe une, le syndrome d’Asperger, qui n’entrave pas le développement de l’intelligence mais limite la capacité de celui qui en est atteint à tisser des relations sociales normales. Bref, rien qui n’empêche de réussir. 1. Susan Boyle Diagnostiquée en 2013, Susan Boyle est atteinte d’Asperger.

Racisme d’État : la preuve par Jean-Michel Blanquer À l’Assemblée nationale, puis par un communiqué mis en ligne sur le site du ministère de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer a annoncé son intention de porter plainte contre le syndicat Sud-éducation 93 : une intolérable atteinte aux libertés syndicales et, au-delà, une tentative d’intimidation qui en dit long sur la conception très singulière que le gouvernement se fait de la liberté d’expression et de la lutte antiraciste. « L’affaire » a commencé avec la dénonciation le 18 novembre, par le « Printemps républicain », de l’organisation, par SUD-éducation 93, d’un stage syndical intitulé « Au croisement des oppressions – Où en est-on de l’antiracisme à l’école ? », prévu les 18 et 19 décembre. L’objet – initial – du scandale ?

L'antiracisme commence avec la déconstruction du privilège blanc Temps de lecture: 7 min Lors des récentes manifestations au TGP de Saint-Denis, qui mettaient en cause le racisme d’Exhibit B –performance revendiquant une réflexion sur le rapport noirs/blancs et la colonisation– la rappeuse Casey a abordé un paradoxe encore tabou en France, tant de le monde artistique que dans la société civile: «Tu peux pas parler d'esclavage en montrant que l'esclave, faut montrer aussi l'esclavagiste (…) faut que le blanc il se détermine en tant que blanc (…) Ils ont du mal à se projeter, ils ont du mal à se déterminer en tant que blancs»

Trouble de déficit d'attention: même trouble, symptômes différents « Mes amis travaillent 10 fois moins que moi dans leurs devoirs pour avoir de bons résultats. Alors que moi, je travaille, j'étudie, je fais tout ce qu'on me demande. Ça doit être... mon intelligence. » «Blanchité», «racisé», «racisme d'Etat» : M. Blanquer, ces concepts sont légitimes dans le débat public On avait accusé la sociologie de fournir des «excuses» aux criminels, ce sont aujourd’hui ses concepts qui sont pris pour cibles. Un effort minimal aurait pourtant suffi au ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, pour découvrir qu’en fait de «mots épouvantables», «blanchité» et «racisé» sont des termes scientifiques utilisés en France et ailleurs depuis plusieurs décennies. Ces concepts, consolidés au fil des ans, s’inscrivent dans des cadres théoriques partagés et font l’objet d’ouvrages et d’articles académiques nombreux.

"Elle en fait des tonnes !" : à l'hôpital, le cliché raciste du "syndrome méditerranéen" Trois semaines après l'ouverture d'une enquête préliminaire, les questions se bousculent toujours autour de la mort de Naomi Musenga. Pourquoi la jeune femme n’a-t-elle pas été prise au sérieux par une opératrice du Samu ? Les hypothèses abondent. L’une émerge, plus discrètement : Naomi aurait pu être victime d’un traitement raciste. Un préjugé répandu dans le milieu médical, qu'on nomme, entre collègues, "syndrome méditerranéen". Derrière cette appellation faussement scientifique, se cache un stéréotype raciste.

Archives - Tel père, telle fille Ils oublient leurs clés, ne terminent jamais ce qu’ils ont commencé, sautent du coq à l’âne lors des conversations ou ne supportent pas l’idée de se retrouver dans une file d’attente. Bienvenue dans le monde des adultes atteints de TDA-H , entendez du trouble du déficit d’attention et/ou hyperactivité ou encore «tada», comme on l’appelle couramment. Dépisté chez l’enfant, ce mal l’est plus rarement chez les grands. Il faut dire que jusqu’il y a peu, on pensait qu’il disparaissait à l’adolescence. La réalité est bien différente et rattrape parfois sans crier gare les supposés anciens hyperactifs.

Comment la blanchité perpétue le racisme ? Entretien avec Robin DiAngelo - Etat d'Exception Gawker : Qu’est-ce que la blanchité [whiteness], et comment est-elle construite ? Robin DiAngelo : Le racisme a deux fonctions principales : l’oppression des racisé-e-s [people of color], oppression que la plupart des gens reconnaissent, mais aussi l’élévation simultanée des Blancs. Vous ne pouvez pas tenir un groupe vers le bas sans élever l’autre vers le haut.

La décence, chèr-e-s blanch-e-s...( 5ème partie) [1ère partie] [2ème partie] [3ème partie] [4ème partie] Le colorblind Le « Haut Potentiel Intellectuel » Que dire de l’étiquette « Haut Potentiel Intellectuel », et ses variantes « surdouée », »(très) haut QI », « précoce », ou encore « zèbre » ? J’avais beaucoup apprécié l’article-témoignage de Gwenn sur le sujet, « Ma petite aventure avec le Quotient Intellectuel et la surdouance » (premier paragraphe cité ci-dessous). Le QI serait censé calculer la capacité à raisonner logiquement d’une personne, sa capacité intellectuelle.

Related: