background preloader

Définir la littératie numérique

Définir la littératie numérique
Habilo Médias, Centre canadien d'éducation aux médias et de littératie numérique, publie en ligne un document de discussion intitulé « Définir la politique de littératie numérique et la pratique dans le paysage de l’éducation canadienne » visant à définir les caractéristiques et les points d’intérêt de la littératie numérique et de la citoyenneté numérique dans l’ensemble du pays, à explorer des idées et des pratiques pour enseigner et apprendre avec les technologies numériques ainsi que de nouvelles perspectives dans les écoles où l’enseignement et l’apprentissage se font avec ces mêmes technologies. Quelle définition de la littératie numérique ? Selon les auteurs, il n'existe pas de définition consensuelle de la littératie numérique. Pour se forger une solide culture numérique, ils retiennent toutefois l'idée d'une combinaison de capacités technologiques, de compétences intellectuelles et de comportements éthiques. Enseigner la littératie numérique Utiliser, comprendre et créer

http://eduscol.education.fr/numerique/actualites/veille-education-numerique/mai-2015/definir-la-litteratie-numerique

Related:  culture informationnelleinfoticeA classer-a lireTHINK NUMERIQUENotions SIC

Référentiel de compétences Web mis à jour (par Mozilla) La Fondation Mozilla a mis à jour son référentiel de compétences Web / Carte de littératie Web (en anglais, le « Web Literacy Map » spécifications) dans sa version 1.1. Ce cadre liste les compétences et aptitudes que la fondation considèrent essentielles pour s’améliorer à lire, écrire et participer sur le Web… offrant ainsi une définition renouvelée de la culture numérique (ou Littératie Web). Bref, Mozilla considère l’internaute et le mobinaute d’aujourd’hui comme un utilisateur actif et acteur de l’Internet : il agit non seulement par le choix de sites visités mais aussi par ses contributions au Web. Mieux maîtriser les données personnelles Dans le cadre de ses missions, la Commission nationale de l’informatique et des libertés est « chargée de veiller à ce que l’informatique soit au service du citoyen et qu’elle ne porte atteinte ni à l’identité humaine, ni aux droits de l’homme, ni à la vie privée, ni aux libertés individuelles ou publiques ». Les actualités de nature nationale et internationale confirment la place de choix réservée aux données personnelles qui se positionnent au cœur du débat public : droit au déréférencement, projet de loi sur le numérique, projet de loi relatif au renseignement, rapport du Conseil d’État, négociations sur le projet de règlement européen sur la protection des données... Quels enjeux en 2015 ? Parmi les enjeux clairement identifiés par la CNIL figure la recherche d'un équilibre entre libertés, sécurité et innovation, suite notamment aux révélations d’Edward Snowden et aux attaques terroristes perpétrées en janvier 2015 en France.

Le parisien magazine. blockchain, la révolution dont tout le monde parle En 1993, Marc Andreessen, étudiant américain, mettait au point le premier navigateur Internet. Personne n’aurait deviné que cette invention allait permettre au Web, qui était alors un réseau compliqué réservé aux informaticiens, de devenir un outil utilisé désormais par 3,2 milliards de personnes. Aujourd’hui, Marc Andreessen, à la tête de son propre fonds d’investissement, parie sur une nouvelle technologie : la blockchain, « la révolution la plus importante depuis Internet », a-t-il confié au New York Times. Beaucoup, comme l’auteur canadien Don Tapscott, partagent son avis. La blockchain permettrait en effet de se passer de tous les intermédiaires dans les échanges commerciaux ou administratifs.

Consocréation : l’illusion de compétence Le terme consocréation est un oxymore. Il décrit le lien indissociable entre la consommation de la création. Déjà fortement présents avant l’apparition d’Internet, les outils consocréatifs sont ceux qui proposent un encadrement technique à base de masques, de modèles ou de thèmes. Quels enjeux pour les bibliothèques et l’open data ? Le pari pour les bibliothèques dans le futur tiendrait-il en deux mots, open et data ? À quoi servent les données des bibliothèques et dans quel cadre les diffuser, état des lieux et propositions. En plus des traditionnels open source et open access, les bibliothèques vont être de plus en plus confrontées à l’avenir à un troisième Open, l’Open data.

Faire une recherche, ça s’apprend!… dès le primaire En collaboration avec Julie-Christine Gagné, professionnelle de recherche, Université Laval Professeure en technologie éducative à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université Laval, j’ai trop souvent constaté que les étudiants du 1er cycle universitaire et même des cycles supérieurs ne savent pas comment faire une recherche d’information pour documenter leurs travaux. Et, comme les étudiants de 1er cycle de ma faculté se destinent à l’enseignement, j’ai estimé essentiel qu’ils acquièrent des compétences informationnelles afin d’être en mesure de les enseigner – à leur tour – à leurs élèves. De plus, comme les enseignants en exercice se sentent généralement démunis à l’égard de la recherche d’information et de la formation de leurs élèves aux compétences informationnelles, j’ai mis sur pied un projet pour tenter de répondre à ces besoins. Dans cet article, Julie-Christine Gagné et moi vous présentons brièvement le projet Faire une recherche, ça s’apprend! Le projet

Exporter une vidéo Adobe Voice La nouvelle application Voice fait fureur depuis une semaine car elle permet en quelques minutes de faire une présentation mêlant voix, images, icônes et texte. Malheureusement, Adobe souhaite conserver les vidéos et ne permet pas leurs récupérations et l’exportation. @nicoguitare a trouvé une solution ici Comment transformer Internet en machine à remonter le temps ? Comment repenser Internet comme un lieu d’archivage de l’histoire, et pas seulement comme un lieu de stockage de données du présent ? Comment renforcer la mémoire d’Internet ? Depuis ses tout débuts, au milieu des années 90 jusqu’à l’acmé que constituent aujourd’hui les réseaux sociaux, Internet s’est présenté comme une sorte de diffraction du présent : un vaste maintenant, toujours repoussé, toujours réactualisé, un présent qui n’en finirait jamais d’être au présent. Or internet a déjà plus de 20 ans et qu’en sera-t-il dans 50, 100, 200 ans ? C’est tout l’enjeu de la seconde révolution d’internet, qui se déroule en ce moment, et qui a pour but d’ajouter le temps comme principe d’indexation.

Du Multi-Media au Storytelling : les progrès de l’usager Depuis les premiers cd-rom culturels produits par la Réunion des Musées Nationaux (RMN) dans les années 90 jusqu’aux tous récents « e-albums » qu’elle propose en parallèle des grandes expositions parisiennes aujourd’hui, nous pourrions retracer l’histoire, hésitante et balbutiante des écritures interactives, ou relever les innovations technologiques et servicielles qui les ont accompagnées, ou encore décliner les paradigmes de l’augmentation, de la participation ou de la médiation. Nous préférons cependant porter l’attention sur les progrès de l’usager. Progrès qui ne dépendent en rien de l’univers culturel ou de ses productions mais qui ont été permis par les productions commerciales, professionnelles accessibles via Internet ou les connected devices en cours ; progrès qui aujourd’hui redonnent toute leur place aux e-albums et autres applications culturelles. Bibliographie : Plus d’infos sur la programme du colloque scientifique sur www.ludovia.org/2015/colloque-scientifique

« Big Data » : la quatrième révolution industrielle ? - Blog de Soft Computing « Big Data » : le champ du possible tiré par l’évolution des technologies. Allez donc sur google trends pour vérifier la fréquence de recherche sur « Big Data » : le terme apparaît réellement dans les radars mi 2010 pour résonner toujours plus fort. Et si, San Francisco et Bangalore restent surreprésentés, une part significative des recherches provient maintenant de villes en dehors de ces deux Silicon Valleys, signes que le concept sort du cercle fermé des geeks. De quoi s’agit-il ?

L'éducation aux médias et à l'information Ce dossier a été coordonné par le Canopé-académie de Lyon et le Canopé-académie de Toulouse pour Savoirs CDI. La loi de refondation de l'école annonçait à la rentrée 2013 une « éducation renouvelée aux médias, à l’information et à l’usage responsable d’internet et des réseaux sociaux dispensée de l’école primaire au lycée » avec une forte empreinte numérique. Il s’agissait que les élèves acquièrent les « connaissances et compétences nécessaires à la maîtrise de l’information, devenue aujourd’hui une condition essentielle de l’accès aux autres savoirs ». Quelles conséquences au niveau didactique pour l’enseignant documentaliste qui participe depuis de nombreuses années à l’éducation aux médias d’une part, à l’éducation à la maîtrise de l’information d’autre part ? Des pistes pédagogiques sont proposées en un second temps, tout d’abord à travers le prisme des programmes du collège.

La capsule vidéo pédagogique par l’exemple Très impliquée dans l’usage des TICE et dans la pédagogie inversée, Marie Soulié – professeur de français au collège Daniel Argote d’Orthez (64) – a conçu avec ses collègues professeurs une série de capsules vidéos mises en ligne et partagées sur le mur collaboratif Padlet. Des idées de scénarii pédagogiques pour réaliser ses propres productions ! EXCELLENT TRAVAIL !!! Merci pour le partage ! → Ex : « Capsule « Lettre à une disparue »

« Une histoire française du Web… » Chargée de recherche au CNRS, à l’Institut des sciences de la communication, Docteur en histoire contemporaine et habilitée à diriger des recherches, lauréate du prix de l’Inathèque, Valérie Schafer est spécialiste d’histoire des télécommunications et de l’informatique. Comment devient-on historienne d’Internet, du Web et des cultures numériques ? Valérie Schafer : Pouvoir se penser historien de l'Internet, du Web ou encore des cultures numériques est, en fait, très récent. La reconnaissance de l'histoire de l'informatique date déjà de quelques décennies, celle de l'histoire du numérique émerge seulement. Mais les sensibilités académiques évoluent. À titre personnel, c’est via un DEA puis ma thèse avec le professeur Pascal Griset, commencée en 2002, que j’ai abordé l’histoire de l’informatique et des télécommunications, en m’intéressant à l’histoire des réseaux Cyclades et Transpac.

Related: