background preloader

Translittératie

Translittératie

http://www.scoop.it/t/translitteratie

Related:  littératie/translittératieInfo - Doc - Com

Comprendre la notion de translittératie A la convergence des cultures de l’information : information-documentation, médias et informatique, la translittératie est une notion récemment interrogée par les professionnels et les chercheurs en science de l’information, sans pour autant que l’intérêt de ces analyses ne se limite aux seuls experts. La définition communément acceptée est celle traduite de la définition initiale de Sue Thomas « l’habileté à lire, écrire et interagir par le biais d’une variété de plateformes, d’outils et de moyens de communication, de l’iconographie à l’oralité en passant par l’écriture manuscrite, l’édition, la télé, la radio et le cinéma, jusqu’aux réseaux sociaux » Définition qui donne son poids à l’éventail de formations qu’elle implique à l’ère du papier, de l’audio-visuel et du numérique. Quelles origines, quelle définition, quel rapport avec les autres littératies, quels enjeux ? Pour mieux comprendre la notion, voici quelques textes récents : Translittératie et compétences médiatiques (1)

Comprendre la notion de translittératie - Doc pour docs A la convergence des cultures de l’information : information-documentation, médias et informatique, la translittératie est une notion récemment interrogée par les professionnels et les chercheurs en science de l’information, sans pour autant que l’intérêt de ces analyses ne se limite aux seuls experts. La définition communément acceptée est celle traduite de la définition initiale de Sue Thomas « l’habileté à lire, écrire et interagir par le biais d’une variété de plateformes, d’outils et de moyens de communication, de l’iconographie à l’oralité en passant par l’écriture manuscrite, l’édition, la télé, la radio et le cinéma, jusqu’aux réseaux sociaux » Définition qui donne son poids à l’éventail de formations qu’elle implique à l’ère du papier, de l’audio-visuel et du numérique. Quelles origines, quelle définition, quel rapport avec les autres littératies, quels enjeux ? Pour mieux comprendre la notion, voici quelques textes récents :

Culture Informatique et Internet : cours de fév/mars A noter que le cours CI&I du mardi 27 mars ne pourra avoir lieu (à rattraper en fin d’année – juin 2012) Sans faire un résumé complet des cours liés au sujet Google, voici un petit aide-mémoire relatif aux séances de ces dernières semaines qui nous ont conduit de Google à Facebook, pour comprendre ce mastodonte du Web. Le grand chapitre Google étalé sur plusieurs semaines était nécessaire pour 2 raisons essentielles : La #translittératie pour les Nuls Pour y voir plus clair ! – Thèse d’Olivier Le Deuff sur les littératies, La culture de l’information en reformation : – Le groupe de recherche en Littératie Médiatique Multimodale du réseau des Universités du Québec : – Les séminaires du GRCDI (Groupe de Recherche sur la Culture et la Didactique de l’information) : avec l’intervention d’Alexandre Serres, Repères sur la translittératie : et celle de Pierre Fastrez, Translittératie et compétences médiatiques :

Les fondements de la littératie numérique Introduction De nos jours, on dit souvent que les jeunes sont « les enfants du numérique » en raison de leur apparente facilité à utiliser tous les outils technologies. On le comprend aisément : les jeunes Canadiens vivent dans un monde interactif, une culture numérique « sur demande » où ils ont accès aux médias à toute heure et en tout lieu, à volonté. La messagerie instantanée, le partage de photos, les messages texte, les réseaux sociaux, la vidéo en continu et l’Internet sans fil – dans tous ces secteurs d’activité, les jeunes ont pris les commandes et créer une nouvelle façon de « vivre » et de naviguer sur le Net.

Translittératie La translittératie désigne la littératie qui s’exerce sur une multitude de supports et de médias. C’est en quelque sorte une métalittératie qui peut être mobilisée dans différentes circonstances. Il faut cependant rappeler en quoi consiste la littératie elle-même. En effet, trois sens principaux sont à retenir : La translittératie Si il est une notion qui commence à faire du « bruit » en science de l’information, c’est bien la translittératie. S’agit-il d’une forme de littéracie englobant toutes les autres ou une variante parmi les nombreuses existantes ? Je vous propose de faire un petit point rapide !

Cultiver sa "littératie" dès le plus jeune âge La littératie, selon l’OCDE, est « l’aptitude à comprendre et à utiliser l’information écrite dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d’atteindre des buts personnels et d'étendre ses connaissances et ses capacités ». Dans le monde de l’éducation, elle désigne donc généralement l’ensemble des apprentissages de bases (écriture et lecture notamment) enseignés aux enfants dans le but de leur faire acquérir des connaissances fondamentales qui leur permettront d’être « fonctionnels » dans la société. Un concept dont l’importance lui a déjà valu la création de sites spécialisés à l’instar de litteratout.com, qui se présente comme étant une banque de ressources pédagogiques en littératie pour l’élémentaire. Il propose ainsi aux enseignants du primaire, des ressources éducatives à télécharger au format pdf. Il s’agit essentiellement d’activités d’apprentissage de la lecture et de l’écriture destinées aux 6-12ans.

Évaluation de l'information — Documentation (CDI) Pour apprendre aux élèves à avoir un regard critique sur l’information trouvée sur Internet Un dahu au bahut : regard critique sur l’informationDans cette vidéo, réalisée sous la direction de la SDTICE, la séance se déroule en collaboration avec le documentaliste et l'enseignant de technologie. Elle concerne des élèves de 3ème. Les élèves sont amenés à repérer les éléments qui permettent de valider les informations trouvées sur un site ou une page web, d'identifier, d'évaluer et de confronter leurs sources. Scénarios pédagogiques Travail en ECJS sur le thème de la famille (lycée professionnel, seconde)

Pour une histoire de l'informatique dans l'enseignement français Émilien PÉLISSET L'informatique est dans une situation paradoxale : née voici près d'un demi-siècle, elle reste néanmoins une « technologie nouvelle » ; son évolution rapide multiplie les techniques de plus en plus sophistiquées mais l'abondant discours qu'elle suscite reste pauvre, imprécis. Le catalogue des néologismes en « tique » s'allonge jusqu'au ridicule. L'expression de ceux qui pratiquent et savent est submergée par le raz de marée des propos de ceux qui causent sans savoir mais qui font le spectacle et s'évadent audacieusement du réel pour donner dans le futurisme ; et ils restent sans vergogne alors que leurs prophéties se révèlent farfelues.

Divina Frau-Meigs et la translittératie numérique Connue dans le monde universitaire pour ses recherches sur la sociologie des médias, Mme Divina Frau-Meigs ne l’est guère du grand public. Son parcours : Divina Frau-Meigs, normalienne, agrégée, est professeure à l’Université de Paris III (Sorbonne nouvelle) en sciences de l’information et de la communication et en langues et littératures anglaises et anglo-saxonnes. Elle est également diplômée de grandes universités américaines (Stanford, Palo Alto) et de l’Annenberg School for Communications (université de Pennsylvanie à Philadelphie). Sociologue des médias, elle est spécialiste des contenus et comportements à risque (violence, pornographie, information, paniques médiatiques,…), ainsi que de questions de réception et d’usage des technologies de l’information et de la communication (acculturation, éducation, réglementation…).

Un exemple de translittératie : l'évaluation de l'information sur internet / E-dossier de l'audiovisuel : L'éducation aux cultures de l'information Titulaire du Capes de Documentation en 1992, enseignant dans les filières documentaires à l’Université Rennes 2, docteur en Sciences de l’information et de la communication en 2000,Alexandre Serres est depuis 2002 maître de conférences et coresponsable de l’Unité régionale de formation à l'information scientifique et technique (Urfist) de Bretagne-Pays de la Loire. Membre de l’Équipe d’accueil 3207 PREFics (Plurilinguismes, représentations, expressions francophones, information, communication, sociolinguistique) à l’Université Rennes 2, il consacre l’essentiel de ses travaux à la culture informationnelle, la didactique de l’information, l’évaluation de l’information sur Internet et la formation des étudiants et des doctorants à l’information scientifique. Il a été membre du Comité éditorial et scientifique de Formist, et a participé aux travaux de l’ERTé (Équipe de recherche en technologie éducative) « Culture informationnelle et curriculum documentaire » de Lille 3. 1. 4.

Related: