background preloader

Les Utopies

Facebook Twitter

Utopie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Utopie

L’utopie (mot forgé par l'écrivain anglais Thomas More, du grec οὐ-τόπος « en aucun lieu ») est une représentation d'une réalité idéale et sans défaut. C'est un genre d'apologue qui se traduit, dans les écrits, par un régime politique idéal (qui gouvernerait parfaitement les hommes), une société parfaite (sans injustice par exemple, comme la Callipolis de Platon ou la découverte de l'Eldorado dans Candide) ou encore une communauté d'individus vivant heureux et en harmonie (l'abbaye de Thélème dans Gargantua de Rabelais en 1534), souvent écrites pour dénoncer les injustices et dérives de leurs temps. Utopia. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Utopia

Le titre est construit d’après une racine grecque signifiant « lieu qui n'est nulle part », οὐ τοπος (ou topos) en grec[1]. Bien que Thomas More ne fût pas économiste, mais juriste, historien, théologien et homme politique, Utopia, qui n'était pas un traité d'économie, mais plutôt une satire de la société de son temps, fut repris au XIXe siècle pour construire des théories économiques. Récit[modifier | modifier le code] Utopus conquiert Abraxa, terre rattachée au continent, et lui donne son nom. More Utopie (extrait) Utopie, la quête de la société idéale en Occident. Les Lumières (2/4) : L'utopie au temps des Lumières. Diderot tahitiens. LA Tahitiens Diderot. Apologue Troglodytes(texte) Voltaire Candide chap 18 Eldorado. Voltaire Candide chap 18 Eldorado (commentaire) Expo virtuelle Gallica. Les fondateurs du genre utopique, Thomas More au XVIe siècle, Bacon ou Campanella au XVIIe siècle se réclament tous de l'idée gréco-romaine de cité idéale.

Expo virtuelle Gallica

En publiant en 1516 Utopia, Thomas More fonde un genre nouveau au croisement de la littérature, de la politique et de la philosophie. Durant la Renaissance, se développe une ample réflexion sur la cité idéale. La découverte du Nouveau Monde permet à l'imaginaire utopique de projeter ses aspirations : certains tentent de réaliser leurs rêves en fondant des colonies. D'autres, architectes visionnaires tels que Boullée ou Lequeu, imaginent des cités et des édifices qui incarnent des valeurs avant de répondre à des besoins. Smith division travail. Ledoux vue de Chaux (1804) Arc et Senans. Ledoux. Pavillon directeur atelier. Maison directeur. Sam full 11. Panoramique.

Ledoux plan saline royale. Dystopie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dystopie

Une dystopie est un récit de fiction dépeignant une société imaginaire organisée de telle façon qu'elle empêche ses membres d'atteindre le bonheur. Une dystopie peut également être considérée, entre autres, comme une utopie qui vire au cauchemar et conduit donc à une contre-utopie. L'auteur entend ainsi mettre en garde le lecteur en montrant les conséquences néfastes d’une idéologie (ou d’une pratique) présente à notre époque[1].

La différence entre dystopie et utopie tient plus à la forme littéraire et à l'intention de son auteur qu'au contenu. En effet, nombre d'utopies positives peuvent également se révéler effrayantes. Huxley fiche BraveNewWorld. Le Meilleur des mondes. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Meilleur des mondes

Le roman a été adapté à la télévision en 1980 et en 1998. Résumé de l'intrigue[modifier | modifier le code] Présentation du Meilleur des Mondes (chapitres 1 à 6)[modifier | modifier le code] L'histoire débute à Londres, en l’an 632 de Notre Ford, dans un bâtiment gris nommé « Centre d'incubation et de conditionnement de Londres-Central ». Dans le monde décrit par l'auteur, l'immense majorité des êtres humains vit au sein de l'État mondial – seul un nombre limité de « sauvages » est encore regroupé dans des réserves. Dans cette société, la reproduction sexuée telle qu'on la conçoit a totalement disparu ; les êtres humains sont tous créés en laboratoire, les fœtus y évoluent dans des flacons, et sont conditionnés durant leur enfance.

Une fois enfants, les jeunes humains reçoivent un enseignement hypnopédique qui les conditionne durant leur sommeil, créant une morale commune profondément ancrée dans les subconscients de chacun. 1984 (roman) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

1984 (roman)

Sur les autres projets Wikimedia : 1984 (roman), sur Wikiquote Il décrit une Grande-Bretagne trente ans après une guerre nucléaire entre l'Est et l'Ouest censée avoir eu lieu dans les années 1950 et où s'est instauré un régime de type totalitaire fortement inspiré à la fois du stalinisme et de certains éléments du nazisme[2],[3]. La liberté d'expression n’existe plus. Toutes les pensées sont minutieusement surveillées, et d’immenses affiches sont placardées dans les rues, indiquant à tous que « Big Brother vous regarde » (Big Brother is watching you).

Le monde en 1984 selon George Orwell[4]. Winston Smith, 39 ans, habitant de Londres en Océania, est un employé du Parti Extérieur, c'est-à-dire un membre de la « caste » intermédiaire du régime océanien, l'Angsoc (mot novlangue pour « Socialisme Anglais »). BIENVENUE A GATTACA - bande-annonce (vost)