background preloader

Fukushima - Japon (2011)

Facebook Twitter

L'analyse de l'IRSN du déroulement de l'accident de Fukushima. HORS DE CONTROLE - SEISME A FUKUSHIMA. Le gouvernement japonais pourrait rejeter les eaux contaminées de Fukushima dans le Pacifique. Fukushima : le robot sous-marin Mini-Mambo explore le 3e réacteur noyé de la centrale - Sciencesetavenir.fr. PLONGEON.

Fukushima : le robot sous-marin Mini-Mambo explore le 3e réacteur noyé de la centrale - Sciencesetavenir.fr

Vendredi 11 mars 2011 : la terre tremble au Japon, entraînant une chaîne de catastrophes dans la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi, se soldant par l'entrée en fusion de ses réacteurs. Plus de 6 ans plus tard, de nombreuses incertitudes demeurent. Par exemple, où se trouve désormais le corium (amalgame du cœur de combustible nucléaire avec les différents éléments métalliques tels que la cuve) dans le réacteur numéro 3 de la centrale ? Une question d'importance : le corium, très radioactif, est hautement toxique. Il est théoriquement capable de faire fondre tous les matériaux ... et de couler à pic dans les profondeurs en raison de son importante densité, où il occasionnerait des effets inconnus.Pour répondre à ces questions critiques sans faire courir des risques aux vivants, l'exploitant japonais Tepco recourt à Mini-Mambo, un robot sous-marin capable d'explorer les 6 mètres d'eaux contaminées qui baignent le fond de l'enceinte de confinement.

DÉMANTÈLEMENT. Avec AFP. Top 10 des photos du site de Fukushima abandonné, du silence à perte de vue. L’accident de Fukushima a dispersé des « billes » de césium radioactif jusqu’à Tokyo. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Philippe Mesmer (Tokyo, correspondance) et Pierre Le Hir C’est une découverte qui renforce la spécificité de la catastrophe nucléaire de Fukushima et modifie l’étude de son impact environnemental et sanitaire.

L’accident de Fukushima a dispersé des « billes » de césium radioactif jusqu’à Tokyo

Lors de la conférence de géochimie Goldschmidt organisée du 26 juin au 1er juillet à Yokohama, au sud de Tokyo, une équipe réunissant des chercheurs de différentes universités, notamment de Kyushu (sud-ouest du Japon) et de Nantes (Loire-Atlantique), a révélé que 89 % des émissions de césium radioactif des trois réacteurs dont le cœur a fondu en mars 2011, l’ont été sous la forme de microparticules de verre. Celles-ci ont été décelées dans les poussières recueillies, le 15 mars 2011, par un filtre à air installé sur un bâtiment de Suginami, un arrondissement de l’ouest de Tokyo. Lire aussi : Cinq ans après Fukushima, les débats sur le nucléaire restent vifs au Japon Interaction entre les cœurs fondus et le béton Plus irradiantes et persistantes.

Tchernobyl, Fukushima : vivre avec. Trente ans après la catastrophe de Tchernobyl, le 26 avril 1986, cinq ans après celle de Fukushima, le 11 mars 2011, que peuvent nous révéler du risque nucléaire les territoires dits "faiblement" contaminés, dont les habitants sont restés sur place ?

Tchernobyl, Fukushima : vivre avec

En Europe, dans ces "zones grises" décrétées vivables, près de 7 millions de personnes réparties sur 120 000 km2 entre la Russie, l'Ukraine, la Biélorussie et la Norvège ont basculé dans l'inconnu, devenant les cobayes d'une cohabitation permanente avec la radioactivité. Dans les territoires les plus proches de Tchernobyl, le mois suivant l'accident, celui-ci a provoqué une épidémie de cancers infantiles de la thyroïde, mais ensuite ? Que sait-on des conséquences à court, moyen et long termes d'une contamination qui continue d'affecter l'environnement et la chaîne alimentaire ? À quelles conditions, en courant quels risques, les populations concernées ont-elles continué à vivre sur place ?

"Zones grises" Fukushima : les 10 vidéos les plus effrayantes de la tragédie qui a ébranlé le monde. LEAD 1-La justice japonaise ordonne l'arrêt de deux réacteurs nucléaires. (Actualisé avec réaction, contexte) TOKYO, 9 mars (Reuters) - La justice japonaise a ordonné l'arrêt des opérations d'exploitation sur les réacteurs numéro 3 et 4 de la centrale nucléaire de Takahama, rapporte mercredi la chaîne publique NHK faisant état de l'inquiétude des habitants de la région quant à la sécurité de l'installation.

LEAD 1-La justice japonaise ordonne l'arrêt de deux réacteurs nucléaires

La décision du tribunal du district d'Otsu devrait conduire à un arrêt immédiat du réacteur numéro 3 de la centrale exploitée par Kansai Electric Power qui avait été remis en fonction en janvier. Fukushima, l'interminable démantèlement. Wiki_Adminet: Fukushima. Fukushima : l'eau pour le futur barrage de glace ne veut pas geler. Retour d'Ultraman après 21 jours sans articles.

Fukushima : l'eau pour le futur barrage de glace ne veut pas geler

Les choses ne s'arrangent pas. Centrale de Fukushima : TEPCO défie les lois de la physique en prétendant que l'eau gèle à 5°C pendant que les ouvriers déversent de la glace dans la tranchée du bâtiment de turbine du réacteur 2 TEPCO dit qu'en déversant de la glace et de la "glace sèche" (dioxyde de carbone ou neige carbonique) ils peuvent abaisser la température de l'eau contaminée de la tranchée à environ 5 degrés Celsius, et qu'ils pourront ensuite créer un barrage continu de glace. Je pensais jusqu'ici que l'eau gelait à zéro degré Celsius. Comme le monde entier redevient apparemment fou en ce mois de juillet, il est possible que TEPCO ait raison en disant que l'eau gèle à 5°. D'après des photos et vidéos de TEPCO du 24 juillet 2014 : Les ouvriers semblent porter des gilets spéciaux, probablement pour parer aux radiations ambiantes. Pourquoi donc l'eau ne gèle-t-elle pas ?

Bon, l'eau n'a pas gelé. Fukushima: la bataille de l'eau contaminée. Fukushima : possible fuite d'eau radioactive dans un réservoir souterrain. New Japan 2011 Tsunami Video - See The power !! Nucléaire Fukushima: un An après. Dimanche, 11 Mars 2012 00:00 Nucléaire Fukushima: un An après Interview de Laurent Horvath publiée dans le journal Le Temp.Dans la presse, une actualité en chasse une autre.

Nucléaire Fukushima: un An après

Laurent Horvath, économiste spécialisé dans les questions d’énergie et fondateur du site 2000 Watts.org, suit lui minutieusement depuis un an tous les développements de la catastrophe de Fukushima. Pendant huit mois, il s’est levé à quatre heures du matin pour collecter les informations en provenance du Japon, mais aussi du reste du monde, et les publier sur son blog, reproduit online par Le Temps. Plus de 200'000 personnes l’on suivit, depuis un peu partout. Japon – Fukushima : Une concentration anormale du gaz a été détectée par Tepco dans la centrale japonaise. Fukushima, six mois après : un technicien de la centrale raconte - Planète. Comment entrer en contact avec un ouvrier travaillant actuellement sur le site de la centrale nucléaire de Fukushima ?

Fukushima, six mois après : un technicien de la centrale raconte - Planète

Via le syndicat des employés de Tepco ? Impossible : ce syndicat-maison est entièrement inféodé à TEPCO, reçoit ses ordres de la direction de la compagnie nucléaire. Depuis le désastre de Fukushima, les ordres sont de ne pas parler aux médias. J’ai tenté une voie de traverse : un petit syndicat indépendant, qui n’a pas de liens avec TEPCO. Il a fallu mobiliser plusieurs personnes de la direction pour obtenir finalement le contact d’un ouvrier. "Monsieur T.S. " est un solide gaillard au regard intelligent. "Si ça s’apprenait, je perdrais mon travail" "Je l’ai toujours sur moi, précise 'Monsieur T.S.' "Monsieur T.S.

" pose également sur la table deux téléphones portables, dont un Iphone, "pour avoir Internet et lire mes mails", précise-t-il. C’est quoi votre travail, au juste ? - Je travaille à l’entretien des machines, comme technicien. . - Parce que j’habite ici, à Iwaki. Tsunami - Kamaishi.

Radiations