background preloader

Accident nucléaire de Fukushima

Accident nucléaire de Fukushima
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'accident nucléaire de Fukushima (福島第一原子力発電所事故, Fukushima Dai-ichi (prononciation) genshiryoku hatsudensho jiko?), également désigné comme la catastrophe de Fukushima[1], est un accident industriel majeur qui a eu lieu le 11 mars 2011 au Japon, à la suite du séisme et du tsunami de 2011 de la côte Pacifique du Tōhoku. Cet accident a impliqué les réacteurs 1, 2 et 3 et la piscine de désactivation du réacteur 4 de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi : Le séisme du 11 mars 2011 a entraîné un arrêt automatique des réacteurs en service, la perte accidentelle de l'alimentation électrique et le déclenchement des groupes électrogènes. L'observation d'émissions de xénon, avant même la première dépressurisation volontaire du 1er réacteur, indique des dommages structurels probables dans la partie nucléaire des installations immédiatement après le séisme[2],[3]. Description de l'accident[modifier | modifier le code] Terme Source

http://fr.wikipedia.org/wiki/Accident_nucl%C3%A9aire_de_Fukushima

Related:  Fukushima

Accueil - IRSN - Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire Forte réplique près de la centrale d'Onagawa (7.1 Mw) suite au séisme du 11 mars 2011 Jeudi 7 avril 2011 à 23h32 heure locale (14h32 TU), un séisme de magnitude 7,1 s’est produit à quelques kilomètres de la côte Est de l’île d’Honshu au Japon, à environ 20 km de la centrale nucléaire d’Onagawa, et à 70 km à l’est de la ville de Sendaï. L’IRSN publie une note d’information sur les caractéristiques de ce séisme. L’Alliance Européenne en Radioécologie : une initiative pour une meilleure intégration des recherches menées en radioécologie en Europe Lors de la Conférence Internationale de Radioécologie et de Radioactivité Environnementale qui ouvre le 20 juin 2011 à Hamilton (Canada), huit organismes de recherche européens présentent une initiative pour intégrer les travaux de recherche en radioécologie conduits en Europe. Position de l’IRSN sur les critiques de la CRIIRAD relatives à la surveillance environnementale en France après l’accident de Fukushima

Des papillons mutants découverts à Fukushima Mutations en série à Fukushima. Des scientifiques ont en effet découvert aux alentours de la centrale de Fukushima des papillons mutants. 12% de petits papillons bleus de la famille des lycénidés exposés à la radioactivité à l'état de larves en mars 2011 après l'explosion de la centrale nucléaire ont donc développé des anomalies. Parmi elles : des ailes plus petites et une malformation des yeux. Fukushima Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : Fukushima, sur le Wiktionnaire Toponyme[modifier | modifier le code]

Simulations de la dispersion atmosphérique du panache radioactif formé par les rejets de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, entre le 12 mars et le 20 mars 2011 A compter du 12 mars 2011, le panache radioactif résultant des rejets des réacteurs nucléaires accidentés de la centrale de Fukushima s'est déplacé, tout en se diluant, dans les courants atmosphériques de l’hémisphère nord. L’IRSN a évalué, avec l’aide de Météo France, quel pourrait être l’impact à très grande distance des rejets radioactifs dans l’air provenant de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, depuis le 12 mars 2011. Ces évaluations ont été réalisées à partir de l’estimation des rejets, faite par l’IRSN grâce à l’analyse des données techniques disponibles sur les installations accidentées et dans l’environnement (plus d'informations).

Où irez-vous si Fukushima explose ? Tandis que le club des journalistes parisiens nous bombarde de gros titres sur le dernier tweet de Valérie Trierweiler (passionnant !), les mésaventures de Ségolène (navrant !), le départ de Laurence Ferrari (émouvant !) Japon : Nucléaire, la filière du silence Au sommaire : La prison hors les murs. Du bracelet électronique au travail d'intérêt général, gros plan sur les aménagements de peine dont bénéficient certains condamnés. - Turquie, un modèle à bout de souffle. Caroline Fourest et Fiammetta Venner enquêtent auprès des «gagnants» et les «perdants» de l'ère Erdogan

Journal du peuple » » Carte du nuage nucléaire et radioactif de Fukushima au Japon. Simulation des déplacements à venir. Article de admin le 18 mars 2011 | 0 commentaire Carte du nuage radioactif à 5000m cliquez dessus pour visionner l’animation. Carte du déplacement du nuage radioactif à 2500m. Cliquez dessus pour visionner l’animation. Le séisme japonais de mars 2011 La leçon de Fukushima : Nucléaire : suicide, mode d'emploi 14 mars 2011 - 31 mai 2011 25 avril 2013 : Les vidéos de jesse Ventura, vers lesquelles j'avais dirigé mes lecteurs ( 11 septembre, camps d'internement de la FEMA, Bilderberg, projet HAARP, etc ) , devenues immédiatement inaccessibles. Fukushima continuerait de fuir, selon une étude américaine Dix-neuf mois après la catastrophe nucléaire, la centrale de Fukushima pourrait continuer de fuir. C'est la conclusion d'une étude publiée jeudi dans la revue Science. Dans cette étude, Ken Buesseler, chimiste à l'Institut océanographique de Woods Hole dans le Massachusetts, a analysé des mesures de césium effectuées par les autorités japonaises sur des poissons, des crustacés et des algues prélevés près de la centrale. Les résultats, inquiétants, tendraient à prouver que les taux constatés sont provoqués soit par une petite fuite persistante de la centrale, soit par la contamination des fonds marins. Selon les conclusions de l'étude, environ 40% des poissons pêchés dans les environs de la centrale de Fukushima ne seraient pas consommables selon les normes établies par les autorités nippones.

Alerte à Fukushima ! C’est un général américain qui a sonné l’alarme : ce qui était à craindre est en train de se profiler à l’horizon, menaçant tout l’hémisphère nord. Il s’appelle Albert N.Stubblebine, et ce général retraité de l’armée américaine a publié récemment un communiqué en tant que président de la NSF (Natural Solution Foundation), affirmant que la situation à Fukushima est en train d’empirer. Que ce soit par l’évaporation de l’eau dans les piscines, ou en raison de l’effondrement possible de la structure, ce serait d’après lui tout l’hémisphère nord qui pourrait devenir en grande partie inhabitable, si le pire arrivait. lien Sa déclaration est sur cette vidéo On se souvient de l’interview récente du diplomate Akio Matsumura qui déclarait comment la catastrophe en cours de la centrale de Fukushima pouvait finalement se transformer en un évènement capable de mettre en péril toute vie sur Terre. vidéo

Fukushima : les poissons sont toujours exposés à des radionucléides ! La centrale de Fukushima 1 était l'une des 25 plus grandes installations nucléaires au monde. Elle était prévue pour résister à des vagues de 5,7 m de haut. Lors du tsunami du 11 mars 2011, le mur d'eau qui s'est abattu sur ce lieu faisait 15 m de haut. © Daveeza, Flickr, CC by-sa 2.0 Fukushima : les poissons sont toujours exposés à des radionucléides ! - 2 Photos Le 11 mars 2011 restera un jour noir pour le Japon.

Related:  FukushimaProblèmes moins proches