background preloader

Discriminations & inégalités à l'école

Facebook Twitter

Contre la méritocratie. Pour ses conseils de lecture du jour au président de la République Emmanuel Macron, énarque qui s'est choisi un énarque comme premier ministre, Brice Couturier propose plusieurs livres critiquant la notion de méritocratie.

Contre la méritocratie

Monsieur le Président de la République, vous êtes un brillant sujet, sorti dans la botte à l’ENA (filière Inspection des Finances) et vous venez de choisir pour vous seconder, à Matignon, un autre brillant sujet, sorti dans la botte à l’ENA (filière Conseil d’Etat). Dans aucun autre pays au monde, sinon peut-être en Chine, le pouvoir ne revient, comme chez nous, aux surdiplômés. Chez eux, le mandarinat.

Chez nous, une méritocratie recrutée sur concours. Bien sûr, notre tradition nationale, l’élitisme républicain et le saint-simonisme, en particulier, favorise cette sélection des élites dirigeantes par ce biais. William Deresiewicz, professeur à Yale, l’une des plus prestigieuses universités américaines, est parti en claquant la porte. Le diplôme comme titre de noblesse. L'école est-elle vraiment de plus en plus inégalitaire? Des Turcs aux Chinois: l'impact des origines sur la réussite scolaire.

Inégalités sociales et migratoires : comment l’école les amplifie ? Le Cnesco a mobilisé 22 équipes de chercheurs français et étrangers (sociologues, économistes, didacticiens, psychologues). Ce travail collectif, jamais accompli en France, permet de mesurer et de comprendre l’ampleur et les formes réelles des inégalités sociales et migratoires et comment l’école française fabrique de l’injustice scolaire. Le rapport du Cnesco tend à montrer que les inégalités sociales à l’école empruntent des formes multiples : inégalités de traitement dans les ressources d’apprentissage dont les élèves disposent réellement à l’école, inégalités dans leurs résultats scolaires, inégalités sociales dans les orientations, dans les diplômes et même dans le rendement des diplômes sur le marché du travail.

L’école hérite d’inégalités familiales mais produit, en son sein, à chaque étape de la scolarité des inégalités sociales de natures différentes qui se cumulent et se renforcent. Un rapport pointe l’école comme une machine à fabriquer les inégalités. Comment le système éducatif français aggrave inéluctablement les inégalités sociales. Le Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco) dévoile, mardi, deux ans de travaux sur l’école. Le bilan est désastreux. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Mattea Battaglia et Aurélie Collas Des inégalités sociales à l’école, produites par l’école elle-même… C’est la démonstration que fait le Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco), en rendant publiques, mardi 27 septembre, les conclusions d’une vingtaine de rapports.

Tout un spectre de la recherche – des sociologues aux économistes, des didacticiens aux psychologues, français et étrangers – a été mobilisé deux années durant, pour interroger ce mythe de l’égalité des chances dans notre système éducatif. Et rendre plus transparente la fabrique de l’injustice scolaire. Ce n’est pas la faute de l’enseignement privé, dont la responsabilité a encore été pointée du doigt, récemment, dans nos colonnes, par l’économiste Thomas Piketty, en tout cas concernant Paris.

La politique des ZEP en cause. Julien Grenet: «La ségrégation sociale dans les collèges parisiens est la plus forte du territoire» Le sujet est sensible.

Julien Grenet: «La ségrégation sociale dans les collèges parisiens est la plus forte du territoire»

À Paris, la ségrégation scolaire atteint des sommets dans les collèges. En 2015, plus de 85 000 élèves sont inscrits dans 175 collèges publics et privés. 34 % d'entre eux fréquentent l'un des soixante collèges privés sous contrat que compte la capitale. Dans ces établissements, la mixité sociale est absente. La mixité sociale à l’école ? C’est passé de mode pour Najat Vallaud-Belkacem. A droite toute !

La mixité sociale à l’école ? C’est passé de mode pour Najat Vallaud-Belkacem

Les derniers marqueurs idéologiques où le PS faisait encore vaguement semblant d’être social-démocrate sont en train de tomber. L’école était l’un des derniers terrains sur lequel le PS essayait de faire la différence. Le débat sur la mixité dans les établissements vient prouver à nouveau le contraire. Fatiha, une mère du Petit-Bard contre les "ghettos scolaires" à Montpellier. Cette habitante rayonnante et volontaire du quartier du Petit-Bard/Pergola met en avant l'aventure collective que représente le combat lancé en 2015 par un collectif de ce quartier pour "la mixité sociale et l'égalité des chances".

Fatiha, une mère du Petit-Bard contre les "ghettos scolaires" à Montpellier

"J'estime que nous n'aurions jamais dû avoir à manifester, bloquer des écoles ou donner des interviews pour faire respecter les droits les plus élémentaires", s'indigne la jeune mère en lutte contre les "ghettos scolaires": "Mais nous n'avons pas eu le choix". Si elle préfère taire son nom de famille, Fatiha revendique haut et fort sa nationalité française. Une école élitiste au service de la reproduction sociale. Il y a quelques jours, comme à l’accoutumée à cette période de l’année, les roulements de tambours républicains du ministère de l’Éducation nationale nous livraient, en s’en félicitant, les records du cru 2016 pour le baccalauréat.

Une école élitiste au service de la reproduction sociale

Une telle fanfaronnade médiatique ne saurait néanmoins éluder le problème central de notre école, à savoir la persistance de la force du déterminisme social dans la réussite scolaire. Le propos qui suit se propose de cerner les tenants et les aboutissants d’une telle capitulation de l’institution scolaire face aux forces de la reproduction sociale. Commençons, cependant, par faire plaisir (très) rapidement à notre ministre de l’Éducation nationale, en rappelant les fameux records de cette année du sésame pour les études supérieures.

En fait, le déterminisme social dans les résultats scolaires jette ses premiers filets bien avant le niveau du baccalauréat. D’aucuns même n’hésitent pas à qualifier le mouvement de démocratisation de l’enseignement. LE SYSTÈME ÉDUCATIF N’EST-IL DEVENU QU’UNE VASTE MACHINE À TRIER ? «En France, on attend que les difficultés scolaires arrivent pour agir» 35e sur 38.

«En France, on attend que les difficultés scolaires arrivent pour agir»

Telle est la position de la France en termes d’inégalités scolaires, selon un rapport de l’Unicef publié cette semaine. Située entre la Slovaquie (34e) et la Belgique (36e), l'école de la République fait figure de mauvais élèves. Le collège miné par la ségrégation. Après le bac, les épreuves du brevet des collèges se sont tenues les 25 et 26 juin.

Le collège miné par la ségrégation

Evidemment, cet examen n’a pas la même importance que le bac, l’avenir scolaire des élèves n’en dépendant pas. Mais le diplôme national du brevet permet d’étalonner les établissements. Dans un univers scolaire de plus en plus éclaté, où la concurrence fait rage, c’est une fonction aussi importante que sensible. Alors que le ministère de l’Education communique autour du palmarès des lycées, dans l’espoir que des familles choisiront des établissements performants plutôt que des réputations, il n’existe pas de palmarès national des collèges.

L'école et les enfants de l'immigration. Quand les filières d'élite entrouvent leurs portes - vidéo dailymotion. Les causes sociales des inégalités à l’école. 11 mai 2004 - Dans un article de synthèse, Marie Duru-Bellat (sociologue, Université de Bourgogne et Iredu) analyse les causes des inégalités à l’école et envisage les moyens pour les réduire.

Les causes sociales des inégalités à l’école

Pour elle, la réforme de l’école ne suffira pas si le contexte social demeure inégalitaire. Les sociétés démocratiques font face à la nécessité de justifier le contraste entre le principe d’égalité et la réalité des inégalités. Certaines inégalités sociales peuvent apparaître légitimes parce qu’elles semblent découler des seuls talents et efforts d’individus placés au départ dans des conditions d’égalité des chances. L’institution scolaire est précisément censée détecter les plus méritants et les promouvoir jusqu’aux meilleures places. La sociologie est sur ces questions relativement productive. I. 1. Ecole, les inégalités décryptées. Inégalités garçons-filles à l'école. Place des femmes dans les manuels scolaires.

Genre: l’école française n’a jamais été neutre. - Lors de l'examen de philosophie du bac au Lycée Louis Pasteur de Strasbourg le 18 juin 2012, REUTERS/Vincent Kessler - Dans le débat houleux sur le genre à l’école, outre les détracteurs de «la théorie du genre» s’opposant à ceux qui veulent déconstruire les rôles traditionnels pour lutter contre les stéréotypes, il y a un désaccord fondamental.

Genre: l’école française n’a jamais été neutre

Celui du rôle de l’école. publicité «Le rôle de l’école n’est pas de travailler sur les mentalités», confiait à Slate Olivier Vial, président de l’UNI et directeur du Centre d'études et de recherches (CERU) de l'UNI, think-tank de droite sur l'éducation. The integrated school that could teach a divided town to live together. Radiyah and Olivia live in Oldham and are best friends.

The integrated school that could teach a divided town to live together

They are 12 years old and met on transition day, when primary school students are introduced for the first time to their secondary school. They have been inseparable ever since. Olivia says one thing that binds them together is that they both love the colour purple. She thinks Radiyah is crazy and Radiyah thinks Olivia is crazy. “When she sees my brother at school she always says, ‘Hi brother,’” Radiyah says. They help each other with homework. Olivia does not attend church, but Radiyah, like almost every Asian student in the school, goes to mosque. Prénoms et résultats du bac : Joséphine a une mention, pas Bryan. Élèves de milieux défavorisés: «assieds-toi et tais-toi» Les parents issus de milieux défavorisés contribuent au maintien des inégalités sociales dans les salles de classe en apprenant à leurs enfants à ne pas poser de questions et à se débrouiller par eux-mêmes, constate une sociologue de l'Université de l'Indiana dans une étude, obtenue par La Presse, qui sera publiée cet automne.

La professeure Jessica McCrory Calarco a passé près de trois ans dans une école du New Jersey pendant lesquels elle a interviewé enfants, parents et enseignants. Au cours de son expérience, elle a remarqué que les enfants reproduisaient à l'école des phénomènes inégalitaires vécus entre les classes sociales, car implicitement, c'est ce que leurs parents leur avaient appris. «Nous savions par des recherches antécédentes que les enfants de la classe moyenne, contrairement aux enfants issus de milieux défavorisés, posaient plus naturellement des questions en classe et allaient chercher de l'aide», explique la professeure.

La face subjective des inégalités / Duru-Bellat. La bonne idée pour l'école qu'on ne verra pas en France: un tronc commun primaire-collège. Un tronc commun de 6 ans à 16 ans qui correspondrait à la scolarité obligatoire. Voilà l’idée déjà ancienne que Terra Nova relance dans un rapport publié mardi. Rapport qui se fonde sur un constat: la césure élémentaire primaire est à la source de nombreuses difficultés pour les élèves, leurs résultats, leur bien-être et donc pour l’école: «A 11 ans, avec le passage du Primaire au Secondaire, les élèves font l’expérience d’une triple rupture: en termes de contenus enseignés et de relation au savoir, de pédagogie et de relation au(x) maître(s), enfin d’éducation et de relation aux normes sociales et morales.»

Les parents de collégiens peuvent en témoigner, le passage à un nouveau système de cours avec de nombreux professeurs dans des établissements représente un choc pour les «petits sixièmes». D’ailleurs, l’Education nationale publie régulièrement des recommandations pour faciliter cette transition. Rentrée scolaire : où en est-on des inégalités à l’école ? 2 septembre 2013 - L’école française, pourtant performante, demeure marquée par de fortes inégalités. Pour mieux comprendre où en est le système éducatif français en matière d’inégalités, l’Observatoire des inégalités propose une synthèse et une sélection de données chiffrées et d’analyses.

La rentrée scolaire 2013 est marquée par la mise en place de la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République, votée le 8 juillet dernier. L’entrée en application de cette loi a pour objectif énoncé par le ministre de l’éducation nationale de « permettre aux élèves de mieux apprendre, pour qu’ils puissent tous réussir, et former les citoyens de demain ». Réferentiel-sur-la-discrimination-a-lecole. L'Etat de l'Ecole. Guide de rentrée 2010 : Lutter contre les inégalités et les discriminations. Par François Jarraud Si lutter contre les inégalités est un objectif affiché du ministère, la nouvelle politique de l'enseignement prioritaire, présentée plus haut, ne semble pas à même d'y remédier efficacement. L’école peut-elle réduire les inégalités sociales ? 13 décembre 2013 - Face aux inégalités sociales, l’école ne peut pas tout.

Mais elle ne fait pas assez. Les nouvelles ségrégations scolaires et professionnelles / Relief. Plan de lutte contre les discriminations de Saint-Priest. Genre, mixité, inégalités hommes/femmes. La discrimination à l'ecole : de quoi parle-t-on ? Quand l’école de Jules Ferry découvre l’inégalité sociale… Vincent Peillon n’ignorait rien du rôle de l’école dans la reproduction sociale, mais ne pouvait (ne voulait ?) Les inégalités scolaires diminuent-elles ? VEI 114. Semaine de lutte contre le racisme et les discriminations : sitographie. Réseau Education Sans Frontières.

Discrimination à l'école - Communiqué IRDSU - 8 juin 2011 - Discrimination_a_l_ecole_-_Communique_IRDSU_-_8_juin_2011.pdf. Scolarisation et origines sociales. V. Les inégalités ethno-raciales à l'école. Echec scolaire : Guéant patauge dans les chiffres. Silence de l'INSEE (Libé) Poursuivant sa contestation de statistiques livrées par le ministre de l'Intérieur Claude Guéant sur l'échec scolaire des enfants d'immigrés, Libération met aujourd'hui en cause la direction de l'INSEE. Malgré les demandes de Libération, en effet, le service de communication de l'institut refuse de commenter l'interprétation de ses chiffres effectuée par le ministre.

Dimanche 22 mai, Claude Guéant avait dénoncé sur Europe 1 les ratés de l’intégration à la française, en déclarant que «deux tiers de l’échec scolaire en France, c’est les enfants d’immigrés». " Depuis, Guéant et Libération polémiquent : le quotidien lui consacre, aujourd'hui, pour la troisième fois sa page Désintox. L'échec scolaire et l'immigration : Claude Guéant en remet une couche et se trompe de nouveau. Scolarité des enfants d’immigrés : la mauvaise note de la France - Page 1. A Grenoble, une démarche inédite sur les discriminations à l'école - Page 1. Scolarité des enfants d'immigrés: Guéant a tout faux - Page 1.

Enquête sur un tabou: les discriminations à l'école - Page 1. Pourquoi les enfants d’immigrés peinent davantage à l’école - Page 1. Scolarité des enfants d'immigrés: «Eux» et «Nous»