background preloader

Comment le système éducatif français aggrave inéluctablement les inégalités sociales

Le Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco) dévoile, mardi, deux ans de travaux sur l’école. Le bilan est désastreux. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Mattea Battaglia et Aurélie Collas Des inégalités sociales à l’école, produites par l’école elle-même… C’est la démonstration que fait le Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco), en rendant publiques, mardi 27 septembre, les conclusions d’une vingtaine de rapports. Tout un spectre de la recherche – des sociologues aux économistes, des didacticiens aux psychologues, français et étrangers – a été mobilisé deux années durant, pour interroger ce mythe de l’égalité des chances dans notre système éducatif. Et rendre plus transparente la fabrique de l’injustice scolaire. Ce n’est pas la faute de l’enseignement privé, dont la responsabilité a encore été pointée du doigt, récemment, dans nos colonnes, par l’économiste Thomas Piketty, en tout cas concernant Paris. La politique des ZEP en cause Réquisitoire sévère

http://www.lemonde.fr/campus/article/2016/09/27/comment-le-systeme-francais-aggrave-ineluctablement-les-inegalites-scolaires_5003800_4401467.html

Related:  Discriminations & inégalités à l'écoleelodiedrgcnesco 2016 : rapport inégalités scolaires + controverseTEMA 4. ESTRATIFICACIÓN SOCIAL Y DESIGUALDADEcole et mobilité

Inégalités sociales et migratoires : comment l’école les amplifie ? Le Cnesco a mobilisé 22 équipes de chercheurs français et étrangers (sociologues, économistes, didacticiens, psychologues). Ce travail collectif, jamais accompli en France, permet de mesurer et de comprendre l’ampleur et les formes réelles des inégalités sociales et migratoires et comment l’école française fabrique de l’injustice scolaire. Le rapport du Cnesco tend à montrer que les inégalités sociales à l’école empruntent des formes multiples : inégalités de traitement dans les ressources d’apprentissage dont les élèves disposent réellement à l’école, inégalités dans leurs résultats scolaires, inégalités sociales dans les orientations, dans les diplômes et même dans le rendement des diplômes sur le marché du travail. L’école hérite d’inégalités familiales mais produit, en son sein, à chaque étape de la scolarité des inégalités sociales de natures différentes qui se cumulent et se renforcent.

Centre d'observation de la sociéité: la postition de la France, selon les données européennes, concernant les inégalités scolaires. L'école française, royaume des inégalités et du décrochage ? La thèse est devenue un lieu commun du débat public, repris par tous les commentateurs, quel que soit leur bord politique. Pourtant, notre modèle d’éducation et de formation est surtout mal classé en matière de formation des adultes, selon les données européennes . Dans le domaine de l'échec et des inégalités scolaires, la France n’est pas en si mauvaise position contrairement à ce que l'on indique en se fondant un peu vite sur les résultats de l'étude Pisa de l'OCDE.

Les causes sociales des inégalités à l’école 11 mai 2004 - Dans un article de synthèse, Marie Duru-Bellat (sociologue, Université de Bourgogne et Iredu) analyse les causes des inégalités à l’école et envisage les moyens pour les réduire. Pour elle, la réforme de l’école ne suffira pas si le contexte social demeure inégalitaire. Les sociétés démocratiques font face à la nécessité de justifier le contraste entre le principe d’égalité et la réalité des inégalités. Certaines inégalités sociales peuvent apparaître légitimes parce qu’elles semblent découler des seuls talents et efforts d’individus placés au départ dans des conditions d’égalité des chances.

Le CNESCO aux sources d'une école championne des inégalités Comment l'école française est-elle devenue la plus inégalitaire des pays développés ? Le Conseil national d'évaluation du système scolaire (CNESCO) a publié le 26 septembre un passionnant rapport sur le sujet. Il en ressort que les premières responsables du creusement des inégalités sont les politiques scolaires elles-mêmes avec, notamment, une politique d'éducation prioritaire qui enfonce aujourd'hui plus qu'elle n'aide les élèves défavorisés. Inégalités scolaires : les chiffres qui démontrent l'ampleur du problème Accablant ! Le dernier rapport publié par le Conseil national d'évaluation du système scolaire (Cnesco), un organisme rattaché au ministère de l'Education nationale, a de quoi inquiéter le gouvernement. Car il décrit en substance un système miné par les inégalités sociales, que ce soit en termes de résultats, d'orientation, d'obtention des diplômes ou d'insertion dans la vie active. Le pire, c'est que selon ce rapport les injustices ont progressé en France au cours des 15 dernières années, alors qu'elles ont reculé à l'étranger. Et pourtant, les gouvernements successifs ont multiplié les réformes en vue de réduire ces inégalités, via notamment un soutien aux établissements considérés comme "prioritaires" ou encore la mise en place de dispositifs de suivi individualisé des élèves.

Julien Grenet: «La ségrégation sociale dans les collèges parisiens est la plus forte du territoire» Le sujet est sensible. À Paris, la ségrégation scolaire atteint des sommets dans les collèges. En 2015, plus de 85 000 élèves sont inscrits dans 175 collèges publics et privés. 34 % d'entre eux fréquentent l'un des soixante collèges privés sous contrat que compte la capitale. Dans ces établissements, la mixité sociale est absente. C'est ce qu'a dénoncé avec vigueur l'économiste Thomas Piketty sur son blog, graphiques éloquents à l'appui, puis dans un article paru dans Le Monde, relançant un débat récurrent sur un problème largement documenté dans différentes études.

Gouvernement.fr. La lutte contre les inégalités scolaires. La réforme de l'allocation des moyens pour tous Au-delà des réseaux de l’éducation prioritaire, j’ai voulu que les critères sociaux et territoriaux soient désormais pris en compte dans l’attribution des moyens à l’ensemble des écoles et collèges de France. Ce changement de philosophie va, rentrée après rentrée, permettre de rendre l’école plus juste. Et ainsi, réduire les inégalités de départ. L’accès au études supérieures de plus en plus inégalitaire…et rentable Il est hélas déjà largement établi que l’accès à l’enseignement supérieur reste, en France, extrêmement inégalitaire, et que cette inégalité s’est dernièrement renforcé après la phase de « démocratisation » des années 1970. Pierre Courtioux, chercheur au pôle économie de l’EDHEC et chercheur associé au Centre d’Economie de la Sorbonne (CNRS Université Paris 1), précise dans une étude publiée le 28 novembre (« L’origine sociale joue-t-elle sur le rendement des études supérieures? ») la répartition des catégories socio-professionnelles dans les différents niveaux et filières de l’enseignement supérieur, mais également le « rendement » (c’est-à-dire le solde entre le manque à gagner que constitue la poursuite d’études et le gain que constitue l’obtention d’un salaire supérieur) que représente pour ces différentes catégories l’accès à un diplôme du supérieur une fois sur le marché du travail. Le tout est donc d’y accéder…

Quelles inégalités l'école doit-elle combattre ? L'éducation sera à coup sûr au cœur des débats de la campagne présidentielle, chaque candidat promettant un système scolaire moins inégalitaire. Mais de quelles inégalités parle-t-on ? Emission en partenariat avec le journal La Croix, co-animée avec Guillaume Goubert. La réforme du collège est encore sur les braises que François Hollande en promet une autre, sans doute aussi passionnelle, pour les prochaines années: celle du lycée.

Related: