background preloader

Baisse de niveau et inégalités scolaires

Facebook Twitter

Inégalités dans le système d'éducation : les causes d’un désastre. Éducation et culture Le centre de recherche Innocenti de l’Unicef a publié la semaine dernière son bilan N°13 portant sur la comparaison entre les pays riches en termes d‘inégalités de l’enfance dans des domaines tels que les revenus, la santé et l’éducation, le bien-être dans la vie.

Inégalités dans le système d'éducation : les causes d’un désastre

La France est convenablement classée dans le premier domaine (13ème sur 41), mais se trouve reléguée à la 23ème place sur 35 dans le domaine de la santé, à la 28ème place sur 35 dans celui de la satisfaction dans la vie et à la 35ème place sur 37 en matière éducative. Ce classement, humiliant pour notre pays, est obtenu par référence à diverses sources peu contestables : PISA 2006 et 2013, enquêtes de l’OCDE, enquête HSBC, etc.

Ce classement traduit crûment l’état de déliquescence de notre système éducatif. Education : au-delà de l'échec scolaire, encourager les bons élèves. FIGAROVOX/TRIBUNE - Dans les enquêtes PISA de l'OCDE, la France n'excelle pas dans les «bons niveaux» scolaires, se focalisant davantage sur l'échec scolaire.

Education : au-delà de l'échec scolaire, encourager les bons élèves

Pour Vanessa Wisnia-Weill, c'est une erreur d'oublier la quête d'excellence et la soif de dépassement des élèves. Pourquoi l'éducation prioritaire ne fonctionne pas. Pourquoi notre système éducatif est-il si inégalitaire?

Pourquoi l'éducation prioritaire ne fonctionne pas

Comment se fait-il que les politiques, de tout bord, affichent leur volonté de construire une école «républicaine»… Et que dans le même temps, les enquêtes internationales Pisa révèlent des inégalités sociales toujours en forte hausse? Lors de la dernière enquête de 2013, la France était en queue de peloton. Egalité à l’école : la France parmi les cancres des pays riches. Orthographe et réussite en lecture : quel consensus? De la note d’information n° 28 de la DEPP[1], sobrement intitulée Les performances en orthographe des élèves en fin d’école primaire (1987-2007-2015), qui sera nécessairement fortement commentée, on ne retiendra dans ce billet que le dernier tableau, qui compare la réussite en dictée et la réussite en lecture.

Orthographe et réussite en lecture : quel consensus?

On observe d’abord que les pourcentages de réussite en lecture baissent régulièrement, passant de 71,3% en 19 87 à 66,4% en 2007 et à 65,1% en 2015. En orthographe, le nombre moyen d’erreurs passe de 10,6 en 1987 à 14,3 en 2007 et à 17,8 en 2015. Regards sur l'éducation : A quoi ça sert l'Ecole ? Il parait que le bac , les diplômes ça ne sert plus à rien.

Regards sur l'éducation : A quoi ça sert l'Ecole ?

Ce n'est pas l'avis de l'OCDE qui dans Regards sur l'éducation 2016 pointe quelques utilités à l'éducation... Le diplôme protège-t-il toujours du chômage ? Oui sans aucun doute répond l'OCDE. Jean-Paul Delahaye : Pour un « PISA CHOC » enfin ! Pourquoi , à la différence de l'Allemagne ou de la Pologne, les mauvais résultats de Pisa se succèdent-ils en France sans soulever le "Pisa choc" qui permettrait le redressement ?

Jean-Paul Delahaye : Pour un « PISA CHOC » enfin !

Pour Jean-Paul Delahaye, ancien conseiller de V Peillon et ancien directeur de l'enseignement scolaire, c'est qu'un Pisa Choc irait contre trop d'intérêts. "La refondation de l’école n’est pas d’abord un sujet technique. C’est d’abord un sujet politique si l’on veut parvenir à dépasser les intérêts particuliers et faire adhérer la population à une politique d’intérêt général. Sciences : Le niveau ne baisse pas, sauf dans le privé. Les deux études CEDRE 2013 publiées par la Depp (direction des études du ministère) montrent que le niveau des écoliers et des collégiens en sciences n'a pas baissé depuis 2007.

Sciences : Le niveau ne baisse pas, sauf dans le privé

Les élèves manifestent un intérêt certain pour ces enseignements. Bac : peut-on dire que le niveau baisse ? La confusion entre l’accès d’une génération au bac et le taux de réussite conduit à surestimer la proportion de bacheliers parmi les Français et, par extension, le « niveau du bac ».

Bac : peut-on dire que le niveau baisse ?

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Mathilde Damgé S’il est un commentaire récurrent en cette période d’examens, c’est bien le « constat » d’une baisse du niveau des étudiants. Des critiques « aussi anciennes que le bac lui-même » (institué en 1808), a rappelé la ministre de l’éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem. Pour défendre l’examen tricolore, elle a cité cette semaine un exemple d’épreuve de mathématiques pour les candidats de la filière scientifique. Les collégiens de cinquième sont tombés au niveau des élèves de CM2 de 1987. Une étude menée par des professeurs d'université et des écoles montre l'évolution du niveau orthographique des élèves de 10 à 16 ans, etnre 1987 et 2005.

Les collégiens de cinquième sont tombés au niveau des élèves de CM2 de 1987

Elle n'est pas à l'avantage des plus jeunes élèves. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Luc Cédelle Les performances des élèves en orthographe sont en baisse sensible, au point que le niveau d'une classe de cinquième de 2005 est celui d'une classe de CM2 de 1987. Cette baisse ne relève ni du sentiment subjectif ni de l'affirmation polémique. Elle est démontrée par un travail universitaire, signé d'une équipe composée de Danièle Manesse, professeur en sciences du langage à l'université de Paris III-Sorbonne nouvelle, de Danièle Cogis, maître de conférences à l'IUFM de Paris, et de deux professeurs des écoles, Michèle Dorgans et Christine Tallet. Éducation de base et égalité des sexes. L’éducation constitue un droit de l’homme fondamental : chaque enfant y a droit.

Éducation de base et égalité des sexes

Il est indispensable au développement des individus comme des sociétés et il aide à tracer la voie vers un avenir fructueux et productif. Tous les enfants méritent une éducation de qualité axée sur les droits fondamentaux et enracinée sur le concept d’égalité des sexes, permettra de créer une vague d'opportunités qui auront un effet bénéfique jusque sur les générations à venir.

L’éducation permet une vie meilleure. Elle met fin aux cycles générationnels de pauvreté et de maladie et elle donne les moyens de parvenir à un développement durable. En outre, une éducation, suivant une démarche axée sur les droits fondamentaux, permettra de lutter contre les inégalités de nos sociétés, profondément enracinées et souvent sexistes..

Trop d'enfants du monde quittent l'école ou reçoivent une éducation ponctuelle et irrégulière. Éducation : Toute l'actualité sur Le Monde.fr. 1.1 JS COMPLEM BAISSE NIVEAU CM2 DEPP 1987 2007. Depp ni 2016 28 performances orthographe eleves fin ecole primaire 658075. Les performances en orthographe des élèves en fin d'école primaire (1987-2007-2015) Auteurs : Sandra Andreu et Claire Steinmetz, DEPP-B2 L’infographie Nombre total d'erreurs total obtenues à la dictée selon le secteur Confirmant les observations de l’étude de 2015 sur la compréhension de l’écrit, l’écart de performances entre l’éducation prioritaire (EP) et le public hors éducation prioritaire tend à se réduire en 2015.

En 2007, cette différence était de 5,8 erreurs ; en 2015 elle n’est plus que de 3,3. Le nombre moyen d’erreurs effectuées par les élèves scolarisés en EP augmente de 1,3 en huit ans.Tout en restant supérieur à celui du secteur public hors EP, il progresse moins que dans ce dernier (augmentation de 3,8 erreurs). L’essentiel La diminution des performances en orthographe est un phénomène général ; elle concerne l’ensemble des élèves, quel que soit leur sexe, leur âge ou leur environnement social. Les erreurs lexicales, bien qu’en augmentation sur la période, restent les moins fréquentes.

Baisse du niveau scolaire : doit-on s’alarmer ? Jamais, depuis bientôt 15 ans qu’elle existe, l’enquête Pisa n’avait provoqué autant de remous. Certes, la France n’a jamais bien figuré dans ce classement international destiné à comparer les niveaux des élèves des pays de l’OCDE, mais les résultats rendus publics en décembre dernier ont fait l’effet d’une bombe. La dernière vague a montré non seulement un décrochage sans précédent de la France par rapport à nos voisins, mais aussi un accroissement des inégalités entre les élèves jamais vu auparavant (lire encadré).

Le choc a été tel que le ministre de l’Education nationale de l’époque, Vincent Peillon, n’a eu d’autre choix que de reconnaître publiquement que les résultats des élèves français étaient « de plus en plus mauvais ». Idée reçue (1) : « le niveau baisse » Il y a quelques jours paraissait une étude de l’OCDE intitulée PIAAC et qui évalue les compétences des adultes de 24 pays. Les résultats ont été rapidement commentés par la presse grand public, pour dire qu’une fois de plus la France se classe très médiocrement, mais seuls quelques sites spécialisés ont relevé une donnée plus qu’intéressante : le score des jeunes adultes est nettement supérieur à celui des adultes plus âgés. 166 000 adultes âgés de 16 à 65 ans ont participé à des tests portant sur les compétences suivantes :

Ecole : cette fois le niveau baisse vraiment ! Les élèves d’aujourd’hui en savent-ils moins que la génération précédente ? Difficile d’analyser autrement une des dernières études du ministère de l’Éducation sur le niveau de maîtrise de la langue et des mathématiques Depuis que les tenants d’une école en blouse grise donnent le la, que des pamphlets comme La Fabrique du crétin de Jean-Paul Brighelli (Jean-Claude Gawsewitch, 2005) se vendent comme des petits pains, l’école s’est habituée aux critiques.

Niveau scolaire : "une bombe à retardement" *** Aujourd'hui, l'école ne reproduit plus les inégalités, elle les aggrave.* Ce constat n'est pas fait par des représentants des parents d'élèves ou des syndicats d'enseignants, mais par le directeur général de l'enseignement scolaire, Jean-Paul Delahaye . Sur un ton très franc, celui qui est chargé, au sein de l'éducation nationale, d'élaborer la politique éducative et pédagogique ainsi que les programmes d'enseignement, n'hésite pas à parler de "bombe à retardement".