background preloader

Grèce

Facebook Twitter

L'oracle de Naxos résiste toujours. Vivre sans électricité, une réalité quotidienne en Grèce [reportage de Docu Praxi] En Grèce, la guerre de l’électricité aura bien lieu. (D’Athènes) La police anti-émeute les a évacués jeudi matin, arrêtant au passage quinze personnes qui seront jugées le 30 novembre.

En Grèce, la guerre de l’électricité aura bien lieu

Depuis quatre jours, des employés de la Compagnie nationale d’électricité grecque (DEI, l’équivalent d’EDF) occupaient un bâtiment de l’avenue Mesogeion, dans le nord d’Athènes. En fin de matinée, une cinquantaine de policiers bloquent toujours les issues, pas tranquilles. Les syndicalistes du GENOP restent rassemblés devant l’immeuble, sans essayer de le reprendre. De cet endroit sont expédiés les avis de coupure, destinés aux habitants qui n’ont pas payé leur facture. Depuis peu, ils peuvent aussi être privés de courant s’ils ne règlent pas la nouvelle taxe foncière exceptionnelle mise en place pour renflouer en urgence le budget de l’Etat. 70% des Grecs sont propriétaires. Vivre sans électricité, une réalité quotidienne en Grèce [reportage de Docu Praxi]

Un bébé pour 40 000 euros à trois heures de Paris. Depuis 2002, la gestation pour autrui (GPA) est légale en Grèce.

Un bébé pour 40 000 euros à trois heures de Paris

Théoriquement soumise à des conditions très strictes, elle est en réalité au cœur d’un business florissant. Le tourisme de la procréation se développe en Grèce. (photo Flickr) Thessalonique, 500 km au nord d’Athènes. En Grèce, les petits arrangements du business des mères porteuses. Envoyée spéciale en Grèce, Salomé Legrand Mis à jour le , publié le Les cadeaux du jour - dont deux pots de confiture maison douteuse, un odorant jambon entier et une icône religieuse comme il en scintille des dizaines dans toute la clinique - s'amoncellent au pied de son imposant bureau en bois vernis.

En Grèce, les petits arrangements du business des mères porteuses

Tous offerts par des couples en mal d'enfant que le docteur Konstantinos Pantos, directeur du centre Genesis, dans la banlieue d'Athènes (Grèce), a aidés avec succès. "L'Elvis de la fertilité", dixit une ex-patiente, emploie 90 personnes et revendique 400 grossesses en cours. Mais aussi l'accompagnement d'une cinquantaine de mères porteuses par an. English. Grèce : faute d'alliés, Alexis Tsipras doit conquérir la majorité absolue. La campagne électorale grecque entre dans sa dernière ligne droite à un peu plus d'une semaine du scrutin du 25 janvier.

Grèce : faute d'alliés, Alexis Tsipras doit conquérir la majorité absolue

Et rien ne semble devoir empêcher Syriza, la Coalition de la gauche radicale d'Alexis Tsipras, d'arriver en tête. C'est en tout cas, depuis l'été dernier jusqu'à aujourd'hui vendredi, ce que disent tous les sondages. Et personne en Grèce ne doute plus désormais que Syriza arrivera devant Nouvelle Démocratie (ND), le parti de l'actuel Premier ministre, Antonis Samaras. L'enjeu est désormais ailleurs. Le système électoral grec.

Crise de la dette publique grecque. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Crise de la dette publique grecque

Cette crise marque de façon plus globale le début de la crise de la dette dans la zone euro. Pour éviter que la crise n'atteigne le Portugal et l'Espagne, les pays de la zone euro et le FMI décident d'aider la Grèce et arrivent le 2 mai 2010 à un accord portant sur des prêts d'un montant de 550 milliards d'euros, conditionnés[5] à la mise en place par la Grèce d'un ajustement structurel. Par ailleurs, la crise grecque pousse les pays à réformer les structures de la zone euro. Depuis mai 2011, la Grèce a dû à nouveau faire appel aux pays européens et au FMI. La crise connaît une seconde période de tensions. La Grèce menace-t-elle à nouveau la zone euro ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Marie Charrel L’année n’aurait guère pu commencer plus mal pour la zone euro.

La Grèce menace-t-elle à nouveau la zone euro ?

Lundi 5 janvier au matin, l’ensemble des bourses européennes ont dévissé sur fond d’inquiétudes sur l’économie de la Grèce. Le CAC 40 a reculé de 3,31 %, la bourse de Milan a chuté de 4,92 % à Milan et celle d’Athènes, de 5,63 %, avant de se reprendre mardi. De son côté, l’euro est tombé à 1,1864 dollar, son plus bas niveau depuis mars 2006. L’hypothèse d’un « Grexit », une sortie de la Grèce de la zone euro, hante de nouveau tous les esprits.

De là à craindre que le scénario 2012 se reproduise, lorsque les peurs d’un défaut grec avaient contaminé l’ensemble des marchés européens et laissé craindre l’explosion de la zone euro, il y a qu’un pas… Qu’il serait pourtant dangereux de franchir. Qu'est-ce que Syriza, le parti antiaustérité qui progresse en Grèce ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Elisa Perrigueur Les députés grecs ont échoué, lundi 29 décembre, à élire un président, précipitant des législatives anticipées.

Qu'est-ce que Syriza, le parti antiaustérité qui progresse en Grèce ?

Le 25 janvier, les Grecs seront donc appelés aux urnes pour renouveler leur Parlement – la Vouli – composé de 300 élus. La coalition de la gauche radicale Syriza, en tête dans les sondages avec 29,9 % des intentions de vote, selon une enquête Palmos Analysis, inquiète les marchés et les instances européennes. Dans l'enceinte du Parlement, ce lundi, les députés de Syriza ont applaudi l'échec de cette élection à trois tours qui pourrait leur permettre d'accéder au pouvoir. Quelle politique Syriza défend-elle ?

A-weary-greece-considers-its-options. Photo The human toll of the economic crisis in Greece has been significant: Rates of hunger, suicide and unemployment have increased sharply, thanks to years of misguided austerity policies.

a-weary-greece-considers-its-options

So it is hardly shocking that polls are showing that voters are likely to give control of Parliament to the leftist political party Syriza in an election later this month. Whether Syriza can make the lives of average Greeks better is an open question. The party and its charismatic leader, Alexis Tsipras, have promised to renegotiate government debt, cut taxes, reverse pension cuts and increase spending on public services. But to achieve this ambitious agenda, Mr. That will be no easy task.

En Grèce, les grands chantiers de Syriza. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Adéa Guillot (Athènes, correspondance) Alexis Tsipras, le président du parti de la gauche radicale Syriza, a beau répéter qu’il n’entend pas quitter la zone euro, la fièvre provoquée par les déclarations allemandes sur une sortie de l’euro de la Grèce en cas de victoire de Syriza n’est toujours pas complètement retombée.

En Grèce, les grands chantiers de Syriza

Qu’est ce qui dans le projet de ce parti, qui reste le favori des sondages pour les élections législatives du 25 janvier, déplaît autant à la chancelière allemande ? Mettre fin à l’austérité, renégocier la dette et relancer la croissance : les trois objectifs de Syriza sont connus depuis plusieurs mois déjà et ont été présentés dans le détail le 3 janvier par M. Tsipras. Une sortie de la Grèce coûterait cher à la zone euro. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Marie Charrel Et si la Grèce quittait l’euro ?

Une sortie de la Grèce coûterait cher à la zone euro

Ce scénario noir plane de nouveau sur l’union monétaire depuis les informations dévoilées le 5 janvier par Der Spiegel. Selon l’hebdomadaire allemand, Angela Merkel jugerait qu’une sortie grecque de la zone euro (le « Grexit ») serait inévitable si le parti de gauche radicale Syriza remportait les législatives du 25 janvier. Et surtout si son leader, Alexis Tsipras, renonçait à rembourser la dette du pays. Si Berlin a depuis démenti, les économistes ont néanmoins sorti leur calculette. Lors du premier plan d’aide lancé en 2010, ces derniers ont accordé 53 milliards d’euros de prêts bilatéraux à Athènes, à des taux d’intérêt ultra-avantageux (moins de 2 % en moyenne).

En Grèce, To Potami se voit en faiseur de roi. En Grèce, le parti de la gauche radicale Syriza est toujours donné gagnant, avec en moyenne trois points d’avance sur les conservateurs de Nouvelle Démocratie (ND), pour les élections législatives anticipées du 25 janvier. Syriza espère emporter suffisamment de suffrages pour pouvoir dégager une majorité absolue au Parlement (soit 151 sièges sur 300) mais, selon les derniers sondages, aucun parti ne serait aujourd’hui en mesure d’atteindre cet objectif.

Le parti qui arrivera en troisième position aura donc une importance stratégique. Il pourrait, en l’absence de majorité, devenir l’arbitre de ce scrutin en vue d’un éventuel gouvernement de coalition. En Grèce, l’austérité à l’épreuve des urnes. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Adéa Guillot (Athènes, correspondance) La Grèce est de nouveau en campagne électorale, appelée à voter le 25 janvier 2015 dans le cadre de législatives anticipées. Lundi 29 décembre, les députés du Parlement grec, la Vouli, ont refusé d’élire le candidat du gouvernement à la présidence de la République, entraînant de fait la dissolution de l’Assemblée.

Sur les 300 députés présents, seuls 168 ont voté en faveur de l’ancien commissaire européen Stavros Dimas. Il en fallait au moins 180. Le premier ministre Antonis Samaras a dans la foulée annoncé la tenue de législatives anticipées pour le 25 janvier, dans quatre semaines, plongeant ainsi le pays dans une campagne s’annonçant aussi courte que violente. En Grèce, le théorème de Syriza. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Adéa Guillot (Athènes, correspondance) Depuis que la Grèce a annoncé, lundi 29 décembre, la tenue d’élections législatives anticipées le 25 janvier 2015, tous les regards, en Europe comme sur les places financières, se tournent vers le parti de la gauche radicale, Syriza, donné gagnant dans l’ensemble des sondages et donc en mesure de prendre la tête du pays. Avec une inquiétude : que va faire ce parti qui promet de mettre fin à l’austérité, veut obliger ses créanciers à renégocier une partie de la dette publique et entend − ainsi que l’a récemment déclaré son président, Alexis Tsipras − « faire danser les marchés » ?

« Après six longues années de récession, nous avons stabilisé l’économie et nous prévoyons une croissance de 2,9 % du PIB en 2015. Quasi anecdotique en 2009, cette formation n’est pas une nouvelle venue sur la scène politique grecque mais l’héritière d’une dizaine de mouvements issus de la gauche radicale et notamment du Synaspism... L'UE suit de près la crise politique en Grèce.