background preloader

Les débats de la Grèce ancienne autour de la science politique e

Facebook Twitter

Introduction à la science politique. La science politique est la discipline qui étudie les phénomènes politiques.

Introduction à la science politique

Elle est le résultat de l’institutionnalisation progressive d’un ensemble de champs du savoir (droit, économie, histoire, sociologie) lorsque ceux-ci s’intéressent plus spécifiquement à l’étude du pouvoir, si bien que l’on a pu parler pendant longtemps de sciences politiques au pluriel. Il s’agit donc d’une discipline se situant au carrefour de plusieurs autres et dont les méthodes d’analyse sont les mêmes que celles utilisées par les sciences sociales. 1/ L’objet de la science politique est l’étude des phénomènes politiques. Cette définition nécessite cependant d’être explicitée. Les phénomènes politiques se caractérisent par une extrême diversité comme le montre la multiplicité des acceptions du mot politique.

Il faut distinguer : Définition : La Politique. Politique : quelle définition philosophique ?

Définition : La Politique

Aristote. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aristote

Portrait d'après un original en bronze de Lysippe. La nature (Phusis) tient une place importante dans la philosophie d'Aristote. Selon lui, les matières naturelles possèdent en elles-mêmes un principe de mouvement (en telos echeïn). Aristote: L'homme est un animal politique. “L’homme est un animal politique” est une expression que l’on entend souvent dans les débats publics, en citant rarement la source de cette position fondamentale de la philosophie politique.

Aristote: L'homme est un animal politique

C’est Aristote qui, dans La Politique, le premier a qualifié l’homme de “Zoon Politikon”. Voici l’explication de cette citation. L’homme est un animal pensant L’homme s’inscrit dans le schéma de la nature comme «animal pensant». » L'homme est par nature un animal politique. Aristote. L'homme et la politique en Grèce antique. Cours politique Platon. Introduction : pourquoi lire la République de Platon aujourd'hui ?

cours politique Platon

Aujourd'hui, en bons démocrates que nous sommes, nous pensons tous que tout le monde (enfin presque) peut accéder à la politique. Il suffit, pour cela, d'avoir 18 ans, et d'être sain d'esprit. Bon, avoir fait sciences po, maîtriser certaines "techniques", cela aide... Mais si on croit aussi (et il y a de fortes chances que cela soit le cas!)

À l'égalité des chances, alors on croit aussi que c'est accessible à tout un chacun, puisque comme le dit si bien Descartes "le bon sens est la chose du monde la mieux partagée". Et si nous étions victimes d'un préjugé ? C'est justement de ce préjugé que veut nous défaire Platon dans la République, à travers sa théorie des natures faites pour commander (on pourrait dire, mais nous verrons plus tard pourquoi, sa théorie des "naturels philosophes" et/ ou des "philosophes-rois"). A quoi cela peut-il bien nous servir, par conséquent, de relire Platon aujourd'hui ? Plan de la République : Introduction : la science politique comme science sociale. Cours de licence de droit : Science politique.

Introduction : la science politique comme science sociale

Les Grecs inventent la politique - Claude Mossé. Anomie et légalité  : les origines de la science politique chez Platon et Aristote. 1 Besnard Ph., L’anomie, ses usages et ses fonctions dans la discipline sociologique depuis Durkheim, (...) 2 Philippe Besnard (ibid.) rappelle aussi que pour Guyau le mot avait été forgé « à l’occasion d’un j (...) 3 Poaoletti G., Durkheim et la philosophie, thèse de sociologie, Institut d’Etudes Politiques (Paris) (...) 1« Anomie » ne porte aucun héritage conceptuel grec chez Émile Durkheim comme le souligne Philippe Besnard1 qui rappelle que c’était aussi le cas chez celui qui a introduit le terme au XIXe siècle, précisément en 1885, J.

Anomie et légalité  : les origines de la science politique chez Platon et Aristote

-M. Guyau2. Que le mot soit grec, parce qu’il est sémantiquement grec (le a privatif, devant nomos qui signifie « loi »), mais aussi parce qu’il est un concept et présents chez Thucydide ou Platon, mais aussi un concept sans le mot, chez Aristote, ne permet nullement de déduire qu’il garderait une trace de sa signification antique chez le sociologue français. Protagoras. Le Paradigme de Protagoras. "C'est par la parole et l'action que nous nous insérons dans le monde humain".

Le Paradigme de Protagoras

Hannah Arendt, Condition de l'homme moderne (1994 : 233) 1La sophistique est une problématique très vivante en philosophie politique comme en témoignent notamment les travaux de Barbara Cassin (1995), et ceux, plus anciens, réunis par Kerferd (1981). De nombreux articles du Dictionnaire de philosophie politique de Philippe Raynaud et Stéphane Rials, ou encore l'étude que leur consacre d’Alonso Tordesillas dans l’Histoire de la philosophie politique dirigée par Alain Renaut (1999) le confirment. En revanche, si, dans l'Encyclopédie Universalis, Jean Brunschwig (1968) caractérise les sophistes comme « les premiers des sociologues, installant au centre de leurs réflexions l'opposition de la physis (nature) et du nomos (usage, croyance, convention, loi) », peu de sociologues et de politistes contemporains mobilisent leurs idées. 1.1. 1.2. 1.3. 1.4. 30Le poète Hésiode (VIIIe –VIIe siècles avant J. 2.1.

Philosophie et politique. N'est en l'interrogeant et en apprenant sa doxa, ce qui lui a été révélé à lui à la différence de tous les autres.

Philosophie et politique

Science politique dans l'Antiquité. La science politique ne put sans doute se constituer qu'assez longtemps après que les humains eurent pris l'habitude de vivre en société, lorsqu'ils devinrent capables de concevoir d'une manière abstraite les gouvernements et les gouvernés.

Science politique dans l'Antiquité.

Mais dès les plus informes rudiments de société, il exista, à l'état latent si l'on veut, des croyances obscures concernant les relations des humains entre eux. Ce fut probablement la famille qui fut la première forme de société, et la force qui conféra au chef de famille un droit sur ceux qui l'entouraient. La force et la nécessité agrandirent peu à peu le cercle de la famille; et les premières sociétés que nous devinons sont des clans communautaires où le chef a un pouvoir plus ou moins tempéré par ceux des autres chefs de famille.

Dans une période ultérieure, l'autorité prit un caractère sacré et religieux. Antiquité orientale.Les premiers documents historiques que nous connaissons renferment les traces de ce droit préhistorique. Et en Chine. Qu'est-ce qu'une nation ? Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Dans la préface du recueil de 1887, l'auteur consacre une large partie à l'importance qu'il accorde au texte de sa conférence, où il pense avoir « pesé chaque mot avec le plus grand soin ». Le texte et sa postérité[modifier | modifier le code] Dans cette conférence prononcée le 11 mars 1882, Renan se positionne contre une vision allemande de la nation, dans le contexte de la défaite de 1870 et de l'annexion par l'Empire allemand de l'Alsace-Lorraine. Il formule l'idée qu'une nation repose à la fois sur un héritage passé, qu'il s'agit d'honorer, et sur la volonté présente de le perpétuer : « Une nation est une âme, un principe spirituel.

. « L’homme n’est esclave ni de sa race, ni de sa langue, ni de sa religion, ni du cours des fleuves, ni de la direction des chaînes de montagnes. Le texte figure au programme des examens de la fonction publique en France.