background preloader

Grèce

Facebook Twitter

Sous les ruines de l’économie grecque, les jeunes pousses. LE MONDE ECONOMIE | | Par Adéa Guillot (Athènes, correspondance) Les électeurs grecs sont de nouveau appelés à voter dimanche 20 septembre à l’occasion des élections législatives.

Sous les ruines de l’économie grecque, les jeunes pousses

Point commun de l’ensemble des programmes économiques des partis en lice : la nécessité de soutenir les filières d’exportation. Le flou demeure quant aux mesures à prendre. Pourtant le terreau entrepreneurial grec, malgré la crise, est riche. Manos Moschous est un jeune entrepreneur grec satisfait. Lorsque, début 2012, il commence avec deux amis à travailler sur la production de jeux de casino pour mobiles, cet homme pressé sait qu’il tient une bonne idée. « Six mois plus tard, un “business angel” anglais investissait 250 000 euros dans l’entreprise.

. « Les banques ne sont pas là pour ça » Si réussir une vente aussi spectaculaire en si peu de temps demeure une exception, l’écosystème des start-up est... En Grèce, le désenchantement de la jeunesse avant les élections. Crise grecque : Alexis Tsipras dans la tourmente politique. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Adéa Guillot (Athènes, correspondance) Alexis Tsipras a fait un choix.

Crise grecque : Alexis Tsipras dans la tourmente politique

Celui d’éviter à tout prix la sortie de la Grèce de la zone euro. Il l’a répété mardi 14 juillet au soir, dans une interview à la télévision publique grecque : « J’assume la responsabilité d’un texte auquel je ne crois pas, mais je le signe pour éviter tout désastre au pays. » En cela, il a respecté la volonté de 70 % de la population qui redoutait les conséquences du « Grexit ». Mais, au passage, il a foulé aux pieds l’ensemble de ses promesses de campagne et déçu tous ceux qui lui avaient donné leur voix à la fin de janvier pour que cesse l’austérité.

Les créanciers ont en effet exigé qu’il renonce, sans concession, à l’ensemble des lignes rouges qu’il avait posées en cinq mois de négociations et engage son pays sur la voie de l’austérité pour encore au moins trois ans. Le coût politique de ce compromis est exorbitant. Lourdes défections Rassembler les troupes.

Des Grecs dépensiers ou malhonnêtes… le tour des idées reçues. Alors que la Grèce vient de soumettre une demande officielle d’assistance au mécanisme européen de stabilité (MES) de la zone euro, les négociations continuent à Bruxelles sous l’œil des Européens, dubitatifs et parfois mal informés.

Des Grecs dépensiers ou malhonnêtes… le tour des idées reçues

Le tour des idées reçues qui font florès depuis quelques mois… Les Grecs dépensent l’argent des Européens. Malgré l’accord, la Grèce aura du mal à faire face à ses prochains remboursements. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Marie Charrel L'essentiel Après une nuit de tractations, les dix-neuf dirigeants de la zone euro se sont mis d'accord pour négocier un troisième programme d'aide à la Grèce .

Malgré l’accord, la Grèce aura du mal à faire face à ses prochains remboursements

En contrepartie de ce soutien financier, la Grèce doit s'engager à mener des "réformes sérieuses", a annoncé le président du Conseil européen, Donald Tusk. Cet accord permet à la Grèce de rester dans la zone euro : "c'était l'objectif", selon François Hollande. Chaque jour rapproche un peu plus Athènes de l’asphyxie financière. Pour François Hollande, le programme de réformes grec est « sérieux et crédible » Alexis Tsipras fait des concessions majeures pour éviter le « Grexit  » LE MONDE | • Mis à jour le | Par Cécile Ducourtieux (Bruxelles, bureau européen) et Adéa Guillot (Athènes, correspondance) Les propositions grecques « de la dernière chance » sont arrivées sur le bureau de Jeroen Dijsselbloem, le président de l’Eurogroupe, avec deux heures d’avance, jeudi 9 juillet vers 22 heures.

Alexis Tsipras fait des concessions majeures pour éviter le « Grexit  »

Vingt pages denses, reprenant dans ses grandes lignes, en allant même plus loin, ce que le premier ministre de la gauche radicale, Alexis Tsipras, négociait avec les créanciers d’Athènes (Banque centrale européenne, Fonds monétaire international, Union européenne) avant de quitter la table des discussions et d’annoncer son référendum, fin juin. Ce n’est pas forcément ce dont rêvaient les Grecs qui ont voté non à plus de 61 %, dimanche 5 juillet, pensant pour la plupart mettre un bulletin dans l’urne « contre l’austérité ». Réactions optimistes mais prudentes M. Grèce : comment la France assiste les négociateurs grecs en coulisse. François Hollande l’a dit mardi 7 juillet, au terme du sommet européen de Bruxelles : « La France fera tout pour que la Grèce reste dans la zone euro, elle ne ménagera pas sa peine jusqu’au bout pour trouver un accord. » Vendredi 10 juillet, il a été l’un des premiers chefs d’Etat européens à réagir aux propositions grecques aux créanciers, les qualifiant de « sérieuses et crédibles » et appelant à reprendre les discussions « avec une volonté de conclure ».

Grèce : comment la France assiste les négociateurs grecs en coulisse

Depuis des semaines, Paris se démène pour éviter un « Grexit », faute d’avoir pu trouver un terrain d’entente avec ses créanciers. Au point de s’impliquer au plus près des négociations. La Grèce à la veille d’un week-end déterminant. Le Monde.fr avec AFP et Reuters | • Mis à jour le La Grèce abordait samedi 11 juillet un week-end décisif pour son avenir.

La Grèce à la veille d’un week-end déterminant

Et c’est en plusieurs endroits clés que la crise est peut-être en train de se dénouer. En Syrie, plus de 4 millions de réfugiés en quatre ans de guerre. L’Union européenne doit offrir « une réponse robuste » et « plus efficace » à la crise des réfugiés syriens.

En Syrie, plus de 4 millions de réfugiés en quatre ans de guerre

Tel est en substance le message que le haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés (HCR), Antonio Guterres, a adressé aux dirigeants européens, jeudi 9 juillet, alors que l’institution a publié de nouveaux chiffres sur l’ampleur de la fuite des Syriens de leur pays depuis le début de la guerre en 2011. Selon son bilan, ils sont désormais plus de 4 millions à avoir quitté la Syrie, où le conflit n’a pas cessé depuis quatre ans. Un chiffre qui n’inclut pas les 270 000 ressortissants qui ont déposé une demande d’asile en Europe. Au total, le HCR, qui a observé une hausse de un million du nombre de réfugiés sur dix mois, table sur un chiffre global de 4,27 millions de réfugiés fin 2015. « C’est la plus grande population de réfugiés pour un seul conflit en une génération », a observé M. L’audace récompensée d’Alexis Tsipras. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Adéa Guillot (Athènes, correspondance) C’est une victoire au-delà de tous leurs espoirs.

L’audace récompensée d’Alexis Tsipras

Dimanche 5 juillet, le non l’a emporté lors du référendum grec, avec 61,3 % des suffrages exprimés contre 38,7 pour le oui. Un écart énorme. La dette hellène, au cœur des débats. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Marie Charrel La question empoisonne les relations entre Athènes et ses partenaires européens depuis des mois.

La dette hellène, au cœur des débats

Pour le gouvernement d’Alexis Tsipras, alléger la dette publique, qui culmine à 177 % du produit intérieur brut (PIB), doit être au cœur des négociations. Aux yeux de la chancelière Angela Merkel, qui a promis aux contribuables allemands que l’aide à la Grèce ne leur coûterait pas un euro, le sujet est tabou. Et pourtant : la dette publique hellène est insoutenable et n’échappera pas à un nouvel allégement, jugent la majorité des économistes. Un point de vue partagé par le Fonds monétaire international (FMI). « Grexit ou pas, la zone euro doit renforcer ses fondations » La zone euro est en meilleur état qu’en 2011, mais un Grexit comporte des risques à court et moyen terme qu’il ne faut pas sous-estimer, explique Olivier Raingeard, chef économiste de la banque Neuflize OBC.

« Grexit ou pas, la zone euro doit renforcer ses fondations » La crise grecque à la lumière de la théorie des jeux. LE MONDE ECONOMIE | | Par Christian Schmidt (Professeur émérite, université Paris-Dauphine) Allers-retours, fausses sorties, menaces, déclarations fracassantes et aujourd’hui mauvaise anticipation du résultat du référendum… autant de signes qui, en entretenant le suspense grec, témoignent des difficultés des acteurs à cerner la réalité avec les boussoles classiques de la macroéconomie (ratios d’endettement, comptes budgétaires…) et de la politique (rapport de forces).

Il existe cependant une grille d’analyse qui peut éclairer les méandres de cette tortueuse négociation : la théorie des jeux. L’Europe se fixe une « ultime date butoir » pour décider du sort de la Grèce. L’essentiel La Grèce a obtenu un sursis pour présenter un plan de réformes et déposer une demande officielle d'aide au Mécanisme européen de stabilité (MES). En contrepartie, la Grèce devra proposer d'ici jeudi une amélioration des propositions du 30 juin. Un nouveau sommet réunissant les 28 dirigeants de la zone euro se tiendra dimanche.

Un scénario détaillé prévoyant une sortie grecque de la zone euro a été préparé, selon le président de la Commission européenne. « Grexit » : personne ne veut porter le chapeau. « Vous allez voir. Chacun va répéter que si on en est là, ce n’est pas de sa faute », avait prévenu une source proche des créanciers, au soir de ce pathétique Eurogroupe, samedi 27 juin, au cours duquel les négociations entre Athènes et ses créanciers ont été rompues, à la suite de l’annonce surprise à Athènes, la veille, d’un référendum sur l’accord « réformes contre argent frais » dont la Grèce a besoin pour ne pas s’asphyxier financièrement. Depuis trois jours, tous les propos publics, à Athènes, Bruxelles, Paris ou Berlin peuvent être lus à cette aune : personne ne veut porter le chapeau d’un possible « Grexit », une sortie de la Grèce de la zone euro, aux conséquences économiques, politiques et géopolitiques incalculables. En assurant avoir tout fait pour éviter ce scénario.

Comment la Grèce et la zone euro font face à l’urgence. LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Adéa Guillot (Athènes, correspondance), Marie Charrel et Cécile Ducourtieux (Bruxelles, bureau européen) Semaine explosive en vue dans la zone euro. Impensable il y a quelques jours encore, le scénario d’une sortie grecque de l’union monétaire hante désormais tous les esprits. Yanis Varoufakis, bête noire de Bruxelles, poussé à la démission. L’Europe défiée par le non massif des Grecs. « On a décidé de mourir comme on l’entend » LE MONDE | • Mis à jour le | Par Aude Lasjaunias (Athènes, envoyée spéciale) Ils attendaient cette date, certains avec fébrilité, d’autres avec ferveur, tous avec impatience. Neuf jours après la décision surprise du premier ministre Alexis Tsipras de soumettre à une consultation populaire le plan de réformes proposé par les créanciers du pays, les bureaux de vote, installés dans les écoles primaires du pays, ont ouvert leurs portes dimanche 5 juillet dès 7 heures du matin.

Crise grecque : le référendum et ses conséquences en cinq questions. Les Grecs ont dit « oxi », « non ». Crise grecque : le référendum et ses conséquences en cinq questions. Crise grecque : l’Eurogroupe passe au « plan B » Les Grecs disent non au plan d’aide des créanciers. Les Grecs ont dit « oxi » (non) à la dernière proposition de réformes formulée par les créanciers du pays. Selon les résultats définitifs du ministère de l'intérieur publiés dans la nuit de dimanche au lundi 6 juillet, le non l’a emporté avec 61,31 % des suffrages. Les risques géopolitiques d’un « Grexit » Grèce  : les négociations avancent dans la confusion. Le système bancaire européen à l’abri des turbulences grecques. Grèce : la responsabilité d’Alexis Tsipras. Joseph E. Stiglitz : « La Grèce a raison de refuser les diktats de la troïka » La discorde croissante au sein de l’Europe pourrait passer aux yeux d’un observateur étranger pour la fin de la partie entre la Grèce et ses créanciers.

Mais, en réalité, les dirigeants européens commencent tout juste à révéler le véritable enjeu du désaccord entourant la dette grecque : il s’agit bien plus d’une question de pouvoir et de démocratie que d’argent et d’économie. La Grèce officiellement déclarée en défaut de paiement. A deux jours du référendum pour décider si les Grecs acceptent ou non les conditions économiques de leurs créanciers, le Fonds européen de stabilité financière (FESF) a officiellement déclaré la Grèce en « défaut » de paiement, après le non-remboursement de 1,5 milliard d’euros au Fonds monétaire international (FMI). Pour le président du Fonds, Klaus Regling : « Ce défaut est une cause de grave inquiétude. La Grèce pourra-t-elle éviter la mise en place d’un contrôle des capitaux ? L’Eurogroupe refuse de prolonger le plan d’aide à la Grèce. La leçon de Dominique Strauss-Kahn sur la crise grecque.

En France, le PS gêné par la perspective d’une victoire de Syriza. L’Europe accroît la pression sur Athènes. Après la victoire de Syriza, Athènes veut « arrêter d’imiter Sisyphe » Sur la Grèce, Obama appelle à lâcher du lest. Le malaise grec de la BCE. Athènes soumet ses réformes à Bruxelles.