background preloader

Douleur et pédiatrie

Facebook Twitter

Association SPARADRAP. Pediadol. Charte européenne de l'enfant hospitalisé 1988. La « Charte de l'enfant hospitalisé » a été rédigée à Leiden (Pays-Bas) en 1988 lors de la première Conférence européenne des associations « Enfant à l'hôpital » à laquelle APACHE a participé.Le groupe de travail s'est inspiré de la résolution sur une Charte européenne des enfants hospitalisés adoptée en 1986 par le Parlement européen.

Charte européenne de l'enfant hospitalisé 1988

Cette résolution avait pour objectif de défendre les droits des enfants hospitalisés dans le cadre de l'année de la jeunesse. Cette « Charte » est souvent désignée sous le terme de « Charte » d’EACH - European Association for Children in Hospital, du nom de l'association européenne pour les enfants à l'hôpital, qui regroupe douez associations nationales qui ont rédigé ensemble cette Charte. La Charte comprend dix points qui analysent les besoins de l'enfant hospitalisé et demandent que les droits qui en découlent soient respectés.

"La douleur de l’enfant, quelles réponses ?" Actes du colloque 2014. ANAES - Évaluation et stratégies de prise en charge de la douleur aiguë en ambulatoire chez l'enfant de 1 mois à 15 ans - 2000. Prise en charge médicamenteuse de la douleur chez l'enfant - RBP AFSSAPS - 2009. La douleur de l'enfant : stratégies soignantes de prévention et de prise en charge - Pediadol. Généralités Souvenons-nous que chaque enfant est unique et chaque situation de soin particulière.

La douleur de l'enfant : stratégies soignantes de prévention et de prise en charge - Pediadol

Il est important de tenir compte des composantes socioculturelle et éducative. L’équipe soignante dispose actuellement d’une palette de moyens et d’actions permettant d’améliorer significativement la prise en charge de la douleur. Celle-ci ne se résume pas à l’administration d’antalgiques. Une douleur niée ou non prise en charge est mémorisée par l’enfant quel que soit son âge. Prévenir la douleur : des étapes indispensables Prévenir la douleur nous oblige à nous interroger sur nos soins, en équipe (infirmières, auxiliaires de puériculture, aides soignants, kinésithérapeutes, médecins). Le matériel le moins générateur de douleur est à privilégier : choix du diamètre et de la nature des sondes, du type d’adhésif, de la taille des électrodes, du calibre des aiguilles… L’importance de l’habileté technique est indéniable.

Les parents sont des partenaires précieux. Propositions : Indications. Prise en charge de la douleur au quotidien dans un service de chirurgie pédiatrique. Spirale, n°51, 2009. Quand il éprouve une douleur physique et psychique, le bébé tente de maintenir ses capacités de communication avec ses parents et son environnement.

Prise en charge de la douleur au quotidien dans un service de chirurgie pédiatrique. Spirale, n°51, 2009

Du bon usage de la morphine. Enfances et Spy, n°25, 2004. La morphinophobie française s’est longtemps nourrie de trois peurs : la peur de la toxicomanie, la peur de la mort programmée, et la peur de la mort accidentelle.

Du bon usage de la morphine. Enfances et Spy, n°25, 2004

Concernant la toxicomanie, l’inconscient collectif des soignants est lourdement influencé par l’épidémie d’addiction qui a sévi chez les médecins à la fin du xixe et au début du xxe siècle. Le témoignage de Mickail Boulgakov (« Morphine ») et celui du « Journal d’un morphinomane » retracent bien le parcours quotidien des médecins victimes de la morphine. La notion de toxicomanie reste floue dans l’esprit du public mais aussi chez beaucoup de professionnels de la santé.

Le risque de toxicomanie à l’hôpital a été longtemps surestimé : la description qu’a faite en 1989 dans la revue Pain [8] Ce carnet spécial numéroté devait être commandé nominalement... [8] , Weissman d’un tableau de pseudo-addiction est tout à fait emblématique. J’ai eu au départ, comme les autres, les mêmes angoisses et résistances. Directives de l'OMS sur la douleur persistante chez l'enfant. Si votre enfant a mal. Face à l'enfant qui a mal, nous sommes souvent désemparés.

Si votre enfant a mal

Nous désirons l'aider, mais ne savons pas toujours comment faire. Il ne s'agit ni de refuser notre aide à l'enfant quand il a mal, ni de répondre systématiquement à toute plainte par un médicament, mais de connaître les meilleures solutions pour éviter et soulager la douleur quand c'est nécessaire. DREES, Études N° 61, juin 2006. La prise en charge de la douleur chez l’enfant lors de son passage dans des.

L’objectif de cette étude est d’appréhender les représentations et les attentes autour de la douleur chez l’enfant formulées par trois grands acteurs : les enfants eux-mêmes, leur entourage proche ou familial et le personnel soignant.

DREES, Études N° 61, juin 2006. La prise en charge de la douleur chez l’enfant lors de son passage dans des

Cette approche qualitative de la douleur s’appuie sur 20 études de cas réalisées à Paris et en banlieue parisienne auprès d’enfants de moins de 16 ans soignés, en ambulatoire, pour différents types de soins (vaccination, otite, rééducation, prélèvements sanguins) et par différents praticiens (généralistes, pédiatres, kinésithérapeutes). À l’issue des entretiens, deux types de profil apparaissent qui caractérisent aussi bien les soignants que les parents : les « réservés » pour qui le type de douleurs auquel fait référence cette étude, les petites douleurs, sont admissibles voire nécessaires et les « sensibilisés » pour lesquels, il faut tout mettre en œuvre pour lutter contre la douleur, quel que soit sont niveau. Cours - prise en charge de la douleur- Collège National des Pédiatres Universitaires_2014. Avant de commencer… L’enfant a un vécu de la douleur différent de celui de l’adulte.

Cours - prise en charge de la douleur- Collège National des Pédiatres Universitaires_2014

La connaissance des différents niveaux de développement cognitif de l’enfant en fonction de son âge aide le soignant à mieux le comprendre et communiquer avec lui, et donc à mieux le soigner. Les manifestations de la douleur sont le plus souvent biphasiques. À la phase aiguë, elles sont bruyantes ; mais si la douleur se prolonge ou se répète, elles peuvent faire place à un tableau d’inertie psychomotrice.