background preloader

DOULEUR

Facebook Twitter

Chi2.files.wordpress.com/2008/12/prev_dleur_chron.pdf. Reanesth.chu-bordeaux.fr/onglets/formatio1/retrouve/jarca/jarca_2011/articles/anesth/04Viel.pdf. Sofia.medicalistes.org/spip/IMG/pdf/Douleur_chronique_post_chirurgicale.pdf. 51e congrès de la Sfar. Incidence et prévention de la douleur chronique postopératoire. Introduction La douleur chronique est définie par une douleur qui persiste plus de 3 à 6 mois avec un retentissement psychologique, socioprofessionnel et économique.

51e congrès de la Sfar. Incidence et prévention de la douleur chronique postopératoire

Macrae et Davies [1] ont proposé de définir la douleur chronique postopératoire (DCPO) comme une douleur survenant au décours d’une chirurgie, persistant plus de 2 mois après cette procédure, inexistante avant le geste, à l’exclusion d’autres causes (progression néoplasique, lésions radiques associées, infections chroniques…). Depuis une dizaine d’années, la chronicisation de la douleur postopératoire suscite un intérêt croissant et tend à être considérée comme un aspect important des suites de la chirurgie. Plusieurs auteurs ont fait d’excellentes synthèses sur la physiopathologie de la DCPO, son incidence, ses facteurs prédictifs supposés et ont proposé des stratégies de prévention périopératoire [2-5]. Incidence des douleurs chroniques postopératoires. Journées Thématiques Douleur - SFETD. Chronicisation de la douleur postopératoire - quelle réalité et comment l'éviter -

Aeshsie liale - uleu pspaie du nerf intercostobrachial permet de réduire les douleurs persistantes [9].

Chronicisation de la douleur postopératoire - quelle réalité et comment l'éviter -

Uneapproche laparoscopique ne semble pas inuencer l’incidence des douleursrésiduelles après cholécystectomie [3, 10, 11] mais pourrait prévenir les CPSPaprès réparation d’une hernie inguinale [12]. A ce propos, toute lésion nerveusesomatosensitive ne donne pas lieu à une douleur chronique neuropathique. Ilressort d’études récentes que des co-facteurs contribuent à faire d’une lésionnerveuse une douleur neuropathique. Parmi eux : un décit de régénérationnerveuse (origine génétique ?) 2.2. Parmi tous les facteurs de risque de CPSP,se trouve une constante qui estl’importance de la douleur aiguë postopératoire. 2.3. Comprendre la physiologie de la douleur incisionnelle semble indispensablepour améliorer la prévention des CPSP puisqu’il est logique de penser que ce sontles inux nociceptifs provenant des tissus lésés qui vont sensibiliser le système. Revue Médicale de Bruxelles. Effet placebo. N1-VALIDEEffet Placebo : Pharmacologie et de Toulousefrançais-Franceeffet placeboeffet noceboplaceboinformation scientifique et technique ---N1-VALIDEPlacebo et effet placebo.

Effet placebo

Deuxième partie : Le placebo est-il toujours pharmacologiquement « inerte » ? Médecine. Volume 8, Numéro 10, 462-4, Décembre 2012, Concepts et une première partie, nous avons envisagé la naissance des concepts de « placebo » et « d'effet placebo », jusqu'à la référence historique que constitue l'apparition des essais contrôlés randomisés contre placebo dans les années 1950. Cette deuxième partie est une première approche des définitions actuelles. 2012NNJohn Libbey Eurotextfrançais-MontrougeFranceplaceboeffet placeboarticle de périodique. Www.bioethica-forum.ch/docs/11_2/Focus_Waelti-Bolliger.pdf. Www.erudit.org/revue/ms/2004/v20/n1/007532ar.pdf. LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX! La multiplicité des voies ascendantes de la nociception suggère que celles-ci ne dépendent pas d’un système unique se terminant dans un « centre de la douleur » quelque part dans le cerveau.

LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX!

Au contraire, la perception de la douleur est prise en charge par de nombreuses structures cérébrales, ce qui confirme les multiples facettes du phénomène. Après avoir rejoint la formation réticulée du tronc cérébral, puis certains noyaux du thalamus, le message douloureux atteint le cortex cérébral. Le cortex somatosensoriel primaire (ou S1) reçoit les axones des neurones thalamiques du noyau ventral postérolatéral (ou VPL) tandis que le cortex somatosensoriel secondaire (ou S2) reçoit les informations nociceptives à la fois de l’aire S1 et des noyaux thalamiques. Si on assigne généralement à S2 un rôle dans la reconnaissance de la douleur et la mémoire des douleurs passées, S1 est associé pour sa part à la discrimination des différentes propriétés de la douleur. L'effet placebo et ses paradoxes. Par Jean-Jacques Aulas - SPS n° 252, mai 2002 Voilà près de deux ans que le rédacteur en chef de notre revue n’a cessé de me torturer pour publier la conférence que j’avais faite en mai 2000 à l’occasion de l’assemblée générale de l’AFIS sur le « pouvoir thérapeutique de l’illusion ».

L'effet placebo et ses paradoxes

Je pense avoir bien fait de ne pas avoir cédé à son amicale pression, car la parution récente de travaux et d’ouvrages de synthèses sur le sujet me fournit l’occasion de faire le point sur ce troublant sujet. Pour les amateurs d’épistémologie, l’effet placebo pourrait se comparer à un fantôme qui se cache dès l’instant qu’on essaie de l’observer. Dramatique paradoxe qui, si on applique le critère poppérien de falsification, catégoriserait cet effet dans le registre de la métaphysique et non dans celui de la connaissance scientifique.

Les placebos dans l’histoire de la médecine 1779 : date de la publication, en France, par Franz Anton Mesmer de son « Mémoire sur la découverte du magnétisme animal ». Le placebo, l'effet placebo et l'effet nocebo - Institut Belge de Biologie Totale des Êtres Vivants. 1.

Le placebo, l'effet placebo et l'effet nocebo - Institut Belge de Biologie Totale des Êtres Vivants

Le placebo 1. Définition Le placebo (placebo en latin = je plairai) [1] [2] peut se définir comme une « substance dépourvue d’effet thérapeutique ou un traitement sans valeur thérapeutique spécifique ». 2. En médecine, toutes les grandes études d’efficacité comparent un traitement donné A à un autre traitement B sensé n’avoir aucun impact thérapeutique. Quand ni le médecin ni le patient ne savent quel traitement est pris pendant un essai clinique (« clinical trial »), on parle alors d’une étude en double aveugle. Www.chu-toulouse.fr/IMG/pdf/placebo_clud_lourdes_cbc.pdf. - L'effet placebo. L'effet placebo correspond donc à l'attente du patient par rapport à une guérison future.

- L'effet placebo

Mais que se passe-t-il dans notre esprit ? Deux mécanismes psychologiques seraient particulièrement à l’œuvre pour engendrer les attentes liées à l'effet placebo : la suggestion et le conditionnement. A cela viendraient s'ajouter d'autres facteurs comme la nature du médicament, facteur banal mais tout aussi important. 1) La Suggestion. Pharmacologie du placebo, effet placebo. Dr.

Pharmacologie du placebo, effet placebo

Patrick Lemoine Laboratoire de Pharmacologie Expérimentale et Clinique 2, avenue du Pr. Léon Bernard, 35043 Rennes Cedex Le placebo est une substance inerte délivrée dans un contexte thérapeutique. Le placebo est une substance généralement commercialisée dont, soit l'efficacité n'est pas démontrée scientifiquement (homéopathie, certaines substances phytothérapiques, acides aminés, antiasthéniants, etc ...), soit l'indication ne correspond pas à l'indication officielle (vitamine C efficace dans le scorbut mais probablement pas dans la grippe). Du placebo au lobepac, un entretien avec Jean-Jacques Aulas. Vous êtes un des spécialistes français de l’effet placebo.

Du placebo au lobepac, un entretien avec Jean-Jacques Aulas

Comment vous êtes-vous intéressé à cette question ? JJA : Ma double formation y est certainement pour beaucoup. Je suis scientifique en tant que pharmacologue et je suis psychologue en tant que psychiatre. Sornettes.free.fr/IMG/article_PDF/article_235.pdf. Les prodiges de l'effet placebo, actualité Société. Placebo, nocebo: comment le mental agit sur notre corps ? - L'effet placebo. L'illusion en médecine porte le joli nom de placebo.

Placebo, nocebo: comment le mental agit sur notre corps ? - L'effet placebo

L'idée est que la confiance accordée à un produit par un médecin et par son patient peut soigner, voire guérir. Aux antipodes, il existe un phénomène moins connu : le nocebo. L'effet nocebo, c'est un patient qui devient vraiment malade en croyant l'être. Comment notre mental influe-t-il sur notre état physique ? Le Docteur Patrick Lemoine, psychiatre et directeur d'enseignement clinique à l'université Claude Bernard de Lyon répond aux questions. Évaluation et suivi de la douleur chronique chez l'adulte en médecine ambulatoire - Rapport complet.

Personne âgée

Migraine. Douleur chronique : reconnaître le syndrome douloureux chronique, l'évaluer et orienter le patient - Synthèse des recommandations. Évaluation du syndrome douloureux chronique en structure spécialisée - Liste de critères de qualité. Évaluation du syndrome douloureux chronique en structure spécialisée - Série de critères de qualité et guide d'utilisation. Douleur chronique : reconnaître le syndrome douloureux chronique, l'évaluer et orienter le patient - Recommandations. Douleur chronique : reconnaître le syndrome douloureux chronique, l'évaluer et orienter le patient - Argumentaire.

Douleur chronique

CCQ.