background preloader

Sante.gouv-La douleur

Sante.gouv-La douleur
Selon la définition officielle de l’association internationale pour l’étude de la douleur (IASP), "la douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle ou décrite dans ces termes". Les patients sont les acteurs actifs de leur prise en charge, eux-seuls sont capables d’indiquer aux soignants ce qu’ils ressentent. Leur participation est essentielle pour évaluer l’intensité de la douleur et l’efficacité des traitements, médicamenteux ou non. Ils doivent donc être informés et écoutés par les professionnels de santé. Du coté des professionnels de santé, l’expression du vécu de la douleur est étroitement liée à la conception du fait douloureux : ceux-ci sont bien souvent les premiers confrontés à la plainte du patient et donc les premiers acteurs de l’évaluation et de la prise en charge de la douleur. De quelles douleurs parle-t-on ? Lire la suite… Pourquoi exprimer votre douleur ? Lire la suite… Lire la suite… Lire la suite Related:  douleur - gestion

Scoop it -Douleur aigue, douleur chronique Medicine in Social Media LOGIN • SIGN UP You are here: Home Best Public Health Blogs Sexual Health Twitter Channels Twitterers about Sleep Dentistry News Sites Stem Cell News Top Vaccination Blogs Cours - Physiologie de la douleur Suivant La douleur est une impression anormale et pénible reçue par une partie vivante et perçue par le cerveau. C'est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à un dommage tissulaire présent ou potentiel ou décrit en termes d'un tel dommage. Législation en rapport avec la douleur La douleur bénéficie aujourd'hui de plusieurs appuis légaux pour justifier et déterminer ses modes de prise en charge (lire Prise en charge de la douleur : aspect médico-légaux). Pour mémoire Devoirs généraux (art. 2) : L'infirmier ou l'infirmière exerce sa profession dans le respect de la vie et de la personne humaine. Pysiologie de la douleur De la périphérie à la moelle épinière Périphérie ou voies afférentes Les autres fibres nociceptives sont les A delta (peu myélinisées). L'activation des terminaisons périphériques peut être directe ou bien des facteurs chimiques peuvent entrer en jeu comme la bradykinine, l'histamine, la sérotonine, la prostaglandine. Les neurotransmetteurs "As-tu mal ?"

La douleur Dossier réalisé en collaboration avec Michel Pohl équipe "Douleurs" Inserm UMRS 975, Cricm, Université Pierre et Marie Curie Selon la définition officielle de l’Association internationale pour l’étude de la douleur (IASP), "la douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle ou décrite dans ces termes". Elle est donc subjective et repose avant tout sur le ressenti du patient, ce qui la rend difficile à quantifier et à qualifier. De la main au cerveau Il est néanmoins possible de décrire le parcours de l’information douloureuse dans l’organisme, avec l’exemple de la douleur aiguë provoquée par une main posée par inadvertance sur une plaque brûlante. © Fotolia Une fois arrivé au cerveau, le signal est identifié en "douleur". La douleur aiguë joue donc un rôle d’alarme qui va permettre à l’organisme de réagir et de se protéger face à un stimulus mécanique, chimique ou thermique. Soulager la douleur Les médicaments Vidéos

10 Chronic Pain Food Triggers and 10 That Alleviate it Chronic pain lasts for months or even for years. It has no preventive role and it disrupts the sufferer’s everyday activities. It radically reduces the quality of life. Chronic pain is not a symptom, but an independent disease. If acute pain is our best friend, chronic pain is our greatest enemy. Luckily, you are not defenseless when it comes to chronic pain. The following is a list of these foods. Foods That Can Cause Chronic Pain 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Foods That Can Alleviate Chronic Pain on Next Page Comments comments

Rencontres HAS 2010 - Internet, un atout pour la relation médecin - patient ? Douleur Dossier réalisé en collaboration avec Michel Pohl équipe "Douleurs" Inserm UMRS 975, Cricm, Université Pierre et Marie Curie - Juillet 2011. Selon la définition officielle de l’Association internationale pour l’étude de la douleur (IASP), "la douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle ou décrite dans ces termes". Elle est donc subjective et repose avant tout sur le ressenti du patient, ce qui la rend difficile à quantifier et à qualifier. D’autant plus que la douleur n’est pas liée systématiquement à une lésion, une caractéristique qui rend son étude complexe. De la main au cerveau © Fotolia Il est néanmoins possible de décrire le parcours de l’information douloureuse dans l’organisme, avec l’exemple de la douleur aiguë provoquée par une main posée par inadvertance sur une plaque brûlante. Une fois arrivé au cerveau, le signal est identifié en "douleur". Douleur inflammatoire, neuropathique ou cancéreuse ?

douleur : comment l'évaluer chez les patients âgés déments et les jeunes enfants ? Il existe deux types d'évaluation de la douleur : - l'autoévaluation destinée aux patients en pleine possession de leurs capacités verbales, cognitives et sensitives, - l'hétéro-évaluation destinée aux patients présentant des déficits de communication ou pour les enfants de moins de 6 ans qui n'ont pas encore acquis toutes leurs compétences de symbolisation. L'hétéro-évaluation repose essentiellement sur l'observation des comportements liés à la douleur ou encore "des attitudes dysfonctionnelles qui sont autant de signaux d'alarme pour les soignants (mimique douloureuse, position antalgique, troubles de l'humeur)", expliquent Jean-Marie Gomas, médecin et Annie Petrognani, infirmière clinicienne à l'hôpital Sainte-Perrine (AP-HP, XVIème) dans leur présentation intitulée "Croire le malade... avec les grilles d'hétéro-évaluation de la douleur". Les grilles d'hétéro-évaluation permettent de répertorier ces signes et les transmettre aux autres soignants.

Homéopathie en oncologie : un apport à la qualité de vie et à la guérison des patients | Blog Sevene Pharma De nombreuses personnes atteintes d’un cancer ont recours à des « soins de support » pour mieux gérer le choc de la maladie et de ses traitements : opération, chimio ou radiothérapie. L’homéopathie est le soin le plus utilisé pour atténuer la fatigue, l’angoisse, les effets secondaires des traitements ou la baisse d’immunité. Le point avec le Dr Sophie Scheffer, médecin généraliste homéopathe à Limal, Belgique. Qu’appelle-t-on soins de support et quel est leur apport à l’oncologie ? Dr Sophie Scheffer : Les soins de support sont des soins complémentaires aux traitements conventionnels qui permettent aux patients atteints de cancer d’améliorer leur qualité de vie et leurs chances de guérison. Plusieurs études ont démontré que les soins de support en oncologie ne sont pas seulement un atout pour le confort du patient mais provoquent une diminution de la mortalité par cancer. La demande des patients est donc forte ? Elle agit à plusieurs niveaux. Pour en savoir plus

Professionnels : vos patients et les sites Internet en santé Les différenst bienfaits du massage aux ventouses Depuis les Jeux olympiques de Rio, les ventouses n’ont jamais été aussi populaires ! Michael Phelps à arborer les marques des ventouses (ronds violets sur son dos) durant les jeux aux yeux de tous et la planète s’est tourné vers cette technique. Ce qu’il fait s’avoir, c’est que ces marques sont plutôt des signes positifs. Elles peuvent, ou non survenir suite à un traitement avec les ventouses. Plusieurs facteurs influencent l’apparition de ces marques. Phelps ainsi que plusieurs autres Olympiens se sont tournés vers les ventouses afin d’améliorer rapidement la circulation sanguine, la relaxation musculaire ainsi que les performances physiques. La beauté de cette technique, c’est qu’elle n’est pas seulement réservée pour les athlètes! Les ventouses sont faites soit en plastique, en verre ou en silicone. Voici plusieurs bénéfices des massages aux ventouses. 1. Le soulagement des douleurs est l’une des premières raisons pourquoi les gens utilisent les ventouses. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10.

La douleur est plus difficile à prendre efficacement en charge à l'hôpital lorsque les patients ne parlent pas français, bien qu'il existe différentes échelles pour évaluer la douleur, l'intervention d'interprètes peut être une solution ou alors, l'utilisation de smartphone pour la traduction dans la langue parlée par la personne. by floran_groupee_psy Mar 12

Related: