background preloader

Théosophie

Théosophie
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Emblème de la société théosophique. Les cinq symboles visibles dans le sceau sont l'Étoile de David, l'Ânkh, la Sauvastika, l'Ouroboros et, au-dessus du sceau, le signe Aum. Autour du sceau sont écrits les mots : « Il n'y a pas de religion supérieure à la Vérité ». Le terme théosophie fait référence à un système philosophique ésotérique à travers lequel l'être humain tente de connaître « le Divin » et les mystères de la Vérité. La « théosophie antique » est à distinguer de la « théosophie moderne » ou « théosophisme »[1] se référant à la Société théosophique. Théosophie antique[modifier | modifier le code] La théosophie (theosophia — en grec : theos, divin et sophia, sagesse) a été fondée par des auteurs de l'Antiquité. Pour Porphyre, le theosophos est « un être idéal unissant en lui-même la qualité d'un philosophe, d'un artiste et d'un prêtre du plus haut niveau »[2]. Théosophie moderne / Théosophisme[modifier | modifier le code]

http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9osophie

Related:  ThéosophieSpiritualité*docs M04-filiations

Anthroposophie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'anthroposophie est un courant de pensée et de spiritualité créé au début du XXe siècle par Rudolf Steiner. Selon lui il s'agit d'une « science de l'esprit », une tentative d'étudier, d'éprouver et de décrire des phénomènes spirituels avec la même précision et clarté avec lesquelles la science étudie et décrit le monde physique. Épistémologie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'épistémologie (du grec ancien ἐπιστήμη / epistếmê « connaissance, science » et λόγος / lógos « discours ») désigne soit le domaine de la philosophie des sciences qui étudie les sciences particulières, soit la théorie de la connaissance en général. Définition[modifier | modifier le code] L'épistémologie serait selon la « tradition philosophique francophone », une branche de la philosophie des sciences qui « étudie de manière critique la méthode scientifique, les formes logiques et modes d'inférence utilisés en science, de même que les principes, concepts fondamentaux, théories et résultats des diverses sciences, afin de déterminer leur origine logique, leur valeur et leur portée objective »[1]. Dans la tradition philosophique anglo-saxonne, l'épistémologie se confondrait avec la théorie de la connaissance, et ne porterait donc pas spécifiquement sur la connaissance scientifique.

Société théosophique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Emblème de la Société théosophique. Helena Blavatsky (au centre, debout), Henry Steel Olcott (au centre, assis) et Damodar Mavalankar (3e de gauche) à un congrès de la Société de théosophie à Bombay (Mumbai) en 1881. La Société théosophique est une association d'inspiration néospiritualiste ne rappelant la théosophie que par certains points et n'ayant avec elle aucun lien de filiation [1]. Olcott Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Henry Steel Olcott Henry Steel Olcott ( à Orange dans le New Jersey - à Adyar, Madras), est un militaire et journaliste américain connu pour avoir fondé et dirigé la Société théosophique. Biographie[modifier | modifier le code] Tout d'abord formé à l'agriculture biologique, Henry Steel Olcott se fit une réputation en publiant aux États-Unis un livre sur l'acclimatation du sorgho[1].

Théologie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La théologie (en grec ancien θεολογία, littéralement « discours sur la divinité ou le divin, le Θεός [Theos] ») est l'étude et l'exégèse de la religion, de Dieu, des textes sacrés ou des dogmes. Le terme et le concept en Occident[modifier | modifier le code] Platon[modifier | modifier le code] Le premier à avoir employé le terme est Platon qui, dans La République (II, 379 a - 383 c), met dans la bouche de Socrate le mot θεολογία à propos de la mythologie[1]. Et par théologie, il entend, le contexte le montre nettement, une épuration philosophique de la présentation mythologique des dieux, donc le dépassement des fables mythologiques.

Hindouisme Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Vous lisez un « bon article ». La particularité de l'hindouisme est de n'avoir ni prophètes ni dogmes centraux[7]. Cependant, les hindous contemporains croient en l'autorité du Veda, qui, selon la tradition, fut révélé aux hommes, grâce à la « vision » des Rishi[8]. Le terme persan hindu (du sanskrit Sindhu) désignait au départ, pour les musulmans qui pénétrèrent en Inde, les habitants du bassin de l'Indus[6].

Arbre de Vie (Kabbale) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’Arbre de Vie (Etz haHa'yim עץ החיים en hébreu) représente symboliquement, dans la Kabbale, les lois de l'Univers (certains auteurs le rapprochent de l'arbre de la vie mentionné par la Genèse en 2:9). Sa description est considérée comme celle de la cosmogonie de la mystique kabbalistique. Certains commentateurs considèrent que l'Arbre de Vie est une adaptation hébraïque de symboles déjà présents au sein des peuples antiques, en effet, nous retrouvons en Égypte le sycomore sacré ainsi que le pilier Djed, jouant un rôle important dans l'ésotérisme égyptien. D'autres Arbre de Vie existaient par exemple dans la tradition mésopotamienne en Elam avec des résonances cosmogoniques poussées. Il reste que l'Arbre de Vie cabalistique procède à tous égards de la cosmologie juive et que les processus philologiques, sémantiques et métaphysiques de son élaboration ne relèvent en rien des traditions précitées.

Traité de la théologie mystique La bibliothèque libre. Saint Denys l’Aréopagite Œuvres Traduction par l’abbé Darboy. (Ed. Sagnier et Bray, 1845 ) synesthésie Une personne atteinte de synesthésie peut par exemple, percevoir ainsi les chiffres et les lettres, associés à des couleurs (1,1 à 2,0 % de la population selon Simner et al. en 2006)[1]. Si des métaphores exprimant un croisement de sens sont parfois qualifiées de « synesthétiques », la vraie synesthésie est neurologique et involontaire. Une personne sur 23, (environ 4 % de la population ) serait concernée[4]. Annie Besant Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Annie Besant Annie Besant en 1897

Jiddu Krishnamurti Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Krishnamurti dans les années 1920 Jiddu Krishnamurti (ou Jidhu Krishnamurti) (en télougou జిడ్డు కృష్ణ మూర్తి et en tamoul கிருஷ்ணமூர்த்தி), né à Madanapalle (Andhra Pradesh) le 12 mai 1895 et décédé à Ojai (Californie) le 17 février 1986, est un homme d'origine indienne promoteur d'une éducation alternative. Apparue au sein de la théosophie et de la contreculture des années 1960, sa pensée exerça une influence notable sur des auteurs et des personnalités de différentes disciplines.

Anātman Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Anattā est souvent exposé selon la formule « Chaque chose est sans soi. ». C'est l'une des trois caractéristiques. Tandis que les deux premières caractéristiques, dukkha (ou l'insatisfaction en pāli, duḥkha en sanskrit) et anicca (ou l'impermanence en pāli, anitya en sanskrit) ne s'appliquent qu'aux phénomènes conditionnés, anatta s'applique à toutes choses, y compris en dehors du saṃsāra : le nirvāṇa (l'« Extinction » du cycle des réincarnations) est également vide d'essence. À noter que l'école Pudgalavāda (personnaliste), aujourd'hui éteinte, fut la seule à admettre l'existence d'un soi. La conséquence sotériologique de l'absence de soi est qu'il n'y a rien à sauver, le « soi » n'étant ni créé ni détruit, mais le simple résultat de conditions ; le pratiquant doit se diriger, par le détachement et le développement de l'esprit (bhāvanā), vers la cessation (nirodha) du « soi empirique » (le nāmarūpa), ce qui est le nirvāṇa.

Les vœux-racines tantriques communs Modifié en mars 2002 par Alexander Berzin Traduit par Pauline M. Silbermann L’initiation de KalachakraTraduit par Marie-Béatrice Jehl Éditions Dangles, 2000 Aperçu général Comme pour les vœux de bodhisattva, les vœux-racines tantriques et les vœux secondaires tantriques que nous promettons d’observer jusqu’à notre atteinte de l’illumination se poursuivent sur notre continuum mental dans nos vies futures. Dans les traditions guéloug, kagyu et sakya qui suivent un système de classification quadruple, ces vœux sont conférés lors de toute initiation (dbang), permission subséquente (rjes-snang, permission) ou accumulation de mantras appartenant à toute pratique des deux plus hautes classes de tantra : le yoga et l’anuttarayoga. Dans la tradition nyingma, selon le système sixtuple, ils sont conférés lors de tout rite mentionné ci-dessus dans le cadre de n’importe quelle pratique des quatre plus hautes classes de tantra : le yoga, le mahayoga, l’anuyoga ou l’atiyoga (dzogchen).

Reger Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Max Reger Max Reger, carte postale (1910) Biographie[modifier | modifier le code]

Related: