background preloader

L'économie collaborative s'invente en France : gardons notre avance

Consommation collaborative, production distribuée, finance participative, éducation et savoir ouverts: ces mouvements nés de la rencontre de l'innovation numérique et sociale sont les piliers d'une nouvelle économie : l'économie collaborative dont la France est pionnière. Consommation collaborative, production distribuée, finance participative, éducation et savoir ouverts. Ces mouvements nés de la rencontre de l'innovation numérique et sociale sont les piliers d'une nouvelle économie : l'économie collaborative. La France est un pays pionnier en la matière. « Ce n'est pas une crise, c'est un changement de monde », prophétisait le philosophe Michel Serres. Cela fait plus de cinq ans que dure la crise, et l'économie française ne semble montrer aucun signe d'amélioration. Quelques années plus tard, l'économie collaborative n'a plus grand chose du système D et s'apparente de plus en plus à un laboratoire de nouveaux modèles socio-économiques, centrés sur les échanges en pair-à-pair. 1. 2. 3.

http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/03/06/l-economie-collaborative-s-invente-en-france-gardons-notre-avance_4378867_3232.html

Related:  Economie CollaborativeRessources documentairesEcoCoGRCÉCONOMIE COLLABORATIVE

L’économie positive s’invite au cœur des réseaux sociaux Ici le but n’est pas d’avoir le plus d’amis possible, encore moins d’afficher une photo de son déjeuner avec un filtre vintage. Pas question non plus de micro messages pour faire le buzz. Ces nouveaux réseaux sociaux se fondent sur l’entraide, le partage, l’environnement, l’éco-consommation… Plus que jamais, les nouveaux réseaux sociaux éthiques et solidaires renouent avec le concept de sites communautaires. Détachés des intérêts personnels où des objectifs professionnels, ces plateformes sociales ne sont finalement que des reflets de miroirs entre les internautes, là où les réseaux sociaux éthiques et solidaires répondent à de vraies problématiques sociétales. Le Facebook éthique et solidaire se nomme Causes .Pas moins de 140 millions d’utilisateurs regroupés en communautés qui suivent des ONG, des associations et investissent sous forme de dons.

Installation du LIRH - CGSP Le LIRH souhaite identifier les sujets innovants en matière de ressources humaines et formuler des propositions pour influer sur les décideurs. Membres du LIRH Le Laboratoire pour l’innovation et la prospective en matière de ressources humaines (LIRH) s’est réuni aujourd’hui, pour la première fois, au Commissariat général à la stratégie et à la prospective. Le LIRH est le fruit d’un partenariat entre le Centre de formation au management du ministère de la défense (CFMD), le Commissariat général à la stratégie et à la prospective (CGSP), la Direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP) et l’Institut de la gestion publique et du développement économique (IGPDE). Le laboratoire souhaite, par l’échange d’expertise et de savoir-faire, identifier les sujets innovants relatifs aux pratiques de ressources humaines et mutualiser les connaissances et les données en vue de la publication de travaux communs par l’ensemble des partenaires.

Frédéric Mazzella - BlablaCar : "Nous avons testé 6 business model avant de trouver le bon" L’idée de départ, en 2008, c’était de proposer un service de covoiturage sur de longues distances et donc, de mettre en relation des gens qui allaient vers la même destination. Si le concept nous paraissait simple, nous n’imaginions pas, mes cofondateurs et moi-même, le temps que nous mettrions à modéliser notre business et à trouver le bon modèle économique. Dès le début, les entreprises nous ont contactés pour proposer notre outil sur leur intranet pour leurs collaborateurs.

We Share vs Oui cher : faut-il avoir peur de l’économie collaborative ?  — Chroniques de la transition numérique L’explosion des modèles collaboratifs, également appelés P2P (peer-to-peer) ou C2C (consumer-to-consumer), est probablement un des phénomènes les plus intéressants de la transition numérique. L’économie collaborative contourne les acteurs habituels d’un secteur en mettant en relation directement des internautes et en leur permettant d’échanger grâce à une plate-forme numérique. L’exemple le plus emblématique est bien sûr la société AirBnB qui met en relation des internautes disposant de chambres ou d’appartement à louer avec d’autres internautes qui cherchent un hébergement temporaire à l’occasion d’un déplacement personnel ou professionnel. En l’espace de 5 ans, la société a développé une offre de plus de 600 000 logements qui ont permis de loger plus de 11 millions de voyageurs. AirBnb est en passe de devenir le premier « groupe hôtelier » du monde avec une valorisation estimée à 10 Mds$ !

L'économie collaborative, c'est l'avenir ! "Tous ensemble, tous ensemble !", ce n’est pas seulement ce que scandent les manifestants. C’est aussi le credo des acteurs de l’économie collaborative. Et l'économie collaborative, ce n’est pas une mode, un passe-temps pour bobo mais un vrai mouvement, une tendance de fond. Décryptage avec Patrick Lelong. Plutôt que chaque spécialiste travaille dans son coin pour créer produits et services, les adeptes de l’économie collaborative se groupent, toutes compétences confondues, souvent dans une structure qu’on appelle "coworking" - en français : "travail en commun". Buuyers annonce de petits boulots en ligne Nouvel acteur sur le marché des petites annonces, la startup Buuyers surfe sur la crise. Elle permet à des personnes offrant leurs services d'être mis en relation avec celles ayant besoin d'un coup de main. Particuliers comme professionnels peuvent y poster des petites annonces. Le prix est fixé à l'avance, et le paiement effectué une fois le travail réalisé. Des petits boulots très variés sont publiés : certains proposent de faire les courses pour 25 euros ou d'organiser une soirée pour 1 500 euros, alors que d'autres recherchent de l'aide pour réparer un appareil ménager avec une trentaine d'euros à la clé. Basé sur un modèle américain

Sharewizz, l’entraide 2.0 Publié le 4 décembre 2013 Pourquoi acheter ce que vous allez utiliser ponctuellement et que vous pouvez emprunter gratuitement à côté de chez vous ? C’est la question que pose le projet Sharewizz, qui revisite le prêt et l’entraide de quartier. Cette plateforme met en relation, à l’échelle locale, des particuliers qui ont besoin de matériel pour une durée temporaire, avec des personnes qui ont ce matériel dans leurs placards ou leur garage, et qui sont d’accord pour leur prêter gratuitement. Entretien avec Benoît Renoul, fondateur du projet. La naissance du projet

Les palaces parisiens s'alarment à leur tour de la menace Airbnb par Pascale Denis PARIS (Reuters) - Déjà confrontés à une conjoncture difficile, les palaces parisiens ne cachent plus leur inquiétude face au succès de la plate-forme de location entre particuliers Airbnb sur laquelle fleurissent désormais des offres d'appartements de luxe. En région parisienne, Airbnb affiche quelque 50.000 offres - il n'en avait que 7.000 pour toute la France en 2012 - et dans la capitale elle-même, il propose entre 380 et 400 appartements à plus de 500 euros la nuit, dont une quarantaine à plus de 1.000 euros. "Maxime and Fanny" proposent pour 1.700 euros la nuit un appartement qui, disent-ils, a appartenu à Brigitte Bardot et dont la terrasse de 140 m2 offre une vue époustouflante à 360o sur tout Paris. Avec de possibles services de chauffeurs, cuisiniers ou femmes de chambre, ces appartements très haut de gamme sont le plus souvent situés à proximité des grands hôtels et des boutiques de luxe prisés par la clientèle fortunée.

La Fabrique à Innovations, l'économie participative au service de l'innovation Cette nouvelle plateforme participative de conception de produits innovants, permet à toute personne qui dépose une idée, de voir son projet sélectionné pour le développer et le fabriquer en France. Les défis économiques du XXIème siècle étant colossaux, mais pas insurmontables, la créativité est plus que jamais de mise pour sortir son épingle du jeu et prospérer sur le marché économique. Quatre jeunes français viennent de créer un site Internet dénommé judicieusement « La Fabrique à Innovations » sur lequel il est possible de développer et financer des produits innovants par le biais de l'économie participative, afin de permettre à ces derniers d'être industrialisés et commercialisés. Ce système démocratise la conception de produits innovants, permet à tout le monde de soumettre un projet sur Internet, et incite chacun à apporter sa contribution pour permettre le développement des produits. Une plateforme participative pour le made in France

L'économie collaborative ne partage que les restes Et si l’économie collaborative en plus de ne pas profiter à tout le monde tuait le rêve du partage équitable et nous renvoyait à une époque où les droits et la protection des employés étaient inexistants ? La thèse de Robert Reich, l’ancien ministre du travail de Bill Clinton, méritait bien une traduction. L’économie collaborative est-elle bonne pour tous ? Crowdfunding : vers une concentration du secteur ? Le nouveau texte qui encadre les plates-formes de crowdfunding devrait donner confiance aux investisseurs et donc rendre le marché plus attractif. Mais aujourd’hui, rares sont les entreprises de financement participatif rentables, voire même à l’équilibre. Le secteur va probablement se consolider dans les 18 prochains mois. Créer sa société de crowdfunding est désormais un jeu d’enfant. "Avec le nouveau texte qui encadre clairement notre activité, plus besoin de maîtriser les moindres détails du code du commerce", souligne Joachim Dupont, président d’Anaxago.

Serge Guérin » Blog Archive » Changer la société par l’innovation sociale Accepter et reconnaître la fragilité, ce n’est pas vouloir maintenir les personnes dans la dépendance et la passivité, c’est, au contraire, faire que chacun puisse se construire, (re)trouver de l’estime de soi. La démocratie vivante c’est aussi ce processus d’accompagnement. Que vaut une démocratie où une partie importante de la population est trop fragilisée pour pouvoir peser sur sa vie, pour pouvoir se construire un projet ? Une politique fondée sur le care et l’accompagnement est le fruit d’une observation des mutations qui s’opèrent dans nos sociétés et leurs conséquences prévisibles ou probables. Nous sommes entrées depuis les années 1970, dans une mutation qui affecte le champ physique, culturel, social et éthique. Par exemple les cycles de vie ne sont plus aussi hermétiques et stratifiés qu’auparavant.

Related: