background preloader

Monique Pinçon-Charlot : « La violence des riches atteint les gens au plus profond de leur esprit et de leur corps

Monique Pinçon-Charlot : « La violence des riches atteint les gens au plus profond de leur esprit et de leur corps
Basta ! : Qu’est-ce qu’un riche, en France, aujourd’hui ? Monique Pinçon-Charlot [1] : Près de 10 millions de Français vivent aujourd’hui en-dessous du seuil de pauvreté. Celui-ci est défini très précisément. Mais il n’existe pas de « seuil de richesse ». C’est très relatif, chacun peut trouver que son voisin est riche. Nous nous sommes intéressés aux plus riches parmi les riches. Pourquoi est-il si difficile de définir cette classe ? La richesse est multidimensionnelle. A cela s’ajoute la richesse sociale, le « portefeuille » de relations sociales que l’on peut mobiliser. Il existe aussi une grande disparité entre les très riches... Bernard Arnault, propriétaire du groupe de luxe LVMH, est en tête du palmarès des grandes fortunes professionnelles de France, publié chaque année par la revue Challenges. Malgré l’hétérogénéité de cette classe sociale, les « riches » forment, selon vous, un cercle très restreint. Comment s’exerce aujourd’hui ce que vous nommez « la violence des riches » ?

http://www.bastamag.net/Monique-Pincon-Charlot-La-violence

Related:  Violence des richesÉconomieUne volonté politique défaillanteCoût du capital (et de l'Etat)`test 1020

Et vous Gérard Mulliez, la vie, vous l'aimez comment ? EXTRAIT : Et vous Gérard Mulliez, la vie, vous l’aimez comment ? Télécharger le MP3- Écouter dans une nouvelle fenêtre Une caissière d’Auchan City fait une fausse couche sur son lieu de travail, à Tourcoing. L'essence du néolibéralisme, par Pierre Bourdieu (Le Monde diplomatique, mars 1998) Le monde économique est-il vraiment, comme le veut le discours dominant, un ordre pur et parfait, déroulant implacablement la logique de ses conséquences prévisibles, et prompt à réprimer tous les manquements par les sanctions qu’il inflige, soit de manière automatique, soit — plus exceptionnellement — par l’intermédiaire de ses bras armés, le FMI ou l’OCDE, et des politiques qu’ils imposent : baisse du coût de la main-d’œuvre, réduction des dépenses publiques et flexibilisation du travail ? Et s’il n’était, en réalité, que la mise en pratique d’une utopie, le néolibéralisme, ainsi convertie en programme politique, mais une utopie qui, avec l’aide de la théorie économique dont elle se réclame, parvient à se penser comme la description scientifique du réel ? Cela dit, cette « théorie » originairement désocialisée et déshistoricisée a, aujourd’hui plus que jamais, les moyens de se rendre vraie, empiriquement vérifiable.

Euro 2016 : la France va exonérer l'UEFA d'impôts pour la compétition Pas d'impôt pour l'UEFA et les organisateurs de grandes manifestations sportives lors des évènements ayant lieu en France. La mesure peut surprendre en période de crise pourtant le gouvernement doit présenter, ce mercredi, lors du Conseil des ministres, un projet de loi dans ce sens. Pour le prochain euro organisé en France en 2016, cela représente un beau cadeau fiscal en perspective. L'UEFA ne va payer aucun impôt à part la TVA et la France n'avait pas vraiment le choix reconnaît le ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, Patrick Kanner. "Si nous n'avions pas proposé, dans le cadre de la candidature de la France en 2010, par un gouvernement précédent, cette exonération fiscale, nous n'aurions pas eu l'évènement et donc nous n'aurions pas eu cette recette fiscale. Moi, je compare cette exonération fiscale à l'enjeu que représente l'Euro 2016.

Sauver Courrier international La direction de Courrier international a présenté le 10 octobre un plan de licenciement concernant 26 postes “équivalent temps plein” + 25 pigistes, soit au total près de 60 personnes concernées. Motif affiché de ce plan : l’arrêt prévu, faute de financement de la Commission européenne, du site d’information en dix langues Presseurop, hébergé au sein de Courrier international, et qui emploie 11 personnes. La rédaction s’élève contre ce plan qu’elle juge disproportionné et parfaitement injuste, qui ne peut se traduire que par un appauvrissement du contenu du journal et son affaiblissement durable. Elle appelle tous les lecteurs de Courrier international,

Patrons fraudeurs et tueurs fous, par Denis Duclos (Le Monde diplomatique, août 2002) La crise de 1929 fut alimentée, comme l’a rappelé John K. Galbraith (1), par les investissements les plus déraisonnables. A l’époque déjà, les banquiers se jetaient par les fenêtres des tours de Wall Street, ce qui avait intrigué les psychanalystes : se suicidaient-ils par dépit, ou au contraire — comme les joueurs invétérés qui ruinent leur entourage avant de se détruire — était-ce l’achèvement d’une folie dans laquelle ils se plaisaient à entraîner le maximum de crédules, à la façon des gourous de sectes suicidantes ? En ces temps troublés, les dérives individuelles répondent aux emportements collectifs.

La «libération fiscale», propagande fantaisiste du libéralisme C’est le marronnier des ultralibéraux. Leur petite fête nationale, qu’ils ont eux-mêmes créée, et dont ils se repaissent jusqu’au ridicule. Comme chaque année en été, un pseudo institut économique, relayé en exclusivité par la presse de droite, célèbre ainsi «le jour de libération fiscale», date censée illustrer de façon symbolique le moment de l’année où le contribuable français cesse de «travailler pour l’Etat». Et où il peut enfin disposer pleinement de ses revenus.

Oxfam Signé: 185.318 Objectif: 250.000 Je signe Nous avons toutes et tous recours aux services publics financés par nos impôts. Ces derniers financent l'éducation de nos enfants, nos soins de santé lorsque nous tombons malades ou nos moyens de transport pour nous rendre sur notre lieu de travail. Les dividendes plombent-ils les salaires Comprendre la problématique Dividendes, valeur ajoutée, bénéfices. Termes qui s'invitent dans le débat public, parés des atours d'une relative évidence et qui pourtant nécessitent à mon sens d'être explicités même sans revenir aux fondamentaux de la compta, ce que j'ai déjà fait. Une entreprise fait un chiffre d'affaires qui correspond aux biens et services qu'elle vend. A cela il faut retirer les biens et services qu'elle achète à l'extérieur dans le but de les revendre: si la société distribue des vêtements, le prix final (100€ par exemple) est intégré dans le chiffre d'affaires mais il faut retirer le prix payé au grossiste (40€ par exemple). Idem s'il s'agit de revendre un service qui est rendu non par un salarié de l'entreprise mais par un sous-traitant (ce qui revient à distribuer un service et non un bien).

Pinçon-Charlot : « Emmanuel Macron est un extraordinaire porte-parole de l'oligarchie et de la pensée unique » - Basta ! Basta ! : Face à l’augmentation des inégalités, à l’intolérable situation dans laquelle se trouvent une partie de la population qui subit le chômage, pourquoi la question du partage des richesses n’est-elle pas plus centrale dans cette campagne ? Monique Pinçon-Charlot : Il est difficile aujourd’hui de parler des inégalités abyssales, dont la concentration se fait pourtant à une vitesse complètement folle. En 2010, 388 multimilliardaires possèdent la moitié des richesses de l’humanité. Le capitalisme, voilà la « source du mal », écrit Einstein Je suis maintenant arrivé au point où je peux indiquer brièvement ce qui constitue pour moi l’essence de la crise de notre temps. Il s’agit du rapport entre l’individu et la société. L’individu est devenu plus conscient que jamais de sa dépendance à la société. Mais il n’éprouve pas cette dépendance comme un bien positif, comme une attache organique, comme une force protectrice, mais plutôt comme une menace pour ses droits naturels, ou même pour son existence économique. En outre, sa position sociale est telle que les tendances égoïstes de son être sont constamment mises en avant, tandis que ses tendances sociales qui, par nature, sont plus faibles, se dégradent progressivement.

L'IMPOSTURE DES ÉCONOMISTES Pour accéder à tous nos contenus, vous devez être abonné… L’abonnement c’est maintenant ! (et c’est très simple) Grâce aux Abonnés Modestes et Géniaux, une partie du site reste accessible à tout le monde : certains nouveaux contenus sont en accès libre, l’accès aux archives des émissions (créé par un auditeur en 2003) reste gratuit, de même que l’espace réservé aux Repaires de Là-bas. Quel pacte ? Quelles entreprises ? Pour QUI dans les entreprises ? Dans quel but ? (Part 1) Sortir les entreprises de la spirale malfaisante dans laquelle la finance les entrainent contre l’emploi (part. 1) Un « pacte avec les entreprises » nous dit-on ?

Alain Juppé n'aime pas qu'on offre des repas aux pauvres Pour Alain Juppé, aider les plus démunis c’est “troubler l’ordre public” Depuis maintenant plusieurs années, les bénévoles de La Gamelle Bordelaise apportent leur aide aux bordelais les plus démunis, principalement sous la forme de denrées alimentaires provenant de dons. Ce mercredi 17 mai, cependant, tout ne se passe pas comme prévu : alors que, comme toutes les semaines, les bénévoles mènent leur action sur la place Saint Christoly, proche de la mairie, elles sont accostées par le maire de la ville, M. Alain Juppé, accompagné de deux adjoints. Si elles croient tout d’abord que ce dernier est la pour les féliciter, il n’en est rien : le maire, visiblement très énervé, taxe les bénévoles d’inconscients, avant de les accuser de favoriser l’assistanat, ne donnant pas même les raisons d’une telle interpellation. Ce dernier va même jusqu’à les accuser de créer des troubles a l’ordre public, avant de repartir sur sa route, fermant tout dialogue potentiel.

Les très hauts revenus s’envolent En 2011, les 0,01% les plus riches (environ 6 000 personnes) gagnaient – avant impôts et prestations sociales, pour une personne seule – au minimum 243 000 euros de plus qu’en 2004, selon l’Insee. Cette augmentation représente une hausse de 42,8 % et l’équivalent de l’ensemble de ce que touche un salarié au Smic en dix-huit années de travail. Chaque année, ces 6 000 personnes reçoivent au minimum (il s’agit du seuil d’entrée dans la tranche) ce qu’un salarié au Smic peut espérer recevoir en soixante année de travail ! Au cours de la même période, le revenu qui partage la population en deux (revenu médian) a augmenté de 1 400 euros (+ 7,7 %). Le seuil inférieur des 1 % les plus riches a progressé de près de 10 000 euros et celui des 0,1 % de 48 400 euros. Les revenus des plus aisés dépendent pour beaucoup des rendements de capitaux placés sur des marchés financiers, fortement volatils à court terme.

Related: