background preloader

Ultra-trail

Facebook Twitter

« L’ultra, c’est une course solitaire en communion avec les autres. » Antoine Guillon

« La pratique de la course de plein air représente une voie intérieure d'exploration - une traversée intime.

Les coureurs incarnent la figure d'athlètes de l'absolu en quête d'une certaine diminution de la distance à eux-mêmes. Véritable promesse d'immanence, parcourir de grande distance sur sentiers permettrait de réduire cette distance à soi et d'augmenter une capacité de présence - un être au monde élargit par des sens en alerte. La course de nature peut se lire comme une voie d'éveil où le dépassement de soi offre des clés pour l'union - quasi sacrée - au moment. Véritable méditation en mouvement, sentir la distance c'est éprouver le réel. (...) Les coureurs s'explorent, testent leurs limites, éprouvent des émotions inédites, adaptent leur programme d'entrainement. Véritables apprentis, les coureurs manipulent leur corps-propre et redéfinissent leurs ressentis du monde -in fine des modes d'être-au-monde. » Mathilde Plard, "Les pieds sur terre"

Ode à la nature, ou comment devenir un·e traileur·euse écoresponsable ? Le trail (au même titre que les sports outdoor tels que l’escalade, l’alpinisme, le ski et ses variantes, la randonnée, les activités aquatiques, etc), est LA discipline par excellence qui s’exerce au cœur de la nature.

Ode à la nature, ou comment devenir un·e traileur·euse écoresponsable ?

Mais à la différence des autres sports, le trail reste l’une des activités les plus accessibles et les plus faciles à mettre en application. Une paire de chaussures, un short, un tee-shirt, et le tour est joué, à vous l’aventure ! Et si l’on s’attache aux mots, le nom de notre chère discipline ne trompe personne : trail est un terme anglais renvoyant à sentier, chemin, piste. Le cadre est planté, c’est au sein même de la nature que l’action prend place.

Et dans ce sport, il n’y a qu’une seule règle à respecter : évoluer dans un environnement naturel, prendre notre pied, le tout sans négliger notre sécurité. Sur la plage, nos pieds, dans leur plus simple appareil, pressent le sable entre leurs orteils avant que ce dernier ne valse sous l’impulsion de notre foulée. ITRA Trail Running Infographics 2020. Les Pyrénées en mode record. Revoir le projet fou d’Erik Clavery La traversée des Pyrénées par le GR10 en mode record est un projet qui me trotte dans la tête depuis de nombreuses années et que j’ai arrêté début 2019.

Les Pyrénées en mode record

Depuis plusieurs mois, je le prépare studieusement, tant au niveau logistique que physique et mental. Parce que courir 900km avec 55.000m de dénivelé positif ne s’improvise pas, d’autant plus avec un objectif fixé à 10 jours, la préparation doit être très pointilleuse. Et cela n’a pas été forcément évident. Tout d’abord parce que j’habite dans le vignoble Nantais. Et ensuite car nous avons tous vécu ces derniers temps une période compliquée due à ce Coronavirus nous obligeant à rester confiné. Objectif 10 jours 10 jours, c’est donc l’objectif que je me suis fixé. Une préparation à la maison, avec des répétitions de côtes à très faible dénivelé. Gros moteur oui, mais sans économie pas de performance ! La technique et le sprint Comme le dit l’adage, c’est en forgeant que l’on devient forgeron.

Gros moteur oui, mais sans économie pas de performance !

Pour le sportif, ce sont d’abord les années de pratique qui développent une technique économe. Que l’on parle de course à pied, de cyclisme ou de natation. La répétition gomme les mouvements parasites et devrait permettre d’orienter les forces d’appui de plus en plus efficacement. Il a été montré que les sportifs possédant un fort volume d’entraînement à de faibles intensités et depuis de nombreuses années, développeront très souvent une technique efficiente (S’entraînement lentement (parfois)…pour être plus performant), c’est-à-dire peu coûteuse en énergie, même aux intensités de course ! Evidemment, il faudra également se concentrer sur certaines séances, à courir aux allures de course pour se réapproprier cette économie et être prêt le jour J.

Les 10 bonnes résolutions du traileur (info et intox) Ultra-trail. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ultra-trail

Dix ingrédients pour un premier trail réussi. 1 : On ne commence pas le repas par le dessert N’ayez pas les yeux plus gros que le ventre et sachez vous contenter d’une épreuve courte proposant un dénivelé abordable et une technicité faible. 100 m de dénivelé correspondent grosso modo à 1 km de temps d’effort supplémentaire, donc 1 000 m de dénivelé rallongent de 10 kms virtuels votre épreuve, et décuplent la difficulté sur les plans musculaire et technique.

Dix ingrédients pour un premier trail réussi

Pour un coureur avec un passé sur le plat, une distance de 20 à 30 km pour 500 à 1 000 m de dénivelé constitue déjà un joli défi pour lequel 2 mois de préparation ne seront pas de trop. Pour un débutant, une course nature de 10-15 km avec un maximum de 500m D+ feront très bien l’affaire. Si les grandes courses vous font rêver, patientez quelques années et tout sera possible, mais on ne commence pas le repas par le dessert. 2 : De la spécificité Pour débuter, 3 séances par semaine sont un minimum. 3 : En trail, l’habit fait un peu le moine.

Une erreur de transposition Le trail running est une discipline aérobie, définie comme de la course à pied en montagne.

Il était donc simple et logique dans un premier temps de transposer les qualités nécessaires à la performance aérobie de type marathon – le type d’effort que nous connaissons le mieux – à la course en montagne de longue durée, et de reproduire les mêmes schémas d’entraînement (développement endurance-VMA-Seuil). Résumons ces qualités par le schéma suivant : Ces qualités sont nécessaires mais se révèlent insuffisantes, et l’évolution du profil des performers et de leurs performances nous en apportent la preuve en permanence.

Il y a 10 ans, nous pouvions penser que l’ultra trail réussissait aux coureurs-randonneurs-montagnards, très endurants, expérimentés et donc âgés. Le trail : quelles évaluations pour mesurer nos aptitudes. Pour fixer le chemin vers les objectifs, il faut savoir d’où l’on part.

Le trail : quelles évaluations pour mesurer nos aptitudes

En trail, les facteurs de performance sont si nombreux qu’il n’est pas aisé de définir et de mettre en place ces tests. Toutefois, un profil peut se dégager à l’issue de tests simples. La performance en trail, une alchimie complexe Commençons par les facteurs non énergétiques : Déterminer son profil de traileur/traileuse. Encore et toujours la VMA Même en trail, la Vitesse Maximale Aérobie est une clé de la performance, certes insuffisante, mais largement nécessaire.

Déterminer son profil de traileur/traileuse

Prenons l’exemple d’un stage d’évaluations effectué récemment dans le Doubs avec un groupe hétérogène de 22 stagiaires. Sur un test de type VAMEVAL, la VMA moyenne est de 15.6 km/h (15 km/h sur près de 500 stagiaires évalués en 4 ans), et les résultats s’étalent de 12 à 19.5 km/h. Courir ou marcher : il faut choisir ! Le choix de la marche ou de la course dépend de nombreux paramètres que nous allons examiner successivement :

Courir ou marcher : il faut choisir !

Entraînement

Diététique de l'effort. Course trail. Régénération. Reprise. Blessures du trailer. Ultra & Santé. L’éveil par le corps. Ultra Trail. Kilian Jornet. Montagne. Trekking. Ultra endurance. Le chien, meilleur ami du traileur ? A priori, en regardant un chien et un humain, nous ne sommes pas les mieux adaptés à la course.

Le chien, meilleur ami du traileur ?

Pourtant, au-delà des simples aspects de la morphologie et de la vitesse de déplacement, l’être humain est en de nombreux points favorisé par les processus évolutifs. En effet, toute activité physique entraîne une élévation de la température interne, résultante de la dégradation des composés énergétiques et de la contraction musculaire. Cette température est un facteur limitant de l’activité physique puisqu’elle peut devenir létale si elle n’est pas contrôlée. Pour l’être humain, c’est le cas à partir de 41°C. Le maintien d’une température centrale constante est par ailleurs un facteur de performance et un paramètre discriminant entre les caucasiens et les africains de l’Est.

Les processus de thermorégulation sont donc essentiels en course à pied, la production de chaleur devant être équilibrée par l’évacuation de cette chaleur (figure 1) Transpirer pour refroidir Mais revenons à nos chiens.

Livres

Podcasts. Blogs. The Foundation. ultrasportsscience.us. The Neuroscience of Ultrarunning. Lorena, la femme aux pieds légers - Documentaire (2019)