background preloader

Sciences cognitives

Facebook Twitter

Communauté de Pratique Animer. Les écrans, le cerveau et... l'enfant. Arts de la mémoire : les principes de la mémorisation. Quels sont les principes de mémorisation utilisés dans les arts de la mémoire ? Comment mémoriser des quantités d’informations sans se tromper ? Quel rôle peuvent encore jouer les arts de la mémoire à l’ère numérique ?

Ce sont quelques questions que je me pose depuis quelques années. Et sur lesquelles je voudrais échanger avec vous au cours d’une nouvelle série d’articles. Les arts de la mémoire ont connu une longue éclipse avant d’être remis à l’honneur par les livres de Dame Frances Yates. Et d’être repris comme tentative d’explication du fonctionnement des mindmaps par Tony Buzan. Mais quels sont les principes qui ont été utilisés par les « mnémonistes » au cours des 3 derniers millénaires pour mémoriser tant des discours que des poèmes ou des formules de mathématiques ? Trois principes fondamentaux En fait, ces principes sont au nombre de 3. L’ordreL’associationLa répétition Arts de la mémoire – principe de mémorisation 1. 2. C’est le fait de lier un concept et une image, par exemple. 3. Six exercices pour améliorer sa mémoire.

Votre cerveau, fidèle serviteur ne retiendra des informations que si vous avez l'intention de les utiliser. En outre, il enregistre ce que votre corps perçoit, d'où l'importance de repérer celui des cinq sens auquel vous êtes le plus sensible. Sachez que l'auditif a de la chance, il retient tout dans sa mémoire "échoïque" (du mot écho). Et que la mémoire visuelle ou "iconique" (du mot icone) est plus facile à développer.

Six exercices faciles à pratiquer chez soi ou au bureau pour vous entraîner : 1- Se souvenir d'un lieu, d'un visage: les quatre regards. C'est un exercice de concentration fort efficace. Installez-vous sur une chaise et observez le décor autour de vous selon quatre points de vue successifs. - le regard de l'architecte. -le regard du peintre. -le regard du comptable. . - le regard du détective. 2- Mémoriser une page écrite : la méthode oculaire Celle-ci consiste à visualiser les informations à retenir : to-do list, CV d'un candidat, nom d'un fournisseur etc. Sept trucs malins pour entretenir sa mémoire. Qui n'a jamais eu un nom "sur le bout de la langue"? Qui n'a jamais laissé une consigne aux oubliettes ? Qui n'a jamais cherché ses clefs? C'est agaçant ou handicapant. Pour garder un cerveau en pleine forme, outre l'entraînement, il s'agit de mener une vie sociale riche et diversifiée.

Contrairement à une idée reçue, la mémoire n'est pas comparable à un disque dur d'ordinateur. Elle est vivante, souple et se façonne chaque jour, comme une boule en pâte à modeler. 1. S'instruire la télé allumée, réviser en ayant l'oeil rivé sur son écran d'ordinateur, écouter une conférence en lisant ses mails sur Smartphone... multitasking (1) est fâcheux pour la mémorisation. A savoir : la mémoire est sensible à l'environnement car elle convoque toutes les parties du cerveau. 2. Un chiffre magique! A savoir : une donnée isolée est plus compliquée à retenir. 3. A savoir : le stylo est préférable au fait de taper et retaper un mémo sur son clavier pour ancrer ses idées. 4.

Respectez vos nuits. 5. 6. 7.

Neuro Science

Marcher pour mieux apprendre. Je viens de m’acheter le livre « Les 12 lois du cerveau » de John Medina et je le trouve génial. J’ai lu rapidement le premier chapitre et j’avais envie de partager avec vous. Voici un aperçu de la table des matières Saviez-vous que le cerveau humain ne peut pas activer simultanément plus de 2% de ses neurones ? Cela puiseraient tellement dans vos réserves de glucose que vous en perdriez connaissance. C’est pourquoi votre cerveau a besoin de sang riche en oxygène. Faire de l’exercice physique vous donne un meilleur accès à l’oxygène. L’exercice physique vous apporte non seulement des bienfaits au niveau de la santé et de votre apparence physique mais il améliore aussi vos facultés cognitives.

Quel exercice faire ? La marche est excellente. John Medina conseille d’instaurer 2 moments d’activités physique dans les écoles (le matin et l’après-midi). Pour bénéficier des bienfaits de l’exercice physique, il vous suffit de faire une activité d’endurance pendant 30 minutes 3 fois par semaine. Les 4 étapes de l'apprentissage (et comment bien les gérer) Posté par G. le 11 mai 2011 Lors de tout apprentissage que ce soit à l’école, dans un sport, au travail, ou dans n’importe qu’elle situation de la vie quotidienne, il y a plusieurs étapes. Il est important de les connaître afin de savoir les appréhender et de comprendre comment nous assimilons les nouvelles informations. Ainsi, vous saurez pourquoi parfois vous avez l’impression de stagner, voire même de régresser, en dépit de vos efforts et de votre investissement. Ne vous est-il jamais arrivé d’avoir beaucoup révisé pour un examen, et peu de temps avant l’épreuve, avoir l’impression que vous ne savez plus rien, que tout se bouscule dans votre tête ?

Et bien cela fait partie de l’apprentissage. L’apprentissage et les progrès ne se font pas en un jour. Les étapes de l’apprentissage sont au nombre de 4 : Inconsciemment incompétentConsciemment incompétentConsciemment compétentInconsciemment incompétent Etape 1 : Inconsciemment incompétent – « Je ne sais pas que je ne sais pas » Pédagogie Montessori. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La pédagogie Montessori est une méthode d'éducation dite ouverte, par rapport aux méthodes dites fermées ou traditionnelles, telle que l'enseignement mutuel. Sa pédagogie repose sur l'éducation sensorielle et kinésthésique de l'enfant. Dans la pédagogie Montessori, l'éducation est considérée comme une « aide à la vie »[1][réf. incomplète].

Description[modifier | modifier le code] La pédagogue italienne Maria Montessori, fut d'abord un médecin. Elle élabore une pédagogie qui repose sur des bases scientifiques, philosophiques et éducatives. Mise à disposition des enfants d'un matériel concret[modifier | modifier le code] Le matériel sensoriel est donné à l'enfant comme une aide au développement de l'intelligence et de la main.

L'enfant use librement de cubes, de cylindres de diamètres variés, d'objets emboitables, de lettres découpées dans divers matériaux… L'enfant acquiert une approche plus exacte de la réalité. Il s'agit de : — R. . — Ferrière. La métacognition. Les intelligences multiples : comment sommes-nous intelligents ? L’intelligence ne dépend pas des notes à l’école. Certains enfants ont des talents insoupçonnés et étonnants alors même qu’ils sont en échec scolaire.

Pourquoi appeler intelligent quelqu’un qui est doué pour les chiffres, et utiliser un autre terme pour quelqu’un qui serait meilleur dans le traitement d’informations spatiales ou plus efficace dans les relations avec les autres ? – Howard Gardner D’après Howard Gardner, nous avons tous un bouquet d’intelligences. L’intelligence spatialeL’intelligence musicale/ rythmiqueL’intelligence verbale/ linguistiqueL’intelligence logique/ mathématiqueL’intelligence corporelle/ kinesthésiqueL’intelligence naturalisteL’intelligence inter personnelleL’intelligence intra personnelle Une neuvième intelligence a été avancée par Howard Gardner : l’intelligence existentielle (ou intelligence spirituelle/philosophique).

Une courte introduction aux intelligences multiples par Bruno Hourst pour mieux se connaître et exploiter son potentiel : Sur le même thème. 12 stratégies de mémorisation... pour réactiver les informations efficacement. Pour mémoriser de nouvelles informations, certains facteurs comme la répétition, les images mentales, les associations, le jeu et l’imagination sont très importants. 1.L’exagération Plus on exagère la représentation d’une chose dans nos images mentales, mieux on les mémorise.

Cela peut passer par des images visuelles (des énormes objets, des chiffres gigantesques…), des gestes (avec es bras pour représenter un énorme atome par exemple) ou les images auditives (faire une grosse voix, donner le plus de détails possibles…). 2.La pensée positive On apprend mieux quand on se sent mieux. Kevin Finel, conférencier et enseignant spécialisé en hypnose, propose une manière de tirer profit du fonctionnement du cerveau pour apprendre plus efficacement, basée sur les ancrages positifs volontaires. – Proposez un objet à l’enfant ou demandez-lui de choisir un objet. . – Demandez à l’enfant de le placer dans son champ de vision, proche de lui. – Il ouvre les yeux et fixe une dernière fois l’objet. Etc… Apprendre à apprendre : Se connaitre soi-même. 1. SE CONNAITRE SOI-MÊME : pour s'engager dans l'action L'apprentissage ne peut être efficace que si l'apprenant s'y engage activement, c'est un point essentiel.

Cette action va s'engager à partir de nos représentations, qui fondent notre expérience et nous constituent, et à partir desquelles nous allons penser, faire des choix, agir. C'est pourquoi il est utile de les interroger dès le début de la démarche d'apprentissage, d'accepter si nécessaire de les modifier, de les faire évoluer, afin de lever des sources de difficultés potentielles et insoupçonnées. Il importe de prendre conscience également de nos perceptions émotives et affectives, car elles influencent notre engagement dans l'apprentissage, de sorte qu'elles peuvent le freiner, voire même le bloquer, ou au contraire le favoriser. Cette action a ensuite besoin d'un moteur, c'est la motivation.

Chacun sait à quel point elle est déterminante dans l'apprentissage. Apprendre à apprendre (1/4) : deux modes d’apprentissage. Comment apprenons-nous ? Les neurosciences, les sciences cognitives, mais aussi le quantified self et bon vieil empirisme nous ont-ils fait progresser dans notre compréhension des mécanismes de l’apprentissage ?

Et s’agit-il de pures découvertes théoriques ou sont-elles applicables à la salle de classe ou à chacun d’entre nous ? Même le plus fameux des MOOCs, Coursera, s’est intéressé à la question et propose maintenant un cursus « Apprendre à apprendre« . A sa tête, on trouve un neuroscientifique connu, Terrence Sejnowski et surtout Barbara Oakley, auteur d’un excellent livre sur l’apprentissage des sciences, A Mind for Numbers.

Son éducation scientifique, Barbara Oakley l’a effectuée sur le tas. Mode « concentré » et mode « diffus » La créativité occupe une place importante dans le livre d’Oakley. Un des premiers principes sur lesquels elle s’étend dans son livre c’est ce qu’on pourrait appeler le paradoxe de la créativité. Le mode diffus, au contraire, est celui de l’inconscient. Créer de bonnes habitudes de mémorisation | Mémoire & Concentration. ©stockxpert_orla Vous savez quoi ? Le principal problème avec les techniques de mémorisation, c’est de s’en rappeler ! Sérieusement, il existe quantité de méthodes et d’exercices pour stimuler la mémoire, mais si vous ne prenez pas l’habitude de les utiliser, vous allez les oublier… Quelle que soit la mnémotechnique, vous devez faire un effort conscient pour l’appliquer jusqu’à ce qu’elle devienne automatique.

C’est comme cela qu’on développe sa mémoire. Nous sommes tous conscients du fait qu’il est possible de développer nos mémoires avec des exercices quotidiens prévus pour une augmentation graduelle de la difficulté; Comme la pratique régulière d’un sport augmente nos capacités physiques. Nous pouvons donc stimuler notre mémoire grâce à de simples activités quotidiennes du cerveau. Donnez-vous l’ordre d’enregistrer. 2 Exercices simples pour stimuler la mémoire à long terme 1° Vous souvenez-vous de 15 détails de votre vie au moment de la mort de la princesse Diana ? Comment devenir un apprenant top niveau (5 stratégies d'apprentissage essentielles)

Les 12 lois du cerveau. Phrase-résumée de “Les 12 lois du cerveau” : Un neuroscientifique clair et pragmatique nous fait partir à la conquête des découvertes récentes sur le fonctionnement du cerveau humain pour mieux nous comprendre et vivre une vie meilleure. Ce livre a été édité en version originale en 2008, sous le titre Brain Rules, et fait partie du Personal MBA. En France, il est paru en novembre 2010, traduit de l’anglais (Etats Unis) par Sabine Rolland chez LEDUC.S éditions (300 pages). Note : cette chronique est une chronique invitée écrite par Patrick Boutain du blog Mémoire facile dans lequel il vous apprend à améliorer votre mémoire L’auteur : John Medina est un biologiste moléculaire du développement et consultant chercheur. Il est reconnu comme l’un des plus grands neuroscientifiques de notre époque. Crédit Flickr par Gaetan Lee Chronique de “Les 12 lois du cerveau” : John Medina insiste sur la nécessité de faciliter l’interactivité entre trois univers : neurosciences, enseignements et entreprises.

Styles d’apprentissage : la typologie de Kolb. Beaucoup d’encre a coulé au sujet des styles d’apprentissage. Vous aurez sûrement l’occasion de constater que votre apprenant a de la difficulté à saisir des concepts qui paraissent fort simples. Il est fort probable qu’il ait un style d’apprentissage différent du vôtre et que vos stratégies d’apprentissage s’avèrent inefficaces pour lui.

Les recherches dans le domaine de l’enseignement nous démontrent qu’on a tendance à enseigner en se basant sur notre propre style d’apprentissage. Or, si notre apprenant n’a pas le même style d’apprentissage que nous, il y aura des difficultés à l’horizon. Il serait donc pertinent pour tout tuteur de se familiariser avec les différents styles d’apprentissage pour la simple et bonne raison que cela les aidera à devenir des tuteurs plus efficaces. Le style d’apprentissage dominant, c’est la manière préférentielle de résoudre un problème. Nous utilisons les quatre styles de base, mais 75% des gens ont un style dominant. Le cycle de Kolb et ses dérivés 1. 2.