background preloader

Les conscrits de 1914 : la contribution de la jeunesse française à la formation d'une armée de masse

Les conscrits de 1914 : la contribution de la jeunesse française à la formation d'une armée de masse
La récupération ne porte pas uniquement sur ces catégories de personnel. Les ajournés, les réformés, les hommes du service auxiliaire reconnus comme tels pendant les hostilités, les blessés de guerre, les hommes placés dans des emplois sédentaires dans les services de l’arrière ou de l’intérieur, appartenant tous aux classes appelées de 1914 à 1918, font l’objet d’une politique active de recrutement. À l’heure où toute la société française est soumise à des sacrifices, ces derniers sont considérés, par l’opinion publique, comme des embusqués ou des favorisés, car mis à l’écart de l’effort de guerre. Pour le ministère de la Guerre, ils deviennent un réservoir de combattants non négligeable. Dès lors, ces trois catégories de personnes sont appelées de nouveau à subir des examens médicaux et une visite au conseil de révision, pour compléter les effectifs de la nation en guerre. Tab. 3 - Nombre de révisions par classe Une deuxième série de mesures débute au printemps 1915.

hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com La Grande Guerre en couleur Ceux qui trouvent que les éditeurs en font trop sur 14-18 peuvent se préparer à un choc. L’ouvrage que publie Géo Histoire, « la Grande Guerre en archives colorisées », est non seulement magnifique mais aussi saisissant. Saisissant parce qu’à la distance habituellement créée par le noir et blanc des traditionnels documents de l’époque qui ancraient les événements dans un passé suranné, répond ici l’extraordinaire vitalité de la couleur qui donne à ce conflit vieux d’un siècle une incroyable modernité. Par l’effet de colorisation, le lecteur est, en effet, immanquablement saisi par une impression de proximité et transporté au cœur du conflit. Les poilus aux épaisses moustaches et aux yeux las deviennent aussitôt de proches aïeux, plongés dans un enfer qu’on touche presque du doigt. Les tanks apparaissent dans toute leur monstruosité. Les 500 clichés sélectionnés sont tirés des archives du journal illustré Le Miroir. Jean-Yves Le Naour, spécialiste de la Grande Guerre, signe le texte.

Janvier1917/167eRI Livre d'or Site construit sous résolution 1440x900 pixels mais fonctionnel sous tout autre type. Le 18 Septembre 2008, Amateur en "tout" et spécialiste en "rien", ce site se propose, modestement, de retracer le parcours du 167e Régiment d'Infanterie et par extension, de la 128e Division d'Infanterie, durant la Grande Guerre. Après deux années d'existence, 18 000 visiteurs et de nombreux documents collectés, une seconde version du site devait être engagée. Le travail prévu n'est donc pas entièrement achevé; des documents sont encore à ajouter et certaines modifications "esthétiques" doivent être opérées. Je me suis appliqué dans cette nouvelle version, à combler les vides de certaines pages de la précédente version et à enrichir au possible les autres au moyen de sources nouvellement mises à ma connaissance. A tous les Loups... "Me contacter" "Village de Ruan, Loiret, au début du XXe siècle" - "Maison natale de Désiré" Les affrontements ont été rudes, sanglants, les pertes monstrueuses.

P comme Poilus La guerre de 14 a fait plus d'un million trois cent mille morts et plus de 4 millions de blessés, handicapés voire mutilés côté français. A cela s'ajoute les dizaines de milliers de disparus .Chaque commune de France possède aujourd'hui un monument aux morts qui nous rappelle cette tragédie sans compter les cimetières qui bordent les routes des campagnes du Nord et de l'Est de la France.Pire encore, il n'est pas une famille qui n'ait été touchée de près ou de loin par le décès d'un de ses proches.On ne comptait plus, après la guerre, le nombre de veuves et d'orphelins. Le pays portera longtemps dans sa courbe démographique et la pyramide des âges les stigmates de ce conflit. source : INED* Qu'ils soient officiers ou simples soldats, notables, paysans ou ouvriers, ces "poilus", partis un jour d'août 1914 "la fleur au fusil " n'imaginaient pas que cette guerre allait durer 4 ans. Rechercher un ancêtre "poilu" est assez aisé lorsqu'on sait où chercher. source : SGA / Mémoire des hommes

Grades, Brisques et Attributs Les grades, les brisques (ou chevrons), les attributs sont autant d'informations importantes portées sur l'uniforme que l'on retrouve sur les photos d'époque. Ces éléments sont très importants mais encore faut il pouvoir les identifier. Cet article aura pour but de présenter tout cela. (vous pouvez cliquer sur les images pour les agrandir) Les grades Les grades sont portés sur le bas des manches. Cela permet de retrouver les gradés sur les photos (d'ou l'importance de numériser les photos en bonne résolution afin de pouvoir zoomer sans perte de qualité) : Les brisques Un élément sur la manche d’un soldat peut aussi donner une information intéressante : Les brisques (ou chevrons). Sur la manche gauche, la première brisque indique une présence d’un an au front. Sur la manche droite, une brisque correspond à une blessure de guerre (les blessures en service commandé ne sont donc pas comptabilisées) Les attributs : Concernant les uniformes, je joins ce tableau des nuances de couleurs :

Les cartes postales « de guerre », reflet des imaginaires collectifs ? Certains objets ont peu intéressé les historiens. C’est le cas des cartes postales, pourtant omniprésentes pendant la Première Guerre mondiale : 80 000 modèles différents, 4 à 5 milliards de cartes produites et diffusées en France pendant toute la durée du conflit, plusieurs dizaines de milliards supplémentaires si l’on prend en compte l’ensemble des pays belligérants. C’est dire la popularité de ce médium, dont l’utilisation est favorisée par les autorités militaires dès les premiers jours de la Guerre. La mobilisation générale (2 août en France) implique en effet un arrachement brutal de centaines de milliers de jeunes hommes à leur milieu social, familial et professionnel. On pense alors nécessaire d’offrir la possibilité aux soldats mobilisés de communiquer avec l’arrière. A ces cartes « officielles » et étatiques s’ajoute la production privée. Evolution de l’iconographie Fin 1915, les représentations de l’ennemi et les scènes de combats (totalement fantasmées) se raréfient.

Patrimoine numérique, dossier - La Première guerre mondiale Le 12 mars 2008, s'éteignait le dernier combattant survivant de la guerre de 14-18, Lazare Ponticelli. L’effroyable bilan de la Grande Guerre a marqué durablement la France. Sa mémoire est conservée par diverses institutions (ministère de la Culture, ministère de la Défense, services d’archives, bibliothèques…) qui numérisent et diffusent reportages, photographies, films, journaux de tranchées, correspondances, cartes d‘état-major, archives sonores, fiches biographiques... Toutes les collections numérisées Mémoire des hommes Le ministère de la Défense (Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense - ECPAD) a numérisé ses archives audiovisuelles et photographiques. Films sur la Première Guerre mondiale Clichés de l’armée de 1915 à 1919 Site Internet Mémoire des Hommes Les autres théâtres de la guerre La guerre toucha aussi l'Europe orientale, les anciennes colonies d'Afrique, l'Extrême-Orient. La Guerre en Orient (1915-1918) La Grèce (Mont Athos...) La Tunisie

Le corps des morts Contexte historique Les eaux-fortes présentées ici appartiennent à un cycle de gravures intitulé « La Guerre » et réalisé par Otto Dix en 1924. Il s’agit de cinq albums comprenant chacun dix gravures. Ces derniers s’inscrivent dans la continuité de dessins réalisés sur le front de 1915 à 1918 par le peintre, engagé volontaire dès l’entrée en guerre de l’Allemagne en août 1914. L’essentiel de ce cycle a trait à la représentation des morts, corps atrocement mutilés, en phase de décomposition. En quoi l’acte pictural sur le corps des morts contribue-t-il à révéler un traumatisme ? Analyse des images Avec un souci inouï du détail qu’accentue l’intensité du clair-obscur, le peintre s’attache ici à représenter la déshumanisation des corps et la bestialité de la mort : « La guerre, c’est le retour à l’animalité : la faim, les poux, la boue, ce bruit infernal… En regardant les tableaux d’autrefois, j’ai eu l’impression qu’on avait oublié un aspect de la réalité : la laideur », indiquait Dix.

Le parcours du combattant de la guerre 1914-1918 Exposition virtuelle - Sur les chemins de la Grande Guerre Votre histoire de familiale de la Première Guerre mondiale La Première Guerre mondiale à travers la littérature de jeunesse Depuis une quinzaine d’années, la Grande Guerre occupe un nouveau champ de l’espace public : la littérature de jeunesse. Avant 1998, le conflit de 1914-1918 était peu représenté dans les livres pour enfants et peinait à trouver sa place devant les abondantes parutions consacrées à la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, grâce au nombre constant de titres qui sortent chaque année sur le sujet, on peut dire qu’il existe désormais une importante littérature de jeunesse consacrée à la Première Guerre mondiale, avec, à sa tête, la publication de nombreux romans historiques. Cette frange de la littérature pour enfants peut être doublement légitimée. Isabelle Guillaume, spécialiste en littérature comparée, a particulièrement bien défini l’enjeu auquel les auteurs sont confrontés lorsqu’ils écrivent des fictions sur 14-18 à l’attention des jeunes : À l’horizon du Centenaire, c’est plus que jamais aux enfants qu’il appartient de s’approprier cette littérature. Des soldats au destin tragique

Le Guichet du Savoir - Voir le forum - En mémoire des poilus En mémoire des poilus Liste des combattants Français, bataile de VERDUN Bonjour.Je souhaiterais savoir s'il existe un moyen d'accéder à une liste nominative des combattants Français ayant participé à la bataille de VERDUN. Je sais que mon arrière Grand-père y a participé, et souhaiterais obtenir une copie de document y faisant référence.J'ai consulté le site du service historique de la défense, Grande guerre à LYON Bonjour, Je cherche une documentation sur le rôle des femmes, à LYON, durant la guerre de 14-18 : emplois dans les usines, conditions de travail, vie quotidienne ect...Existent ils des livres ou des documents sur ce sujet ? Bordels Militaires de Campagne 14 18 Bonjour,Il y a longtemps (trop longtemps?) Loisirs des poilus Madame,A partir de quand ,le commandement français s'est-il inquiété des loisirs des poilus de 14-18 (théatre aux armées, musique etc.) sur les lignes de l'arrière? 14-18 trembleurs Guerre de 14-18 Guerre 14/18 Nom des poilus*

Paris 14/18, la guerre au quotidien | Paris Bibliothèques Photographies de Charles Lansiaux Galerie des bibliothèques de la Ville de Paris, 22 rue Malher (Paris 4eme) / 15 janvier - 15 juin 2014 L’exposition restitue la vision de Paris pendant le conflit, à travers un reportage inédit d’un photographe peu connu, Charles Lansiaux (1855-1939). Chaînon manquant entre Atget et Doisneau, Lansiaux est un documentariste à la fois scrupuleux et plein d’humour. Sauvée du siège par la bataille de la Marne, la capitale ne perçoit que des bruits assourdis d’un conflit lointain. Plutôt que l’iconographie traditionnelle de la tranchée, l’exposition interroge la visibilité problématique d’un conflit dont le déroulement est largement dissimulé aux contemporains. Les affiches, les terrasses des cafés, les abords des gares ou des cinémas d’actualité forment autant de théâtres d’une insatiable quête de l’information. © C. La fuite des plus aisés, la multiplication des quêteurs de rues ou l’envahissement des camelots trahissent le malheur qui gagne. affiche: © C.

Related: