background preloader

La puce et le neurone : deux mots sur la « curation »

La puce et le neurone : deux mots sur la « curation »
Ah le vilain mot que celui de « curation » ! Il y a décidément des anglicismes qui passent mal. Je ne sais pas pourquoi on ne lui préfère pas le terme d’édition, fût-il imparfait. Quoi qu’il en soit, c’est depuis quelques mois un des mots à la mode sur le Web et il recouvre quelque chose d’important : essayons donc de remonter du son (bruyant) au sens. Mais tout d’abord, qu’est-ce que la curation ? Maintenant, si l’on considère le Web, on comprend aisément pourquoi c’est une notion importante. Pour ne parler que du Web moderne, celui qui dans mon esprit commence au milieu des années 1990, deux méthodes de curation se dégagent : l’humaine et l’algorithmique. La curation humaine, c’est « David and Jerry’s Guide to the World Wide Web« , à savoir Yahoo! Delicious, né durant les années 2000, est une autre start-up qui fit date et, à mon avis, la start-up la plus emblématique du Web 2.0. Il est assez aisé de tracer les principaux avantages et inconvénients de ces deux approches. Related:  `test 1002

Saviez-vous qu’il existe des perles de S.I.Lex ? (Pearltrees et Serait-ce une perle de silex ? (en fait, du silex rubané poli). Krzemień pasiasty kula. Dans la jungle foisonnante des services 2.0 et des médias sociaux, il en est vers lesquels on se tourne d’abord pour leur esthétique et leur élégance, plus que pour leurs fonctionnalités. Il faut dire que Pealtrees est un outil assez atypique, situé quelque part entre les bookmarks sociaux et la cartographie heuristique, qui propose de fournir aux internautes les moyens d’ « éditer » par eux-mêmes le web en construisant sous la forme d’arbres de perles des parcours de page en page. Pearltrees est une start-up française et je vous conseille d’aller faire un tour sur le blog Cratyle.net de Patrice Lamothe, son CEO, où il développe la vision qui est à l’origine du projet et notamment la critique d’une certaine conception du web 2.0 : La démocratisation de la création n’a cependant pas entrainé la démocratisation de l’accès aux contenus. I Cartographier le droit en arbre de perles J'aime :

How Google+ Could Cost Online Retailers Millions | TagMan Not Much for Etailers to ‘Like’ About Social Plug-Ins One second is how long Google’s +1 plug-in drags down page-load time, and that’s not “just” a second when research shows that ten percent of site traffic is lost for every extra second a site takes to load. Facebook’s ubiquitous ‘like’ plug-in stalls page load time by approximately .2 seconds. This means featuring both plug-ins on a page adds c. 1.2 seconds to its load time. That translates to more than a 10% loss in visitors, and by extension, in conversion. Otherwise put, an online business with $35 million in revenue could lose over $3.5 million in sales using just these two plug-ins. Adoption of Google’s +1 plug-in has been astonishingly fast. Smart Tag Loading (STL) is the solution for social plug-in page drag as well as how tags affect page load speed. Has your site been affected by Google’s +1 plug-in?

Après Facebook, Twitter, Linkedin : LE nouveau réseau social [Article mis à jour le 14 février 2012] Innovant, pratique et communautaire ! Je suis convaincu que cette startup française ira très loin : peut-être le nouveau buzz du web mondial… Vous la connaissez déjà certainement… et les premiers chiffres de croissance annoncés me rappellent ceux de Facebook ou Twitter. 100 000 utilisateurs au bout de 15 mois, en avril 2011200 000 utilisateurs 6 mois plus tard, fin septembre 2011350 000 utilisateurs 4 mois plus tard en février 2012 (soit +75% de croissance en 4 mois !!!!) Bref, Pearltrees a doublé son nombre d’utilisateur en moins de 6 mois et devrait encore le doubler d’ici Avril 2012… voici ci-dessous ce que ça donnera, si la croissance continue à ce rythme. Pearltrees serait alors valorisé plusieurs milliards d’euros d’ici quelques années. RDV dans quelques mois, pour voir si Pearltrees confirme « encore » sa croissance ! Pour ceux qui ne connaissent pas, voici deux petites vidéos de présentation et le lien vers wikipedia

5 things to consider before firing back at online critics (Editor’s note: Curtis Smolar is a partner at Ropers Majeski Kohn & Bentley. He submitted this column to VentureBeat.) A reader asks: My business has been hit with several negative reviews online that I believe are unfair. Can I stop them? Defamation and/or libel are generally untrue statements that damage your reputation. It might be tempting to file suit or defend yourself aggressively, but before you react, here are five things to consider: Avoid sending a nasty demand letter – This is really a practical issue. Creative speech limitations can backfire – Recently, in an attempt to reduce the medical malpractice risk for doctor, one company came up with an ingenious plan: Have patients assign all their rights in any future Internet posts to the physician. While it’s certainly a creative approach, an effort like that basically amounts to prior restraint on free speech. For example, there are several sites online that amend a company’s registered trademark with the word “sucks.”

Pearltrees Gives Itself A Visual Refresh With New Customization Options, Major Redesign Coming Soon Pearltrees, the Paris-based curation and discovery service, just launched a new version of its web and mobile apps. The update introduces a visual refresh with full-screen images that now automatically appear as backgrounds for all of your pearltrees – the mind map-like tree structures that you use for organizing your collections on the site. While the service previously featured a very abstract representation of the bookmarks, images, texts and other items you save on the site, the new version now shows you more realistic ‘pearls.” A pearl, the company says, now “presents a view of what it contains, making what’s inside immediately recognizable.” This, as Pearltrees co-founder and CEO Patrice Lamothe puts it, “conveys more emotion and more information at a glance as people explore their libraries.” In addition to this, Pearltrees now also features improved zooming capabilities and better image formatting.

L’avenir de Google+ se dévoile Voilà presque un mois que Google a lancé sa plateforme sociale Google+ : Google lance sa plateforme sociale unifiée Google+. Beaucoup d’agitation et de spéculations autour de cette nouvelle plateforme qui a fait grand bruit. Il faut dire que le programme de déploiement par invitation a généré beaucoup d’attente et de frustration. Visiblement tout ceci devrait rentrer dans l’ordre, car le service serait accessible librement à partir du 1er août (à confirmer). Je pense ne pas me tromper en disant que Google a réussi son pari, car Google+ a connu une croissance spectaculaire : Nous en savons maintenant un peu plus sur l’audience de Google+ avec plus de 20 millions d’utilisateurs, chiffres confirmés par Google et d’autres instituts sérieux comme comsCore : Google+ Off to a Fast Start with 20 Million Visitors in 21 Days. Mais il convient néanmoins de relativiser, car l’Amérique du Nord représente tout de même la part d’audience la plus importante :

Pearltrees : la bibliothèque aux 100 milles curateurs Lorsqu’on lui demande quel est son parcours, il pousse un soupir “j’ai fait pas mal de choses” : ingénieur, chercheur en sociologie, consultant en stratégie dans les médias…. L’idée de Pearltrees lui serait venue alors qu’il publiait un papier dans la revue française de sciences politiques en 2006 sur la théorie des réseaux mais qui “n’avait rien à voir avec le web”. A l’époque, on se demandait si des initiatives comme Wikipedia et Youtube allaient fonctionner. Deux ans plus tard, Pearltrees, est “un petit projet dans un appart en 2008”. Une bibliothèque augmentée Tout d’abord Pearltrees permet d’organiser le contenu que vous visitez sur le Web. Le pearltrees de TedX Paris Rajoutez y une pointe de curation et l’on obtient cette nouveauté qui fait mouche. « Organiser le contenu comme une bibliothèque, mais ouverte .» L’évolution du web au service d’un business plan efficace. “le Web est un projet absolument politique, ouvert et libre” Pour aller plus loin sur le web :

Nouveaux médias: une nouvelle classe de dominants » Article » OWNI, Digital Journalism Pour Cyrille Frank, Internet et les nouveaux médias ne facilitent en fait pas le partage du pouvoir. Ces nouvelles technologies comme beaucoup avant elles, permettent surtout l’avènement d’une nouvelle classe dirigeante. Avec les nouvelles technologies de l’information se répand l’idéologie du peuple au pouvoir : simplification des techniques, baisse des coûts d’entrée… Les nouveaux produits démocratisent la culture et permettent à tous de s’élever socialement, de “reprendre la main”. C’est un peu l’idée inhérente à l’UGC (User Generated Content). D’autres plate-formes libèrent la création du plus grand nombre grâce au financement mutualisé de type My major company… De même le consommateur, désormais acteur (“consom’acteurs” disent les marketeux jamais en mal de néologismes fumeux), prend sa revanche sur les marques. Avec Facebook, les PME peuvent se lancer dans le grand bain du e-commerce avec facilité : il leur suffit de monter une page de fan. Nouveaux médias : le nouvel eldorado

use PT for ToDo list Médias & Publicité : Les internautes délaissent un peu Google De nouveaux sites réunissent aujourd'hui les passionnés autour de centres d'intérêt communs. Un défi pour le géant américain et son moteur de recherche. Le Web fait sa mue. Avec Facebook et Twitter, les internautes ont constaté qu'ils pouvaient découvrir des contenus sur Internet grâce à leurs amis et plus seulement en faisant des recherches sur Google. Ce basculement vers un Web de la recommandation va aujourd'hui un cran plus loin. Aux États-Unis, Pinterest est devenu un véritable phénomène. D'autres services, dont le projet de départ n'était pas de créer de tels «index» thématiques du Web, y ont été poussés par leurs utilisateurs. De même, le site de questions-réponses Quora a adapté son offre en lançant le service «Boards» fin décembre 2011. Des cibles recherchées par les marques «Ce n'est pas la fin du moteur de recherche, car on en aura toujours besoin pour chercher un coiffeur pour enfants à San Francisco.

Related: