background preloader

Le plan de bataille des financiers

Le plan de bataille des financiers
Related:  A lire/classer

Entretien avec Olivier Berruyer : La fin d'un monde L'utOptimiste: #slutshaming : une bonne tranche de body shaming avec supplément sexiste gratuit ! Ouaip, le slut shaming est vraiment quelque chose que j’exècre. Et vous savez quoi ? C'est intimement lié au body shaming et à la culture du viol. Avec double ration de sexisme en supplément. Bref, un menu assez gerbatif. Et entre ce que j'entends de certain.e.s membres de la blogo française ("c'est bien le mouvement body positive hein, mais y'en a qui s'exhibent trop quand même" #véridique) plus size et l'actualité autour du dernier selfie dénudé de Kim K... Slut quoi ? Pour celleux qui ne connaîtraient point encore le terme, le slut shaming c'est, en gros, la stigmatisation des femmes dont la tenue et/ou l'attitude serait jugée "provocante". Le problème avec le slut shaming, c'est qu'il se manifeste souvent sous forme de sexisme intériorisé. Comme j'ai beaucoup hésité à ma manière d'en parler, j'en ai parlé à une amie très engagée et on a eu une conversation passionnante. Et sans vouloir trop sombrer dans une psychologie de comptoir...

La vérité du 11 septembre explose à la Télévision Imaginez une longue interview -rigoureuse dans le fond et mesurée sur la forme- au sujet d’une éminente controverse politique. Pas de petite phrase, aucune forme de raccourci expéditif, pas la moindre trace de condescendance de la part de l’interviewer. Et transposez la scène dans le paysage audiovisuel français. Au regard du tabou que constitue le 11-Septembre dans les médias traditionnels de l’Hexagone, il faudrait effectivement faire preuve d’une grande souplesse mentale pour envisager la reproduction locale d’une telle scène. Celle-ci s’est réellement produite. Relativement équivalente au duo LCP-Public Sénat et forte d’un accès à plus de100 millions de foyers américains, la chaîne a convié une personnalité singulière: Richard Gage, président et fondateur de l’association dénommée « Architectes et ingénieurs pour la vérité sur le 11-Septembre ».

Historiens de la santé: Le pouvoir médical et le corps des femmes Fragiles ou contagieuses : Le pouvoir médical et le corps des femmes Barbara Ehrenreich & Deirdre English Eva Rodriguez (Postface) Marie Valera (Traduction) The Israeli Occupation of Palestine 101: An Animated Introduction What would happen if you build a refuge for a persecuted people in a place where another people already lived? In the next few minutes, you’ll learn why this moral quandary is at the root of the struggle between Israelis and Palestinians, and what you can do to help achieve a just peace for everyone in the region. First, there are couple of things it’s helpful to understand; one: many Jews fled harsh persecution in anti-Semitic Europe, especially the Nazi holocaust. When the UN offered the Jewish immigrants the majority of a land for a new state called Israel, for the indigenous Palestinians who lived there, it was the massive destruction of life. Israeli forces essentially erased over 400 Palestinian villages and towns. Well over a hundred thousand of their relatives and neighbors who haven’t left became second class citizens of the new state along with the new Jewish majority. Here’s the second thing to understand. People have lots of ideas about what a Jewish state should look like.

Palestine is not exclusively a Muslim issue — SPORA Treating Palestine as an exclusively Muslim issue also shapes how it's viewed in the international sphere. Non-Muslims might tend to view it as a solely Muslim problem, to be discussed and dealt with exclusively by Muslims, therefore distancing themselves and decreasing their participation in the global pro-Palestine movement. The struggles facing Palestinians are not only unique to Palestinian Muslims, seeing as Israel targets Palestinians on the basis of ethnicity, not religion. This assists Israel in its divide and conquer tactic as it allows them to paint communities like the Palestinian Druze and Christian communities as the "good Palestinians," and thus help them assimilate into Israeli society further by encouraging them to join the IDF, while painting Palestinian Muslims as an "Islamist threat."

Cult of the cosmic: how space travel became the unofficial religion of the USSR — The Calvert Journal Soviet space propaganda was simultaneously utopian and cynical, an authoritarian regime looking for a new environment to fill with ideology. With the end of the empire, official enthusiasm for the extra-terrestrial invariably withered. Today, despite occasional political nostalgia for the USSR, the cult of science is a thing of the past. Russia's recent problems with space technology only underscore its demise; this May, two Russian spacecraft, an unmanned cargo spaceship and a Proton-M rocket carrying a Mexican satellite plunged to Earth within a week of each other, after they both experienced malfunctions. The Russian space programme is no longer in a position to brag. In truth, the ideological message of space propaganda often passed people by at the time. Text: Sasha Raspopina

Quelques réflexions sur la solidarité (politique) entre racisés | Le blog de João J’ai du mal avec la façon dont est souvent pensée la question des solidarités entre racisés. Ici je parle de solidarité d’un point de vue politique; solidarité qui a du sens en occident parce qu’on est ici soumis au même régime d’exception bien que sous des modalités différentes. Cette précision restreint d’emblée très clairement ce dont il est question : je parle des solidarités entre organisations politiques principalement et entre militants. Pas de comment tous les individus de telle communauté se comportent avec tous les individus de telle autre. Je ne nie pas que ces interactions peuvent avoir une influence sur nos aspirations militantes, mais je pense que si on parle de politique, on ne peut pas se contenter de ça. La politique comme construction d’un rapport de force face au système oblige à aller plus loin, à penser en terme de stratégies (elles-mêmes pensées à partir d’un contexte et des moyens dont on dispose ou pas). Quelle(s) stratégie(s) politique(s) ?

L’Érythrée, un pays tenu par les femmes Au moment du contrôle de mon passeport par la Police de l’Air et des Frontières érythréenne, c’est un jeune homme aux traits fins d’environ 25 ans qui s’occupe de moi. Il met du temps à trouver mon visa et à saisir les informations concernant mon identité sur l’ordinateur. Une de ses collègues repère qu’il est en difficulté, lui prend mon passeport en le taquinant au passage et s’occupe très rapidement de mon cas. Elle s’excuse du temps d’attente et taquine de nouveau son collègue qui lui sourit en retour. J’ai tout de suite compris que la femme érythréenne était loin d’être soumise. Durant mon périple érythréen j’ai eu l’occasion d’échanger avec Madame Tekea Tesfamichael, la présidente de l’association de l’Union Nationale des Femmes érythréennes. Madame Tesfamichael se confie : « Avant l’indépendance, les droits des femmes étaient très limités. Les érythréennes s’étaient préparées à ce combat avant 1979 et la Convention de la femme à Genève.

Culture: ne pas prendre les enfants pour des cons donne des résultats surprenants La muséographie, un jeu d'enfant? «À coup sûr, ils s'attendaient à des peluches, des nounours, des arcs-en-ciel. Mais ils verront une exposition sérieuse, parce que NOUS sommes sérieux.» Pendant six mois, Janek, 10 ans, et ses 68 camarades âgés de 6 à 14 ans ont planché sur l'exposition «Anything Goes» réunissant 300 œuvres. Six segments couvrent les spécialités du musée: objets anciens et orientaux, artisanat, sculpture classique et contemporaine, photographie, dessins et estampes, pièces et médailles, vêtements et peintures. Parcours, énigmes, multimédias… Le titre laisse imaginer à tort un certain flou. Le public s'étonnera des niveaux de lecture variés des œuvres et du sérieux de la démarche des commissaires en herbe: on croise beaucoup d'objets mystérieux, certaines informations «cryptées» exigent des visiteurs une implication réelle. «La pièce fantôme» réunit les œuvres les plus «effrayantes» du fonds, à grand renfort d'effets spéciaux et de sons lugubres Trésors et fantômes

« Je ne publierai plus jamais dans une revue scientifique » Enseignant-chercheur, je ne publie plus que vraiment très occasionnellement dans des revues scientifiques. Et ce pour plusieurs raisons. Monde de dingue D’abord le modèle économique de l’oligopole (voire du quasi monopole dans le cas des SHS), qui gère aujourd’hui la diffusion des connaissances au travers de revues, est celui d’une prédation atteignant des niveaux de cynisme (et de rente) de plus en plus hallucinants. A tel point que de plus en plus d’universités préfèrent carrément renoncer à l’ensemble de leurs abonnements chez Springer ou Elsevier. La dernière en date est celle de Montréal. Montage déononçant Elsevier Cette situation est hallucinante et ubuesque : Merci, votre inscription a bien été prise en compte. Un peu comme si des agriculteurs devaient renoncer à certaines graines et semences du fait des pratiques de certaines firmes agro-alimentaires. Making of Un système totalement biaisé Bien sûr que l’évaluation par les pairs c’est important. Des revues lues par personne

Égalitariste - Journal

Related: