background preloader

L'incroyable hold-up bancaire en Europe, nouvel assaut

L'incroyable hold-up bancaire en Europe, nouvel assaut
Ce billet est une note envoyée à des milliers de kilomètres de l'Europe, opinion mesurée à chaud des conneries qu'on peut lire dans la presse numérique en permanence. Alors il paraît que ça va mal en Europe, de l'Espagne à la Grèce en passant par la France, l'Allemagne et le Bénélux (Pays-Bas, Luxembourg, Belgique) ? Ah oui, j'oubliais. La crise ! Diantre ! Crise de la Dette, crise de l'euro, crise du bon sens, crise de la raison, crise d'épilepsie à force d'avoir les yeux rivés sur les écrans boursiers ! -L'Europe du nord dans le colimateur des charognards Je ris jaune. Et en ce début Août, je vois que la guerre économique frappe maintenant l'Allemagne et le Benelux à son tour. Moi qui suis un peu crédule, je n'ai pas fait mes classes à l'ENA, je me questionne : comment est-il possible qu'une agence bancaire puisse "noter" ou sanctionner un Etat-Nation ? - Une série de putschs prémédités, élites contre peuples. -TINA : There is no alternative. Samuel Moleaud. 01 Août 2012.

Le Caire : qui remplit le vide de pouvoir ? En Égypte, les régimes se succèdent et se ressemblent, note Manlio Dinucci. Hosni Moubarak, les Frères musulmans ou le Conseil militaire, tous sont plus ou moins dépendants des États-Unis. Si Washington a été surpris par les derniers revirements, il s'assure cependant que la victoire aille toujours à un de ses poulains. La vraie révolution est encore loin. Le mot commence par un « c » mais on ne peut pas le dire : ainsi décrit-on dans les couloirs washingtoniens la position de la Maison-Blanche face au coup d'État en Égypte. Des fonctionnaires du Pentagone assurent, cependant, que le secrétaire à la Défense Chuck Hagel a toujours été « en étroit contact » avec son collègue égyptien, le général Abdel Fattah al-Sisi. Il y a cinq mois, le 11 février, il avait été convoqué par le général James Mattis, chef du CentCom, dans l'aire duquel entre l'Égypte car elle a « une influence stabilisatrice au Proche-Orient », surtout par rapport à Gaza. Traduction Marie-Ange Patrizio

Suisse | Prendre le contrôle de la monnaie, des banques et de la BCE La Banque centrale européenne (BCE) a pris des mesures importantes le 6 septembre pour soutenir l’euro. Mais en ne s’attaquant qu’aux symptômes et non aux causes de la crise, la BCE continue à la renforcer. Nous publions ci-dessous un texte d’Attac France qui revient sur le rôle de la monnaie, des banques et de la banque centrale. Tant que la monnaie et le système bancaire sont hors contrôle, toutes les aspirations à des transformations politiques sont vouées à l’échec. Le cercle vicieux dans lequel les classes dominantes veulent enfermer les peuples, parce qu’elles en tirent un profit immédiat, n’est pourtant pas inéluctable. Des pistes alternatives raisonnables sont possibles. 1) Des objectifs de transformation sociale et écologique La crise est trop importante pour qu’on puisse imaginer avoir affaire à une difficulté passagère. C’est donc autour d’objectifs de transition vers une société plus juste et plus écologique que les choix doivent être opérés. Elle rendra possible :

Le secret bancaire est mort vive l'évasion fiscale Tout est truqué : le plus grand scandale de manipulation de prix de tous les temps Traduction : Laetsgo, SuperNo, TouchatoutLes illuminati étaient des amateurs. Le deuxième monstrueux scandale financier de l'année révèle la véritable conspiration internationale : il n'y a pas de prix que les banques ne puissent manipuler. Théoriciens de la conspiration de ce monde, croyants en l'influence secrète de la famille Rothschild, des francs maçons et des illuminati, nous autres sceptiques vous devons des excuses. Vous aviez raison. Les acteurs sont peut-être légèrement différents, mais vos prémisses étaient fondées. Vous avez peut-être entendu parler du scandale du Libor dans lequel au minimum trois - mais peut-être jusqu'à seize - des banques désormais connues sous la dénomination de « trop grandes pour faire faillite » ont manipulé les taux d'intérêt globaux. La situation était déjà suffisamment pourrie, mais désormais, il se pourrait que le Libor ait un frère jumeau. Pourquoi ? Les mauvaises nouvelles ne s'arrêtent pas aux swaps et aux taux d'intérêts.

Grèce : plus d'autre solution que d'effacer 200 milliards d'euros de dette L’Europe ne peut pas continuer à financer le déficit public de la Grèce (8% du PIB) et payer le service de sa dette, qui est toujours à 180% du PIB. Le FMI pour pouvoir continuer à prêter a besoin que la solvabilité du pays s’améliore, ce qui est loin d’être le cas. C’est pourquoi il a demandé à la BCE d’effacer une partie de la dette grecque dont elle possède 50 milliards d'euros sur un total de créances de 2.500 milliards d'euros. La négociation a eu lieu et une fois de plus, la Grèce devrait recevoir les fonds dont elle a besoin pour assurer ses fins de mois, mais cela ne résoudra en aucun cas de façon durable les problèmes de fonds du pays. Les modèles pour sortir un pays de l’endettement sont passés cette semaine en revue par Charles Gave de GaveKal. Erreur de Bercy : les entreprises industrielles laissés pour compte du pacte de compétitivité Aux Etats Unis Ben Bernanke, président de la Federal Reserve, est peut-être en train de changer de cap.

Levée du secret bancaire Adopté en Commission de la Chambre, le projet de levée du secret bancaire fiscal, déjà fort limité en Belgique, va porter une nouvelle atteinte aux droits des contribuables, et est de mauvaise augure quant aux intentions du monde politique, mal informé, quant à de nouveaux accroissements futurs des pouvoirs du fisc. Contrairement à ce qui a été dit, ce projet ne comporte pratiquement aucune garantie pour les contribuables. Le fisc pourra s’adresser aux banques, non seulement lorsqu’un inspecteur « constatera » des indices de fraude, mais aussi tout simplement lorsqu’il souhaite procéder à une taxation « sur signes ou indices d’aisance », c’est-à-dire en fonction des dépenses ou investissements effectués. (Illustration René Le Honzec) Tout le monde est donc soumis au risque d’investigations fiscales auprès des banques, pratiquement sur la base d’une seule volonté discrétionnaire d’un fonctionnaire. Bien plus, il comporte une très dangereuse rétroactivité de fait.

Origine de la dette de l'Europe Quand Goldman Sachs aidait la Grèce à tricher pour 600 millions d’euros Goldman Sachs avait échangé de la dette grecque à un taux fictif en 2001, permettant à Athènes de maquiller ses comptes publics. Aujourd’hui le pays fortement endetté doit 600 millions d’euros à la banque américaine. Le coup de main de Goldman Sachs à la Grèce pour maquiller ses comptes lui aura rapporté quelque 600 millions d’euros, révèlent Nick Dunbar et Elisa Martinuzzi, dans un article de l’agence Bloomberg. Les deux journalistes ont recueilli les confessions de Christoforos Sardelis, chef du bureau de gestion de la dette à Athènes entre 1999 et 2004, et de son successeur Spyros Papanicolaou. En 2001, la Grèce et « la firme » se sont entendus pour échanger de la dette grecque à un taux de change fictif afin de réduire de 2% l’endettement hellène. « Une histoire sulfureuse » Goldman Secret Greece Loan Shows Two Sinners as Client Unravels By Nicholas Dunbar & Elisa Martinuzzi - Mar 6, 2012 1:01 AM GMT+0100

Remboursement de la dette : l'Argentine fait appel#xtor=RSS-3208001#xtor=RSS-3208001#xtor=RSS-3208001 L'Argentine a fait appel mardi 27 novembre de la décision d'un juge fédéral américain lui ordonnant le versement de 1,33 milliard de dollars à des fonds spéculatifs qui avaient refusé un échange de titres après son défaut de paiement en 2001. L'Argentine a refinancé environ 93 % de sa dette après son gigantesque défaut de 2001, portant sur 100 milliards de dollars. "Aujourd'hui même, les avocats qui représentent la République d'Argentine devant les instances judiciaires de l'Etat de New York ont déposé une demande urgente de suspension des effets de la décision [du juge Thomas] Griesa publiée mercredi dernier", a annoncé un communiqué du ministère de l'économie. Le juge Thomas Griesa avait souligné dans sa décision, datée du 21 novembre, que NML, l'un des fonds spéculatifs à l'origine de ce contentieux, avait "subi un préjudice irréparable de la part de l'Argentine". La plainte de NML a provoqué le 2 octobre le blocage d'une frégate argentine dans le port de Tema, au Ghana.

Secret bancaire : ce que signifie l'accord du G20 DÉCRYPTAGE - L'OCDE, à l'avant-garde depuis des années dans ce combat, est à la manœuvre pour mettre en place un nouveau standard international. Le G20 de Londres, en 2009, avait gagné une première bataille contre l'évasion fiscale en faisant plier des piliers historiques du secret bancaire comme la Suisse, en imposant l'échange d'informations fiscales sur demande au standard de l'OCDE. Vendredi soir, à Washington, les 20 plus importantes économies de la planète ont franchi un nouveau cap en plaidant pour «l'échange automatique d'informations». Cette décision a été prise à l'unanimité avec la présence exceptionnelle de la Suisse, invitée pour la première fois par la Russie, qui préside cette année le G20. C'est une avancée significative qui pourrait marquer la fin du secret bancaire si ce dispositif est effectivement mis en place. Reste maintenant à mettre en musique cette avancée. Le G20 a fortement encouragé tous les pays à rejoindre la convention.

" La dette américaine proche d'une chaîne de PONZI" Bill Gross, PIMCO Dans son « investment outlook » de Novembre 2010, Bill Gross, en tant gros créancier de la dette américaine, donne son avis sur l’avenir de la dette. Ses propos sont lapidaires et affirmatifs. Certes, nous avions une analyse comparable depuis quelques temps mais cette analyse tranche réellement en remettant en cause la stratégie combinée de taux bas et de rachat d’actifs du quantative easing (planche à billet) dans laquelle la FED. s’est lancée. En quelques mots, l’issue d’une telle stratégie, telle une chaîne de PONZI, est connue à l’avance : l’effondrement. Une chaîne de PONZI est le système employé par Bernard MADOFF pour afficher des performances incroyables pendant de longues années jusqu’à l’effondrement inévitable. Le principe est celui d’une pyramide / chaîne ou se sont les contributions des derniers investisseurs qui servent à rembourser et a payer les intérêts des investisseurs précédents. Voici quelques extraits : L’auteur : Guillaume FONTENEAU

Loi Pompidou-Giscard : l’escroquerie de la dette publique signe la mort de la démocratie, dans l’incroyable cécité volontaire des médias - Actif et militant sur LePost.fr (22:52) Publié parOlivier B post non vérifié par la rédaction 09/11/2011 à 22h47 - mis à jour le 09/11/2011 à 22h52 | vues | réactions C'est le point aveugle du débat : la dette publique est une escroquerie ! En clair, la Banque de France a désormais interdiction de faire crédit à l’État, le condamnant à se financer en empruntant, contre intérêts, aux banques privées, au lieu de continuer à emprunter sans intérêt auprès de la banque de France qui lui appartient. Un graphique pour illustrer le propos, qui montre l'hallucinante évolution de la courbe de la dette publique. "Ainsi, entre 1980 et 2008, la dette a augmenté de 1088 milliards d’euros et nous avons payé 1306 milliards d’euros d’intérêts",résume Mai68.org.

Secret bancaire : avis de tempête Le gouvernement suisse - le Conseil fédéral - est dans l’oeil du cyclone. La tempête qui menace le secret bancaire ne s’est pas encore abattue sur la Suisse. Mais les sept membres du Conseil fédéral suisse, que le bon sens populaire appelait “les sept sages”, sont sur le pont de l’Helvetia, balayés par une méchante houle. On ne sait plus très bien qui tient la barre. Cet ancien conseiller d’entreprises de 67 ans, élu au gouvernement il y a six ans grâce au soutien des milieux d’affaires, incarne jusqu’à la caricature le politicien suisse de droite : compétent, piètre orateur, pétri de certitudes, sans charisme et sans vision politique. Les vagues géantes s’abattent les unes après les autres. Pour les Français, les Allemands et les Américains, le secret bancaire, c’est fini, ni-ni ! Le gouvernement suisse a perdu sa boussole. Vous ricanez ? Les Français peuvent bien détester les Suisses, trop riches, trop sûrs d’eux-mêmes.

J'ai trois diplômes et je nettoie la merde des autres dans un café d'un pays étranger -- Enfant de la Société Benjamin Serra est un Espagnol de 25 ans qui travaille à Londres. Le week-end dernier, il a publié sur son compte Facebook un message qui traduit le désespoir de milliers de jeunes Espagnols qui ont dû quitter leur pays pour travailler dans un autre pays et bénéficier d'un revenu. Voici son message posté sur le réseau social : « Je m'appelle Benjamin Serra, j'ai deux diplômes et un master et je nettoie des WC. Non, ce n'est pas une blague. Je le fais pour pouvoir payer la location de ma chambre à Londres. 26% des Espagnols sont au chômage. Le nombre de personnes sans emploi en Espagne a augmenté de 25.572 en septembre, passant à 4,7 millions, ce qui accroît le taux de chômage de 0,5%.

Liste des exilés fiscaux: industriels, grosses fortunes, artistes, sportifs L'exil fiscal est une réalité incontournable car rien n'est plus simple une fois fortune faite en France que de partir vivre dans un pays à la fiscalité plus avantageuse. La promesse de François Hollande de renégocier les conventions fiscales datant de 1958 entre la France, la Belgique, la Suisse et au Luxembourg inquiète de nombreuses fortunes. Effet d'annonce ou changement réel de politique ? Quoi qu'il en soit le manque à gagner est considérable pour l'Etat français. Espérons que ce rapport très attendu soit effectivement suivi d'une véritable politique de justice et répartition fiscale équitable. Cela ne semble pas pour nous, braves fourmis ouvrières que nous sommes ... cela semble réservé à une certaine caste donneuse de leçons et hors de tout contrôle dont l'égérie serait Christine Lagarde ... Les grandes familles "industrielles et commerciales" Stéphanie MARTHELY - Plume Citoyenne · · · il y a 3 heures

Related: