background preloader

L'incroyable hold-up bancaire en Europe, nouvel assaut

L'incroyable hold-up bancaire en Europe, nouvel assaut
Ce billet est une note envoyée à des milliers de kilomètres de l'Europe, opinion mesurée à chaud des conneries qu'on peut lire dans la presse numérique en permanence. Alors il paraît que ça va mal en Europe, de l'Espagne à la Grèce en passant par la France, l'Allemagne et le Bénélux (Pays-Bas, Luxembourg, Belgique) ? Ah oui, j'oubliais. La crise ! Diantre ! Crise de la Dette, crise de l'euro, crise du bon sens, crise de la raison, crise d'épilepsie à force d'avoir les yeux rivés sur les écrans boursiers ! -L'Europe du nord dans le colimateur des charognards Je ris jaune. Et en ce début Août, je vois que la guerre économique frappe maintenant l'Allemagne et le Benelux à son tour. Moi qui suis un peu crédule, je n'ai pas fait mes classes à l'ENA, je me questionne : comment est-il possible qu'une agence bancaire puisse "noter" ou sanctionner un Etat-Nation ? - Une série de putschs prémédités, élites contre peuples. -TINA : There is no alternative. Samuel Moleaud. 01 Août 2012. Related:  la guerre de la finance privéeLe Droit européen a permis la mondialisation néolibérale

ALAIN SORAL - LA GUERRE CIVILE COMME STRATÉGIE D'ÉTAT ? La régionalisation et l'aménagement du territoire en Europe : 1. Vers la disparition des frontières en Europe Actuellement, la volonté d’aboutir à un marché unique en Europe conduit au démantèlement des frontières nationales. L’inspiratrice de cette politique s’appelle l’Assemblée des Régions Frontalières Européennes (l’ARFE) s’appuyant sur un document européen : la convention-cadre sur la coopération transfrontalière ou charte de Madrid. Créé en 1971, cet institut européen est en réalité allemand par ses fondateurs et ses dirigeants. Située en Allemagne à Gronau, l’ARFE poursuit l’objectif d’effacer de plus en plus les frontières étatiques afin de pouvoir procéder à des coopérations transfrontalières et interrégionales renforcées. Pour une vision plus précise d’un exemple type d’eurorégions, la carte concernant les territoires frontaliers autour de l’Allemagne est particulièrement significative. 4 5. Quelles conséquences ? Dans cette dissolution des frontières, les conséquences sont doubles. Trois axes 2. Qui était le ministre-président ? En résumé 3.

Le Graal de la Table Ronde des Industriels Européens Les grandes firmes ont joué un rôle de premier plan dans la promotion de la nouvelle « gouvernance économique » qui s’apprête à être mise en place dans l’Union européenne. Les voilà bien récompensées : le modèle semble taillé sur mesure pour les intérêts des industriels (comme le soulignait un précédent article : L’UE-topie des marchés : Comment la nouvelle « gouvernance économique » menace la démocratie). Il s’agit là du résultat d’un travail de longue haleine. Bien avant la proposition par la Commission d’un « pacte de compétitivité » et d’une « procédure de déséquilibres économiques » [1], les lobbies industriels se sont battus pour voir émerger une gouvernance économique de l’Union européenne au service de leurs intérêts. Dans cette bataille, la Table Ronde des Industriels Européens (ou ERT pour European Round Table) a joué un rôle essentiel. Cela ne date pas d’hier, les grands groupes européens ont saisi l’intérêt d’un renforcement des pouvoirs de l’UE. Le Business et l’Europe

Le secret bancaire est mort vive l'évasion fiscale Les comptes bancaires des français seront bien ponctionnés de 8% Les merdias n'en parlent pas, on ne va pas gâcher les vacances des gentils moutons français. Chypre était la répétition. Voilà ce qu'écrit Pierre Jovanovic sur son blog : du 26 au 29 juin 2013 : Ne vous affolez pas, vous ne le verrez nulle part sur les merdias. Le vrai patron de l'Europe, le ministre des Finances allemand a déclaré que la meilleure solution pour sauver les banques (ex: Deutsche Bank, Société Générale, etc.) sera de ponctionner 8% sur le compte des clients et cela pour remonter le niveau de la piscine (réserve fractionnelle) des Picsous. Traduisez: méga taxe de 8% sur la population, sur TOUTE la population puisque nos états pourris ont voté l'obligation à tout citoyen d'avoir un compte dans une banque. Si vous suivez ce blog, vous êtes averti depuis longtemps puisque je vous en parle depuis Chypre (et plus que jamais ce reportage a en effet été le plus important de ma vie de journaliste, merci à vous). Certains ne me croient pas???

Réformes Hartz Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Elles ont pour but de renforcer la lutte contre le chômage volontaire et d'améliorer le retour en activité des bénéficiaires d'allocations [2]. Ces réformes controversées, officiellement, visent à adapter le droit (du travail, fiscal) allemand à la nouvelle donne économique dans le secteur des services. Elles ont été mises en place progressivement, sous la forme de quatre lois, mais la plus importante et la plus impopulaire est la loi Hartz IV. Loi Hartz I[modifier | modifier le code] La Loi Hartz I entre en vigueur le 1er janvier 2003[3] Loi Hartz II[modifier | modifier le code] La Loi Hartz II entre en vigueur le 1er avril 2003. Loi Hartz III[modifier | modifier le code] La Loi Hartz III entre en vigueur le 1er janvier 2004[5] : Restructuration de l'agence nationale pour l'emploi et des agences fédérales pour l'emploi Loi Hartz IV[modifier | modifier le code] Dans un couple, chaque personne peut recevoir l'Alg II.

ÉCONOMIE • L'Europe au bord du suicide En s'obstinant à imposer toujours plus d'austérité à des pays en difficulté comme l'Espagne, les dirigeants européens mènent le continent à sa perte, affirme le Prix Nobel d'économie Paul Krugman. Le 14 avril, The New York Times s'est fait l'écho d'un phénomène qui se développe en Europe : le suicide lié à la crise économique, les gens se donnant la mort par désespoir, après avoir perdu leur emploi ou vu leur entreprise faire faillite. L'article était bouleversant. Mais je suis sûr que je n'ai pas été le seul lecteur, notamment parmi les économistes, à me dire que le problème n'était peut-être pas tant les individus que l'apparente détermination des dirigeants européens à pousser l'ensemble du continent au suicide. Prenons le cas de l'Espagne, qui est aujourd'hui l'épicentre de la crise. En un sens, peu importe dans quelles circonstances l'Espagne en est arrivée là. Pourtant, le remède prescrit par Berlin et Francfort est, vous l'aurez deviné, encore plus de rigueur.

Levée du secret bancaire Adopté en Commission de la Chambre, le projet de levée du secret bancaire fiscal, déjà fort limité en Belgique, va porter une nouvelle atteinte aux droits des contribuables, et est de mauvaise augure quant aux intentions du monde politique, mal informé, quant à de nouveaux accroissements futurs des pouvoirs du fisc. Contrairement à ce qui a été dit, ce projet ne comporte pratiquement aucune garantie pour les contribuables. Le fisc pourra s’adresser aux banques, non seulement lorsqu’un inspecteur « constatera » des indices de fraude, mais aussi tout simplement lorsqu’il souhaite procéder à une taxation « sur signes ou indices d’aisance », c’est-à-dire en fonction des dépenses ou investissements effectués. (Illustration René Le Honzec) Tout le monde est donc soumis au risque d’investigations fiscales auprès des banques, pratiquement sur la base d’une seule volonté discrétionnaire d’un fonctionnaire. Bien plus, il comporte une très dangereuse rétroactivité de fait.

Tout est truqué : le plus grand scandale de manipulation de prix de tous les temps Traduction : Laetsgo, SuperNo, TouchatoutLes illuminati étaient des amateurs. Le deuxième monstrueux scandale financier de l'année révèle la véritable conspiration internationale : il n'y a pas de prix que les banques ne puissent manipuler. Théoriciens de la conspiration de ce monde, croyants en l'influence secrète de la famille Rothschild, des francs maçons et des illuminati, nous autres sceptiques vous devons des excuses. Vous aviez raison. Les acteurs sont peut-être légèrement différents, mais vos prémisses étaient fondées. Vous avez peut-être entendu parler du scandale du Libor dans lequel au minimum trois - mais peut-être jusqu'à seize - des banques désormais connues sous la dénomination de « trop grandes pour faire faillite » ont manipulé les taux d'intérêt globaux. La situation était déjà suffisamment pourrie, mais désormais, il se pourrait que le Libor ait un frère jumeau. Pourquoi ? Les mauvaises nouvelles ne s'arrêtent pas aux swaps et aux taux d'intérêts.

Vingt ans après le crash de Maastricht, des experts ont retrouvé la boîte noire Jacques DelorsW fait grise mine. Il ressemble à la Grèce. Il doute. Vingt années après l’entrée en vigueur du traité de Maastricht, offrant un statut juridique à l’Union européenne ainsi que les fameux critères de convergence, il doit se dire que quelque chose n’a pas fonctionné. D’ailleurs, il se le dit parfois : « la dimension sociale implorée par le traité n’a pas trouvé de relai. » Il a bien raison. Il y croit encore, pourtant, à cette économie dérégulée, matrice du progrès humain, simplement, Maastricht était incomplet et Lisbonne a fait mieux depuis, comme d’autres traités viendront parachever l’œuvre magistrale. Le monde est devenu delorien. « Maastricht ne fut pas incomplet, il fut philosophiquement erroné. Mais l’homme n’est pas vraiment en cause, Jacques Delors eut pu être un autre, d’ailleurs, ses clones hantent aujourd’hui la Belgique. Une philosophie de bazar La croissance par la compétitivité érigée en dogme ; elle seule conduirait au bonheur. « La dévaluation ?

Secret bancaire : ce que signifie l'accord du G20 DÉCRYPTAGE - L'OCDE, à l'avant-garde depuis des années dans ce combat, est à la manœuvre pour mettre en place un nouveau standard international. Le G20 de Londres, en 2009, avait gagné une première bataille contre l'évasion fiscale en faisant plier des piliers historiques du secret bancaire comme la Suisse, en imposant l'échange d'informations fiscales sur demande au standard de l'OCDE. Vendredi soir, à Washington, les 20 plus importantes économies de la planète ont franchi un nouveau cap en plaidant pour «l'échange automatique d'informations». Cette décision a été prise à l'unanimité avec la présence exceptionnelle de la Suisse, invitée pour la première fois par la Russie, qui préside cette année le G20. C'est une avancée significative qui pourrait marquer la fin du secret bancaire si ce dispositif est effectivement mis en place. Reste maintenant à mettre en musique cette avancée. Le G20 a fortement encouragé tous les pays à rejoindre la convention.

L'ONU et les 250 000 morts somaliens Traduit par CM pour Investig'Action L'ONU a annoncé qu'au moins 250 000 Somaliens étaient morts de faim entre 2010 et 2012, notamment au cours de la grande sécheresse qui a sévi dans de la corne de l'Afrique. Les victimes se comptent surtout parmi les déplacés internes, qui pour la plupart ont fui devant l'invasion militaire et l'occupation du sud de la Somalie par l'Armée éthiopienne, avec le soutien de l'ONU, puis par les "soldats de maintien de la paix" de l'Union africaine, actuellement au nombre de 25 000. Dans mon dernier article consacré à la famine en Somalie, j'ai mentionné les 10 cents par jour et par réfugié somalien prévus par l'ONU. C'est ce que l'on appelle une insuffisance budgétaire, synonyme de "nous souhaitons aider, mais n'en avons pas les moyens". Un milliard pour la guerre et 250 000 personnes qu'on laisse mourir de faim ? Relater les crimes massifs perpétrés par l'ONU en Afrique de l'Est devient insupportable. Thomas C.

Les Parlements nationaux ne seront pas consultés sur la ratification du Traité transatlantique Note utilisateur: Détails Catégorie parente: International Catégorie : Ça s'est dit par là... Créé le 10 novembre 2013 Mis à jour le 10 novembre 2013 Publié le 10 novembre 2013 Écrit par folamour Affichages : 301 Est-ce que, au terme des négociations, l'Accord de libre échange UE-USA devra être ratifié par chacun des Etats membres? Les seuls éléments de réponse étaient des éléments d'ordre général, consistant à indiquer que les accords mixtes (ceux qui comprennent des dispositions de compétences européennes et nationales) doivent être ratifiés à la fois au niveau européen et au niveau national. La publication d'un entretien de Karel de Gucht par Jean Quatremer aujourd'hui au sujet de l'Accord de libre échange UE-Canada m'a fait reprendre mes recherches. En effet, le Commissaire indique: Les Parlements nationaux ne seront apparemment pas consultés sur la ratification du Traité transatlantique. Soure : Fr.sott.net Informations complémentaires :

Secret bancaire : avis de tempête Le gouvernement suisse - le Conseil fédéral - est dans l’oeil du cyclone. La tempête qui menace le secret bancaire ne s’est pas encore abattue sur la Suisse. Mais les sept membres du Conseil fédéral suisse, que le bon sens populaire appelait “les sept sages”, sont sur le pont de l’Helvetia, balayés par une méchante houle. On ne sait plus très bien qui tient la barre. Cet ancien conseiller d’entreprises de 67 ans, élu au gouvernement il y a six ans grâce au soutien des milieux d’affaires, incarne jusqu’à la caricature le politicien suisse de droite : compétent, piètre orateur, pétri de certitudes, sans charisme et sans vision politique. Les vagues géantes s’abattent les unes après les autres. Pour les Français, les Allemands et les Américains, le secret bancaire, c’est fini, ni-ni ! Le gouvernement suisse a perdu sa boussole. Vous ricanez ? Les Français peuvent bien détester les Suisses, trop riches, trop sûrs d’eux-mêmes.

Related: