background preloader

Des budgets nationaux sous tutelle européenne? - Coulisses de Br

Pour «s’attaquer aux racines du problème», c’est-à-dire à l’indiscipline budgétaire et les politiques contradictoires, le président de la Commission a présenté une communication sur «le renforcement de la coordination des politiques économiques», premier pas vers la création d’un «gouvernement économique» dont le sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la zone euro, réuni vendredi à Bruxelles, a souhaité la création. Le « gouvernement économique», c’est le serpent de mer européen par excellence. Dès la préparation du traité de Maastricht, la France - et Jacques Delors, alors président de la Commission - estime qu’une monnaie et une banque centrale indépendante ne peuvent exister sans un contrepoids politique. L’effondrement de la Grèce a fini par convaincre Berlin qu’il faut aller plus loin dans l’intégration politique. Photos: Thierry Monasse (non reproductibles sauf autorisation) N.B.: ce papier est paru ce matin dans Libération papier.

http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2010/05/la-commission-veut-.html

Related:  Le Droit européen a permis la mondialisation néolibérale

La Commission européenne nous incite à déserter définitivement l C'est à une provocation de la commission Européenne que nous avons affaire aujourd'hui. Celle-ci propose ni plus ni moins d'imposer un examen de l'UE, très en amont des processus budgétaires nationaux, dans les budgets des états membres, afin de vérifier que les déficits resteront sous contrôle. Le traité de Lisbonne étant caduc, merci la crise grecque, quelques mois après son introduction, la commission fait donc feu de tout bois pour s'arroger davantage de pouvoir. Cette proposition est hors de son champ de légitimité mais peu importe, je trouve cependant que c'est une bonne idée que d'avancer des propositions. Un grain majeur à venir Bon, alors, finalement, cette reprise, elle vient ? Non, toujours pas ? Pourtant, il y a encore quelques mois, tout le monde s’entendait pour dire que les États-Unis repartaient de l’avant, youkaïdi, youkaïda, sous l’impulsion d’un Obama adulé par tous (mais si, mais si – à l’exception de quelques civils insurgés afghans, mais baste, passons). Las. Arrivé février 2013, la situation semble bien moins rose. Et avant même d’entrer dans les détails d’un marché boursier qui semble s’agiter comme un junkie avant l’overdose, penchons-nous quelques instants sur les fondamentaux américains puisqu’il est dit et répété que l’Amérique conduit le monde.

JPMorgan réclame des régimes autoritaires en Europe Dans un document publié à la fin du mois de mai, le géant des banques d'investissement américain JPMorgan Chase réclame l'abrogation des constitutions démocratiques bourgeoises établies après la Seconde Guerre mondiale dans une série de pays européens et la mise en place de régimes autoritaires. Le document de seize pages a été réalisé par le groupe Europe Economic Research de JPMorgan et est intitulé « L'ajustement de la zone euro - bilan à mi-parcours. » Le document commence par faire remarquer que la crise de la zone euro a deux dimensions. Pour commencer, il affirme que des mesures financières sont nécessaires pour garantir que les principales institutions d'investissement comme JPMorgan puissent continuer à engranger d'énormes bénéfices de leurs activités spéculatives en Europe.

"Préparez-vous a vivre sans électricité". En plus de nous présenter son EDC, l'ami ci-dessous nous témoigne son univers… Je suis Français et je suis agent edf. Mon métier c'est de rétablir l'électricité 24h sur 24h toute l'année BREVE : Les sommets européens infiltrés par les banques Lors des sommets européens comme ceux de juillet et octobre 2011, où il s’agit ni plus ni moins depuis trois ans de « sauver l’euro » ou de « sauver la Grèce », les débats essentiels ne sont pas publics mais informels. On peut même parler de tractations de couloir entre banquiers et élus nationaux, pour le plus grand bonheur des banques, évidemment. Ces deux derniers sommets de juillet et octobre 2011 ont porté sur la restructuration de la dette grecque : on a demandé aux banques de réduire les profits qu’elles attendaient de leurs prêts toxiques (puisque la Grèce sera insolvable, on le sait depuis le départ). Avec le risque, largement souligné par les banques, que certaines d’entre elles se retrouvent dans les choux. D’après le Corporate Europe Observatory, un groupe de recherches sur le lobbying en Europe, l’Europe a choisi comme principal interlocuteur dans ces débats un lobby financier qui s’appelle l’Institute of international Finance[1].

Moi, chef-comptable dans une multinationale 1. Le mot « liquidité » est devenu un mot-clé important. Le but actuel, c’est d’avoir des liquidités à tout prix… quel que soit le prix à payer. Dans notre filiale, nous devions procéder à une énorme dépense d’argent. Me voilà comme chef comptable à proposer deux solutions au directeur financier : A) Payer sur fonds propres : diminution de notre compte en banque et pas d’endettement supplémentaire.

Charles De Gaulle : Une certaine idée de l'Etat Alain PLANTEY Une certaine idée de l’État, Espoir n°108, 1996. En 1944, la Nation se libère. Chômeurs inconnus de Pôle emploi : « Jamais mieux servi que par soi-même » De toute manière, la véritable utilité du pôle-emploi peut être remise en cause car l’outil est inefficace, très mal exploité, et dépend quand même directement des décisions politiques concernant l’emploi dans ce pays, et de ce côté là, nous sommes face à un florilège exceptionnel de grand n’importe quoi! Reste la débrouille, encore faut-il accepter le fait que la solution ne se trouve pas dans celles apportées par le système… Découragés, « débrouillards » ou radiés, ces chômeurs invisibles ne sont pas comptabilisés dans les chiffres fournis par Pôle emploi, qu’ils évitent. Devant un Pôle emploi du XIXe arrondissement de Paris, le 17 août 2010 (Audrey Cerdan/Rue89)Frédéric (un pseudo) n’est plus inscrit à Pôle emploi depuis quatre ou cinq ans. « Ça ne m’intéresse pas d’aller à des rendez-vous qui ne servent à rien. Ils ne m’ont jamais trouvé un travail », affirme le trentenaire.Il préfère chercher de son côté l’emploi rêvé : un job dans la botanique.

Je ne suis pas croyante mais Dieu m'en préserve !!! (oui, je suis souverainiste dans le fond, je l'avoue...) je refuse que Bruxelles dicte à la France (et aux autres pays européens) ce qu'il est othodoxe ou pas de faire en matière budgétaire (j'ai comme une très bonne idée de ce qui ne sera pas orthodoxe en l'occurence : tout projet social, tout budget ne s'inscrivant pas dans la destruction des acquis duCNR...) by laetsgo May 13

Related: