background preloader

MEMOIRE ET CONCENTRATION

MEMOIRE ET CONCENTRATION
Les recherches en neurosciences, ont donné naissance à la neuropsychologie. Cette nouvelle discipline établit désormais la passerelle entre la neurologie, science de la matière vivante, et la psychologie, science de l’esprit. Elle est riche d’applications dans le domaine du travail intellectuel. D’autre part, les recherches ont abouti à une découverte fondamentale : Le cerveau humain est malléable à vie. Une stimulation régulière du cerveau permet de développer une excellente mémoire et de garder une bonne forme mentale. Stimuler sa mémoire, ce n’est pas seulement apprendre par cœur des colonnes de chiffres ou passer des heures à résoudre des problèmes épineux. Éviter de stresser et de surcharger le cerveau La plupart des gens qui souffrent d’une faible mémoire présentent des organes sains et capables de fonctionner correctement. Etre motivé L’enthousiasme et l’envie de découvrir permettent d’obtenir de meilleurs résultats. Comprendre le fonctionnement de la mémoire … les évalue et les trie

http://www.eduvs.ch/lcp/methode/index.php?option=com_content&task=view&id=6&Itemid=5

Related:  Méthode de travailNeuropédagogieCerveau / MémoireApprendrememoriser

Neuf exercices pour améliorer sa concentration au travail La concentration consiste à mobiliser ses facultés mentales et physiques sur un sujet ou sur une action. Or notre cerveau est sollicité par de multiples informations et il ne peut en traiter qu'une seule à la fois de façon optimale. Il s'agit donc de le monopoliser, en se libérant des émotions parasites et en s'entrainant à agir, en activant ses cinq sens. Par cette pratique, vous gagnerez aussi en performance. Voici neuf exercices à effectuer avant et pendant ce travail.

Conseils pour apprendre et mémoriser des informations difficiles Cela faisait longtemps que je n’avais pas pris le temps d’écrire un article sur ce blog. Mais bon, au moins, cela veut dire que l’application MosaLingua avance, je suis en train de préparer une nouvelle version, avec de nouvelles fonctionnalités et du nouveau contenu pour la version Espagnol, et une version pour apprendre l’Anglais est aussi en préparation. Que faire quand on a une mauvaise mémoire ? Apprendre à retenir, à mieux mémoriser Repères pour aider les élèves à retenir A. Pour bien retenir une leçon, s’assurer de ce qu’on comprend. 1. Aide à la mémorisation en accompagnement personnalisé Ce travail a été réalisé et mis en œuvre dans le cadre de l’accompagnement personnalisé en seconde. 1- Modalités d’application Ce travail s’est déroulé dans le cadre des Heures d’Accompagnement Personnalisé (AP) de seconde, première et terminale selon les modalités suivantes : Travail en demi groupe classe ;

La mémoire se consolide durant le sommeil Pierre Maquet Loin d'être inutile, le sommeil qui représente le tiers de notre vie pourrait servir à renforcer notre mémoire. Responsable d'une étude sur l'activité cérébrale durant le sommeil, Pierre Maquet de l'Université de Liège nous précise les modalités et les principales conclusions de cette recherche. Doctissimo : Quelles sont les principales conclusions de votre étude et que nous révèle-t-elle sur le fonctionnement du cerveau humain ? Pierre Maquet : Les régions cérébrales susceptibles d'avoir été utilisées lors de l'exécution d'une nouvelle tâche sont réactivées durant le sommeil paradoxal. Etant donné que la performance des sujets était meilleure le lendemain, nous suggérons que ces réactivations ne sont pas étrangères à un traitement des traces mnésiques (informations mémorisées durant la journée).

Comment apprendre "vite et bien" ? Et surtour retenir à long terme ? tout dépend de quel type de mémoir tu as, ce que tu dois apprendre et de ce que tu appelles vite et bien!! 1) s'il s'agit de matières (ou sujets) de "type mathématique", bah c'est simple tu apprend tes 3 lignes de cours par coeur et tu fais des exercices encore, et encore et encore... 2) s'il s'agit de matière "par coeur" là tu vas avoir un problème de timing... Apprendre … ou apprendre à apprendre ? Récemment, une amie à moi a publié ceci sur sa page Facebook : Et ça m’a fait réfléchir à ce qu’un prof et un élève peuvent apprendre ensemble. Souvent dans notre système éducatif, nous semblons penser que le prof est celui qui sait et l’élève, celui qui ne sait pas. Nous avons du mal à partir du principe que l’élève SAIT aussi des choses et qu’il est important aussi d’en tenir compte. Professeur-élève, questionner la transmission du savoir Cela nous questionne aussi sur notre vision des choses, sur notre ouverture à accepter d’autres points de vue que le notre.

Comment le cerveau assimile une nouvelle langue Apprendre sa propre langue est déjà un défi cérébral en soi. Alors, qu'en est-il quand il faut maîtriser une autre langue que la sienne ? Et pourquoi est-il si difficile d'apprendre une langue appartenant à une autre famille que la sienne, alors que nous manipulons finalement assez bien d'autres codes complexes comme les mathématiques par exemple ? Comment le cerveau fait-il pour maîtriser une langue?

Plan du site 1. SE CONNAITRE SOI-MEME : pour s'engager dans l'action 1.2. LES FACTEURS PSYCHOLOGIQUES 1.2.1. Colloque Mémoire et Savoir : quelle compétence pour catégoriser ? « Pas d'intelligence ni de compréhension du monde sans catégorie, mais il y a encore plus obligatoire : avoir un cerveau ». C'est une véritable géolocalisation de la catégorisation - à l'échelle du cerveau humain - que réalise Bernard Gueguen en ouverture de ce colloque. Après avoir expliqué qu'apprendre à catégoriser, construire et associer des catégories constitue le principal objectif pédagogique de l'école maternelle, le praticien renommé entre à la fois dans le vif du sujet et à l'intérieur de la boîte cranienne. Plusieurs procédures de catégorisation coexistent au sein du système nerveux central : le premier d'entre eux est basé sur un processus de comparaison (pareil/pas pareil, danger/pas danger...). Et ces processus peuvent être inconscients et automatiques (donc très rapides) ou conscients (plus lents, mais aussi plus sûrs).

Apprendre mieux ? Épisode 3 : Vous avez une mémoire extraordinaire ! Cet article est le troisième paru dans le dossier « Apprendre mieux ? » publié sur ce blog. Pour un accès aux articles précédents, voir les liens ci-dessous : "Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur. Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toute limite. Métacognition et réussite des élèves Suffit-il de mettre les élèves en activités en classe pour qu’ils s’approprient les savoirs, savoirs faire sur lesquels est construite la séance qui leur est proposée ? L’analyse ergonomique des situations d’apprentissage scolaire amène à être très réservé dans la réponse. En effet, quels que soient les modalités pédagogiques, les supports didactiques prévus, un constat s’impose : les enseignants n’arrivent pas toujours à atteindre les objectifs visés.Eviter qu’il y ait autant d’élèves en difficultés d’apprentissage, d’élèves en décrochage scolaire voire en refus scolaire, d’élèves en souffrance, d’élèves en danger, c’est bien l’ambition de tous ceux qui oeuvrent dans ce monde complexe de l’Éducation.Que faire devant cette réalité ?

Votre style d’apprentissage est-il plutôt orienté cerveau droit ou cerveau gauche ? - FormaVox Depuis sa parution en 2005, l’ouvrage de Daniel Pink «L’homme aux deux cerveaux» a plutôt fait parler de lui. Capitalisant sur les recherches menées en neurosciences, l’auteur propose une vision vulgarisée sur les différences entre les 2 hémisphères cérébraux, et pourquoi, selon lui, il devient indispensable que nous élargissions notre manière de penser vers davantage de créativité (et donc à mieux faire fonctionner notre «cerveau droit»). C’est au hasard de mes promenades sur le web que j’ai découvert une infographie assez sympa, qui résume très bien les différences entre «cerveau gauche» et «cerveau droit». Je vous propose de découvrir l’infographie ci-dessous, et les éléments-clés qu’elle avance en termes de styles d’apprentissage.

Related:  PédagogieDys