background preloader

Le pourquoi de la dette des états

Le pourquoi de la dette des états
Pour l'année 2010 j'ai appliqué un taux moyen de 2,5%Méthodologie J’ai donc agrandi ce graphique, ce qui m’a permis de déterminer avec une précision suffisante les valeurs annuelles en pourcentage (valeurs que vous retrouvez dans la 5° colonne du tableau). J’ai ensuite calculé la charge de la dette en euros courants (colonne 4) puis utilisé les données de l’INSEE pour obtenir les coefficients de transformation euros courants en euros constants 2010 (colonne 2) A partir de là le calcul des intérêts en euros 2010 (colonne 9), cumulés (colonne 18) le PIB en euros 2010 (colonne 7) et la dette cumulée (donnée de l’INSEE) en euros courants (colonne 4) transformée en euros constants (colonne 8 ) et enfin en pourcentage de PIB, données que chacun peut d’ailleurs trouver partout (colonne 13) La variation annuelle de la dette (colonne 10) est une simple soustraction entre les données d’une année sur l’autre. Ce qui nous donne le graphique ci dessous Related:  cloclipL'Arnaque de la dette et les banksters (Articles) Partie 2

Etat-Dette-Monnaie : les clés pour comprendre Les difficultés de l’Etat à maîtriser son territoire : La régulation publique des activités économiques 1) La dette publique nationale : A/ Le poids de la dette publique sur la gestion nationale La problématique de la dette publique est centrale dans la gestion du pays comme dans le débat public. Le dossier traitant du sujet sur le site de la documentation française expose très bien la taille du problème : Or cette dette est en augmentation malgré la volonté constante des différents gouvernements de la résorber. B/ La pression du PSC européen Le Pacte de stabilité et de croissance (PSC) est l’instrument dont les pays de la zone euro se sont dotés afin de coordonner leurs politiques budgétaires nationales et d’éviter l’apparition de déficits budgétaires excessifs. Comme les contribuables et les entreprises ne sont pas ponctionables suffisamment, l’état doit entreprendre de réduire ses dépences. C/ Politique de réduction des dépenses D/ Méthodes envisagées: A/ L’évolution de la dette publique :

Tidiane N'Diaye et Colin Powell mêmes artilleries, même combat : mensonge et arabophobie Avant propos L'esclavage, à lui seul, est un traitement inhumain, absolument condamnable. Le drame de l’esclavage oriental n’a pas besoin des thèses xénophobes de Tidiane N'Diaye pour être mieux mis à jour. Épurée de son racisme anti-arabe primaire et anti-islamique, l’étude de Tidiane N'Diaye serait plus lisible et plus proche des faits historiques. Autant je dénonce l’esclavage quelqu'en soit l'échelle, autant je condamne l’instrumentalisation de l’histoire et sa falsification dans le seul but de briser l’union araboafricaine réelle et encore active contre l’ennemi commun : la discrimination multiforme (raciale, économique, sociale, politique, culturelle…). Il ne s’agit nullement de nier les faits avérés. La farce de Tidiane N'Diaye Tidiane N'Diaye transpose, sans aucune précaution méthodologique, les caractéristiques de la société esclavagiste, beaucoup plus récente, engendrée par le "Capitalisme Marchand" aux sociétés d’esclavage, plus anciennes. La société esclavagiste :

La France surendettée L’accroissement sans fond de la dette publique trouve son origine dans la réforme de la Banque de France du 3 janvier 1973, sous Georges POMPIDOU Georges Pompidou et Valery Giscard d'Estaing ont causé la crise de la dette publique en France ! Dans la loi portant sur la réforme des statuts de la banque de France, nous trouvons en particulier cet article 25 très court, qui bloque toute possibilité d’avance au trésor : « Le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l’escompte de la Banque de France. » Ce qui signifie que l’article 25 de la loi 73-7 du 3 janvier 1973 interdit à la Banque de France de faire crédit à l’État, condamnant la France à se tourner vers des banques privées et à payer des intérêts ; alors qu’avant cette loi, quand l’État empruntait de l’argent, il le faisait auprès de la Banque de France qui, lui appartenant, lui prêtait sans intérêt. Cela fait longtemps que ce problème de dette publique est connu. 40 ans de budgets en déficit... Rendre des comptes

L’austérité n’est pas la solution pour échapper au piège de la dette Tribune de Pierre Khalfa, co-président de la Fondation Copernic, co-animateur du Collectif pour un Audit citoyen de la dette, dans L’Humanité du 3 juillet 2012 La dette publique sert de prétexte à une régression sociale sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale. François Hollande a décidé de respecter l’engagement de Nicolas Sarkozy de réduire le déficit public à 3 % du PIB en 2013, puis d’atteindre l’équilibre budgétaire en 2017, avec pour conséquence des premières coupes drastiques dans les dépenses publiques. Pire, en voulant ratifier le pacte budgétaire, le pacte Merkozy, il condamne la France à une austérité permanente. Trois instituts économiques indépendants, OFCE (France), IMK (Allemagne) et Wifo (Autriche) ont ainsi chiffré à 7 points de PIB sur la période 2010-2013 son impact sur la croissance de la zone euro. Pourtant, il est possible de faire autrement. Comment donc sortir du piège de la dette ? Sortir du piège de la dette suppose d’agir à trois niveaux. Pierre Khalfa

Projet de refonte de la finance : l’architecture de base, par Jean-Claude Werrebrouck Projet de refonte de la finance : l’architecture de base, par Jean-Claude Werrebrouck Depuis la vague de contre-réformes du libéralisme, d’étroits intérêts privés sont les principaux bénéficiaires du système monétaire, qui est pourtant un fait social, dont l’existence n’est garantie qu’à la condition d’un adossement aux Etats, comme la crise de 2008 l’a durement rappelé. Aujourd’hui les fonctions de base du système : création, comptabilisation des échanges, intermédiation, couverture, sont assurées par le privé en une confusion des genres et des intérêts qui a permis à la finance d’accroître son poids - c’est-à-dire sa capacité de nuisance, son pouvoir de chantage sur le corps social - au delà de toute raison. par Jean-Claude Werrebrouck, 24 octobre 2011 Le premier acte d’une refonte réelle doit être la fin du marché de la dette publique en rétablissant l’autorité monétaire. La grande transformation des pouvoirs politiques et monétaires : la fin du marché de la dette publique

Déterminisme et prédictibilité Chacun a bien conscience que le résultat d’une course hippique est aussi imprédictible que la brisure d’un matériau, le trajet d’une molécule dans un gaz ou d’une poussière dans l’air. On en comprend aisément la raison. Chacun de ces phénomènes obéit bien sûr aux lois de la physique mais le désordre (grand nombre de résultats possibles) est trop important pour prédire. Par contre, quel n’a pas été l’étonnement des physiciens de constater qu’il en allait de même la matière fondamentale, y compris pour une seule particule dans le vide. Si la science tente de comprendre comment la matière, la vie, l’homme et la société ont été produits avec créations successives de nouveauté, elle se hasarde rarement à prévoir les suivantes ! Le déterminisme suppose en effet l’obéissance à des lois mais pas nécessairement la capacité de prédire. Vous pouvez vous dire : d’accord pour le moment on ne dispose pas de modèles suffisants pour prédire mieux mais on s’améliore et on va bientôt y parvenir.

Compteur dette publique France Sauvons la chapelle templière de Libdeau Dette publique de la France : euros Dette publique par habitant : « Un crédit vous engage et doit être remboursé. Sensibilisez vos amis : envoyez un lien vers cette page Comparaison internationale : Ratio dette publique / PIB. La France est le 20e pays le plus endetté au monde, par rapport à son PIB, parmi les 145 entités (sur 196 Etats) sur lesquelles la CIA publie des données (classement CIA au 6 septembre 2012). Sites officiels : Assemblée nationale & Sénat - MINEFI & AFT - Cour des comptes - DGCL - Sécurité sociale En juillet 2006, les données chiffrées (en % PIB et en €) agrégées de la dette et du déficit publics ne sont affichés sur aucun de ces sites ! En savoir plus : - 2005 : Aux 1100 milliards d'euros de dette publique aux normes européennes, il faut ajouter les engagements "hors bilan", dont les normes comptables internationales demandent la comptabilisation, soit au moins 900 milliards d'euros d'engagements au titre des retraites.

La création monétaire – un service public entre des mains privées Par Fabien Hassan, contributeur invité La façon dont la monnaie entre et sort du circuit économique est un élément crucial pour résoudre certains des problèmes majeurs de notre société. Il est donc surprenant que la sensibilité à ces questions soit si faible, malgré l’attention suscitée par les politiques non conventionnelles des banques centrales. Dans cet article, notre contributeur invité, Fabien, présente les idées, révolutionnaires ou pas, qui redonneraient du sens au système monétaire. “Nous pourrions laisser les banques libres, en tout cas bien plus libres qu’elles ne le sont maintenant, de prêter l’argent comme elles l’entendent, si nous leur interdisions de créer la monnaie qu’elles prêtent." Irving Fisher, 1936 Depuis 2008, gouvernements et parlements ont été confrontés à une série d’urgences financières. Il suffit de regarder la dette publique, qui n’est qu’une fraction de l’ensemble des dettes dans l’économie. Pourquoi, dans ce cas, les marchés sont-ils si calmes ? Références

191 – AJ Holbecq: L’arnaque de la dette Article paru sur le site de "Debout La République" le mardi 10 mai 2011 La réactualisation des données de la dette publique à fin 2010 est sur le site "dette et monnaie" Jusqu’en 1973, lorsque l’État avait besoin de trésorerie, il demandait à la Banque de France de le financer, de la même manière que procède toute entreprise ou ménage envers sa banque commerciale : en lui signant une « reconnaissance de dette ». L’exception européenne C’est à Valéry Giscard d’Estaing, alors ministre des finances, que nous devons la loi du 3 janvier 1973 dont l’article 25 précisait "Le trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l’escompte de la Banque de France", interdisant donc le financement direct de l’État par la Banque de France. Cette loi a été confirmée par l’article 104 du Traité de Maastricht – devenu 123 du Traité de Lisbonne. L’augmentation annuelle de cette dette publique de 1980 à fin 2009 correspond, bon an mal an, aux intérêts de la dette, dans un effet boule de neige.

LibreOffice Productivity Suite - The Document Foundation Choose your operating system: <small><a href="/download/download/?type=deb-x86_64&version=6.3.1&lang=en-US">Linux x86_64 (deb)</a><br /><strong>Linux x86_64 (rpm)</strong><br /><a href="/download/download/?type=mac-x86_64&version=6.3.1&lang=en-US">Mac OS X x86_64</a><br /><a href="/download/download/?type=win-x86&version=6.3.1&lang=en-US">Windows x86</a><br /><a href="/download/download/?type=win-x86_64&version=6.3.1&lang=en-US">Windows x86_64</a><br /></small> DOWNLOADTorrent, Info 6.3.1If you're a technology enthusiast, early adopter or power user, this version is for you! Supplementary Downloads: Help for offline use: English (US) (Torrent, Info) need another language? <small><a href="/download/download/? DOWNLOADTorrent, Info 6.2.7This version is slightly older and does not have the latest features, but it has been tested for longer. Help for offline use: English (US) (Torrent, Info) need another language? SDK and Sourcecode Download the SDK Download the Sourcecode Operating Systems

Related: