background preloader

Le style de direction consultatif chez fenwick

Le style de direction consultatif chez fenwick
Related:  Les styles de direction

L’impact de la normalisation sur le management de l’entreprise « Définir des standards opératoires et les enseigner aux opérateurs constituent des responsabilités primordiales de la maîtrise dans une usine, au même titre que, dans une équipe sportive, il est de la responsabilité de l’entraîneur de former les joueurs à la maîtrise des gestes techniques élémentaires » nous dit Taïchi Ohno dans son ouvrage « L’Esprit Toyota ». Ainsi, il apparaît fondamental, pour les organisations, d’élaborer des procédures normalisées puis de former l’ensemble des collaborateurs au respect de leur mise en œuvre afin d’être assuré d’avoir toujours recours aux bonnes pratiques. Pourtant, par le passé, certaines sociétés américaines n’ont pas cru bon d’appliquer la normalisation qui s’imposait dans leur domaine d’activité. C’est ainsi que, dans celui de la finance, le non-respect des normes a plongé certaines d’entre elles au cœur d’un scandale. En 2010, J.C. C’est pourquoi, on peut se poser la question suivante : A/ Un management orienté processus E. H. H. I. M.

Thierry Marx : "La violence ne fait pas partie de la culture de la cuisine" Dans les fauteuils rouges emblématiques de Complément d'enquête, pour le premier entretien de la saison, c'est le chef étoilé du Sur Mesure, le restaurant du Mandarin oriental, à Paris, qui fait face à Nicolas Poincaré. Thierry Marx est venu réagir à notre enquête sur les violences en cuisine et donner son sentiment sur un phénomène de moins en moins étouffé... Impressionnantes, les violences en cuisine ! La violence ferait partie de la culture de la cuisine, à tous les niveaux ? Sans parler des coups de genou, brûlures... la violence verbale est-elle acceptable ? D'où ce paradoxe : dans un univers de luxe absolu, à quelques mètres des clients qui bénéficient d'un service parfait, ça trime, ça souffre... Sexisme, machisme existent aussi ? Ledoyen, Robuchon... les plaintes se multiplient depuis un an. La pression qui cause toute cette peur, c'est aussi l'étoile : si on la perd, on perd une partie considérable de son chiffre d'affaires...

Voici comment les grandes entreprises motivent leurs salariés Travailler chez Google, Microsoft ou Facebook, ça en fait rêver plus d’un. Dans la majorité des classements sur les entreprises où il fait bon travailler, ces multinationales caracolent généralement en tête de liste. Question d’image, de moyens financiers mis à disposition, de fidélisation des employés et d’attraction des meilleurs talents de ce monde. Et oui car pour attirer les meilleurs candidats, il faut les choyer, leur proposer des avantages qu’ils ne trouveront pas ailleurs, les faire se sentir unique, leur montrer que l’entreprise est (quasiment) prête à tout pour qu’ils se sentent bien. Mais comment font ces multinationales pour motiver leurs salariés? Motivation au travail rime avec avantages! Voici une infographie très complète réalisée par NexGeneration sur la manière dont ces grandes entreprises motivent leurs collaborateurs. Avantage proposés aux salariés de Google, Airbnb ou encore Facebook (Source: Nextgeneration) Les grandes entreprises ne s’y trompent pas.

A Montauban, Poult se revendique biscuiterie «libérée» C'est l'une de ces rares entreprises qui se revendiquent "libérées": le groupe français Poult, fabricant de biscuits sucrés pour la grande distribution, mise sur "l'autonomie et la responsabilité" de ses salariés, depuis sept ans à Montauban. "L'homme est au coeur du système", affirme un schéma placardé dès l'entrée de l'usine du Tarn-et-Garonne, d'où sortent chaque jour 120 tonnes de barquettes, nappés chocolat ou mini-tartelettes. Sur les neuf lignes de production qui tournent 24 heures sur 24, les ouvriers voient aussi défiler toutes sortes de chercheurs et d'entrepreneurs, curieux d'étudier le "système participatif d'amélioration continue" appliqué depuis 2007. "Pour résumer, on ne considère plus les ouvriers comme des exécutants, ils décident eux-mêmes ce qu'ils doivent faire sur les lignes, sans attendre un chef", commente Sylvain Pineau, 35 ans, rebaptisé "animateur", plutôt que "directeur" d'une des quatre unités de production. - "plus de grève" -

"Complément d'enquête" : Violences en cuisine, la confession d'un chef Cadences infernales, insultes, climat de tension extrême... la vie derrière les fourneaux des grands restaurants n'est pas forcément de tout repos. Si les victimes commencent à parler, l'omerta reste difficile à briser, surtout chez les chefs. Un seul a accepté de rencontrer l'équipe de Complément d'enquête. Jean-Marie Lepeltier tient un restaurant gastronomique à Angers. "Oui, oui, j'étais gueulard, impulsif. Pression du service, sentiment de toute-puissance... Autre exemple ? Par la suite, devenir patron à son tour a obligé Jean-Marie à modifier ses méthodes. Save est passé de 3 collaborateurs à plus de 150 en 1 an - StartupBegins StartupBegins « Quand j’avais 16 ans, mes amis faisaient du baby sitting. Moi je faisais de la réparation d’ordinateurs » Le déclic Damien Morin Pour la petite anecdote, ça fait longtemps que je répare. « Save My Smartphone, c’est une entreprise qui fait de la réparation de smartphones et de tablettes » Le Pitch Damien Morin Save My Smartphone c’est une entreprise qui fait de la réparation de smartphones et de tablettes. A qui s’adresse Save My Smartphone? Damien Morin Il s’est vendu en 2014, dans le monde, 1, 3 milliards de smartphones. Sur notre marché, on a détecté trois grandes propositions de valeurs. « On est passé, en un an, de trois collaborateurs à plus de 150 » Les coulisses de la Startup Damien Morin Il y a deux ans et deux mois, j’ai créé une première boutique dans le 16 ème arrondissement à Paris. On fait partie en plus de l’écosystème de The Family. « il est important de recruter les bonnes personnes et d’avoir un cash management bien géré » L’équipe L’univers startup Les prochaines étapes

6 styles de leadership et leurs effets | Kolibri coaching - Business coaching - Accompagnement à la réussite Le leadership, ce qui fait un bon leader, c’est un ensemble de qualités personnelles et de compétences relationnelles. Nous avons vu celles répertoriées par Goleman, Boyatzis et McKee dans l’article Leadership : quelles sont vos qualités de leader. Restons avec Daniel Goleman pour voir quels styles de leadership il a identifiés, et décrits dans la Harvard Business Review*. Cet article inaugure une série sur le Leadership. Voici ces 6 styles de leadership, 6 approches différentes : Leader Directif (Coercive) Leader Chef de file (Pacesetting) Leader Visionnaire (Authoritative) Leader Collaboratif (Affiliative) Leader Participatif (Democratic) Leader « Coach » (Coaching) Précisons d’emblée que ces styles ne sont pas des types exclusifs, mais au contraire des tendances à combiner pour être un bon leader. Leader Directif (Coercive) C’est le style le plus autoritaire. Le leader directif laisse peu de place aux initiatives : il impose les actions à mener, sans expliquer la vision globale. A vous !

Le coworking s’étend partout en France : les raisons de s’y mettre Qu’ont en commun les termes Mutinerie, Beeotop, Ruche, Usine, Bocal, Vaisseau, Kabane, Arrêt Minute? Réponse: ils qualifient des espaces de coworking, lieux de travail partagés qui rassemblent des professionnels de tout horizon. Alors que le premier du genre a vu le jour à Paris en 2008, il en existe maintenant plus de 200 à travers la France. L’occasion de revenir sur les raisons d’une telle diffusion. Partager plus que de l’espace Loin de s’apparenter à de simples espaces de bureaux partagés, les espaces de coworking offrent un type d’organisation du travail qui permet de partager un réseau de travailleurs encourageant l’échange et l’ouverture. A Belfort par exemple, l’Usine permet aux coworkers d’expérimenter de nouvelles formes de travail et d’intelligence coopératives au sein d’un éco-système d’entreprises. Développer des atouts pour l’entreprise Les entreprises ont tout à gagner à tester la formule. Aperçu de l’étage chez 50 Partners – Photo: 50 Partners Redynamiser un territoire

Related: