background preloader

Les styles de direction

Facebook Twitter

Style de direction - LIKERT. Introduction : Professeur de psychologie industrielle à l’Université du Michigan aux Etats-Unis, Rensis Likert (1903-1980) conduit des recherches sur les attitudes et les comportements humains au travail. […] I – Les styles de direction A – Les styles de direction selon Rensis Likert Professeur de psychologie industrielle à l’Université du Michigan aux Etats-Unis, Rensis Likert (1903-1981) conduit des recherches sur les attitudes et les comportements humains au travail. […] Il cherche à comprendre dans quelle mesure la nature des relations entre supérieurs et subordonnés peut conduire à des résultats très différents dans un contexte organisationnel identique.

Style de direction - LIKERT

Les différents styles de direction. La stabilité émotionnelle : une compétence clé des managers. « J’ai été nommé manager car j’avais une solide expertise technique.

La stabilité émotionnelle : une compétence clé des managers

Je pensais que cela suffirait à encadrer une équipe », nous raconte Charles, responsable juridique au sein d’un groupe bancaire. Penser que la seule compétence technique puisse suffire à manager une équipe est une erreur communément partagée par les directions d’entreprise. Dans les faits, un bon commercial fait rarement un bon responsable des ventes. Pour combler cette lacune, certaines directions proposent à leurs cadres nouvellement nommés des formations aux techniques de management : communication, conduite d’entretien, animation de réunions, etc. Quid des anciens ? Les compétences acquises s’avèrent peu utiles, quand le manager n’est pas stable émotionnellement. . « Six mois après ma nomination, j’ai du mettre en œuvre un changement d’organisation du travail au sein de mon service.

Diriger animer finaliser et controler. WebJT 4 - Faut-il ré-inventer le leadership ? (Home Page) sur La WebTV du Management. Occasion de faire le point sur les tendances de l’activité, mais aussi d’échanger sur les problématiques de recrutement, comportement clients ou encore de gestion des cabinets, notre petit déjeuner de rentrée se déroulera mercredi 5 octobre 2016.

WebJT 4 - Faut-il ré-inventer le leadership ? (Home Page) sur La WebTV du Management

Grille de BLAKE et MOUTON. Le modèle de Blake et Mouton est un outil qui permet de cartographier rapidement et cerner les styles génériques de management.

Grille de BLAKE et MOUTON

Cette matrice s'articule autour de 2 axes : l'intérêt pour la production (ou les résultats) en abscisses, et l’intérêt pour l'élément humain en ordonnées. La grille est découpée en 9 valeurs pour chaque axe. Le résultat de cette analyse est la mise en valeur de 5 styles prédominants de manager (le premier chiffre donne la valeur pour le degré d'orientation "production", le second pour l'humain) : (1-1) "Laisser faire" : le partisan du management laxiste.

Ce profil évite toute situation difficile (conflits, confrontations...). Leadership appréciatif. Initialement introduit par Srivastva et Cooperrider (1987), le leadership appréciatif est basé sur les fondamentaux du constructivisme social.

Leadership appréciatif

Le leadership appréciatif se concentre à comprendre, à apprendre et à s'appuyer sur ce qui fonctionne plutôt que ce qui ne va pas dans le milieu du travail. Il apprend à chaque individu dans la société à être des leaders, à s'apprécier comme leaders dirigeants, à explorer les conditions qui donnent cette idée et cette énergie pour imaginer son avenir en tant que leader. Selon la définition du mot apprécier, il existe 4 façons de définir ce mot. En premier, apprécier représente l'acte de reconnaître le meilleur chez les gens ou le monde autour de soi.

En second lieu, apprécier consiste à affirmer les atouts passés et présents, les réussites et les potentiels. La grille de Blake et Mouton. La grille de Blake et Mouton est un outil simple pour comprendre les caractéristiques, et surtout les conséquences, de notre style d'encadrement.

La grille de Blake et Mouton

Le manager autocratique organise le travail en solitaire, le distribue, surveille l'exécution et contrôle les résultats. Le manager démocratique au contraire aide ses subordonnées à s'organiser et n'exerce qu'un faible degré de pression hiérarchique. pour des tâches simples et répétitives (indsutrielles ou administratives), il paraît en effet obtenir les meilleurs résultats. mais cette opposition, dans beaucoup d'autres types d'activité, s'avère à l'observation un peu trop manichéenne : certains managers très dirigistes obtiennent d'excellents résultats, au contraire de certains autres, pourtant très participatifs. Kolibri coaching - Business coaching - Accompagnement à la réussite. Le leadership, ce qui fait un bon leader, c’est un ensemble de qualités personnelles et de compétences relationnelles.

Kolibri coaching - Business coaching - Accompagnement à la réussite

Nous avons vu celles répertoriées par Goleman, Boyatzis et McKee dans l’article Leadership : quelles sont vos qualités de leader. Les effets pervers d'un style de direction par objectifs. Les fondements de l'autorité renault. Introduction aux 4 styles de management. Les Style de management et de Leadership. Le style de direction autoritaire chez carglass. Carglass (La mise à mort du travail - Extraits) Style paternaliste Alain de Krassny: un patron à l'ancienne. Le style de direction consultatif chez fenwick. BISCUITERIE POULT ou comment pousser le management participatif encore plus loin. Auchan : style de direction participatif.

Vincent Ferry, "intouchable" patron de PME. Les leçons de management de Star Wars. Star Wars ou La Guerre des étoiles.

Les leçons de management de Star Wars

Le discours à contre-courant du PDG de Danone à HEC. Entreprises : le nouveau paternalisme? Coulisses des grands restaurants: le cauchemar en cuisine. Thierry Marx, Grand chef cuisinier et notre témoin de questions de transmission et de management. Thierry Marx : "La violence ne fait pas partie de la culture de la cuisine" Dans les fauteuils rouges emblématiques de Complément d'enquête, pour le premier entretien de la saison, c'est le chef étoilé du Sur Mesure, le restaurant du Mandarin oriental, à Paris, qui fait face à Nicolas Poincaré.

Thierry Marx : "La violence ne fait pas partie de la culture de la cuisine"

Thierry Marx est venu réagir à notre enquête sur les violences en cuisine et donner son sentiment sur un phénomène de moins en moins étouffé... Impressionnantes, les violences en cuisine ! C'est l'enfer ? "Ce sont des comportements qui existent, et qui sont dus à la peur, finalement. Peur de ce chef qui braille sur tout le monde parce qu'il n'est pas au point... La violence ferait partie de la culture de la cuisine, à tous les niveaux ? Sans parler des coups de genou, brûlures... la violence verbale est-elle acceptable ?

D'où ce paradoxe : dans un univers de luxe absolu, à quelques mètres des clients qui bénéficient d'un service parfait, ça trime, ça souffre... "Complément d'enquête" : Violences en cuisine, la confession d'un chef. Cadences infernales, insultes, climat de tension extrême... la vie derrière les fourneaux des grands restaurants n'est pas forcément de tout repos.

"Complément d'enquête" : Violences en cuisine, la confession d'un chef

Si les victimes commencent à parler, l'omerta reste difficile à briser, surtout chez les chefs. Un seul a accepté de rencontrer l'équipe de Complément d'enquête. Jean-Marie Lepeltier tient un restaurant gastronomique à Angers. Tout en dirigeant son équipe derrière son plan de travail, ce fort en gueule avoue quelques excès dont il n'est pas bien fier... Avant le numéro du 3 septembre consacré aux violences en cuisine, voici sa confession. "Oui, oui, j'étais gueulard, impulsif. Pression du service, sentiment de toute-puissance... Autre exemple ? Par la suite, devenir patron à son tour a obligé Jean-Marie à modifier ses méthodes.