background preloader

Managers, comment prendre le pas du Réseau Social d’Entreprise ?

Managers, comment prendre le pas du Réseau Social d’Entreprise ?
Pour toucher 50 millions d’utilisateurs, il a fallu 38 ans à la radio, 13 ans à la télévision, 4 ans pour internet, 3 ans pour l’iPod… tandis que Facebook a conquis 100 millions de membres en moins de 9 mois. Au-delà de leur adoption massive par les internautes, la transparence véhiculée par ces réseaux de communication a bouleversé notre société. Les exemples sont multiples, notamment la place de ces nouveaux canaux de communication dans les révolutions arabes ayant permis aux militants de s’organiser en court-circuitant le système de censure en place.Cette démocratisation de l’accès et de la diffusion de l’information s’impose comme véritable trame de fond de notre société et gagne progressivement les milieux professionnels avec l’introduction de nouveaux outils collaboratifs. L’émergence des Réseaux Sociaux d’Entreprise Les réseaux sociaux d’entreprise (RSE) sont au service de l’innovation. Le manager au centre du RSE Chronique rédigée par Thomas Rougeau et Gladys Lioné Related:  reseau social d'entreprisedirection et management

Les 10 avantages d'un réseau social d'entreprise pour une PME Sommaire1. Une alternative à l'improductivité des e-mails2. Des outils aux coûts faibles et faciles à utiliser3. Un « mode projet » plus efficace4. La détection de talents et l'émulation des équipes5. 1. Dans les entreprises, chacun sait que les e-mails peuvent devenir contre-productifs (cf Entreprise 2.0 : de l'entreprise étendue à l'entreprise détendue ?). 2. Les plateformes collaboratives, parmi les plus performantes, sont accessibles instantanément, via Internet. 3. Les dossiers thématiques et les groupes se constituent en quelques minutes sur une plateforme collaborative. 4. Dès lors qu'une PME a des effectifs de plusieurs dizaines ou centaines d'individus, un RSE ou une plateforme collaborative permettent de détecter les individus talentueux. 5. Un RSE ou une plateforme collaborative s'imposent si les équipes de l'entreprise sont dispersées, au niveau national ou international. 6. 7. 8. 9. 10.

Technologies digitales et ressources humaines La fonction Ressources Humaines est soumise aux effets d’une double évolution technologique, sur laquelle elle doit s’appuyer pour augmenter son influence et son impact au sein de l’entreprise, pour le plus grand bien des collaborateurs comme des résultats financiers. Nous parlons bien sûr de la double évolution des technologies digitales. La première évolution est celle de ses propres systèmes RH, qui évoluent à partir de l’antique SIRH pour intégrer de nouvelles applications, rendant plus agréable et plus pertinente l’expérience des utilisateurs. Il s’agit là de l’intégration des applications telles que Taleo, Workday ou SuccessFactors aux systèmes TI de la fonction RH. L’impact fondamental est l’entrée de l’employé comme acteur dans des systèmes de workflow (ses actions sont prédéfinies). L’évolution liée aux technologies sociales va au-delà des limites de la fonction RH, en ce qu’elles vont durablement impacter l’expérience-employé dans l’entreprise.

La qualité relationnelle, pilier du management au 3° millénaire Par Jean-Louis Lascoux1 La qualité relationnelle semble être devenue l'un des piliers du savoir-faire en management. Dans un souci de pérennisation des organisations, il appartiendrait aux professionnels des ressources humaines de lui faire toute la place qui lui revient. Cette thématique, issue de la médiation professionnelle, devrait interpeller chaque dirigeant d’entreprise. Il est désormais convenu qu’on « ne dirige plus les hommes comme avant ». Aujourd’hui, la quête éducative ne simplifie pas le travail des enseignants eux-mêmes formés à la vieille école. Des organisations très hiérarchisées ont bousculé leur modèle pour faire entrer le dialogue social et la qualité relationnelle en vue de comprendre les phénomènes de désobéissance associés à l’implication, de prévenir les risques de démotivation, de découragement, voire d’écœurement professionnel. Alors, on n’exerce plus une autorité sans être interpellé sur ses éventuelles conséquences collatérales. N’allons pas trop vite.

Marketing & Innovation | Marketing, stratégie, innovation et médias sociauxMarketing & Innovation | Marketing, stratégie, innovation et médias sociaux Télétravail – Quoi ? Combien ? Où ? Et la polémique Notre partenaire Zevillage nous a alertés récemment sur une contestation des chiffres du télétravail, un sujet que nous suivons régulièrement du fait de notre intérêt pour le sujet depuis de nombreuses années. “Depuis 2012, le code du travail définit précisément le télétravail: un travail qui « aurait également pu être exécuté dans les locaux de l’employeur », mais effectué « hors de ces locaux de façon régulière et volontaire » et encadré par un avenant au contrat de travail. Le télétravail c’est la santé Le concept d’ “ergostressie » a été créé par Yves Lasfargue, créateur et animateur de l’Obergo. souvent décrit comme sociologue dans les journaux, ce titre ne figure pas pour autant dans son CV en ligne et cette activité sociologique ne semble pas être pratiquée dans le cadre d’un organisme reconnu (CNRS, EHESS…). L’important est que ce message ne soit pas brouillé par des explications nuancées ou alambiquées.

1 500 salariés et 0 manager : le pari de Zappos.com Réunion de "monkeys", les dirigeants de Zappos.com © Robert Scole Zappos.com, un marchand de chaussures en ligne, veut en finir avec l’organisation pyramidale. L’entreprise, qui emploie 1 500 personnes, vient de choisir un nouveau modèle de gouvernance, l’« Holacracy », qui doit conduire à un réagencement total de sa hiérarchie. Exit les managers. Bureaux de Zappos à Las Vegas © TechCocktail C’est la première fois qu’une entreprise de cette taille se convertit à la doctrine holacratique. Avec une équipe de 350 personnes sous ses ordres à l’époque, Christophe Mistou a tenté l’expérience en tant que directeur commercial chez Castorama. « On perdait trop de temps en réunions, en rivalités d’égo, en luttes de pouvoir. Revenu universel, un rêve pas si fou ?

Le réseau social d’entreprise : outil efficace ou incompris? « ReaClic | Blogs d'entreprises, Community Management, Veille, Formations aux Réseaux Sociaux Depuis quelques années, l’entreprise a vu apparaître un nouvel outil à son service: le réseau social d’entreprise (RSE). Bien que son utilité ait été démontrée, il reste quelques ajustements à effectuer afin d’en améliorer l’efficacité. La connaissance au centre de la productivité Les entreprises à s’équiper de réseaux sociaux sont de plus en plus nombreuses. Le knowledge management, ou gestion des connaissances, est l’ensemble des méthodes utilisées par une organisation afin de partager les connaissances de tous les acteurs agissant au sein d’une même entreprise. CRM et réseau social professionnel intégrés Les fonctionnalités du RSE sont multiples et diverses. Bien que le gain de productivité et d’efficacité ait bien été prouvé, le réseau social d’entreprise a ses limites. Malgré le manque de recul auquel les entreprises font face quant à son efficacité, le réseau social d’entreprise séduit dans bon nombre de pays mais pas pour les mêmes raisons.

Médias sociaux : six compétences que tout dirigeant se doit de maîtriser Rares sont les domaines dans les entreprises et dans la société à n’avoir pas été affectés par la révolution des médias sociaux alors même que celle-ci a démarré il y a moins d’une décennie. De nombreuses entreprises ont réagi à cette nouvelle donne, prenant la pleine mesure de la force et du potentiel que ces technologies représentent pour leur organisation : ainsi, des wikis permettent une collaboration virtuelle plus efficace dans des projets transversaux ; des blogs internes, des fora de discussion et des chaînes YouTube encouragent les échanges, avec un partage tant des savoirs que des vues d’ensemble de chacun ; des campagnes virales sophistiquées permettent d’engager la relation avec les clients et de les fidéliser ; des produits de prochaine génération sont co-développés grâce à des processus d’innovation ouverte ; et enfin des dirigeants travaillent à définir leur stratégie d’entreprise 2.0. Mais les médias sociaux ajoutent de nouvelles dimensions à ces caractéristiques. 1. 2.

Dominique Turcq : “Le manager peut devenir beaucoup plus stratégique qu’avant” Dominique Turcq, spécialiste de l’impact du digital, des réseaux sociaux et des communautés de professionnels sur les pratiques managériales et stratégiques, est l'auteur du concept de management augmenté : l'Atelier de l'emploi l'a rencontré pour dresser le portrait du manager de demain, dans des entreprises au pouvoir toujours plus décentralisé... A nouveau monde, nouveau manager. La société devient collaborative, un vaste mouvement vers moins de hiérarchisation et plus d’”horizontal”, auquel les entreprises n’échapperont pas. L’avènement de l’entreprise “2.0″, agile ou “100% web, 100% mobile”, est communément considéré comme inéluctable. Le numérique transforme et augmente nos réalités… et les managers aussi ! Des “Apps” pour customiser le manager Aujourd’hui, tous les utilisateurs de smartphone choisissent dans des “magasins d’applications” certains logiciels, et pas d’autres, se créant une boîte à outils personnalisée à l’extrême. “L’entreprise ne sera jamais seulement horizontale”

13 freins et obstacles à l’adoption des Réseaux Sociaux d’Entreprise (#RSE) Tout comme les dispositifs de veille, la mise en place d’un réseau social d’entreprise (RSE) ne s’improvise pas, et nécessite un certain nombre de prérequis pour augmenter les chances de sa réussite et sa viabilité dans le temps pour l’ensemble de l’organisation. Plusieurs freins sont en effet à l’origine de blocages dans l’adoption des RSE malgré les efforts fournis, et ils trouvent majoritairement leur origine dans le rapport de l’entreprise à la notion de collaboration. A ce titre, voici une liste non exhaustive des freins et obstacles fréquemment rencontrés lors de la mise en place d’un RSE. Il est à noter que ces freins ne sont pas complètement indépendants, et majoritairement, c’est un ensemble d’obstacles qui justifient l’échec du projet, et non pas un seul et unique paramètre. La connaissance c’est le pouvoir : certains trouvent et justifient leur légitimité par l’accès à certains types d’informations qu’ils n’ont pas envie de partager, par crainte de perte de pouvoir interne.

[JFD] Le digital brise-t-il les barrières entre le manager et son équipe ? Face aux mutations vers une société numérique, des bouleversements hiérarchiques sont en train de se mettre en place. Le manager devient-il une espèce en voie d'extinction ? Ou devra-t-il réaffirmer sa position ? La révolution du numérique évoqué par Gilles Babinet est bien en cours mais quel impact aura le numérique sur le management de demain ? C’est à cette question que tentait de répondre les intervenantes* de la table ronde animée par L’Atelier lors de la Journée de la Femme Digitale. Mutation de l’organisation En effet, avec le développement des réseaux sociaux, des échanges, des habitudes, le digital impose une profonde réforme du modèle classique de management et de ce fait du rôle du manager. Le digital manager Mais si c’’est à travers le groupe qu’il faut penser désormais,il faut toutefois que le manager n’oublie pas sa place : "le manager doit enthousiasmer ses équipes, influer, inspirer et favoriser les échanges" poursuit la DG de Pinterest.

Changer de sémantique pour réussir son réseau social d'entreprise par @arayrole #e20#?xtor=RSS-28#?xtor=RSS-28#?xtor=RSS-28 01Business le 11/09/13 à 10h00 Développer les usages collaboratifs et sociaux sur RSE commence par adopter la bonne démarche. 1. Déployer un RSE consiste avant tout à développer les usages dans un nouveau paradigme : chacun dispose d'une identité numérique, d'un espace d'expression, l'information circule en flux et au travers des liens créés entre les personnes. 2. Il ne faut pas sauter d'étape et considérer au départ que l'objectif doit être vendu aux participants. La nature du porteur de la cause pèse également, sa crédibilité et sa sincérité seront évaluées par les autres. 3. Mesurer les progrès fournit des ressources supplémentaires à l'équipe projet. Vous voilà parés pour donner envie à vos collègues d'aller vers de nouvelles formes de collaboration. Arnaud Rayrole Fondateur et dirigeant de Lecko (ex-Useo), cabinet de conseil en organisation et nouvelles technologies.

Les DRH doivent-ils intégrer la RSE dans leur stratégie ? La société Nielsen a publié une étude sur la perception qu’ont les consommateurs de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE). Pour cela, près de 29 000 personnes provenant de 58 pays différents ont été interrogées. L’analyse de cette étude révèle que la moitié des consommateurs veulent récompenser les entreprises qui appliquent une démarche de RSE. L’Europe : dernière de la classe en RSE Contrairement à ce qu’on pourrait penser, l’Europe et plus particulièrement la France ne se soucient pas beaucoup de la RSE. Seulement 31 % des Français interrogés se révèlent sensibles à la RSE alors qu’en Inde, en Indonésie, en Thaïlande et aux Philippines, plus des deux tiers des personnes accepteraient de payer plus pour des produits provenant d’entreprises fortement engagées dans cette problématique. Les plus mauvais élèves européens seraient la France, la Hollande, la Belgique et la Finlande. Les consommateurs montrent un intérêt croissant pour la RSE .Gwenaëlle de Parlons RH

Les 12 habitudes des organisations collaboratives | Education et TICE A quoi servent les réseaux sociaux d'entreprises ? Que ce soit dans la presse généraliste ou spécialisée, les réseaux sociaux comme Facebook font régulièrement l’objet d’articles et c’est bien normal tant ces derniers changent la manière de communiquer des organisations. Les initiatives en matière de réseaux sociaux d’entreprise (RSE) aussi appelés réseaux sociaux interne (RSI) jouissent eux d’une visibilité beaucoup plus relative dans les médias. Pourtant un RSE n’est pas autre chose qu’une plateforme web dotée de fonctions communautaires et qui peut parfois concerner plusieurs dizaines de milliers de salariés. Alors un RSE à quoi ça sert concrètement ? A quoi sert un réseau social d’entreprise ? A casser la hiérarchie des organisations…. Aujourd’hui, une majorité des entreprises ont des modèles organisationnels qui ne sont plus adaptés au monde contemporain. …. pour améliorer la productivité des salariés. Cette lourdeur des entreprises empêche les salariés d’être plus efficients dans leur travail. 2. 1. « Je n’en vois pas l’intérêt. » 3.

Related: