background preloader

Filles et garçons sur le chemin de l'égalité, de l'école à l'enseignement supérieur

Filles et garçons sur le chemin de l'égalité, de l'école à l'enseignement supérieur
Rédaction en chef : Boubou Traore L’essentiel Cette publication reflète l’engagement du système éducatif dans les objectifs de mixité et d’égalité, objectifs déclinés dans la convention interministérielle pour 2013-2018. Elle constitue un état de situation national, que les acteurs locaux peuvent décliner au niveau académique et au niveau des établissements scolaires. Plusieurs constats peuvent être tirés de ces données. Tout d’abord, les garçons réussissent toujours moins bien que les filles à l’école. Les filles obtiennent plus souvent le baccalauréat et plus souvent avec une mention « bien » ou « très bien », notamment en série S. Cette réussite scolaire des filles ne se traduit pas systématiquement par une meilleure insertion professionnelle. Enfin, des différences persistent dans l’orientation et le choix des spécialités. Dans le même temps, les femmes sont nettement plus souvent diplômées de l’enseignement supérieur. Repères Related:  Egalité hommes / femmes ; filles / garçons

Normes de minceur - Comparaison internationale La corpulence des femmes et des hommes varie fortement dans le monde. Les pratiques alimentaires et les activités physiques jouent un rôle important, mais les normes corporelles ont aussi une influence. Utilisant une enquête sociale internationale sur la corpulence idéale dans 13 pays de 4 continents, Delphine Robineau et Thibaut de Saint Pol analysent les variations des idéaux corporels entre pays. Résumé (cliquez sur +) La valorisation de la minceur est plus ou moins forte selon les pays, et peut s'imposer davantage à l'un ou l'autre sexe. On peut distinguer quatre groupes de pays : ceux majoritairement européens telle la France, où la pression de la minceur est plus forte sur les femmes que sur les hommes. Sommaire (cliquez sur +) Des idéaux de minceur différents pour les hommes et les femmesQuatre pays emblématiques d'un rapport à la minceurCorps réel et corps désirable : une dissonance ?

actes et conférences L'égalité des filles et des garçons Archive - Dernière mise à jour le 19 novembre 2013 Basé sur les recherches récentes dans les différentes sciences, sociales ou biologiques, et sur les expériences des acteurs de terrain, un séminaire national sur l'égalité filles-garçons dans le système éducatif s'est tenu le 28 mars 2008 à Esen avec l'objectif d'apporter aux cadres de l'éducation nationale des éléments de réflexion sur la diversification de l'orientation des filles et des garçons et l'impact de la mixité sur les comportements des élèves. "Le cerveau a-t-il un sexe ?

Haut Conseil à l'Egalité entre les femmes et les hommes www.ined.fr/fichier/s_rubrique/22685/population.societes.2014.517.inegalites.genre.fr.pdf Les enjeux de l'égalité filles-garçons Une obligation légale L'École compte parmi ses missions fondamentales celle de garantir l'égalité des chances des filles et des garçons. C'est le sens des articles L. 121-1 et L. 312-17-1 du code de l'éducation qui disposent que l'École contribue, à tous les niveaux, à favoriser la mixité et l'égalité entre les femmes et les hommes, notamment en matière d'orientation, ainsi qu'à la prévention des préjugés sexistes et des violences faites aux femmes. La loi du 8 juillet 2013 est venue rappeler que la transmission du respect de l'égalité entre les femmes et les hommes se fait dès la formation dans les écoles élémentaires. Concrètement, l'action du ministère en matière d'égalité s'inscrit dans le cadre de la convention interministérielle pour l'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif, 2013-2018. La convention interministérielle pour l'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif Les objectifs

En finir avec la fabrique des garçons Pour ce premier Top10 de l'été, on se demande si les difficultés scolaires des garçons au collège ne trouvent pas leur origine dans les messages paradoxaux qu'ils reçoivent pour la construction de leur identité masculine. Une fois par mois, retrouvez sur notre site les Inédits du CNRS, des analyses scientifiques originales publiées en partenariat avec Libération. Quelque chose ne tourne pas rond chez les garçons. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : au collège, ils représentent 80 % des élèves sanctionnés tous motifs confondus, 92 % des élèves sanctionnés pour des actes relevant d’atteinte aux biens et aux personnes, ou encore 86 % des élèves des dispositifs Relais qui ­accueillent les jeunes entrés dans un processus de rejet de l’institution scolaire. Tous ces garçons ont-ils des problèmes, des troubles du comportement et/ou de l’apprentissage ? Eh bien non, loin s’en faut. L’injonction sociale à la virilité Cette fabrique des garçons se prolonge hors de l’école. En librairie :

Sociologie de la délinquance - Laurent Mucchielli, Anne-Marie Arborio, Olivier Martin Réseau des chargés de mission académiques La mission des référents égalité filles-garçons Dans chaque académie, une ou deux personnes sont nommées par la rectrice ou le recteur comme chargé-e-s de mission égalité filles-garçons. Cette mission consiste à coordoner la mise en œuvre de la politique éducative en faveur de l'égalité entre les filles et les garçons à l'école, en relation avec la Mission nationale "Prévention des discriminations et égalité fille-garçon" et les partenaires locaux (associations, entreprises, autres services de l'État). Contacter le référent académique Les équipes éducatives et les partenaires peuvent les contacter pour : se renseigner sur les formations offertes dans l'académie ;organiser et participer à des actions éducatives variées (journées de sensibilisation, concours, ...)

Égalité filles-garçons - Les enjeux de l'égalité filles-garçons Une obligation légale L'École compte parmi ses missions fondamentales celle de garantir l'égalité des chances des filles et des garçons. C'est le sens des articles L. 121-1 et L. 312-17-1 du code de l'éducation qui disposent que l'École contribue, à tous les niveaux, à favoriser la mixité et l'égalité entre les femmes et les hommes, notamment en matière d'orientation, ainsi qu'à la prévention des préjugés sexistes et des violences faites aux femmes. La loi du 8 juillet 2013 est venue rappeler que la transmission du respect de l'égalité entre les femmes et les hommes se fait dès la formation dans les écoles élémentaires. Concrètement, l'action du ministère en matière d'égalité s'inscrit dans le cadre de la convention interministérielle pour l'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif, 2013-2018. La convention interministérielle pour l'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif Les objectifs

er907.pdf Interventions - Association des Femmes Ingénieurs Notre programme d'actions vise à attirer plus d'étudiantes vers les formations d'ingénieur, à encourager les femmes ingénieurs à gérer leur carrière professionnelle avec dynamisme et à faire tomber un certain nombre de stéréotypes tout en intégrant les évolutions de comportement de la société. Nos actions au niveau national ont été récompensées par l'obtention en 2003 du prix Joliot-Curie. Actions auprès des jeunes filles : Interventions dans les collèges, lycées, classes préparatoires et écoles d'ingénieurs (téléchargez ici le formulaire de demande d'intervention) Développement des actions et outils de communication pour faire connaître le métier d'ingénieur aux jeunes filles, à leurs parents et à leurs éducateurs (Elles-en-sciences) Opération : "Ingénieure au féminin" Opération de shadowing Lobbying, via la participation à des forums, tables rondes et autres débats, qui tournent autour "des femmes et de la science". Quelques exemples de vidéos réalisées les saisons passées :

La violence des femmes : occultations et mises en récit 1 À propos de l’essor nouveau des recherches en sciences sociales sur le sujet, voir l’état des lieu (...) 1Des amazones mythiques aux viragos des romans, de Nikita à Lara Croft, des héroïnes de mangas aux sorcières, nombreuses sont les figures féminines violentes qui peuplent l’imaginaire des productions culturelles et médiatiques. Héroïques ou monstrueuses, désignées parfois comme les instigatrices de la violence des hommes, elles suscitent à la fois l’engouement, la fascination et la répulsion. La violence des femmes, jusqu’à une date récente en France1, est pourtant restée une question très peu explorée dans le champ des sciences humaines et sociales, en particulier en sociologie de la déviance et des institutions pénales. 2En proposant ce numéro spécial de Champ Pénal, il s’agit par conséquent d’interroger ce couple en apparence impossible. 3La violence des femmes peut être analysée sous des angles divers. 5La violence féminine se présente sous le mode d’une présence/absence. 1.

Related: