background preloader

Les dates-clefs de l’égalité entre les hommes et les femmes - chrono_droits_des_femmes.pdf

Related:  L'émancipation de la femmeEgalité Hommes - Femmes

L'évolution du rôle des femmes au XXème siècle Simone Veil (1927-) Née à Nice dans une famille juive aisée, arrêtée par la Gestapo en mars 1944 et déportée à Auschwitz, après la guerre, elle s'inscrit à la faculté de droit, est admise au sein du nouvel Institut d'études politiques et devient magistrate. Affectée à la direction de l'Administration pénitentiaire, conseillère technique du ministre de la Justice René Pleven en 1969, elle devient la première femme secrétaire générale du Conseil supérieur de la magistrature (1970-1972). Nommée ministre de la Santé du président Valéry Giscard d'Estaing en 1974, elle s'attelle au projet de loi sur l'avortement et devient la personnalité la plus médiatisée du gouvernement. S'ouvre ensuite l'important épisode européen de la carrière politique de Simone Veil.

Historique du droit des femmes - Info femmes : CNIDFF - Centre National d'Information sur les Droits des Femmes et des Familles - Le réflexe égalité Nous vous proposons un bref rappel, sur les deux derniers siècles de l'évolution des droits des femmes. 1791 : Olympe de Gouges rédige la « Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne » 1792 : La loi permet le divorce par consentement mutuel 1804 : Le code civil prévoit que : « le mari doit protection à la femme, la femme doit obéissance à son mari » 1850 : Création obligatoire d’écoles de filles dans les communes de 800 habitants (loi Falloux) 1876 : Hubertine Auclert fonde la société Le droit des femmes qui soutient le droit de vote pour les femmes 1903 : Marie Curie reçoit le prix Nobel de physique 1920 : La loi assimile la contraception à l’avortement qui est considéré comme un crime 1924 : Uniformisation des programmes scolaires masculins et féminins et création d’un baccalauréat unique 1938 : Suppressions de l’incapacité juridique de la femme mariée 1944 : Droit de vote et d’éligibilité pour les femmes. 1946 : suppression de la notion de « salaire féminin »

LESBIENNES ET FEMINISTES AU XXe SIECLE LESBIENNES ET FEMINISTES AU XXe SIECLE Marie-Jo Bonnet Que l'Eros lesbien [1] ait partie liée avec la lutte pour l'égalité entre les sexes dans la cité ne nous étonnera pas. Signe d'une émancipation sexuelle d'inspiration païenne, sous la Renaissance, il est devenu au XVIIIe siècle le symbole d'une émancipation sociale et culturelle dangereuse qui sera brutalement réprimée au XIXe siècle par un pouvoir « patriarcal » qui a peur des lesbiennes, le dit et classe l'amour entre femmes dans la décadence sociale, le vice et la pathologie. Que le féminisme se soit longtemps refusé à assumer l'Eros lesbien comme l'expression d'une conduite de liberté féminine ne nous étonnera pas non plus. Liberté sexuelle-pouvoir politique. L'exemple de « La Garçonne » des années 20 est tout à fait représentatif des possibilités ouvertes par les lesbiennes qui se referment avec des féministes ayant peur d'affronter l'opprobre social. L'évitement de ces questions va peser lourd sur les vingt années suivantes.

Cours 1ère histoire : La place des femmes dans la vie politique et sociale de la France au XX siècle 1 Manuel Nathan Côte 5 heures Introduction : Au cours du XX siècle la place des femmes dans la vie politique et sociale de la France se modifie fortement. Au début du XX siècle, en contradiction avec les idéaux républicains, la condition des femmes est caractérisée par l’inégalité et la privation du droit de vote. Au long du XX siècle les femmes ont connues trois voies vers l’émancipation : la conquête des droits politiques (depuis le droit de vote jusqu’à la parité), la maternité depuis l’interdiction de la contraception jusqu’à l’autorisation de l’IVG, le travail avec la tertiarisation du travail féminin mais aussi une précarité plus grande que leurs collègues masculins. Problématique : Comment expliquer la lente émancipation des femmes ? I. A. Texte 1 page 374 : Les arguments contre le vote des femmes au début du XX siècle Question 1 page 375 : Quels sont les arguments utilisés contre le vote des femmes ? _ La République française ne respecte pas l’égalité entre hommes et femmes. B.

Centre des Archives du féminisme - détails Missions Après plus de dix ans d'existence, le CAF a permis de rassembler et de classer près de 150 mètres linéaires d'archives privées des XIXe, XXe et XXIe siècles, données ou déposées par des associations militantes d'envergure nationale ou par des personnalités françaises, de tous horizons, connues pour leurs combats et leurs prises de position féminites : Cécile Brunschvicg, Marcelle Devaud, Florence Montreynaud, Benoîte Groult... Le CAF mène une politique de classement et de conservation des documents concertée avec l'association Archives du féminisme et en partenariat avec la filière Archivistique de l'Université d'Angers. Il oeuvre à la valorisation des fonds à la demande des institutions ou des chercheurs(euses) : communication sur place, prêts temporaires, publications, présentations lors de colloques, expositions, visites, etc. Conditions de consultation L'utilisation d'un appareil photo sans flash est autorisée après signature d'un engagement spécifique. horaires d’ouverture

FORUM "LES DEBATS": LES GRANDS COURANTS DE L'EMANCIPATION DES FEMMES - Canal-U/Médecine Qu’est-ce que s’émanciper, quand on naît femme dans une société dirigée par, et pour les hommes ? Quelles formes, quels combats, quels acquis, toujours menacés et quels courants porteurs, se manifestent au cours de l’histoire ? Comment s’articule l’émancipation individuelle et collective ? Histoire de l’émancipation des femmes, de Marie-Josèphe Bonnet ( Editions Ouest-France, 2012) Marie-Josèphe BONNET est historienne française, universitaire spécialiste de l'histoire des femmes, de l'histoire de l'art et de l'homosexualité féminine. Ce débat vous est proposé par l'association Forum Les Débats: www.forumlesdebats.eu L’évolution de la place des femmes dans la société française La loi Neuwirth : un levier essentiel En 1967, la loi Neuwirth autorisant la contraception en France fut le levier essentiel qui permit aux femmes d’acquérir dignité et autonomie, impliquant en amont consentement, droit au divorce, droit de disposer de son corps, etc. 28 décembre 1967. Loi Neuwirth autorisant la contraception en France.4 juin 1970. Loi relative à "l’autorité parentale conjointe" (qui se substitue à la "puissance paternelle").3 janvier 1972. Loi ouvrant à la mère la possibilité de contester la présomption de paternité de son mari.17 janvier 1975. L’exigence de nouveaux partages On connaît la célèbre phrase de Simone de Beauvoir, "On ne naît pas femme, on le devient", tirée du Deuxième Sexe (1949). 23 décembre 1980. La marche vers la parité 27 septembre 1995. Vers une mixité du pouvoir Le temps des femmes-exceptions, voire des femmes-alibis, semble aujourd’hui révolu.

h' Artpon » Entretien dans Beaux Arts Magazine, septembre 2007 | « Pour en finir avec l’idée des femmes artistes victimes » Beaux Arts Magazine accorde dans son numéro de septembre 2 double pages à la retranscription d’un entretien avec la critique d’art Catherine Gonnard et l’essayiste Elizabeth Lebovici, au sujet de leur tout récent ouvrage consacré aux artistes femmes à Paris, de 1880 à nos jours. L’occasion de nuancer quelque peu le propos souvent unilatéral de victimisation des femmes artistes dans l’histoire de l’art. L’article met en avant les particularités de l’approche de ces deux spécialistes, à savoir les délimitations temporelles et géographiques du thème (de 1880 à nos jours, à Paris), et souligne ainsi l’originalité de leur ouvrage. A découvrir pour faire connaissance avec des artistes plus méconnues, et une vision sur de nombreux points contraire aux idées habituellement véhiculées. Femmes artistes / artistes femmes : Paris, de 1880 à nos jours, de Catherine Gonnard et Elizabeth Lebovici, aux éditions HAZAN | 480 pages, 45 euros.

Histoire de l'émancipation des femmes, de Marie-Jo Bonnet "Qu’est-ce que s’émanciper, quand on naît femme dans une société dirigée par, et pour les hommes ? Quelles formes, quels combats, quels acquis, toujours menacés et quels courants porteurs, se manifestent au cours de l’histoire ? Comment s’articule l’émancipation individuelle et collective ? Comment les rendre visibles au moyen d’une iconographie originale ? Autant d’attentes auxquelles répond ce livre. Pour Marie-Josèphe Bonnet, cet éveil de la conscience féminine commence au Moyen Age avec les visionnaires et mystiques qui osèrent prendre la parole dans le cadre trop étroit de la religion de Dieu-le-Père afin d’exprimer leur expérience singulière.

Related: