background preloader

Séminaire « Métamorphoses du livre et de la lecture à l'heure du numérique » - ÉduSCOL

Séminaire « Métamorphoses du livre et de la lecture à l'heure du numérique » - ÉduSCOL

Utilisation des technologies de l'information et de la communication - Ministère de l'éducation nationale Vers une généralisation du numérique à l'École Espaces numériques de travail : vers un déploiement généralisé Un espace numérique de travail (ENT) est un ensemble de services numériques proposés à l'établissement scolaire et à sa communauté éducative sous forme de portail web unique et sécurisé. L'ENT offre des services : de vie scolaire : notes, absences, emplois du temps, agendas, etc.de communication : messagerie, informations des personnels et des famillespédagogiques : cahier de texte numérique, espaces de travail et de stockage communs aux élèves et aux enseignants, outils collaboratifs, blogs, forum, etc. Élèves, parents, professeurs, personnels administratifs peuvent accéder à ces espaces numériques de travail depuis n'importe quel ordinateur connecté à internet. Des partenariats entre les académies et les collectivités territoriales permettent de déployer les ENT. Le cahier de textes numérique Expérimentations nationales et études sur les nouveaux modes d’apprentissage

Ebook et modèle économique : l'écran n'est pas en lutte contre l'écrit ActuaLitté La première conférence professionnelle à se dérouler sur l’espace Scène numérique du Salon du livre concernait le modèle économique du livre numérique. L’occasion d’approcher de plus près la manière dont les acteurs de la chaîne envisagent la commercialisation de ces nouvelles oeuvres. Sans empiéter sur ce qui existe déjà. François GÈZE, P.D.G. des éditions La Découverte, a ouvert le bal. « On ne peut pas parler d'une filière du livre numérique qui viendrait remplacer une filière papier », tout simplement parce que pour le moment, il n’existe pas de modèle économique dans l’industrie. D’autant que si le papier suffit à créer une économie en permettant de rembourser les investissements réalisés, le livre numérique, pour sa part, en est encore très loin. Pour l’heure, les solutions sont multiples, comme le téléchargement, ou le cloud computing tel que le propose Google. La bataille de la commercialisation sera impossible à mener seul : l’appui de tous est indispensable. Pour approfondir

Lecture numérique et culture écrite, par Alain Giffard François Morellet - Emprunt n°7 - 1997, gravure sur inox brossé Le débat lancé par Nicholas Carr en Août 2008 ("Is Google making us stupid?") a ouvert, en grand et soudainement, le débat sur la lecture numérique. La lecture numérique a en effet cessé d’être une simple « tendance technique », dans le sens de Leroi Gourhan. La question de départ pourrait être: « est-il concevable de lire à l’écran? Elle devient ensuite: "la lecture numérique peut-elle se substituer à la lecture classique, comprise comme la lecture du texte imprimé, essentiellement du livre, telle qu’on l’apprend à l’école?" Plus généralement encore: comment la lecture numérique, comme culture et comme pratique, prend-elle place dans la culture écrite? J’insiste sur la question: il ne suffit pas de décrire, ou d’analyser la lecture numérique; il faut aussi répondre à cette question de la substitution, tout simplement parce qu’elle est déjà posée et se pose de plus en plus vite. La lecture numérique existe. Alain Giffard.

Histoire du manga Le Manga et les Éditions Glénat, c'est une idylle qui commence dès 1988. À cette époque, Jacques Glénat, lors d'un voyage au Japon, a le coup de foudre pour une BD en cinq lettres qui résonneront bientôt dans tout l'hexagone : AKIRA, devient, en 1990, le premier manga publié en France. Suit trois ans plus tard la sortie de Dragon Ball, le manga le plus vendu au monde : il s'en écoule plus de 17 millions d'exemplaires rien qu'en France. Ces manga seront les premiers d'une longue série de titres toujours plus audacieux. Aujourd'hui, avec plus de 120 titres à son catalogue, Glénat est un éditeur de manga incontournable en France avec 25% de parts de marché. Des séries aussi mythiques que Gunnm (Yukito Kishiro), Appleseed et Ghost in the Shell (Masamune Shirow), Evangelion (Yoshiyuki Sadamoto), Bastard (Kazushi Hagiwara), Kenshin (Nobuhiro Watsuki) ou Nausicaä de la Vallée du Vent (Hayao Miyazaki) figurent parmi les incontournables du manga moderne. Les origines du manga ?

Michel Hagnerelle : "Le numérique à l'école ne suivra pas le rythme du numérique dans la société" Membre du comité de pilotage de l’expérimentation sur les manuels numériques, inspecteur général, Michel Hagnerelle fait le point sur la réflexion menée par l'éducation nationale sur le numérique à l'école. Une approche devenue plus prudente qui rappelle l'exigence scolaire de structurer les apprentissages, de fuir le zapping de la société. Pour M Hagnerelle, il faut laisser à l'institution le temps de maîtriser son évolution. On voit des associations d'enseignants, comme l'Apses, proposer un manuel numérique pour contourner le programme officiel. Pour l'instant les éditeurs privés se sont engagés avec doigté dans l'édition de manuels numériques compte tenu de la faiblesse du marché. Et puis il y aura le robinet des espaces numériques de travail (ENT) entre la production de contenus et l'enseignant. N'y a-t-il pas un risque qu'avec les ENT les enseignants perdent la possibilité de choisir leur manuel ? On espère que non. Doit-on parler de manuels ou de ressources numériques ? Liens

Coexistence papier et numérique, pour encore des années Ah, l'éternelle disparition du livre papier ! Voilà qui n'a pas fini défaire couler l'encre dans la presse, et plus encore d'amuser ceux qui manient l'encre électronique. Le romancier Roman Gubern, interrogé sur la question vient d'apporter sa pierre à l'edifice. Il prédirait plutôt la coexistence des livres numériques et imprimés, en bonne intelligence. Selon lui, c'est la prolifération des écrans dans notre vie qui a généré cette controverse inutile, sur la pérennité du livre papier. Et Gubern d'ajouter que papier et numérique coexisteront durant des années encore, ainsi qu'il l'expliquait aux étudiants durant la conférence Leer en el siglo XXI, à l'université de Monterrey. La loi dans les médias, assure-t-il, est de proposer un élément supplémentaire à chaque génération d'appareil ou de support, ainsi depuis le journal papier, jusqu'à aujourd'hui internet. « Cela me permet de prophétiser une cohabitation longue des livresnumériques et des gutenberguiens », plaisante-t-il.

Critique de la lecture numérique Paru en 2009 dans la revue Atlantic Monthly, l’article de Nicholas Carr, « Is Google making us stupid ? 1 », connut un vif succès, significatif du nouvel esprit de dissensus qui caractérise les affaires numériques. C’est probablement dans les pays de langue allemande que le débat est le plus vif, notamment autour de l’ouvrage de Susanne Gaschke sur « l’abrutissement numérique 2 ». Bien au-delà des critiques habituels du numérique, le débat a vu s’engager les activistes les plus connus de l’internet, comme Geert Lovink, avec le colloque « Society of query 3 », ou Ippolita 4. Un an plus tard, Nicholas Carr publiait, sous le titre The Shallows : What the Internet is Doing to Our Brains 6, l’enquête et la démonstration qui sous-tendent l’article d’Atlantic Monthly. La question de la lecture L’entrée de Nicholas Carr – selon moi, le principal mérite de l’ouvrage –est la question de la lecture. D’emblée, l’auteur associe lecture et réflexion, à partir de son expérience personnelle.

Le papier contre l’électronique (1/4) : Nouveau support, nouvelle culture Lit-on de la même manière sur un support de papier et sur un support électronique ? Le débat commence à être ancien : on pourrait le faire remonter aux critiques de Socrate à l’encontre de l’écriture à une époque où la transmission du savoir se faisait uniquement de manière orale. Elle se pose également en terme de conflit depuis la naissance de l’hypertexte, comme l’évoquait Christian Vandendorpe dans Du Papyrus à l’hypertexte. Un peu comme si deux mondes s’affrontaient : les anciens et les modernes. Ceux pour qui le papier est un support indépassable et ceux pour qui le changement, la bascule de nos connaissances vers l’électronique, à terme, est inévitable. Pas sûr que ce dossier parvienne à réconcilier les tenants de chacune des positions, qui, malgré de nombreuses nuances, semblent profondément séparer les raisonnements. « Est-ce que Google nous rend stupide ? Nos références culturelles changent Image : Le futur du livre, par Kyle Bean. Le web : un nouveau rapport à la culture

Minecraft Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La MineCon, un congrès en l'honneur de Minecraft, a célébré la sortie officielle du jeu le 19 novembre 2011[1]. À ses débuts, le jeu s'appelait Cave Game, puis le nom définitif de Minecraft a été inventé lors d'un échange sur IRC entre le développeur et des joueurs : après avoir été nommé Minecraft: Order of the Stone[8] (en référence à un webcomic du nom de Order of the Stick)[9], le nom fut finalement raccourci en Minecraft pour plus de simplicité. Système de jeu Le jeu plonge le joueur dans un monde créé dynamiquement, composé de blocs, de différents matériaux représentant de la terre, du sable, de la pierre, de l'eau, des arbres, des animaux, des ressources (comme du fer, de l'or, du charbon), etc. Un des grands intérêts du jeu réside dans la création dynamique du monde : chaque carte est générée aléatoirement au fur et à mesure que le joueur avance[10]. Les créatures De nombreuses créatures peuplent le monde du jeu. Les blocs Mode Créatif

Frederic Kaplan Nous avons organisé ce jeudi, avec Alain Jacquesson et Silvère Mercier (blog), une formation pour les bibliothécaires (comme l’an dernier) au Salon du Livre de Genève. Alain Jacquesson a fait un point complet et critique sur les ressources numériques disponibles aujourd’hui pour les bibliothèques et les centres de documentation en ce qui concerne les revues (NewJour, DOAJ, Seals, Revues.org, CAIRN) et les monographies (Projet Gutenberg, Gallica, Rero.doc, Google Livre, Internet Archive, Hathi Trust). Il a également fait le point sur les nouveaux services de prets (Overdrive, Amazon). Silvère Mercier a proposé un atelier sur les stratégies des médiations numériques en faisant découvrir par la pratique les outils pour proposer du contenu éditorial sous la forme de « dispositifs ponctuels » (storify, mindmeister, Libraything, scoop.it, Google maps, Dailymontion, Pearltrees, Markup.io, Prezi, etc.) à insérer dans des « dispositifs de flux » (Blog, twitter, profil Facebook, etc.). a. b.

Qu'est-ce que comprendre un texte ? Véronique DRAI ZERBIB est docteur en Psychologie cognitive, chercheur au Living Lab Européen du LUTIN ( Laboratoire des Usages en Technologie d’Information Numérique, Cité des Sciences, Paris) dont le Directeur scientifique est le Thierry BACCINO, professeur à l’Université Paris 8. ATER au Laboratoire Adaptations Travail Individu de l’Université Paris-Descartes où elle enseigne l’ergonomie, Véronique DRAI ZERBIB a, lors du colloque organisé par l’association Lecture Jeunesse " les jeunes et les inégalités numériques" centre de ressources et de formation sur la littérature destinée aux adolescents et jeunes adultes, présenté une conférence sur « les compétences mobilisées par la lecture sur écran ». La deuxième partie de cette conférence porte sur les mécanismes perceptifs visuels qui contraignent notre prise d’information : Les saccades sont des mouvements rapides échappant au contrôle volontaire.

Présentation du Séminaire — Manuel Numérique Lyon 2010 Plus d’un an après le lancement de l’expérimentation « Manuels numériques via l’ENT », la direction générale de l'enseignement scolaire du ministère de l'éducation nationale réunit en séminaire les acteurs qui se sont impliqués à divers titres dans cette opération : enseignants et chefs d’établissement des soixante-neuf collèges concernés, conseillers TICE et IA-IPR référents des douze académies, aux côtés d’inspecteurs généraux et de chercheurs dans le domaine de l’éducation. Les éditeurs scolaires de manuels numériques sont également invités. Durant ces deux journées organisées avec l’École Normale Supérieure de Lyon, plus de deux cents participants auront l’opportunité d’échanger sur leur propre expérience et de contribuer à la réflexion autour des enjeux du manuel scolaire numérique et des problématiques posées par les nouvelles situations d’apprentissage avec ce manuel. Une grande majorité d’enseignants et d’élèves ont déclaré souhaiter poursuivre cette expérimentation.

Alain Giffard

Related: