background preloader

Web Squared, transition vers le web 3.0 ou nouveau paradigme ? &

Voilà maintenant près de 5 ans que l’on parle du web 2.0 (ce terme a pour la première fois été utilisé en 2004 lors du Web 2.0 Summit) et depuis le grand jeu a été de savoir quand arrivera la prochaine itération. Pour faire simple disons que le web 2 .0 était le terme utilisé dans les années 2006/2007 pour décrire un changement majeur dans les usages de l’internet (voir ma dernière définition en date). Ce dernier repose sur deux notions fondamentales: l’intelligence collective, le web comme une plateforme (pour les utilisateurs et les services). Maintenant ce terme est passé de mode et l’on emploie plus volontiers celui de médias sociaux qui sonne moins “informatique” à l’oreille. L’étape suivante a logiquement été d’anticiper le web 3.0 (dont j’ai également tenté de donner une définition en 2006) qui repose sur le concept de web sémantique avec le découpage suivant qui est communément admis : Web² = Web 2.0 + World Le web est aujourd’hui une véritable mine d’or d’informations.

Obama et la nouvelle idéologie du web social A la rédaction de ce texte, deux sommités de la sphère du Web commercial actuel, l'initiateur du Web 2.0 Tim O'Reilly et John Battelle. Ce texte décrit la transformation du Web 2.0 ou du Web collaboratif ou du Web social, comme vous déciderez de l'appeler, vers un Web au carré. C'est à dire un Web qui se développerait comme un enfant venant à la rencontre du monde réel, explosant son enveloppe première qui était le Web primordial inventé par Tim Berners Lee ou le World Wide Web. La vision était splendide, si bien qu'on se serait déjà cru projeté dans la prochaine production de Steven Spielberg ou de James Cameron. Tim O'Reilly se pose en visionnaire et semble dire à son adversaire : "tu vois, ma perspective englobe la tienne et à partir de maintenant, c'est moi qui suit aux commandes de la destinée de ce mystérieux paquebot conceptuel qu'est le Web pour les intellectuels de la planète." Toujours rien de grave. Et cette transparence serait donc une forme de liberté supérieure ?

10/GUI réinvente le pavé tactile pour remplacer la souris > FredCavazza.net Depuis le début de la semaine on peut voir tourner une vidéo énigmatique sur un concept révolutionnaire de pavé tactile géant multi-touch qui viendrait remplacer la souris. Remplacer la souris ? Oui tout à fait, car il faut dire qu’en presque 40 ans la souris n’a pas beaucoup évoluée, tout au plus lui a-t-on retiré son fil, sa boule et lui a-t-on rajouté quelques boutons et une molette. Mais j’ai comme l’impression qu’avec le succès de l’iPhone et la généralisation prochaine des terminaux multi-touch, cette dernière va bientôt se retrouver en pré-retraite. À moins qu’Apple et Microsoft ne parviennent à lui donner une seconde vie (cf. Apple to Ship Multitouch Mice With New iMacs Soon et Microsoft Research shows off multitouch mouse prototypes). Toujours est-il qu’un certain Clayton Miller a décidé de révolutionner notre façon d’interagir avec les ordinateurs en proposant ce concept remarquable : 10/GUI. Son approche est de remplacer la souris par un gigantesque pavé tactile multi-touch :

Le Web à la puissance 2 : le Web 2.0 cinq ans plus tard | Intern On ne présente plus vraiment Tim O’Reilly et John Battelle. Tim O’Reilly, des éditions O’Reilly, est devenu l’un des gourous incontournables du web. Initiateur – et promoteur – de la notion de Web 2.0 (voir notre traduction), il demeure l’un des plus fins observateurs du changement technologique. Il y a cinq ans, nous lancions une conférence sur une idée simple, qui est devenue un mouvement. Dans notre programme initial, nous nous demandions pourquoi certaines entreprises avaient survécu à cette bulle, tandis que d’autres avaient échoué si lamentablement. De Google et Amazon à Wikipedia, eBay et Craiglist, nous constations que le logiciel jouait un rôle facilitateur, mais que la valeur était créée par et pour la communauté des utilisateurs. Les applications de l’intelligence collective reposent sur la gestion, la compréhension et l’exploitation de quantités massives de données générées par les utilisateurs en temps réel. Il est tout cela, et plus encore. En conclusion : ce qui compte

Nouvelles (détails): Faculté des sciences Retraite des baby-boomers 28 octobre 2009 Pierre Masse Dès 2010, les premiers départs à la retraite des baby-boomers pourraient être le signal d'un inexorable Alzheimer d'entreprise. Quels sont les savoirs essentiels parmi des millions de processus d'affaire, de gestion et de traitement d'information? Représenter les connaissances des entreprises Marc Frappier, professeur au Département d'informatique de l'Université de Sherbrooke, et Philippe Michelin, P.D.G. du cabinet de conseil français spécialisé dans les systèmes d'information BFD, ont développé et expérimenté avec succès des outils de représentation mathématique pour formaliser les connaissances des entreprises. «Qu'est-ce qu'un prêt bancaire? La logique d'une mémoire d'entreprise D'après le chercheur, l'abstraction mathématique et les opérations associées permettent une meilleure capacité de représentation et de raisonnement que les méthodes actuelles basées sur les ontologies et les logiques descriptives.

Critique du Web² (3/4) : Toutes les données sont devenues person La technologie nous forcera-t-elle à choisir entre la vie privée et la liberté, comme l’affirmait David Brin dans son livre Transparent Society (Wikipédia) ? Il n’y a pas ou plus, d’un côté des données personnelles et de l’autre des données qui ne disent rien des individus : un très grand nombre de données apparemment anonymes peuvent acquérir un “caractère personnel”, c’est-à-dire aider indirectement à savoir quelque chose sur un individu précis. Les champs de données permettent de plus en plus d’identifier leurs émetteurs, tant et si bien qu’on peut se demander à l’avenir si le concept de données anonymes a encore une pertinence. Bien sûr, “toutes” les données ne sont pas devenues personnelles (les horaires de transports, les données de capteurs environnementaux, les documents administratifs… par exemple), mais une masse considérable de données qui ne l’étaient pas a priori sont en passe de le devenir. Peut-on réellement anonymiser des données ? Car c’est bien là l’enjeu !

Une bonne nouvelle pour la théorie des Biens Communs Le prix Nobel d’économie a été décerné le 12 octobre 2009 à Elinor Ostrom, qui travaille sur les Communs, cette forme spécifique de propriété et de gouvernance qui place les décisions collectives des « communautés » au centre du jeu socio-économique. Cette question des Biens communs a longtemps été ignorée par la science économique, par la politique et par les mouvements sociaux, mais elle est en passe de redevenir un « outil pour penser » majeur. Le prix Nobel d’économie a été décerné le 12 octobre 2009 à Elinor Ostrom et Oliver Williamson. Leurs travaux, quoique très différents, s’écratent des travaux de modélisation économique appuyée sur le modèle néo-classique, mais portent sur un « retour au réel ». En soi, ce simple fait serait une bonne nouvelle. Ajoutons que Elinor Ostrom est aussi la première femme récompensée par un Prix Nobel d’économie... pour des travaux sur l’organisation collective de la vie. La question des « Communs » est au coeur de l’histoire du capitalisme.

La valeur sociale de la vie privée | InternetActu.net Souvent, la réponse aux inquiétudes concernant la confidentialité de nos données consiste à dire que « ceux qui ne transgressent pas la loi n’ont rien à se reprocher » : nous n’avons rien à craindre de la collecte massive de données. La vie privée, finalement, n’est qu’un problème de vieux cons. Qu’importe si les caméras de surveillance nous filment, si nos communications sont écoutées, si nos activités sont enregistrées, si nos déplacements sont surveillés, si nos achats sont tracés… : les bons citoyens, employés, consommateurs que nous sommes n’ont rien à se reprocher de cette surveillance généralisée qui n’a pour but que de déjouer ceux qui contournent les règles communes, ceux qui s’en prennent à notre sécurité collective. C’est l’argument bien connu de la chasse aux terroristes, aux pirates, aux hackers, aux spammers, aux déviants… qui autorise la surveillance de toutes les communications, le filtrage et le bridage de l’internet ou le contrôle des déplacements… Hubert Guillaud

Arkandis CrowdSourcing pour la vidéo surveillance Un nouvel appel au crowd-sourcing qui a bien des chances de recruter un maximum de bonnes volontés : vous pouvez en vous inscrivant sur le site du service Internet Eyes regarder en temps réel les images prises par des caméras de vidéo-surveillance et signaler des « infractions ». Le service annonce que le compte « bon voyeur » de la personne qui signale une infraction sera crédité de quelques points, et qu’il y a une cagnote à gagner chaque mois. Mon propos n’est pas de discuter sur ce douteux appel à la foule, mais plutôt à l’analyse des motivations qui animent ceux qui vont passer des heures à regarder un programme vidéo qu’il n’ont pas choisi, souvent dans un autre pays que le leur… appât du gain voyeurisme civisme …. La bannière pour l’inscription sur le site a tout de même le culot d’annonce que c’est GRATUIT… crédit photo : Consultante - Formatrice Knowledge Management

émergenceweb : blogue Google Wave: un écosystème qui risque de faire des ravages… Sur mon profil Facebook j’ai inscrit samedi matin : Vient de s’administrer la piqûre Google Wave Et je dois avouer qu’il s’agit d’une piqûre sérieuse car on devient rapidement accro au nouvel environnement collaboratif conçu à Mountain View. Ce dernier est en phase beta mais déjà, il offre des possibilités immenses pour quelqu’un comme moi qui a presque tous les services Web de Google dans mon compte. Sauf pour ce blogue qui est généré par WordPress… Je ne peux donc pas publier de billets à partir de Wave et l’inverse comme c’est le cas pour ceux conçus avec Blogger (voir dans la démo ci-dessous). Wave est un environnement assez austère au premier abord et pas facile à comprendre pour le commun des mortels. Le plaisir de partager fichiers, images, conversations, cartes interactives, sondages en temps réel, wikis, blogues. micro-blogues, etc. Regardez bien la capture d’écran suivante: Travailler dans les vagues Cette liste est tirée d’un des sites dédiés à ces nouvelles applications:

Top Visual Search Engines: The Most Interesting Ways To Visually Explore Search Engine Results 1. Grokker Grokker is a web-based search engine that allows you to explore your results in a visual fashion. Your results are displayed both in a standard outline and in a dynamic map you can interact with. Grokker takes advantage of Yahoo!, Wikipedia, and Amazon Books search engines to perform its queries. Cooliris is a browser extension for Firefox (all platforms), IE (Windows), and Safari (Mac and Windows) that allows you to explore SERPs in a visual fashion.

Oui, je suis d'accord avec toi et c'est bien l'orientation que je prends avec mon projet de création d'entreprise, et que je taquine l'équipe Pearltrees (Nicolas et Pierre-Etienne) sur la sortie de l'API car c'est l'outil principal pour y parvenir. D'ailleurs j'avais promis de faire un test avec le fichier RDF en export à l'heure actuelle. D'ailleurs dans ce fichier, nous avons pas toutes les discussions de sauvegarder c'est dommage, seule la discussion principale est sauvegardée. Je te propose de continuer éventuellement par mail la discussion (v.barberot@networkvb.com) by networkvb Jan 13

Tu nous suggère quoi Patrice ? Sachant que dans la solution Pearltrees jouera le rôle central, nous sommes bien d'accord ? by networkvb Jan 13

Related: