background preloader

Déclic' Critique n°1 : Comment vérifier l'authenticité d'une vidéo publiée sur les réseaux sociaux - CLEMI

Déclic' Critique n°1 : Comment vérifier l'authenticité d'une vidéo publiée sur les réseaux sociaux - CLEMI
Objectifs - Identifier la source d’une vidéo - Vérifier et recouper ses sources d’information Notions clés - Fiabilité et viralité d’une vidéo : le nombre de vues ne garantit pas l’authenticité d’une vidéo. Selon une étude de l’université de Colombia et l’Institut National Français, relayée par Slate en juin 2016, 59% des articles partagés sur Twitter ne sont pas lus par celui qui les partage. - Intox : le cas du riz en plastique permet d’aborder les différentes nuances des fausses informations qui circulent dans les médias. - Informations erronées : A la différence de la vidéo YouTube cherchant à tromper l’internaute, l’article publié sur le site de France info, évoquant la saisie de deux tonnes de riz en plastique au Nigeria, n’est une pas une fake news, il n’y a pas de volonté de tromper le lecteur.

http://www.clemi.fr/index.php?id=181

Related:  Rumeurs, fake news, désinformation, théorie du complotEducation aux médias et à l'informationRessources EMIFiabilité des informationsVérifier l'information

[Dossier] Dans les tréfonds du Darknet La plupart des internautes n’affleurent que la surface du web (qui correspondrait à 10 % de l’internet global). Les autres, initiés ou connaisseurs, naviguent dans des eaux plus profondes où le darknet jouit d’une position particulière. Ce web trouble et anonyme nourrit les fantasmes. Pour le meilleur et le pire. Petite visite guidée dans le Darknet. Comment vérifier les images des réseaux sociaux ? De plus en plus d’intox circulent sur les réseaux sociaux, que ce soit sur les migrants, la guerre en Syrie. En fait sur à peu près tous les sujets d’actualité. Un type de manipulation y fleurit particulièrement : les détournements de photos et de vidéos.

BRNE - Banque de ressources numériques pour l'Ecole Les Banques de Ressources : Pour quoi faire ? Les BRNE sont mises à disposition des utilisateurs après inscription et fonctionnent sur tout support. Les contenus sont en grande partie téléchargeables et adaptables pour une meilleure différenciation et répondre aux besoins de tous les élèves. Des atouts à explorer : différenciation, innovation, interactivité, attrait, entraînement, suivi et évaluation, remédiation, travaux personnels individuels et collectifs, essai-erreur, productions intermédiaires, traces « écrites augmentées » des apprentissages, recherche, accessibilité et adaptabilité des ressources, pour toutes les modalités de travail et pour différents temps d'apprentissages ...

Fact-checking : notre kit de survie en 5 gestes qui sauvent (partenariat avec le CFJ) A jours trois du premier tour de l’élection présidentielle, Méta-Media et France Télévisions lance une batterie d’initiatives pour lutter contre la désinformation. Il n’aura fallu que quelques mois au petit monde de l’info pour adopter une novlangue désormais incontournable : pas un jour ne passe sans que l’on ne parle de fake news, de post-vérité, de hoax, de bulles de filtre, ou même de debunking… Si cette taxinomie a l’inconvénient de composer avec des contours flous, elle n’en reste pas moins révélatrice des dangers auxquels s’exposent aujourd’hui nos démocraties en ligne. En pleine année électorale, la France et l’Allemagne sont sans surprise les nouvelles cibles des propagateurs de fake news. D’autant que chez nous, l’élection présidentielle sera suivie de près par les échéances législatives... Comme c’est le cas tout au long de l’année, le service public réaffirme sa mission clé : fournir une information vérifiée.

On te manipule Une Théorie du complot, c'est quoi ? Une théorie du complot (on parle aussi de conspirationnisme ou de complotisme) est un récit pseudo-scientifique, interprétant des faits réels comme étant le résultat de l’action d’un groupe caché, qui agirait secrètement et illégalement pour modifier le cours des événements en sa faveur, et au détriment de l’intérêt public. Incapable de faire la démonstration rigoureuse de ce qu’elle avance, la théorie du complot accuse ceux qui la remettent en cause d’être les complices de ce groupe caché. Elle contribue à semer la confusion, la désinformation, et la haine contre les individus ou groupes d’individus qu’elle stigmatise. Les 7 commandements de la théorie du complot 1.

Un site Web en français de vérification des faits Face à un public naïf ou à des journalistes qui ne bossent pas tellement leurs dossiers ou qui sont justes, leurs faire-valoir, les politiques, hommes ou femmes, s'en donnent à cœur joie, dans tous les pays du monde et dans tous les médias, pour asséner des contre-vérités face à un auditoire qui se laissent embobiner par leurs sornettes. Donald Trump en est le parfait exemple aux États-Unis au point qu'il s'est fait le spécialiste des discours au mieux imprécis en devenant le théoricien des faits dits alternatifs. Évidemment, la France n'est pas épargnée par les approximations des candidats à l'élection présidentielle, ni même par les rumeurs les plus stupides qui circulent sur Internet, en particulier sur les réseaux sociaux, peuplés d'un bon nombre de gogos et d'écervelés prêts à avaler et à relayer n'importe quel bobard, fake, trolls, photo trafiquée ou autres hoaxes. Parmi les faits analysés pour le moment :

Déconstruire le conspirationnisme Ce 12 février, l’entretien du SIG consacré aux théories du complot et au conspirationnisme a réuni Rudy Reichstadt, directeur de l’Observatoire du conspirationnisme - Conspiracy Watch, Laurent Bazin, journaliste et co-auteur de « Tous paranos ? Pourquoi nous aimons tant les complots », et Nicolas Vanderbiest, chercheur à l’université de Louvain spécialiste en e-réputation. A cette occasion, ils ont pu décrypter les ressorts psychosociologiques du conspirationnisme et discuter le rôle d’Internet dans ses mécanismes de développement. "On nous cache tout, on nous dit rien!" - Les... by gouvernementFR La massification d’Internet constitue en effet un événement important dans l’histoire du conspirationnisme.

Réussir sa veille stratégique : méthodologie et expertise humaine, le duo gagnant - Recherche éveillée A l’occasion du salon SearchDay en novembre dernier, j’ai eu le plaisir de participer à la conférence organisée par Europresse sur la thématique « Réussir sa veille stratégique : méthodologie et expertise humaine, le duo gagnant » . Pour compléter l’intervention de Ludovic Vaz, qui présentait les fonctionnalités de surveillance, d’analyse et de diffusion de l’agrégateur de presse Europresse, j’ai choisi de centrer ma présentation sur la phase amont de la veille, dédiée au sourcing. Il est important d’avoir conscience que chaque minute sur Internet, plus de 350000 tweets sont envoyés, 400 heures de vidéo sont chargées sur YouTube, près de 600 sites web sont créés, 2 000 billets de blogs sont publiés, pour ne citer que quelques chiffres… Dans un tel contexte, la mise en place d’une veille stratégique requiert méthode et expertise, pour délimiter les axes de surveillance et repérer les sources à surveiller. De la méthode tout d’abord, pour élaborer un plan de veille

« Tous Fact-Checkeurs » pour muscler l’esprit critique Suite de notre opération « Tous Fact-Checkers », en partenariat avec Rue 89 Mooc et Le Monde, pour aider chaque citoyen à séparer le bon grain de l’ivraie en matière d’info. Chaînes en diffusion continue, alertes push, newsfeeds en tout genre : nous vivons aujourd’hui dans un monde d’abondance de connaissances où l’information est devenue la denrée la plus consommée. Mais pas nécessairement la mieux consommée. A l’ère de la profusion informationnelle, de l'infobésité, il devient impératif de donner à chacun les outils pour vérifier comment telle ou telle info a été fabriquée, et si elle s’inscrit du côté du fait ou de la simple opinion. Rumeur, diffamation, plagiat ?

Décodex : comment utiliser la recherche d’images inversée ? Voici quelques outils pour vous aider à vérifier les images et vidéos qui circulent en ligne. Le Monde | 01.02.2017 à 16h02 • Mis à jour le 01.02.2017 à 18h55 | Par Les Décodeurs « Regardez ! » A chaque événement d’actualité, de nombreuses images et vidéos circulent sur les réseaux sociaux. Mais si elles peuvent apporter leur lot d’information, mieux vaut les manier avec prudence. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les images ne sont pas des preuves en soi. #TousFactCheckeurs : ne vous laissez plus avoir par les fake news L’opération « Tous FactCheckeurs » touche à sa fin : nous vous permettons de retrouver dans cet article les 7 vidéos produites lors de ce partenariat rassemblant Le Monde, France Info et Rue89 Mooc. De quoi permettre à chacun, journaliste ou lecteur, d’adopter les bons réflexes face aux informations qui circulent sur les réseaux sociaux et de détecter plus facilement les fake news. 1- Quelle différence entre fait et fake news ? Julian Bugier (France 2) rappelle les fondamentaux du journalisme : qu’est-ce qu’un fait ou une information vérifiée, par opposition à une rumeur, une diffamation, un plagiat ou une fake news ? Comment différencier ce qui est factuel ou qui relève d’une opinion ?

Related:  Français