background preloader

TRAITEMENTS

Facebook Twitter

Contre la maladie de Parkinson, l’espoir viendra-t-il d’un édulcorant ? Par Janlou Chaput, Futura-Sciences Curieuse nouvelle pour cette Journée mondiale de la maladie de Parkinson : le mannitol, entrant dans la composition de chewing-gums sans sucre ou de certaines confiseries, pourrait devenir un traitement. Du moins, des mouches (un bon modèle pour cette pathologie ) présentant de sévères troubles moteurs ont retrouvé grâce à lui une locomotion presque normale.

À lire, notre dossier sur la maladie de Parkinson En cette Journée mondiale de la maladie de Parkinson, vendredi 12 avril, il est opportun de rappeler que cette neurodégénérescence, la deuxième plus fréquente dans le monde, reste incurable. Les patients, victimes de troubles moteurs, vivent un calvaire, et seuls leurs symptômes peuvent être atténués par des médicaments ou des techniques plus invasives comme la stimulation cérébrale profonde. Une molécule presque biblique Le mannitol est une molécule originellement retrouvée dans le frêne à fleurs ( Fraxinus ornus ), surnommé aussi frêne à manne. Maladie de Parkinson : le premier vaccin en phase clinique. La maladie de Parkinson est encore très méconnue.

Maladie de Parkinson : le premier vaccin en phase clinique

Elle est pourtant la deuxième maladie neurodégénérative en incidence, derrière la maladie d'Alzheimer. Elle reste aujourd'hui incurable. Le vaccin PD01A sera-t-il la solution ? © Heidi Cartwright, Wellcome Images, Flickr, cc by nc nd 2.0. Mucuna pruriens 400 mg - Ayurveda. L'Ayurveda est sans doute le plus ancien système médical au monde et c'est la seule médecine traditionnelle qui soit fondée sur des principes scientifiques.

Les premiers usages de l'herbe Mucuna pruriens en médecine ayurvédique remontent à plus de 4500 ans. En fait, Mucuna pruriens a certainement un profil biochimique fascinant et contient une multitude de principes actifs intéressants dont la nicotine, la sérotonine et surtout la l-dopa (ou l-dihydroxyphénylalanine) qui est le principal précurseur du neurotransmetteur dopamine et qui a été isolée par des scientifiques indiens en 1936. Lorsque les neurones qui produisent la dopamine sont atteints par la maladie de Parkinson, les effets sur l'organisme sont : tremblements incontrôlables, raideur musculaire, troubles de l'élocution, de l'écriture et de l'équilibre, lenteur des mouvements. Des carences subcliniques en dopamine se rencontrent fréquemment dans les états dépressifs et les troubles du désir sexuel.

REMEDES TRADITIONNELS. Les intervenants nous ont tout d'abord rappelé que, pour rester en bonne santé, il est important de drainer nos émonctoires régulièrement. En effet, rien ne sert de prendre toutes sortes de "vitalisants" si vos cellules sont engorgées. Votre organisme est ralenti par les surcharges qu'il a accumulées et ne profitera pas pleinement des bienfaits des différents compléments que vous prendrez. Attention : on soupçonne ces surcharges qui encrassent notre organisme, au fur et à mesure des années, d'être une des causes des maladies graves.

Faites, comme nos anciens, un nettoyage à chaque changement de saison pour "relancer la machine" et aider nos émonctoires (peau, rein, foie, poumon, intestin) à éliminer correctement. 2013/08/06 > BE Allemagne 623 > Lancement d'un nouveau groupement de recherche. MédecineLancement d'un nouveau groupement de recherche Le gouvernement bavarois finance à hauteur de 4 millions d'euros l'Alliance de recherche "ForIPS - cellules souches pluripotentes induites humaines" pour une durée de 4 ans.

2013/08/06 > BE Allemagne 623 > Lancement d'un nouveau groupement de recherche

Portée par l'Université Friedrich-Alexander d'Erlangen-Nuremberg (Bavière), l'alliance ForIPS regroupe des équipes de l'Université Ludwig-Maximilian (Munich, Bavière) et de l'Université technique de Munich, ainsi que des universités bavaroises de Ratisbonne et de Wurtzbourg. Les chercheurs de ce groupement souhaitent, à l'aide de cellules souches pluripotentes induites (CSPi) [1], lutter contre la maladie de Parkinson. Les activités de ForIPS débuteront le 1er août 2013, et il est à noter que seules des cellules adultes seront utilisées dans le cadre de ces recherches.

Brevet EP1212060A1 - Utilisation de la nicotine ou de ses derives dans un medicament pour le ... - Google Brevets. Guérir la maladie de Parkinson avec une pilule et un téléphone. Parkinson : un composé du safran bloque la maladie in vitro. Par Janlou Chaput, Futura-Sciences La curcumine, que l’on retrouve dans le curcuma, ou safran des Indes, pourrait empêcher l’ agglutination de l’alpha-synucléine, une des premières étapes de la maladie de Parkinson . Alors doit-on prescrire un régime alimentaire plus épicé aux patients ? Malheureusement non, cela ne suffira pas. Mais une nouvelle voie est ouverte. Schweiz: Nouveau monde.

Les médicaments antiparkinsoniens changent de visage.

Schweiz: Nouveau monde

La tendance du développement va dans le sens d’un comprimé unique, traitant simultanément plusieurs composantes de la maladie. Le professeur Peter Jenner nous parle de l’avenir de la recherche sur les substances. Le traitement de la maladie de Parkinson est en pleine mutation. Elle est certes plus lente que ne le souhaitent les parkinsoniens et leurs proches ainsi que l’ensemble du personnel soignant. Mais le déplacement des dominantes est indéniable, le développement s’accélère, l’utilisation des traitements existants est meilleure et de nouveaux développements voient le jour. Un pas en avant Les médicaments dopaminergiques tels que la lévodopa (L-dopa) et les agonistes dopaminergiques sont sur le marché depuis le début des années 1970.

Nouvelles orientations dans le traitement de la maladie de Parkinson. PARKINSON: La vitamine K2, nouvel espoir pour les malades? Association Parkinson. Cette recherche menée par le Flanders Institute for Biotechnology (Louvain) et publiée en ligne dans la revue Science montre que l’administration de la vitamine K2 pourrait aider les patients atteints de Parkinson car elle parvient à renverser une des mutations génétiques qui conduisent aux symptômes de la maladie.

PARKINSON: La vitamine K2, nouvel espoir pour les malades? Association Parkinson

Cette découverte, obtenue sur la drosophile, et qui nécessite des recherches complémentaires, apporte néanmoins un grand espoir aux patients parkinsoniens. [Faut-il en conclure qu’on peut manipuler les gens et les faire marcher au pas cadencé ? Certes, mais on les fait tellement marcher au pas cadencé par d’autres moyens »] Clinatec : cette discrète clinique où l’on implante des nanos dans le cerveau. Un centre de recherche d’un nouveau genre s’apprête à mener ses premières expériences.

[Faut-il en conclure qu’on peut manipuler les gens et les faire marcher au pas cadencé ? Certes, mais on les fait tellement marcher au pas cadencé par d’autres moyens »] Clinatec : cette discrète clinique où l’on implante des nanos dans le cerveau

Implants de nanotechnologies dans le cerveau, neuro-stimulation, « médecine régénérative », jusqu’à des technologies pouvant changer le comportement : telles seront les recherches menées à Clinatec, à Grenoble, sur des patients volontaires. Une certaine opacité entoure ce projet, résultat d’une alliance entre industrie nucléaire, « start-up » de nanotechnologies et neurochirurgiens.

Comment seront encadrées ces recherches ? Quel contrôle sera exercé sur leurs applications commerciales et industrielles ? Basta ! Associations autisme. Alzheimer, Parkinson, quelles cellules pour réparer le cerveau ? Si les neurones meurent, pourquoi ne pas les remplacer ?

Alzheimer, Parkinson, quelles cellules pour réparer le cerveau ?

Maladie de Parkinson. La maladie de Parkinson est une maladie dégénérative qui résulte de la mort lente et progressive de neurones du cerveau.

Maladie de Parkinson

Comme la zone du cerveau atteinte par la maladie joue un rôle important dans le contrôle de nos mouvements, les personnes atteintes font peu à peu des gestes rigides, saccadés et incontrôlables. Par exemple, porter une tasse à ses lèvres avec précision et souplesse devient difficile. Maladie de Parkinson : le premier vaccin en phase clinique.

Forum

ACTUALITE. ACTIVITES PHYSIQUES. Www.parkinsonguideclinique.ca/sites/default/files/MP_guide_reference_rapide_fr.pdf. Www.parkinsonguideclinique.ca/sites/default/files/MP_Resume_executif_fr.pdf. Www.parkinsonguideclinique.ca/sites/default/files/LignesDirectricesClinique_2012_fr.pdf. Groupe Parkinson 29 » Diagnostiquer Parkinson, bientôt simple comme un coup de fil. Publié le 15 janvier 2013 à 19:16 Article paru dans LE PARKINSONIEN INDÉPENDANT n°51 – décembre 2012 La maladie de Parkinson est dégé­né­ra­tive et rava­geuse.

Groupe Parkinson 29 » Diagnostiquer Parkinson, bientôt simple comme un coup de fil

Les trai­te­ments s’attaquent aux symp­tômes, retardent l’échéance inéluc­table pour ses 6,3 millions de victimes dans le monde. L’augmentation de l’espérance de vie laisse présager une flambée de cette patho­logie. Méde­cins et labo­ra­toires tâtonnent. Un projet en bonne et due forme pour Max Little, cher­cheur au MIT (Institut de tech­no­logie du Massa­chu­setts) en mathé­ma­tiques appli­quées. « Aujourd’hui, on ne sait pas comment aider les malades de Parkinson, notam­ment parce que l’on ne sait pas lire l’évolution des symp­tômes. Max Little a inau­guré la confé­rence avec une promesse comme on n’en entend qu’à TED : bientôt diag­nos­ti­quer la maladie de Parkinson et suivre son évolu­tion sera, litté­ra­le­ment, simple comme un coup de fil.

Max Little travaille à partir d’enregistrements.

Effets primaires et secondaires