background preloader

PNF Lettres 2012

Facebook Twitter

PNF Lettres : A la recherche des humanités nouvelles. La troisième édition du séminaire PNF Lettres a déployé à la BnF le 19 novembre sa première journée autour de la question : « Nouvelles textualités, nouvelles humanités ?

PNF Lettres : A la recherche des humanités nouvelles

» De la révolution de l'imprimerie à l'avènement de l'ordinateur, de la civilisation du livre à la culture des écrans, c'est à chaque fois un nouveau rapport au monde et à l'écrit qu'il s'agit d'inventer. Des spécialistes se sont ainsi retrouvés pour tenter d'interroger et de réfléchir cette mutation en cours : quand les nouvelles formes de textualité se font volontiers composites et fragmentaires, quand elles se portent sur l'instantanéité et la brièveté, ne faut-il pas repenser la transmission et l'appropriation des connaissances ?

Des institutions en refondation Le français : une matière à réinventer Paul Raucy, doyen de l’inspection générale des lettres, présente le séminaire en rappelant que le sujet s'est déplacé cette année de la lecture à l'œuvre. Y aurait-il alors « malaise dans la culture » ? PNF Lettres : 2 - Le jour où la littérature numérique s'incarna.

Mardi 20 novembre; le Séminaire PNF a déroulé sa deuxième journée de réflexion sur le thème des arts numériques et de l'écriture web : comment en particulier s'invente sur les écrans la littérature d'aujourd'hui ?

PNF Lettres : 2 - Le jour où la littérature numérique s'incarna

Autant dire que la journée passée à la Bibliothèque nationale de France fut celle d'une rencontre, exceptionnelle : l'occasion de découvrir des œuvres singulières, des auteurs encore trop peu visibles, des problématiques à peine explorées, notamment dans l'Éducation nationale. Autant dire aussi que la journée fut celle d'une révélation, magique : contrairement aux a priori qui la placent du côté de la dématérialisation, la littérature numérique est on ne peut plus physique et sensorielle. Quand retentit la voix de François Bon ou qu'Alexandra Saemmer fait danser les mots sur l'écran, on espère que chaque élève aura la chance de vivre lui aussi, en classe, la littérature comme performance. Matinée Après-midi L'écrivain et éditeur François Bon, tant attendu, ne déçoit pas.

PNF Lettres : 3 La refondation du français à l'ère du numérique. Mercredi 21 novembre 2012, le séminaire PNF Lettres s'est déplacé au Centre National des Arts et Métiers pour déplacer lui-même ses réflexions sur le terrain de la pédagogie : comment le numérique peut-il aider à revitaliser l'apprentissage d'une matière, le français, fragilisée par la disparition d'une civilisation, celle du livre ?

PNF Lettres : 3 La refondation du français à l'ère du numérique

Des ateliers pédagogiques ont notamment permis de saisir combien certains enseignants explorent, en simultané et parfois en collaboration avec les penseurs et les écrivains, les voies nouvelles de la lecture-écriture-publication : ses nouveaux lieux (les réseaux sociaux, les œuvres numériques ...), ses nouvelles modalités (l'écriture collective, la lecture interactive... ), ses nouvelles postures (par exemple le devenir auteur du lecteur), ses nouveaux gestes (couper, copier, coller, relier…), ses nouvelles potentialités (mettre la créativité au cœur de l'école pour inviter l'élève à devenir comme poète de lui même).

Ateliers pédagogiques Jean-Michel Le Baut. 138_Sommaire. Enseigner-lettres-2012.pdf. Vidéos. Le rendez-vous des Lettres - Les métamorphoses du livre et de la lecture à l'heure du numérique. Livre: Métamorphoses du texte. Quelques notes, vraiment mal rédigées (je révise !)

livre: Métamorphoses du texte

, de la journée organisée conjointement par les groupes Ile-de-France et Paris de l'ABF jeudi 25 avril à l'UPMC. • Introduction de la journée - Le profond bouleversement du monde des bibliothèques universitaires Christophe Péralès, Président de l'ADBU, Directeur du SCD UVSQ. Edgar Morin : L'aventure d'une pensée. « je ne sais pas si je suis un "auteur numérique" quand j’écris » Si on additionne la masse de trouille individuelle, on aurait sans doute l’explication de ce qu’a représenté cette journée de mardi 20 pour chacun d’entre nous.

« je ne sais pas si je suis un "auteur numérique" quand j’écris »

Solennité de l’amphi souterrain (sans wifi ni réseau, même pas possible de partager de l’un à l’autre). Chaleur évidemment de l’accueil, Cécile Portier côté BNF, Catherine Becchetti-Bizot et Patrick Souchon côté Educ Nat, et bien sûr plein de visages qui surgissent et qu’on apprend à faire coïncider avec l’adresse twitter familière – bonjour je suis @drmlj... ! Beau moment aussi cette suspension au 18ème étage de la BNF, le Belvédère (pour moi déjà connu), où nous pouvions faire un peu plus connaissance. Sentiment (je l’ai dit ici), troublant pour moi, sais pas pour les autres, parce que pas habitué à venir ni en cette place géographique, ni en cette place symbolique, si en cette place discursive. Juste surpris, à J + 2 (et hier on repiquait avec quelques-uns sur la question web et ateliers d’écriture) de la vague web à suivre.

La littérature à la vitesse de la pensée. Impossibilités du souvenir : De Georges Perec à la littérature numérique. Le rendez-vous des Lettres - Les métamorphoses du livre et de la lecture à l'heure du numérique.