background preloader

Le savant fou Pierre Bayard a encore frappé

Le savant fou Pierre Bayard a encore frappé
Par Jean-Michel Le Baut L’essayiste provocateur Pierre Bayard nous a habitué à des propositions critiques délirantes riches de propositions didactiques passionnantes : refaire l’enquête dans un roman policier, améliorer les œuvres ratées, savoir parler des livres sans les avoir lus, repenser ou réécrire l’œuvre d’un auteur à la lumière d’un autre … Il vient de publier aux Editions de Minuit un nouvel essai au titre paradoxal : Comment parler des lieux où on n’a pas été. Il y fait l’éloge de Marco Polo, Chateaubriand, Jules Verne, Edouard Glissant … : des « voyageurs casaniers » qui « ont fait le choix de ne pas s’aventurer loin de chez eux, sans pour autant s’interdire de décrire avec précision, et souvent avec passion, des lieux où ils ne s’étaient pas rendus et qui avaient pourtant marqué leur existence ». Sur le site des Editions de Minuit : Sur le Café pédagogique : En vidéo : Related:  Pierre Bayard2012

Pierre Bayard : Demain est écrit Entretien avec Pierre Bayard Professeur à l’Université Paris 8, psychanalyste, Pierre Bayard est à ce jour l’auteur d’une dizaine d’ouvrages de théorie de la littérature, parus – à une exception près – dans la collection « Paradoxe » des Editions de Minuit. Dans le dernier en date, Demain est écrit (Paris, Minuit, 2005), il s’interroge sur les capacités de la littérature à prédire l’avenir, et explore, avec autant d’humour que de rigueur, les implications épistémologiques de ce nouveau paradoxe. Propos recueillis par Frank Wagner F. P. F. P. A partir de là, le livre suit trois axes. Dans une deuxième partie, je propose un certain nombre d’hypothèses théoriques pour rendre compte de ces étranges prémonitions littéraires. Dans une troisième partie, je tire de cette proposition d’une influence parl’avenir un certain nombre de conséquences pratiques, qui pourraient intéresser ceux qui travaillent dans le domaine de la critique littéraire. F. P. F. P. F. P. F. P. J’ajoute une chose. F. F. P.

Les pratiques culturelles à l'ère numérique Les nouvelles pratiques culturelles des adolescents Le sociologue Olivier Donnat a dirigé pour le ministère de la culture l’enquête sur les « Pratiques culturelles des français à l’ère numérique ». Il développe en particulier d’intéressantes observations et réflexions sur le rapport nouveau que les adolescents entretiennent avec les livres et les écrans. Les jeunes lisent moins de livres qu’avant. La lecture de livres a même perdu de sa valeur sociale : il y a quelques décennies il était de bon ton pour un jeune de se déclarer lecteur tandis qu’aujourd’hui c’est presque dévalorisant ; la hiérarchie des séries et des disciplines à l’école déconsidère les humanités, et donc la littérature, comme promesse de réussite sociale. Les offres de loisirs sont nombreuses et le temps n’est pas extensible : en souffre en particulier la lecture de romans, qui est chronophage. Les « livres de consultation » résistent davantage que les livres qui demandent une « lecture linéaire ». I. II.

« Romans d’aujourd’hui » : une collection innovante La collection « Romans d’aujourd’hui » propose aux enseignants des DVD accompagnés de riches livrets pédagogiques pour les aider à faire lire et étudier des œuvres contemporaines. Un nouvel ouvrage de la série vient de paraître. Il est consacré à « Eldorado », roman où Laurent Gaudé raconte et éclaire l’immigration clandestine dans le bassin méditerranéen. Le Café pédagogique invite à découvrir cette collection, stimulante par ses choix éditoriaux comme par les démarches pédagogiques qui y sont mises en œuvre. Pour que la littérature soit plus contemporaine aux élèves On se souvient de la belle collection « Un siècle d’écrivains » : plus de 250 portraits d’auteurs du 20ème siècle, présentés par Bernard Rapp et diffusés à la télévision de 1995 à 2001. Trois titres ont déjà été publiés : « Le rapport de Brodeck » de Philippe Claudel, « Riz noir » d’Anna Moï, « Les jours, les mois, les années » de Yan Lianke. « Eldorado » est un roman intéressant par son sujet et son enjeu.

Autour d’une absence : non-lecture(s), lectures & délecture 1On n’ose mentionner que, publié en 2007, Comment parler des livres que l’on n’a pas lus, de Pierre Bayard a non seulement, depuis, bel et bien été lu, mais est probablement, pour de bonnes, ou, parfois, de moins bonnes raisons, celui des ouvrages de l’auteur qui aura fait, aussi, beaucoup parler, écrire, réfléchir. En témoigne notamment — plutôt pour d’excellentes raisons — cet ouvrage collectif publié en Pologne, à la suite d’un colloque tenu en septembre 2009 à l’université de Gdańsk, organisé par l’Équipe de Recherches en Théorie Appliquée (ERTA) de la Faculté des Lettres (Chaire de Philologie Romane), sous le titre initial « Autour de Pierre Bayard et des “livres que l’on n’a pas lus” ». 2Les guillemets, présents dans l’intitulé du colloque, et demeurés dans le titre de l’ouvrage, soulignent probablement le souhait de modaliser un énoncé dont la charge subversive, sinon, demeurerait trop vive. 9Ewa M. 15Anna Martuszewska se demande, elle, à partir d’E.

2012 : Sur les pas de Jean-Jacques Rousseau Par Jean-Michel Le Baut « L’année 2012 est celle où se rappeler combien Jean-Jacques Rousseau est vivant ». Jean-Michel Le Baut nous entraîne à Genève et ailleurs, dans les pas de Jean-Jacques… « Je suis né à Genève en 1712, d’Isaac Rousseau, citoyen, et Suzanne Bernard, citoyenne. » L’année 2012 est celle du tricentenaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau : l’année où mettre ses pas dans ceux du « promeneur solitaire ». L’exposition, dynamique dans sa disposition, synthétique et claire dans son contenu, s’avère particulièrement réussie, susceptible de renforcer ce compagnonnage, d’initier aussi tous ceux qui connaissent peu l’inventeur de l’autobiographie, de familiariser avec bonheur les élèves comme les voyageurs de passage. La visite est à prolonger par une promenade dans Genève autour des lieux et épisodes d’enfance évoqués dans les « Confessions ». L’année 2012 est celle où se rappeler combien Jean-Jacques Rousseau est vivant. Jean-Michel Le Baut L’espace Rousseau à Genève :

Enseigner l’oral à l’heure du numérique Un dossier réalisé par Jean-Michel Le Baut Vive la baladocréation ! « La prise de parole en public n'est enseignée en tant que telle à aucun moment scolaire, de la maternelle jusqu'au bac. » (Cyril Delhay, « Savoir lire, écrire, compter et prendre la parole », Le Monde, 20-10-11) « De mémoire de quadragénaire, il me semble, qu’à aucun moment dans le cursus éducatif français, je n’ai été confronté à la prise de parole en public. » (Michel Levy-Provençal, « Pourquoi les américains sont-ils beaucoup plus forts que les français pour prendre la parole en public ? L’apprentissage de l’oral est depuis longtemps dénoncé comme un point faible de l’enseignement des lettres. On en sait la nécessité. On en connaît les freins. Et si, précisément, les TICE fournissaient en la matière une aide précieuse ? Matériels 24 exemples d’activités Racine : Baudelaire : Un conte :

Pierre Bayard contre Hercule Poirot, derniers rebondissements dans l'affaire Ackroyd Marc Escola Pierre Bayard, Qui a tué Roger Ackroyd ?, Les Éditions de Minuit, coll. «Paradoxe», 1998. La première pensée qui me vient à l'esprit, c'est que vous ne savez pas vraiment quel est le coupable.Le Meurtre de Roger Ackroyd Le récent livre de Pierre Bayard dont le titre Qui a tué Roger Ackroyd ? Pierre Bayard se propose simplement de remettre en cause les conclusions auxquelles était parvenu Hercule Poirot au terme d'une enquête difficile[3] : Nous nous proposons donc de reprendre en détail toutes les pièces du dossier en examinant, le plus objectivement possible, si la solution d'Hercule Poirot est valable et s'il est assuré que le docteur Sheppard a commis le meurtre. [...] Le louable souci de vérité qu'affiche P. Alors que le roman policier est souvent vécu comme appelant à une lecture unique, notre proposition aurait pour bénéfice d'inviter à reprendre un certain nombre de dossiers douteux et à partir en quête de criminels impunis. Une contre-enquête Ce que le livre de P. P.

BnF- Action pédagogique Weblettres publie pour revitaliser l’enseignement du français L’association Weblettres poursuit son passionnant travail éditorial amorcé avec l’ouvrage « Passeurs de Textes 2de » paru en 2011. Un « Guide Tice pour l’enseignement du français » est en cours de publication. Amené à devenir un ouvrage de référence, destiné à tous les enseignants quelles que soient leurs compétences, il présente et diffuse des usages variés du numérique susceptibles de favoriser une pédagogie de projet et de mettre les élèves en activité. En mai 2012, les équipes WebLettres et Le Robert feront paraître un manuel « Passeurs de Textes » pour la 1ère, mais aussi pour la 3ème ainsi qu’un cahier de préparation au Brevet. Le guide Tice sur Weblettres : Le site « Passeurs de textes » : www.passeurs-de-textes.fr Entretien avec Caroline d’Atakebian : Comment les Tice peuvent-elles m’aider à mieux faire passer telle notion ou à motiver mes élèves ? Pourquoi et pour qui ce « Guide TICE » ? C’est un projet qui nous tenait à cœur depuis longtemps.

Les enquêtes critiques de Pierre Bayard - écritures contemporaines Qui a tué Roger Ackroyd ? de Pierre Bayard Dans Qui a tué Roger Ackroyd, Pierre Bayard entre­prend une enquête sur une enquête, celle menée par Hercule Poirot dans Le Meurtre de Roger Ackroyd d’Agatha Christie. Reprenant en partie la forme et les codes du roman poli­cier dans un essai uni­ver­si­taire, tour­nant en déri­sion les deux genres et la rigi­dité de leurs formes, il réa­lise ce qui sem­blait impos­si­ble au lec­teur : il pro­pose un autre cou­pa­ble à partir de la même intri­gue poli­cière, alors que celle-ci devrait logi­que­ment (du moins selon les règles du genre) mener à décou­vrir un seul et vrai meur­trier. Quel est alors le statut d’une enquête que Pierre Bayard peut démon­ter et recons­truire de manière dif­fé­rente aussi faci­le­ment ? « La vérité est moins un fait textuel qu’une virtualité de lecture » Loin d’être sim­ple­ment ludi­que, la séduc­tion qu’exerce cette nou­velle solu­tion ainsi que sa cohé­rence sem­blent avoir valeur de démons­tra­tion. Cécile Châtelet

Fabula, la recherche en littérature

Related: