background preloader

Le Printemps des poètes : Poétickets : la poésie par tous et partout

Le Printemps des poètes : Poétickets : la poésie par tous et partout
Propos recueillis par Jean-Michel Le Baut Le poète Hervé Eléouet préside l’association « Compter lez girafes » qui organise chaque année à Brest une action originale : le jeu des Poétickets. Au gré de son inspiration, chacun est invité à écrire un court poème sur un ticket de son choix (bus, parking, cinéma …) et à le déposer dans une des urnes installées çà et là dans la ville. Ce projet insolite fonctionne chaque printemps depuis plusieurs années. Facilement transférable ou adaptable, y compris dans les établissements scolaires, il montre comment offrir l’écriture poétique à chacun, la diffuser dans la cité, la faire vibrer dans le quotidien … En quoi consiste le jeu des « Poétickets » ? Le principe du jeu des poétickets est d’écrire un poème sur une face d’un ticket usagé : bus, cinéma, stationnement, caisse, etc., de noter ses coordonnées sur l’autre face et le faire parvenir à l’association organisatrice de ce petit concours. La collecte a lieu chaque année du 1er au 31 mars. Fanch

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2012/03/06032012Printempsdespoetes.aspx

Related:  Enseigner la poésiePoésie2012

Le rêve en poésie I - Le Cas'Nard LE RÊVE en poésie I Recueil de textes établi par Bernard MARTIAL, professeur de Culture générale et expression en BTS et de Lettres-Philosophie en CPGE scientifiques. « Les questions », Antoine-Vincent Arnault (1766-1834), Poésies mêlées, 1826. Me demander si du plus froid des cœurs J’ai cru fléchir la longue indifférence ; Au seul plaisir si donnant quelques pleurs J’ai cru jouir du prix de ma constance ; Si, me berçant d’un penser si flatteur. Avec la peine un moment j’ai fait trêve ; Me demander si je crois au bonheur, C’est me demander si je rêve. Me demander si j’ai désespéré De voir finir les chagrins que j’endure ; Me demander si mon cœur déchiré À chaque instant sent croître sa blessure ; Si chaque jour, pour moi plus douloureux, Ajoute encore aux ennuis de la veille ; Me demander si je suis malheureux, C’est me demander si je veille.

Faire l’expérience de la poésie. Entretien avec Lysiane Rakotoson Propos recueillis par Jean-Michel Le Baut Lysiane Rakotoson enseigne les lettres et écrit de la poésie. Cette situation particulière lui confère un précieux point de vue, au sens propre, pour éclairer les réflexions et les pratiques des professeurs, pour nous apprendre à regarder, à aimer, à faire aimer la poésie.

Les calligrammes - Des documents pédagogiques à partager pour le cycle 3 Voici un "corpus" de calligrammes que j'ai présenté à mes élèves, dans le cadre de notre projet poésie. L'objectif : comprendre comment le poète a construit ce type d'écrit pour ensuite un écrire un soi-même. La plupart des calligrammes sont issus de ce petit livre, une vraie mine d'or ! Un achat que je conseille, au tarif livre de poche ! J'ai trouvé une séquence très bien faite ici et des compétences détaillées là Ensuite, j'ai proposé à mes élèves la grille de critères de réussite suivante : Accueil - Poètes en résistance - Centre National de Documentation Pédagogique La Seconde Guerre mondiale et les années d’occupation ont provoqué de nombreuses réactions chez les écrivains. Afin de témoigner, d’inciter à la réflexion et à l’action, d’exprimer leur révolte, ou encore d’échapper à la censure, des poètes se sont engagés en utilisant toutes les richesses de la langue française. Grâce à ce dossier rassemblant seize poèmes écrits par neuf poètes, les enseignants peuvent proposer aux élèves un travail interdisciplinaire autour des poèmes de la Résistance.

Pour une pédagogie de la poésie par immersion Par Jean-Michel Le Baut « Je me suis baigné dans le Poème de la mer » (Arthur Rimbaud) Le 14ème Printemps des Poètes a choisi d’explorer en 2012 le thème « Enfances » : il s’agit, selon Jean-Pierre Siméon, directeur artistique de l’opération, de « considérer quelle parole les poètes tiennent sur les commencements, apprentissage du monde entre blessures et émerveillements, appétit de vivre et affrontement à la « réalité rugueuse », comment leur écriture aussi garde mémoire du rapport premier, libre et créatif, à la langue. » Autant dire que la problématique retenue ne peut qu’interroger les pédagogues : comment les professeurs peuvent-ils éveiller les élèves à la poésie pour qu’elle leur soit un éveil au monde ? Un constat d’échec semble d’emblée s’imposer : au terme de leurs années d’étude, la plupart des élèves, considérant la poésie comme un simple objet scolaire, cessent d’en lire. Et si plutôt qu’apprendre des poésies ou enseigner la poésie, on choisissait d’apprendre la poésie ?

Le Printemps des poètes et des élèves ? Une sélection de Jean-Michel Le Baut En guise de prolongement au dossier consacré par le Café pédagogique au Printemps des poètes 2012, pour illustrer le pouvoir de l’école à éveiller à la poésie par l’écriture et la réécriture, voici une courte et arbitraire sélection de textes composés par des collégiens et des lycéens, puis publiés sur internet. Ce florilège doit être perçu comme une juste reconnaissance de la créativité des élèves, que l’école parfois bride. Il doit être aussi perçu comme un hommage aux enseignants qui, discrètement présents derrière ces différents poèmes, ont eu l’audace de mettre en place des projets innovants ou des ateliers d’écriture pour que leurs élèves à leur tour aient l’audace d’entrer en poésie.

Science décalée : la poésie, une douce musique pour le cerveau La lecture d'une poésie active les mêmes zones du cerveau que celles qui nous donnent la chair de poule à l'écoute de la musique. © photic.org.ua, cc by nc nd 3.0 Science décalée : la poésie, une douce musique pour le cerveau - 2 Photos « La poésie est cette musique que tout Homme porte en soi. » William Shakespeare aurait-il compris le pouvoir des mots sur le cerveau 400 ans avant les scientifiques ? Car des chercheurs, eux aussi Britanniques, viennent de confirmer l’intuition du génial écrivain dans une étude encore très préliminaire publiée dans le méconnu Journal of Consciousness Studies.

Le printemps des poètes (et des profs ?) Par Jean-Michel Le Baut Toute cette semaine, le Café pédagogique fête Le Printemps des poètes. Chaque jour vous découvrirez un reportage sur cet événement. Après cette rapide entrée en matière qui recense divers sites, actions, projets susceptibles de donner des idées; demain il sera question de "Poétickets : la poésie par tous et partout... Le 14ème Printemps des Poètes se déroule du 5 au 18 mars 2012 pour tenter de (re)donner à la Poésie de la vitalité et de la visibilité, dans la cité, et donc aussi à l’école. Voici quelques sites où chacun pourra librement puiser des idées, trouver des textes et des activités, s’inspirer de projets, nourrir ses réflexions … « Au Printemps des Poètes, nous savons bien que la poésie n’a pas de saison.

Rencontre avec Jean-Michel Maulpoix Académie d’Amiens Rencontre avec Jean-Michel Maulpoix le vendredi 10 décembre 2004 Né à Montbéliard, le 11 novembre 1952, Jean-Michel Maulpoix est l'auteur d'ouvrages poétiques, parmi lesquels Une histoire de bleu, L'Ecrivain imaginaire, Domaine public, et Pas sur la neige, publiés au Mercure de France. Il a également fait paraître des études critiques sur Henri Michaux, Jacques Réda et René Char, ainsi que des essais généraux de poétique (entre autres: La poésie malgré tout, La poésie comme l'amour et Du lyrisme). Son écriture, où dialoguent sans cesse prose et poésie, se réclame volontiers d'un « lyrisme critique ». Jean-Michel Maulpoix dirige la revue trimestrielle de littérature et de critique Le Nouveau Recueil (éd.

Que dire de la poésie? Chercher / trouver Nous nous souvenons qu’au Moyen-âge, le poète était dit troubadour ou trouvère, c’est-à-dire trouveur. Les romantiques faisaient encore de lui un élu, un inspiré recevant de la nature et de la rêverie cette espèce de parole heureusement « trouvée » que naguère lui dispensaient les muses. Déconcerter par la surprise comme le souhaitait Baudelaire, être un inventeur d’inconnu comme le voulait Rimbaud « laisser la place à la trouvaille » comme le réclamait Apollinaire, ce sont là quelques-uns des motifs qui placent la poésie au plus près du don gratuit, telle un phénomène d’entente et de réception singulier, dépourvu de cause précise. Un poème collectif écrit par des sixièmes de Sarcelles Marie L’Arvor enseigne le français au collège Anatole France de Sarcelles. Dans le cadre d’un projet interdisciplinaire autour de la ville, en s’inspirant d’un atelier d’écriture proposé par François Bon, elle a mené dans ses classes de sixième une expérience d’écriture collaborative autour du poème d’Henri Michaux « Quelque part quelqu’un ». L’expérience, témoigne-t-elle, a suscité l’enthousiasme des élèves et conduit à de nouvelles écritures, elle a été prolongée par des activités orales et des productions artistiques. Dans le texte suivant, on sera aussi sensible aux enjeux que construit en lui-même le dispositif et qui stimulent précisément le désir d’écrire : telle qu’elle est ici pratiquée, la coécriture peut favoriser à la fois l’introspection et le regard sur le monde, elle permet d’explorer simultanément la subjectivité et le « vivre ensemble », elle aide à fortifier son identité, individuelle et sociale. Quelque part à Sarcelles, le 2 avril 2012 à 9H58, quelqu'un ...

Related: