background preloader

Ces objets qui nous envahissent

Facebook Twitter

L'obsolescence programmée bientôt punie par la loi ? Un amendement prévoit d'ajouter dans le code de la consommation la durée de vie délibérement réduite parmi les éléments constituant une tromperie.

L'obsolescence programmée bientôt punie par la loi ?

L'obsolescence programmée par les fabricants pourra être punie comme une tromperie « sur la durée de vie du produit intentionnellement raccourcie lors de sa conception » prévoit un amendement écologiste voté vendredi 26 septembre dans le projet de loi sur la transition énergétique. Cette durée de vie délibérément réduite pourra donc entraîner une peine de prison de deux ans au plus, ainsi qu'une amende de 300 000 euros, au vu des sanctions prévues pour les autres types de tromperies jusqu'alors inscrits dans le code de la consommation.

Lire aussi la note de blog : Quand la panne est programmée par le fabricant « Les produits que nous utilisons dans la vie quotidienne sont trop souvent programmés par le producteur pour ne plus fonctionner après un certain nombre d'utilisations. Fordisme. Il y a 100 ans naissait le travail à la chaîne. La première chaîne de montage est née à Détroit, le 7 octobre 1913, dans une usine Ford.

Fordisme. Il y a 100 ans naissait le travail à la chaîne

En rationalisant les gestes des ouvriers, Henry Ford a réduit les coûts de production, rendu le travail répétitif, voire monotone, et fait grimper les salaires. Avec l’espoir que ses salariés puissent, eux aussi, s’offrir une Ford T. La première chaîne de montage 7 octobre 1913. Des ingénieurs de l’usine Ford d’Highland Park, à Detroit, mettent en place la première ligne de montage automatisée, empruntée par la Ford T, tirée par un treuil le long d’une corde. Les 140 ouvriers n’ont plus à venir à la voiture. Thème 2 (2015-2016) : « Ces objets qui nous envahissent : objets cultes, culte des objets » « BTS CGE CFM BTP Trappes.

L’émission de philosophie Les Nouveaux chemins de la connaissance a consacré, en avril 2013, une série de quatre entretiens au thème des objets. La première émission s’intitule « Qu’est-ce qu’une chose ? ». Les deux intervenants peinent beaucoup à apporter une réponse intéressante à cette question banale, même en recourant aux théories d’Heidegger (1889-1976) qui avait consacré un séminaire à ce problème en 1935. Centre Pompidou, parcours pédagogique : L'OBJET DANS L'ART DU XXe. Dossiers pédagogiques - Collections du Musée > English text REPRÉSENTER L’OBJET L’EXPÉRIENCE CUBISTE • Georges Braque (1882-1963) • Pablo Picasso (1881-1973) DÉTOURNER L’OBJET RÉEL DE DUCHAMP AUX SURRÉALISTES • Marcel Duchamp (1887-1968) Les ready-made • L’objet insolite des surréalistes UNE SOCIÉTÉ D’OBJETS POP ART AMÉRICAIN ET NOUVEAU RÉALISME • Le Pop Art américain • Les Nouveaux réalistes.

Centre Pompidou, parcours pédagogique : L'OBJET DANS L'ART DU XXe

Le Musée de l'Objet. Le Musée de l’Objet – collection d’art contemporain a ouvert ses portes à Blois en 1996.

le Musée de l'Objet

La collection qu’il présente aux publics est unique, rassemblant des œuvres dont la particularité est d’être réalisées à partir d’objets. Elle regroupe plus de 120 œuvres produites par 70 artistes français et étrangers qui, dans le courant du XXème siècle, ont fait de l’utilisation, de la manipulation de l’objet un véritable genre artistique. Fontaine (Duchamp) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fontaine (Duchamp)

Pour les articles homonymes, voir Fontaine. Fontaine (en anglais : Fountain) est un ready-made de Marcel Duchamp consistant en un urinoir en porcelaine renversé signé « R. Mutt » et daté 1917. L'œuvre fut refusée lors de la première exposition de la Société des artistes indépendants de New York en 1917 avant de disparaître. Seules des répliques certifiées par Duchamp dans les années 1960 sont aujourd'hui exposées dans les musées. Fontaine est un ready made, c'est-à-dire un « objet tout fait », autrement dit une idée que Marcel Duchamp a eue de « choisir » un urinoir industriel en vue d'une exposition d'art moderne au lieu de faire une sculpture de ses mains.

La réplique exposée au Musée d'art moderne du Centre Georges Pompidou, réalisée en 1964, est un urinoir en faïence blanche recouverte de glaçure céramique et de peinture. Le destin d'une tasse sans anse - Heinrich Böll. [note de lecture] "Autobiographie des objets" de François Bon (par Antoine Emaz) Jacques Tati Playtime - Trailer. Georges Perec : OBJETS. Toy Story 2 Film complet en français. La Galerie des dons. Le Musée de l’histoire de l’immigration est conçu comme un lieu interactif.

La Galerie des dons

Chaque visiteur souhaitant confier le parcours migratoire de sa famille est invité à offrir au musée une part de son histoire personnelle, qu'elle soit individuelle ou collective, intime et singulière. Des objets et des photographies, souvent transmis de génération en génération, sont ainsi présentés dans la Galerie des dons. Dans cet espace original et unique, ils entrent en collection au sein d’un patrimoine national commun pour raconter des récits de vie qui font l’histoire.

Musée de l'immigration : cette truelle va vous émouvoir... Dans le fracas de la grande histoire, isoler quelques notes particulières, plus frappantes à l'oreille.

Musée de l'immigration : cette truelle va vous émouvoir...

Le musée de l'Histoire de l'immigration présente, depuis 2008, une Galerie des dons, des portraits de personnages qui ont quitté leur pays et qu'un objet évoque. Ce petit espace a été entièrement revu. Auparavant, il retraçait huit parcours de Français venus d'ailleurs. Depuis, près de 500 pièces transportées précieusement depuis les quatre coins du monde ont été recueillies. À chaque fois, un témoignage est enregistré par les équipes du musée, qui donne du sens à chaque objet. Le 1er avril, la Galerie des dons rouvrira, repensée – toute en circonvolutions, en bois – et enrichie. "On pourrait croire que les gens nous donnent surtout des valises, des passeports, des papiers officiels, raconte Hélène du Mazaubrun, chargée des collections ethnographiques au musée de l'Histoire de l'immigration.

Marie-Anne Kleiber - Le Journal du Dimanche Suivre.