background preloader

Entraînement

Facebook Twitter

Entrainement : idées reçues n°1. 1 – « Si je transpire vite à l’effort, c’est que je suis en mauvaise santé » Et non, transpirer rapidement lorsque vous vous mettez en activité manifeste plutôt une haute capacité de votre organisme à évacuer la chaleur produite par vos muscles à l’effort (i.e., à mieux thermoréguler).

Entrainement : idées reçues n°1

Mouiller précocement le maillot doit donc être perçu comme un signe de bonne condition physique (sensibilité accrue aux changements de température) et non comme un indicateur de mauvais état de forme. 2 – « Si je me couvre beaucoup pour aller courir, je vais brûler plus de graisses » Faux. Se couvrir à l’effort revient en quelque sorte à installer un « couvercle » sur la peau empêchant l’évaporation de la sueur. Entrainement : idées reçues n°2.

Série estivale entrainement : idées reçues n°3. 1 – « Plus j’utilise d’outils pour m’aider à récupérer, et plus je serai prêt pour le jour J » Effectivement c’est un raisonnement intuitif, mais derrière la remise en cause de cette idée repose en réalité un point stratégique : celui de la gestion par le corps des stresses physiologiques et traumatiques associés à la séance.

Série estivale entrainement : idées reçues n°3

Concrètement, si vous apportez de façon systématique une aide à votre corps (bain froid, cryothérapie corps entier, électrostimulation, etc.) pour l’aider à récupérer après les séances difficiles, vous le suppléez pour que celui-ci retrouve plus vite sa zone de confort. Récupération et entraînement sont indissociables.

Que ce soit à la fin de chaque entraînement, entre chaque série, ou à la fin d’une compétition, il est fréquent de voir les athlètes essoufflés ou sans force avec leurs mains posées sur leurs genoux.

Récupération et entraînement sont indissociables

Mais cette fatigue, ils doivent la surmonter au plus vite afin de finir leur séance ou d’être rétabli pour le prochain entraînement. La récupération fait partie intégrante de l’entraînement. C’est notamment le cas dans la théorie de surcompensation qui consiste à alterner des périodes d’exercices suffisamment intenses (c’est-à-dire à fortes charges) et des périodes de repos induisant une augmentation de potentiel physique de base. Elle joue un rôle dans le processus d’entraînement et dans la prévention du surmenage (physique et psychique). Si on prend pour exemple le demi-fond (800 m en athlétisme), épreuve considérée comme un challenge mental et physique, l’athlète doit toujours être en forme tant physiquement que mentalement afin de concrétiser son travail en compétition. Surmenage : l’entraînement de trop, c’est quand. ​L’importance d’évaluer sa charge d’entraînement avant une compétition ​pour plus d’Efficacité​

Un bon plan d’entraînement est certes personnalisé, mais avant tout, il est flexible !

​L’importance d’évaluer sa charge d’entraînement avant une compétition ​pour plus d’Efficacité​

« Personnalisation » et « flexibilité » ne sont évidemment pas incompatibles, au contraire, l’un justifie l’autre : – Si mon plan devient personnel, c’est justement car il est flexible, – Si mon plan devient flexible, c’est pour mieux me correspondre. Trail : planifier pour performer et se préserver. Primo, gare à la surconsommation de courses, de kilomètres, de dénivelés… Cette inexorable marche en avant est pernicieuse et pas toujours visionnaire.

Trail : planifier pour performer et se préserver

Pour un athlète, le « toujours plus » est bien souvent synonyme de fatigue, de blessures, de burn out. Le plaisir et la performance ne seraient-ils pas dans la mesure de la démesure, c’est-à-dire dans le défi mesuré pour lequel on se donne les moyens de réussir ? Dans cette optique, la question de la planification de l’entraînement est pertinente. Comment programmer son entraînement pour arriver en forme à telle période pour telle course ?

Progression

Aérobie. Dénivelé. Renforcement musculaire. L’échauffement. Plan d'entraînement. Bien construire son réveil musculaire et son échauffement, c’est important. A qui sert de s’échauffer ?

Bien construire son réveil musculaire et son échauffement, c’est important.

Le parallèle pourrait être établi avec une voiture. Je suis certain que lorsqu’il fait très froid, vous n’utilisez pas votre véhicule en exigeant de lui qu’il soit immédiatement capable d’atteindre ses meilleures performances (« vous ne le faites pas monter en tours » comme on dit). Généralement, vous chauffez le moteur soit sur place, soit en roulant tranquillement. Un même parallèle pourrait être établi avec le chauffeur que vous êtes ; je suis également certain qu’il vous est nécessaire de prendre contact avec la nature même des opérations qui vont s’imposer à vous… qui exigent prise d’informations, prise de décisions et ajustement moteur.

Courir la nuit : ça s’apprend. Soyons basiques : la nuit, c’est l’absence de la lumière et de la chaleur du soleil.

Courir la nuit : ça s’apprend

Il est donc plus difficile de s’orienter, de progresser, et le risque de froid est important en hiver et/ou en montagne. Pour certains trails comme la TransGranCanaria ou la Western States, les parties de nuit sont les bienvenues car la température y est agréable, mais la plupart du temps, sous nos latitudes, c’est le froid qu’il faut craindre. S’entraîner sous le soleil, un vrai labeur …quoi que ! Alors que les températures de cet été deviennent particulièrement surprenantes – voire caniculaires !

S’entraîner sous le soleil, un vrai labeur …quoi que !

– qui n’a pas éprouvé cette remarquable résistance dont il fallait témoigner pour performer sous la chaleur ? Plus précisément, qu’en est-il de la réponse de notre organisme lorsqu’il est exposé à ce type de conditions inhabituelles ? En science du sport, lorsqu’une performance est amenée à se dérouler en ambiance thermique chaude (qui plus est avec une forte humidité) il est courant d’appréhender distinctement deux types d’effort. D’une part, les exercices maximaux, considérés comme ceux conduisant les paramètres cardiovasculaires dans leur retranchement (par exemple un triathlon sprint, un 10 km, un col en cyclisme…) ;D’autre part les exercices sous-maximaux, plus longs, moins intenses, mais rudement éprouvants nerveusement (comme un marathon, une sortie d’entraînement longue et soutenue à vélo, un ultra-trail…). Le rôle des bras en trail. Apprendre à courir Si l’activité de course est naturelle, le geste ne l’est pas car il dépend de nombreuses contraintes : taille, poids, répartition des masses, longueur des segments, angles articulaires et segmentaires, dissymétries…qui font que chaque foulée est unique et que chaque défaut est difficile à corriger.

Le rôle des bras en trail

Un défaut est une contrainte biomécanique, potentiellement modifiable (type d’appui, inclinaison du corps, poids, souplesse…) dont l’effet est négatif sur le rendement énergétique et donc sur la performance. Le geste n’est jamais figé, il nécessite un apprentissage au démarrage de l’activité et des corrections par la suite. Puisque la course dépend du geste, il est utile d’analyser ce geste par une approche systémique qui relie les éléments entre eux car une erreur très faible sur un paramètre peut avoir une influence importante sur la situation résultante. Que remarque-t-on si on court à différentes allures les mains dans le dos ou les bras le long du corps ? Exercise and cold weather: Tips to stay safe outdoors. Winter fitness: Safety tips for exercising outdoors Dressing in layers, protecting your hands and feet, and paying attention to the forecast can help you stay safe and warm while exercising outdoors in cold weather.

Exercise and cold weather: Tips to stay safe outdoors

By Mayo Clinic Staff Cold weather can discourage even the most motivated exercisers. And if you're not as motivated, it's all too easy to pack away your workout gear along with your warm-weather clothing. But you don't have to let cold weather spell the end of your exercise. Stay safe during cold-weather exercise Almost everyone can exercise safely during cold weather. The following tips can help you stay safe — and warm — while exercising in the cold. Pay attention to weather conditions and wind chill Before heading out, check the forecast for the time you'll be outside. The combination of wind and cold make up the wind chill index, which is commonly included in winter weather forecasts. Know the signs of frostbite and hypothermia Hypothermia is abnormally low body temperature.

Entraîner un sédentaire âgé : Contrôle, progrès. En premier lieu, il parait nécessaire de définir ce qu’est un « sédentaire âgé » ou ce qu’il pourrait être suivant une compréhension commune. « Un sédentaire », c’est une personne qui passe la plupart de son temps immobile ou dans une situation de quasi-immobilité. C’est un trait de nos sociétés modernes que d’avoir substitué au travail musculaire, un travail assis ! Globalement, on pourrait dire que l’homme ne se déplace plus par lui-même (marche à pieds), mais qu’il se laisse déplacer (transports en commun).