background preloader

2 - Développement durable (Green IT) et évolution des SI

Facebook Twitter

Actualité Green IT

Casco Adhesives déploie IFS Eco-footprint Management. Par Frédéric Bordage - 07/07/2011 Filiale d’Akzo Nobel, l’une des plus importantes entreprises de produits chimiques dans le monde, Casco Adhesives va rationaliser ses processus et améliorer sa gestion environnementale en déployant IFS Eco-footprint Management. Ce module va permettre à Casco Adhesives d’analyser et documenter l’impact environnemental de ses activités - fabrication d’adhésifs et systèmes adhésifs pour l’industrie du bois - à travers toute sa chaîne de valeur. Mais aussi de créer, tester, certifier au niveau environnemental et lancer des produits plus respectueux de l’environnement, plus rapidement. « IFS Eco-footprint Management nous offre une solution intégrée à notre système ERP qui va rationaliser nos efforts en termes de développement durable » explique Sara Nilsson, Responsable Environnement de Casco Adhesives.

Serveur Green - Les vidéos du Monde Informatique. Déchets électronique - Les vidéos du Monde Informatique. Green IT - Les vidéos du Monde Informatique. Tout savoir sur le Green IT et l'informatique verte. Informatique verte. À l’heure du réchauffement climatique, la "Green IT" intéresse de plus en plus de DSI. Mais derrière la tendance écologique se jouent des enjeux financiers d'envergure : l'informatique verte doit permettre de réduire la consommation énergétique des serveurs et des centres de données. Écologie informatique : mythe ou réalité ? Soucieux du développement durable, les Français seraient prêts, selon une récente étude Ipsos, à réparer ou "booster" leur ordinateur plutôt que de le remplacer.

Mais quand l’obsolescence est programmée, les bonnes intentions sont-elles suffisantes ? Impressions : 26 pages par jour et par salarié Pour la première fois depuis des décennies, le nombre de pages imprimées par les entreprises baisse au niveau mondial. 90 % de l’énergie consommée par les datacenters est gaspillée Malgré des progrès, le Green IT peine à se faire une place dans les centres de données.

Le Green IT entre dans les mœurs… des grandes entreprises Green IT : quelles économies espérer ? Geeks ? DSI quels risques et obligations pour une informatique plus verte ? Les producteurs ont théoriquement la possibilité de faire appel à des éco-organismes (Eco-Système, ERP, Ecologic et Recyclum) pour se charger du traitement de ces déchets, mais il n’existe pas d’éco organisme agrée pour les professionnels (uniquement pour les déchets ménager).

Comment appliquer la directive dans votre entreprise ? Tout d’abord, il faut tendre vers la réduction de déchets électrique et électronique. Comment ? Réviser sa politique d’achat en adaptant ses achats à ses besoins réels. Repère : Chaque année, les Français produisent 1,7 million de tonnes de déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE) soit 28 kg/an/habitant. La future directive européenne EUP (European Energy using Product) Ainsi la consommation électrique des PC, serveurs, écrans et imprimantes sera défini avec des objectifs de réduction importants. Quelles sanctions ? Les amendes prévues au non respect de la DEEE sont fixés indépendamment par chaque état. Les services IBM de technologie écologique optimisent l'efficacité énergétique de vos centres informatiques - France. Green IT & informatique verte : des solutions pour l'efficacité énergétique - France.

Informatique verte : huit bonnes pratiques mariant écologie et économie. Pour réaliser des économies dans une démarche de respect de l'environnement, la virtualisation des systèmes est une bonne option, permettant d’augmenter le taux d’utilisation des serveurs. Et même si ceux-ci consomment alors davantage, la réduction de leur nombre génère un gain qui peut dépasser 50 %. Ce processus peut même être automatisé, par exemple, par l’outil Distributed Power Management de VMware. « DPM rassemble en temps réel les machines virtuelles sur certains serveurs, et éteint ceux qui ne sont plus utilisés », explique Sylvain Siou, directeur technique de VMware. La consolidation des postes de travail passe quant à elle par la centralisation sur une infrastructure de type client léger, sur un environnement virtualisé, ou encore sur un châssis de PC lames. Consolidation et virtualisation ont même été étendues, notamment chez le leader Cisco, aux équipements dédiés à des fonctions de firewall ou de VPN. 2 – Mieux gérer la climatisation des salles informatiques.

Les DSI se convertissent au green IT - Techniques de lIngénieur. Les contraintes environnementales gagnent progressivement les directions informatiques des grandes entreprises et des administrations. Les dirigeants constatent qu'une démarche de green IT peut permettre de réaliser des économies, notamment en consommation d'électricité. 97 % des décideurs informatiques interrogés ont déclaré au moins envisager une stratégie green IT et 45 % ont déjà mis en place différentes initiatives vertes, d’après le Green IT report de Symantec paru en mai. « En 2009, les DSI commencent à avoir des projets verts qui s’intègrent dans une démarche d’entreprise », confirme Christophe Corne, directeur général de Dotgreen, éditeur de logiciels et prestataire de services.

Cela concerne pour l’instant principalement les grandes entreprises et certaines collectivités locales ou administrations, mais les PME suivront. Au-delà des aspects environnementaux, ce sont les perspectives de gain qui intéressent les entreprises. Des écolabels pour l’équipement informatique. Quelles stratégies pour une informatique verte ? - Techniques de lIngénieur. Mettre en place une stratégie d'informatique verte. L'idée est séduisante. Mais pourquoi et comment ? Et s'il s'agissait d'une opportunité pour les entreprises de dégager de la valeur.

Zoom sur les principaux moyens d'y parvenir. Il existe une variété de technologies qui permettent de tendre vers une informatique verte : la virtualisation est l'une d'entre elle, au même titre que la conception de matériels consommant moins d’énergie et nécessitant moins de refroidissement. Examinons ici la façon dont les organisations peuvent développer une stratégie d’informatique verte, grâce à une meilleure visibilité des actifs informatiques existants et une meilleure connaissance de l’état de l’infrastructure informatique.

Il existe de nombreuses opportunités de dégager de la valeur en concevant et en mettant en œuvre une politique verte au sein d’un système de technologie de communication et d’information. Un secteur a fort impact sur l'environnement Ce chiffre pourrait même encore augmenter. Jean-Luc Couasnon (Accenture) : “ La Green IT limite notre production de CO2 et nos coûts directs ” Green IT : l'informatique poussée au vert permet des économies - RT Infrastructure. Dossier par reseaux-telecoms.net, 411 mots Les responsables IT doivent répondre présents quand leur entreprise engage une démarche éco-responsable. Une négociation permanente s'installe en tenant compte de la responsabilité écologique, de la maîtrise des coûts et des progrès des systèmes d'information. Le développement durable devient un enjeu majeur pour certaines entreprises. Une démarche qui impacte directement leur informatique.

"Nous avons une conscience écologique depuis longtemps et nous l'appliquons à tous les niveaux dans l'entreprise. Le Green IT est l'évolution normale des directions informatiques dans les prochaines années", déclare Christian Grellier, DSI de Bouygues Immobilier. De même, à la société des transports de l'Agglomération Orléanaise, la SETAO, qui gère des services de bus et de tramways.

" La SETAO a inscrit, il y a trois ans, d'être une entreprise verte dans son plan d'entreprise. ENR - Energies nouvelles renouvelables. Les Technologies de l’Information apparaissent, de plus en plus, comme un outil transversal indispensable au développement durable : en effet, si les matériels informatiques constituent une préoccupation pour l’avenir (quantités croissantes, renouvellement fréquent…), la contribution des TIC aux démarches de préservation de l’environnement est de plus en plus évidente : échanges virtuels facilités, importance des systèmes informatiques dans les technologies propres… Des perspectives de développement sont à explorer dans ces différentes directions.

Que sont les Green IT? Les Green IT ou comment les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) peuvent contribuer au développement durable? Chiffres clés Secteur TIC : 2% des émissions de CO2 mondiales (incluant les phases d’utilisation des matériels informatiques, Gartner). 20 à 50 millions de tonnes d’e-déchets sont générés à travers le monde chaque année ( 5% de la totalité des déchets municipaux solides mondiaux ). Les jeunes, moteur du développement durable. Par Frédéric Bordage - 19/07/2011 Les jeunes veulent être un moteur du changement et amener une nouvelle vision du développement durable.

C’est ce que révèle l’Enquête Mondiale sur les Modes de Vie Durables (Visions for Change: Recommendations for Effective Policies on Sustainable Lifestyles) menée par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) auprès de plus de 8 000 jeunes adultes de 18 à 35 ans, originaires de 20 pays différents. Première leçon de l’enquête : les rapports à l’environnement des jeunes du nord et du sud ne sont pas les mêmes. La majorité est convaincue que l’état de la planète est un des deux principaux défis mondiaux. Mais cette vision est plus largement partagés dans les pays développés : 82 % en Australie, 74 % au Vietnam et 71 % en Suède, contre seulement 42 % en Egypte, 38 % au Brésil et 34% en Argentine. Deuxième leçon : globalement, tous pays confondus, les jeunes adultes sont très satisfaits de leurs vies.

Datat center - Le green data center existe-t-il ? Par Frédéric Bordage - 12/07/2011 Qu’est-ce qu’un centre informatique sinon une usine dans laquelle entrent d’importantes quantités d’énergie ? Cette énergie est utilisée pour stocker des documents et des données, effectuer des requêtes dans des bases de données, et restituer le résultat sous la forme d’e-mails, de pages web, et de documents multimédias (images, vidéos, etc.).

C’est en partant de cette définition que le Syntec Numérique a réfléchi aux liens entre centre informatique et développement durable. Le premier, économique, est évident : pour maximiser la rentabilité d’un centre de données, il faut optimiser au maximum son efficience énergétique. Partout sauf en France, la réduction de la consommation électrique par transaction / e-mail / page web se traduit par une réduction des émissions de gaz à effet de serre. A noter, une position intéressante sur le thème « cloud computing » et développement durable que je vous laisse découvrir en lisant le document.

A lire : système d’information et développement durable. Par Frédéric Bordage - 08/09/2010 Réduire l’empreinte environnementale du système d’information est une nécessité qu’aucune entreprise ne peut plus ignorer. Système d’information et développement durable (Lavoisier) aborde cette problématique en rappelant les gestes essentiels du Green IT 1.0. L’objectif du livre est double : aider les entreprises à passer à l’action et leur donner les bases fondamentales pour alimenter leur réflexion sur le lien entre Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) et développement durable. Les auteurs ne se limitent donc pas à la problématique du Green IT / éco-TIC.

Ils développent aussi les deux autres axes du développement durable : social et économique. Système d’information et développement durable alterne ainsi entre les bonnes pratiques (notamment le chapitre 6. Cet ouvrage est très hétérogène, mais son contenu est aussi très riche. Disclaimer : j’ai participé à l’écriture de certains chapitres de ce livre. Tri-Gate : Intel prêt à produire le processeur de demain. 01net le 05/05/11 à 18h33 C’est, selon Intel, son innovation la plus importante de l’année. Le fondeur américain n’hésite même pas à qualifier ses nouveaux transistors Tri-Gate de « révolution » pour le marché des microprocesseurs.

C’est en effet la première fois que « des transistors à structure tridimensionnelle seront mis en production en grande série depuis l’invention des transistors en silicium, voici 50 ans », d’après la firme, pas peu fière de cette nouvelle technologie sur laquelle elle travaille depuis presque dix ans. Ces nouveaux transistors consomment moins d'énergie et permettent, selon le fondeur, des gains de performances allant jusqu’à 37 % en basse tension, par rapport aux modèles actuels, gravés en 32 nanomètres. Les Tri-Gate, eux, atteignent une finesse de 22 nanomètres. Comment ça marche ? Pour comprendre pourquoi, il faut plonger au cœur des processeurs et des centaines de millions de transistors qui le constituent. A g., un transistor actuel.