background preloader

E-book : usages et pratiques d'écran

E-book : usages et pratiques d'écran
Related:  Evolution des usageseditorialisation

Ebook : protection des formats EPUB et augmentation des prix Quelle évolution pour les ebooks ? Nos comportements, face aux bas prix, semblent dessiner une frénésie d'achat voire de « collectionnite » au détriment de la lecture réelle des ouvrages acquis. A ce titre, TOC o'reilly s'interroge sur la pertinence des prix cassés des ebooks, alors que d'un autre côté, l'IDPF penche pour une protection des formats EPUB. Lors d'une conférence sur le piratage des ebooks, une personne a signalé que celui-ci peut être évité lorsque le contenu est mis à disposition sous tous formats et surtout, à un prix « raisonnable », rapporte Joe Wikert (TOC O'Reilly). De s'interroger alors sur l'accessibilité de ces livres numériques et de nos comportements de lecture qui s'ensuivent. De la consommation au détriment de la lecture Car, rien n'est plus simple pour Joe Wikert : pour une proposition d'un ebook à 9,99 dollars, les lecteurs trouvent le prix trop élevé. « Peut-être sommes-nous trop centrés sur le phénomène des 99 centimes ? Sources : TOC , IDPF , IDPF (request)

LIMINAIRE Nous restons ensemble Statue du Centaure de César dans un reflet de la Place Michel-Debré, Paris 6e. Créature de la mythologie grecque, le Centaure est un être hybride composé d’un corps de cheval et d’un torse à tête d’homme. Je suis venu vous dire comment cela va commencer Rue Belgrand, Paris 20e. Il y a le souvenir lointain de ce mot, du sens de ce mot dont j’ai perdu la trace, le moindre souvenir. Après la bataille Centre Musical Fleury Goutte d’Or Barbara, Boulevard de La Chapelle, Paris 18e. Cette impression d’arriver après la bataille, de trouver l’endroit à l’abandon, avec ses cagettes en bois entassées à la hâte comme si l’on préparait un grand feu de joie, un bûcher improvisé, cartons éventrés que l’humidité de la glace pilée, qui conserve au frais les poissons, attendrit en fondant, transforme en patte informe, bouillie maronnasse collant aux pieds. Un pas de côté Boulevard Saint-Germain, Paris 7e. Un pouvoir d’enchantement

Jeunes, culture et création : en numérique, tout sauf le livre ? D'après le propre aveu de Philippe Torres, Directeur Conseil et stratégie numérique de l'Atelier BNP Paribas, l'étude qu'il dévoile propose des résultats parcellaires, parce qu'elle n'a été réalisée qu'auprès de 500 jeunes de 18 à 25 ans, toutefois venus de 5 pays différents (France, Allemagne, États-Unis, Inde, Corée du Sud), et équitablement répartis entre féminin et masculin. Malgré tout, certains aspects de l'enquête attirent l'attention sur la créativité numérique. See-ming Lee 李思明 SML, CC BY-SA 2.0 À noter, même si cela semble un détail : le quart du panel nouvelles générations constitué par l'Atelier BNP Paribas est constitué d'actifs, travaillants tantôt à mi-temps, tantôt à plein temps. Le budget consacré par ces jeunes à la culture n'est pas abordé dans l'étude, quand bien même son impact sur les modes de consommation numérique s'avère révélateur. Atelier Bnpparibas Nouvelles Generations Et Culture Numerique Pour approfondir

LIMINAIRE Dear Esther est un jeu narratif à la première personne (merci à Coline Sidre de me l’avoir fait découvrir) où le joueur est un explorateur naufragé sur une île britannique, dans les Hébrides, errant sans but précis. Le jeu ne suit pas les protocoles traditionnels du jeu vidéo, proposant une interaction minimale au lecteur qui n’a qu’assez peu de choix à faire, ni de tâches à accomplir, mais qui se concentre du coup sur son histoire, qui est racontée par le biais d’un récit épistolaire. Le récit est disséminé sous formes de fragments de souvenirs, à chaque fois qu’on découvre un nouvel élément de l’île. La plage de « Dear Esther » « Chère Esther. Chère Esther. Chère Esther. Une île déserte. La grotte de « Dear Esther » « Je traverse mes propres agonies. Si les cavernes sont mes entrailles, ça doit être l’endroit où les calculs sont créés en premier. Je voyage à travers mon propre corps, suivant la ligne de l’infection depuis le fémur brisé jusqu’au cœur. Je suis l’antenne.

Un Ebook sur Léonard de Vinci avec de la publicité Un Ebook sur Léonard de Vinci avec de la publicité La polémique fait rage autour de la publicité que l’on pourrait incrémenter dans un livre numérique. Il y a ceux qui estiment que ce serait un sacrilège de toucher à l’œuvre d’un auteur et d’autres qui pensent qu’au contraire, l’ajout de pub dans un ebook serait une bonne façon de le promouvoir et de le proposer à moindre prix.Marc-André Fournier, spécialiste de Léonard de Vinci et précurseur dans diverses expérimentations autour de la littérature et du numérique a voulu relever le Challenge. Ciel de la PUB dans un ePUB ! L’important c’est le contenu ! Présentation du livre numérique : « Vingt années passées au service de Ludovic le More, des envahisseurs français, de l’art, de l’anatomie et des sciences. Le Dôme de Milan n’a rien à envier aux plus belles cathédrales gothiques de France. Ah petite information complémentaire, cet ebook est sans DRM il peut être chargé sur un iPad ou tout autre tablette.

Editions des Archives Contemporaines Parution: 2015/05 Le livre numérique, la lecture numérique et plus encore le lectorat numérique sont au cœur des préoccupations actuelles des professionnels des bibliothèques, du secteur de l’édition et de la presse ou encore des chercheurs en Sciences Humaines et Sociales.Prenant appui sur les résultats qualitatifs et quantitatifs de l’enquête « Usages d’Ebook et pratiques d’écran », une des premières du genre menée entre 2011 et 2013, cet ouvrage présente le regard de deux chercheuses françaises en Sciences de la Communication sur un objet en construction, traversé de controverses et porteur de promesses. Françoise Paquienséguy, membre de l’Equipe Lyonnaise de recherche en sciences de l’Information et de la Communication (Elico EA 4147), et enseignante à Sciences Po Lyon depuis septembre 2012, elle analyse les usages des TICN afin d’en saisir les spécificités numériques d’une part et l’empreinte dans les pratiques communicationnelles de l’autre.

Lecteur d'eBooks, qui es-tu ? Le nombre de lecteurs de livres numériques augmente sensiblement. En septembre 2012, 14 % des Français déclarent avoir lu un livre numérique, soit deux fois plus qu'en mars 2012. Qui sont ces lecteurs ? L'étude* de Chapitre.com révèle que les lecteurs sont majoritairement des nomades, amoureux de littérature et de nouvelles technologies. Le roman policier tire son épingle du jeu et comptabilise à lui seul 71,3 % d'adeptes. Le budget annuel des lecteurs d'eBooks atteint en moyenne annuelle 145 €, à raison de 9 à 15 € mensuels dépensés pour 5 à 10 livres par an. 62 % achètent les livres numériques depuis leur ordinateur contre 45 % qui achètent directement depuis une tablette ou une liseuse. Les revendications des lecteurs L'étude révèle des attentes en termes de contenu, de souplesse et d'interactivité.

Les mécanismes cérébraux de la lecture - Psychologie cognitive expérimentale - Stanislas Dehaene - Collège de France - 08 janvier 2007 09:30 Les mécanismes cognitifs de la lecture présentent un intérêt particulier dans la mesure où ils soulèvent la question des fondements des apprentissages culturels. L'écriture n'a été inventée qu'il y a environ 5 400 ans, et jusqu'à très récemment, seule une toute petite fraction de l'humanité apprenait à lire. Le cerveau humain ne peut donc en aucun cas avoir fait l'objet d'une pression sélective, au cours de son évolution, pour en faciliter l'apprentissage. Il en va de même pour la plupart, sinon toutes les compétences culturelles qui appartiennent au bagage récent de l'humanité : au premier abord, elles semblent sans précédent dans l'évolution des espèces et détachées de tout lien avec l'histoire évolutive de notre cerveau. De fait, bien rares sont les chercheurs en sciences sociales qui considèrent que la biologie du cerveau et la théorie de l'évolution pourraient être pertinentes pour leur domaine d'étude.

L'eBook déjà mort ? Les liseuses numériques vivraient-elles déjà leurs dernières heures, à peine devenues populaires auprès du grand public ? C’est en tout cas ce qu’affirme une récente étude. Les liseuses numériques à encre électroniques, autrement appelées e-readers ou e-book readers, vivraient-elles déjà leurs dernières heures, à peine devenues populaires auprès du grand public ? C’est en tout cas ce qu’affirme une nouvelle étude menée et publiée par le cabinet de prospective marketing IHS iSuppli, qui indique qu’après une croissance spectaculaire au cours de dernières années, le marché de la liseuse électronique est désormais sur « un déclin précipité et alarmant ». La faute à qui ? Selon IHS iSuppli, les livraisons de liseuses chuteront de 36% cette année à 14,9 millions d’unités, puis encore de 27% l’an prochain, à 10,9 d’unités. Pendant ce temps, les tablettes poursuivent leur percée, une prévision de 120 millions d’unités vendues cette année, et jusqu’à 340 millions à l’horizon 2016. (source)

Écrire numérique : du texte littéraire entendu comme processus 1Il y a bien loin que l’écriture gravée dans la pierre soit la norme de la transmission de la culture, considérant la lourdeur de l’industrie actuelle du livre et le déploiement de cultures numériques fébriles et innovantes – encore que l’idée de la trace, de l’inscription demeure une modalité signifiante forte encore aujourd’hui, comme le montre avec sensibilité le bel ouvrage de Jean-Claude Mathieu (2010). On a bien aisément transposé le rôle de la technique dans le contexte de la culture, particulièrement depuis l’arrivée massive de procédés et de fonctionnalités dont l’environnement numérique favorise la mobilisation. La parenthèse Gutenberg, si l’on peut désigner ainsi les siècles de domination du livre imprimé, avait certes réussi à enfouir cette technicité dans l’arôme romantisé du cuir, de la colle et de l’encre, de sorte que l’appareil « livre » s’estompe au profit de la sueur et du génie littéraires. 7Néanmoins, tous ces projets n’ont pas (encore ?) Se réticuler Fluctuer

Related: