background preloader

MASTER ANGLAIS

Facebook Twitter

L’anglais, une langue optimiste. L’étude de la langue n’est pas qu’affaire de littéraires.

L’anglais, une langue optimiste

Elle peut aussi intéresser mathématiciens et physiciens dès lors qu’il s’agit d’en dévoiler, par une approche statistique, le génie secret, les vertus cachées mais mesurables. C’est ce que vient d’essayer une équipe américaine de l’université du Vermont en voulant répondre à la question suivante : les langages sont-ils neutres sur le plan émotionnel ou bien contiennent-ils un biais affectif, positif ou négatif ? En clair, la langue a-t-elle une tendance naturelle, quel que soit le sujet évoqué, à l’optimisme ou au pessimisme ? De quelle manière le communicant qui se cache derrière tout Homo narrativus structure-t-il le contenu émotionnel de son récit (qu’il décrive une réalité ou une fiction) ou de ses dialogues, de sa prose ou de ses vers ? Cette équipe vient de publier ses résultats, mercredi 11 janvier, dans la revue PLoS ONE et, s’ils ne concernent que la langue anglaise, ils n’en sont pas moins étonnants.

Pierre Barthélémy. Ouvrages. Welcome to StudyGuide.org. Excerpt from Prose Works. And so good-by to the war.

Excerpt from Prose Works

I know not how it may have been, or may be, to others—to me the main interest I found, (and still, on recollection, find,) in the rank and file of the armies, both sides, and in those specimens amid the hospitals, and even the dead on the field. To me the points illustrating the latent personal character and eligibilities of these States, in the two or three millions of American young and middle-aged men, North and South, embodied in those armies—and especially the one-third or one-fourth of their number, stricken by wounds or disease at some time in the course of the contest—were of more significance even than the political interests involved.

(As so much of a race depends on how it faces death, and how it stands personal anguish and sickness. Pourquoi lit-on des romans ? - Héloïse Lhérété, article Littérature. Pourquoi lit-on Madame Bovary ou Da Vinci Code ?

Pourquoi lit-on des romans ? - Héloïse Lhérété, article Littérature

À quoi bon se passionner pour des histoires inventées de toutes pièces et pleurer sur le sort de personnages qui n’ont jamais existé ? Le divertissement n’est pas le seul apport de la littérature. Par le détour de la fiction, elle élargit notre expérience et nous offre un autre regard sur le monde et sur nous-mêmes. Le roman se porte bien. Il s’en vend chaque année en France six fois plus que d’ouvrages de sciences humaines (1), sans compter la florissante littérature de jeunesse. Le singulier, l’éphémère, le minuscule Avant d’entamer cette enquête, commençons par interroger ce terme, « roman ». Le roman est pluriel, donc, et c’est la raison pour laquelle il n’existe aucune raison univoque de s’engouffrer dans sa lecture. Mieux connaître l’humain Pourtant, de nombreuses voix s’élèvent pour affirmer le « pouvoir heuristique » ou encore la « puissance cognitive » de la littérature.

Des vies par procuration Le retour du plaisir. Learner_english.pdf. Part 1 - Wuthering Heights Audiobook by Emily Bronte (Chs 01-07) Www.e-educmaster.com/chamilo/ Mentions Légales L'AFADEC (Association de la Formation A Distance de l'Enseignement Catholique) administre cette plateforme, dont l'objectif est d'accompagner la préparation au concours CAPES/CAFEP des étudiants inscrits dans les masters Métiers de l'éducation des universités et instituts catholiques.

www.e-educmaster.com/chamilo/

Les informations recueillies (nom, prénom, discipline, adresse mail, lieu d'inscription, année de Master) sont nécessaires pour votre inscription. Elles font l'objet d'un traitement informatique et sont destinées au secrétariat de l'association. En application des articles 39 et suivants de la loi du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent. Si vous souhaitez exercer ce droit et obtenir communication des informations vous concernant, veuillez vous adresser à : contact.AFADEC@gmail.com www.e-educmaster.com implante des cookies dans votre ordinateur : Pour Mozilla firefox : Pour Microsoft Internet Explorer : Accueil - Isfec-Ipec Formation. Literature and changes in language. «La vie est une oeuvre en soi» - Propos recueillis par Héloïse Lhérété et Catherine Halpern, article Philosophie.

Dans La Signature humaine , Tzvetan Todorov se raconte à travers de grandes figures des arts et de la pensée.

«La vie est une oeuvre en soi» - Propos recueillis par Héloïse Lhérété et Catherine Halpern, article Philosophie

Avec une intuition : l’humain ne construit du sens qu’à partir de sa propre histoire. Une longue silhouette, un regard gai, un phrasé lent et musical : Tzvetan Todorov, c’est d’abord une présence. Attentif et chaleureux, il déroule sa vie dans l’appartement mansardé où il nous reçoit. La jeunesse en Bulgarie, la dictature communiste, l’exil en France, les premiers travaux sur les formes narratives dans la littérature, aux côtés de Roland Barthes. A l’époque, il veut édifier rien moins qu’une théorie scientifique de la littérature, dans le double sillage des formalistes russes et de la linguistique structurale, façon Mikhaïl Bakhtine et Roman Jakobson.