background preloader

Pillage de l'Afrique malgré "l'indépendance"

Facebook Twitter

Congo : la malédiction des matières premières. La République démocratique du Congo est un pays riche.

Congo : la malédiction des matières premières

Son sous-sol renferme 80% des réserves mondiales de coltan, des diamants, beaucoup d’or et d’autres matières premières essentielles pour faire tourner l’économie mondiale (fer, manganèse, cuivre, cobalt…). Pourtant le pays se classe en dernière position sur l’indice de développement humain. Corruption, conflits, impéritie et prédation politique sont à l’origine de ce paradoxe. Extractivisme et dette. Avec : Henry Muhiya, secrétaire exécutif de la Commission épiscopale pour les ressources naturelles, auteur du rapport du CCFD "Des ressources naturelles au cœur des conflits" et Nicolas Sersiron, président du Comité pour l'annulation de la dette du tiers monde, le Cadtm France et auteur de "Dette et extractivisme"

Extractivisme et dette

La vraie fortune des Bongo, une bombe à retardement pour le Gabon. Situation en Afrique. Stop à l'aide humanitaire destinée à la relocalisation forcée des tribus de la vallée de l'Omo. Zambie : à qui profite le cuivre ? en replay. Aidons l’Afrique à lutter contre la « croissance » La déstabilisation de l’Afrique du Nord et le rejet par l’UE du projet pour revitaliser le lac Tchad nous ont amené à nous poser cette question : « Mais alors, tous ces Africains prêts à mourir au large de Lampedusa pour entrer en Europe, seraient-ils trop imbéciles pour tirer parti de la croissance africaine que l’on nous vante partout ?

Aidons l’Afrique à lutter contre la « croissance »

» Il est comique de considérer ce que l’on entend aujourd’hui par croissance et d’entendre M. Moscovici se réjouir que « l’Insee prévoit + 0,2 % de croissance en France, ce qui va au-delà de notre prévision de + 0,1 %, qui était délibérément prudente. » Drôle de notion de la croissance pour ceux qui, toujours plus nombreux, ont recours chaque hiver aux Restos du cœur. En France, on recense presque 9 millions de personnes (14 %) qui vivent en dessous du seuil de pauvreté. Ce « mythe de la croissance » révèle la face sombre d’un fascisme financier de plus en plus décomplexé. Le mythe de la « croissance » Corruption en Guinée: le roi des diamants Steinmetz entendu en Suisse - Page 3. Sauvons les terres des Masaï en Tanzanie! 643 512 ont signé.

Sauvons les terres des Masaï en Tanzanie!

Aidez-nous à atteindre 2 500 000 Mise à jour: 13 Août 2012 Impressionnant! Plus de 400 000 d'entre nous ont signé en seulement 24 heures! Et l'entourage du président Kikwete commence à réagir -- il y a quelques heures, le confident du président, le député Mr January Makamba, a dit par tweetqu'il transmettrait notre message au président en personne. Publié le 10 Août 2012À tout moment, une grosse entreprise spécialisée dans les chasses commerciales pourrait signer le contrat qui chassera de leurs terres ancestrales jusqu’à 48 000 membres de la fameuse ethnie Masaï, afin de permettre à de riches émirs du Moyen-Orient de chasser lions et léopards. La pression des pays riches sur les ressources des plus pauvres s'aggrave. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Audrey Garric La planète souffre et sa guérison semble compromise.

La pression des pays riches sur les ressources des plus pauvres s'aggrave

La pression exercée par l'humanité sur les écosystèmes est telle que nous consommons chaque année moitié plus de ressources que la Terre n'en fournit. A ce rythme, il nous faudra deux planètes pour répondre à nos besoins en 2030, s'alarme le WWF (Fonds mondial pour la nature) dans son rapport Planète vivante 2012, publié mardi 15 mai.

Réalisé tous les deux ans, cet état des lieux de la planète – qui ne présente pas de différence notable par rapport à 2010 – se base sur deux indicateurs. Le premier, c'est l'indice planète vivante (IPV), qui mesure les variations de la biodiversité à partir du suivi de 9 014 populations appartenant à 2 688 espèces de mammifères, oiseaux, reptiles, amphibiens et poissons. Des différences existent toutefois entre les régions : l'IPV a ainsi chuté de 60 % dans les pays tropicaux, alors qu'il a progressé de près de 30 % dans les pays tempérés. Le combat de l'Afrique pour se réapproprier ses ressources naturelles. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Laurence Caramel Marrakech (Maroc), envoyée spéciale.

Le combat de l'Afrique pour se réapproprier ses ressources naturelles

Minerais, pétrole, gaz, terres arables… les ressources naturelles dont l'Afrique dispose en quantités encore largement inexploitées peuvent-elles enfin devenir le levier de développement du continent ? Une décennie de croissance sans précédent, portée par ce que des économistes ont baptisé "supercycle" des matières premières et des découvertes d'hydrocarbures, a ouvert de nouveaux horizons à plusieurs pays dont le revenu par habitant figure parmi les plus faibles du monde, comme le Mozambique ou la Tanzanie. A Marrakech, où se tenaient les assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD) jusqu'au vendredi 31 mai, l'optimisme est affiché.

Comme si, cette fois-ci, l'exploitation des richesses naturelles ne devait plus être la répétition d'une histoire jusqu'ici synonyme de pillages au profit d'un petit nombre et de ravages écologiques. Les multinationales, seules fautives ? Comment la City fait semblant de "découvrir" le pillage des ressources de l'Afrique. Des collectifs africains dénoncent le pillage du groupe Bolloré - Page 2. Bushmen face imminent eviction for 'wildlife corridor'  A Bushman community in southern Botswana is facing imminent eviction from their land for a 'wildlife corridor'. © Survival International Survival International has received disturbing reports about an imminent eviction of several hundred Bushmen in southern Botswana to make way for a ‘wildlife corridor’.

Bushmen face imminent eviction for 'wildlife corridor' 

The Bushman community at Ranyane has allegedly been told by the local government that trucks will arrive on Monday to remove them from land they have inhabited for generations. Their houses will be destroyed. The Bushmen’s land is in a proposed ‘wildlife corridor’ which American organization Conservation International, whose Board members include Botswana’s President Khama, has pushed for over a period of many years. Survival International has contacted President Khama and Conservation International, voicing its opposition to the planned eviction of the Bushman community.

It is not the first time Botswana’s Bushmen have been targeted by the government in the name of conservation. Trucks arrive to evict Botswana Bushmen despite government denials. Trucks have reportedly arrived to remove Ranyane Bushmen from their ancestral land.

Trucks arrive to evict Botswana Bushmen despite government denials

Plans to evict Botswana Bushmen revealed by leaked report. The leaked report details how to evict Ranyane residents who resist relocation, such as sealing their borehole.

Plans to evict Botswana Bushmen revealed by leaked report